Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Robert Baron

De Wikiberal

Robert [Alan] Baron est professeur de Management à l'école Spears de l'Université de l'Oklahoma State of Business. Il a étudié la psychologie à la "City University" de New York et il a obtenu son doctorat de l'Université de l'Iowa en 1968.

Il est l'auteur et co-auteur de manuels, de livres, d'articles et de commentaires en psychologie sociale portant sur le comportement humain dans les organisations et sur l'esprit d'entreprise (entrepreneuriat). Sur le plan méthodologique, il s'est penché sur la méthode contre-factuelle, en se posant la question, que se serait-il passé si les choses avaient commencé autrement ? Il est un spécialiste de la théorie des opportunités et de la théorie cognitive en organisation (cognition entrepreneuriale).

La cognition entrepreneuriale dans les organisations

En 2004, en compagnie de son collègue, T. B. Ward[1], il affirme que le problème numéro un, en ce qui concerne la science cognitive dans les organisations, est celui de la duplication du processus de la pensée de l'entrepreneur, une partie est heuristique et l'autre est systématique (algorithmique). Les auteurs indiquent avec clairvoyance : "... Il se peut que les entrepreneurs qui réussissent sont ceux qui sont les plus aptes à la commutation (basculement) entre ces deux modes de pensée lorsque le besoin s'en fait sentir". Ils posent aussi la question cruciale : "Est-ce que les entrepreneurs ont une plus grande capacité que les autres personnes à concentrer leur attention sur les informations pertinentes ?" (p557), Est-ce que les entrepreneurs ont une forme spéciale de raisonnement ?, et est-ce que les entrepreneurs développent des structures de connaissances uniques et deviennent des experts en traitement de l'information ?

Robert Baron a établi deux définitions de la cognition sociale dans le traitement des informations : l'une subjective et l'autre objective. La première définition de la cognition sociale établit la façon dont nous interprétons, nous analysons, nous mémorisons et nous utilisons des informations sur le monde social. Cela concerne le traitement subjectif de l'information. La théorie de reconnaissance d'opportunités en reliant les points, à l'aide des cadres (schèmes) cognitifs, concerne le traitement objectif des informations. Les entrepreneurs experts traitent l'information différemment que les entrepreneurs novices. Leurs cadres cognitifs sont plus clairs, plus riches et plus concentrés selon Robert Baron et Michael Ensley[2].

Comment les entrepreneurs identifient-ils de nouvelles opportunités ?

Les entrepreneurs identifient les opportunités pour la création de nouvelles entreprises en utilisant des cadres cognitifs qu'ils ont acquis grâce à leur expérience préalable pour percevoir, dans le monde extérieur, des relations entre des événements ou des tendances apparemment indépendants. Ils utilisent des cadres cognitifs qu'ils possèdent pour "relier les points" entre les changements technologiques, démographiques, de marché, de politiques gouvernementales et d'autres facteurs. Les modèles qu'ils perçoivent alors leur suggèrent des idées pour de nouveaux produits ou services, des idées qui peuvent potentiellement servir de base à la création d'une nouvelle entreprise.

Robert Baron considère que cette perspective de reconnaissance de formes pour l'identification des opportunités est utile à plusieurs égards. Tout d'abord, cela permet d'intégrer trois facteurs importants pour la reconnaissance des opportunités :

  • s'engager dans une recherche active d'opportunités
  • être en état de vigilance envers les opportunités
  • avoir une connaissance préalable d'une industrie ou d'un marché.

En outre, Robert Baron ajoute que les interrelations entre ces facteurs sont modulables tout en permettant l'efficacité dans la reconnaissance des opportunités. Par exemple, le fait que la recherche active n'est pas obligatoire lorsque la vigilance est très élevée. Cette approche par les modèles de reconnaissance aide à expliquer pourquoi certaines personnes, mais pas d'autres, identifient des opportunités spécifiques. Ensuite, Robert Baron porte l'espoir de former des entrepreneurs actuels ou potentiels afin de les aider à mieux reconnaître les opportunités grâce à l'utilisation de cadres spécifiques de reconnaissance des opportunités.

Les limites cognitives dans la reconnaissance des opportunités

Robert Baron a étudié les limites cognitives des individus placés dans des situations données qui exigent de plus grandes exigences de vigilance et de traitement de l'information (par exemple, des situations inattendues, de nouvelles perspectives d'opportunité, et des évènements chargés d'émotion comme la faillite de l'entreprise).

Grâce à la neuroscience, Robert Baron contribue à développer la neuroéconomie pour comprendre pourquoi certains individus sont plus sensibles aux interférences émotionnelles. Il explique l'inter-connection des régions du cerveau liées au raisonnement et celles activées par les émotions lorsque des offres sont proposées à des personnes et qu'ils jugent comme injustes. Une plus grande activité du traitement de l'information dans les régions émotionnelles du cerveau s'effectue au détriment des décisions favorables à leurs intérêts économiques. Ceci s'explique par le fait qu'affronter ouvertement l'échec et évaluer sa culpabilité dans un échec peut être une perspective intimidante pour un entrepreneur. Plusieurs sentiments sont mélangés comme la culpabilité, la honte ou des remords, qui sont, généralement, des sensations désagréables. Le biais égocentrique, nécessaire à la "survie du Moi" de l'entrepreneur réduit son sentiment de vulnérabilité et maintient à niveau son estime de soi, quitte à l'aveugler sur les dangers futurs de la situation.

