Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Max Beloff

De Wikiberal
Max Beloff
Historien

Dates 1913 - 1999
Max Beloff.jpg
Tendance Libéral conservateur
Origine Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Max Beloff

Max Beloff, baron Beloff, né le 2 juillet 1913 et mort le 22 mars 1999, est un historien britannique libéral conservateur. Il a été le principal de l'université de Buckingham, la seule université privée du pays, entre 1974 et 1979. Il avait été l'un des architectes de sa création.

Présentation

Il nait de parents russes juifs, qui avaient émigré au Royaume-Uni en 1903. Il fait ses études au Corpus Christi College d'Oxford. Il y étudie l'histoire et en est diplômé avec les honneurs en 1935.

Il enseigne ensuite à l'université de Manchester entre 1939 et 1946 puis à l'université d'Oxford entre 1946 et 1956. Il occupe ensuite la chaire Gladstone à Oxford entre 1957 et 1974. Il en resta professeur émérite par la suite. Il enseigna parallèlement à All Souls College et à St. Antony's College.

Il travailla principalement sur l'histoire européenne, son système politique et l'impérialisme.

Margaret Thatcher le fit Baron Beloff en 1981, avec un titre de pair à vie de Wolvercote dans l'Oxfordshire. Il fut fait docteur honoris causa de nombreuses universités anglaises.

C'était un membre du Reform Club.

Un intellectuel engagé

Il fut membre du parti libéral britannique jusqu'en janvier 1972, avant de se tourner vers le parti conservateur comme de nombreux libéraux face à l'évolution du parti libéral vers toujours plus d'interventionnisme. Quand il rejoignit le parti conservateur britannique en 1977, il déclara ainsi : « le libéralisme classique semble être allé au sein du parti conservateur ». Il fut un des plus vibrants avocats du libéralisme classique au sein du parti, avec des personnalités comme Keith Joseph ou Alan Walters.

Il s'opposa tout au long de sa carrière au marxisme et à son emprise sur le milieu universitaire. Le journal The Times le qualifia ainsi d'« ennemi inlassable du marxisme académique »[1].

Il fut un militant de la liberté de l'enseignement, créant avec d'autres l'University College at Buckingham, qui allait devenir l'université de Buckingham, la seule université privée du pays. Il en a été le principal entre 1974 et 1979. L'université de Buckinghman a ouvert un Centre for the Study of Liberty qui porte son nom.

Sur la fin de sa vie il s'exprima de plus en plus radicalement contre le fédéralisme européen, voyant dans la montée d'un pouvoir central une menace grave pour la liberté. Il rejoint en cela une tradition libérale conservatrice vivace, avec par exemple Jimmy Goldsmith ou Daniel Hannan plus récemment.

Ouvrages

  • Public order and popular disturbances 1660-1714 (1938).
  • The Foreign Policy of Soviet Russia 1929-41 (2 volumes) (1947/1949).
  • Thomas Jefferson and American Democracy (1948).
  • Soviet Policy in the Far East, 1944-51 (1953).
  • The Age of Absolutism, 1660-1815 (1954).
  • Foreign Policy and the Democratic Press (1955).
  • Europe and the Europeans (1957).
  • The Great Powers (1959).
  • New Dimensions in Foreign Policy (1961).
  • The United States and the Unity of Europe (1963).
  • The Balance of Power (1968).
  • Imperial Sunset-Volume 1: Britain’s Liberal Empire 1897-1921 (1969).
  • The American Federal Government (1969).
  • The Future of British Foreign Policy (1969).
  • The Intellectual in Politics (1970).
  • The Tide of Collectivism- Can it be Turned? (1978).
  • The State and its servants (1979).
  • The Government of the United Kingdom (with Gillian Peele) (1980).
  • Wars and Welfare: Britain, 1941-1945 (1984).
  • Imperial Sunset-Volume 2: Dream of Commonwealth 1921-42 (1989).
  • 1992 : An Historian in the Twentieth Century, ISBN 0300057431
  • Britain and European Union: Dialogue of the Deaf (1996).

Ouvrages dirigés et codirigés:

  • History: Mankind and his story (1948).
  • The Federalist (1948).
  • The Debate on the American Revolution, 1761-1783 (1949).
  • Europe and the Europeans: an International Discussion (1957).
  • On the track of tyranny: essays presented by the Wiener Library to Leonard G. Montefiore (1960).
  • American Political Institutions in the 1970s (with Vivian Vale) (1975).
  • Beyond the Soviet Union: the fragmentation of power (1997).

Notes et références

  1. "unrelenting foe of academic Marxism", David Walker, "Diary", The Times, 8 novembre 1988

Lien externe

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.