Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Kevin A. Carson

De Wikiberal

Kevin A. Carson est un économiste de tendance anarcho-mutualiste. Il se réclame de la tradition de Benjamin Tucker et de Murray Rothbard. Il développe une théorie de la valeur-travail portant à contreverses, en incorporant des éléments subjectivistes hérités de l'école autrichienne, comme la préférence temporelle.

Il est l'auteur de trois livres : Studies in the mutualist Political Economy (2004), Organization theory, a libertarian perspective (2008) et The Hombrew Industrial Revolution (2010), tous les trois disponibles en ligne.

Une critique libertarienne du capitalisme

Dans ses travaux, Kevin Carson critique le système capitaliste qu'il associe, à la manière de Thomas Hodgskin, à l'étatisme. Selon Carson, sans la "main de fer" de l'Etat, le capitalisme tel qu'il existe aujourd'hui n'aurait pas pu naître. Des institutions comme les brevets[1], les subventions aux transports[2], le monopole monétaire de la banque centrale et le protectionnisme permettent aux "Big Business" et à la classe dirigeante de prospérer aux dépens des honnêtes gens. Sans ces institutions, une économie de marché locale et décentralisée, qu'il associe à l'idéal socialiste, émergerait. Carson prétend que l'anarcho-capitalisme rothbardien est en vérité une variété du socialisme qui offre une vision alternative du capitalisme existant comme un système d'oppression systématique des classes laborieuses.

Une théorie de l'organisation libertarienne de l'entreprise

Dans son ouvrage sur la théorie de l'organisation, sorti en 2008, Kevin Carson applique les principes économiques de l'anarchisme individualiste, comme il l'avait développé dans ses recherches en économie politique mutualiste. Là, il l'applique sur l'étude de la grande organisation. Il intègre les idées de la théorie de l'organisation avec les penseurs radicaux, comme Ivan Illich[3], Paul Goodman, et RA Wilson. Il examine la façon dont l'Etat intervient sur le marché, y compris par les subventions pour les organisations de grande taille aux coûts inefficaces et par la protection réglementaire contre les conséquences de l'inefficacité concurrentielle, en faussant artificiellement, à la hausse, la taille de l'entreprise dominante dans une mesure où elle ne pourrait simplement pas atteindre cette taille dans un marché libre. Kevin Carson examine les effets d'une telle taille de la grande organisation sur le caractère du système dans son ensemble avec les pathologies et les contradictions internes des plus grandes organisations par rapport à des conditions d'un marché sans entrave. Et, il passe en revue les éléments potentiels d'un ordre économique libertarien alternatif décentralisé.

Notes et références

  1. Intellectual property : A libertarian Critique par Kevin A. Carson
  2. The distorting effects of transport subsidies dans le Freeman online
  3. Ivan Illich, 2003, "Une société sans école", Paris, Seuil

Bibliographie

  • 2014, "Economic Calculation Under Capitalist Central Planning", In: Guinevere L. Nell, dir., "Austrian Theory and Economic Organization: Reaching Beyond Free Market Boundaries", New York: Palgrave Macmillan, pp57-96

Littérature secondaire

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.