Les capacités cognitives de l'entrepreneur pour faire face à l'échec

Robert Baron analysa aussi le rôle des émotions positives et de l'autorégulation sur la capacité des entrepreneurs à faire face à leur échec entrepreneurial. Il constata que les émotions positives peuvent annuler l'impact des émotions négatives en les aidant à construire de nouvelles ressources pour faire face à l'adversité. La nature optimiste des entrepreneurs leur fait bénéficier de plus d'expérience de leurs échecs (par exemple, pour récupérer plus rapidement, pour apprendre plus efficacement, pour adapter leur savoir à d'autres connaissances, etc).

Les personnes ayant des compétences sociales hautement développées sont plus aptes à réduire au minimum les coûts sociaux et les coûts psychologiques de l'échec de l'entreprise (par exemple, au travers du leadership discursif et du leadership narratif (story-telling) et en donnant du sens au rôle de l'entrepreneur dans cet échec). Ces individus ont différentes aptitudes sociales pour s'insérer dans divers réseaux sociaux pour discuter de l'échec et obtenir diverses formes de soutien.

D'abord présenté par Robert Baron dans le domaine de l'entrepreneuriat[3], la pensée contrefactuelle se réfère à imaginer "ce qui aurait pu être" dans une situation donnée, en réfléchissant sur d'autres résultats qui auraient été obtenus si la personne en question avait agi différemment ou si les circonstances avaient été différente. D'une part, la pensée contrefactuelle est généralement déclenchée par les résultats négatifs et, donc, elle est accompagnée par des émotions négatives à combatttre. D'autre part, en imaginant des résultats autres que ceux qui ont effectivement eu lieu, les personnes qui s'engagent dans la pensée conterfactuelle peuvent avoir une perspective plus large des facteurs qui conduisent à des résultats (par exemple, l'échec de l'entreprise) afin de faciliter l'apprentissage et la construction de sens.

Annexes

Références

  1. Robert A. Baron et T. B. Ward, 2004, "Expanding entrepreneurial cognition's toolbox: potential contributions from the field of cognitive science", Entrepreneurship Theory and Practice 26 (6), pp553–573
  2. Robert Baron et Michael D. Ensley, 2006, "Opportunity recognition as the detection of meaningful patterns: evidence from comparisons of novice and experienced entrepreneurs", Management Science, Vol 52 , n°9, September, pp1331–1344
  3. Robert Baron, 1999, "Counterfactual thinking and venture formation: The potential effects of thinking about “what might have been”, Journal of Business Venturing, vol 15, pp79-91

Bibliographie

  • 1986, "Behavior in organizations: Understanding and managing the human side of work", Boston, MA: Allyn & Bacon, (2nd edn.)
  • 1988, "Negative effects of destructive criticism: Impact on conflict, self-confidence, and task performance", Journal of Applied Psychology, Vol 73, pp199–207
  • 1996, avec J. H. Neuman, "Workplace violence and workplace aggression: Evidence on their relative frequency and potential causes", Aggressive Behavior, Vol 22, pp161–173
  • 1998, "Cognitive mechanisms in entrepreneurship: Why and when entrepreneurs think differently than other people", Journal of Business Venturing, Vol 13, pp275–294
  • 1999,
    • a. "Counterfactual thinking and venture formation: The potential effects of thinking about “what might have been”, Journal of Business Venturing, vol 15, n°1, pp79-91
    • b. avec G. D. Markman, "Cognitive mechanisms: Potential differences between entrepreneurs and non-entrepreneurs", In: P. D. Reynolds, William D. Bygrave, et al., dir., "Frontiers of entrepreneurship research", Wellesley, MA: Babson College
  • 2000, avec G. D. Markman, "Beyond social capital; how social skills can enhance entrepreneurs’ success", Academy of Management Review, 14:1, pp106-116
  • 2002,
    • a. "OB and entrepreneurship: the reciprocal benefits of closer conceptual links", In: B. M. Staw & R. M. Kramer, dir., "Research in organizational behaviour", Oxford, UK: Esevier Science, pp225-269
    • b. avec G. D. Markman, D. B. Balkin, "Inventors and new venture formation: The effects of general self-efficacy and regretful thinking", Entrepreneurship Theory and Practice, vol 27, pp149–165
  • 2003,
    • a. avec Michael D. Ensley, "Cognitive foundations of opportunity recognition: Identifying the opportunity prototypes of repeat entrepreneurs", In: William D. Bygrave et al., dir., "Frontiers of entrepreneurship research", Babson: Babson College
    • b. avec G. D. Markman, "Person-entrepreneurship fit: Why some people are more successful as entrepreneurs than others", Human Resource Management Review, Vol 13, pp281–301
    • c. avec David B Balkin, Gideon D Markman, "The role OF REGRETFUL THINKING, PERSEVERANCE, AND SELF-EFFICACY IN VENTURE FORMATION", In: Jerome A. Katz & Dean A. Shepherd, dir., "Advances in Entrepreneurship, Firm Emergence and Growth" (vol 6: Cognitive Approaches to Entrepreneurship Research), pp73-104
    • d. avec Dean A. Shepherd, A. Zacharakis, "VCs’ decision processes: Evidence suggesting more experience may not always be better", Journal of Business Venturing, Vol 18, pp381–401
  • 2004,
    • a. "Opportunity recognition: insights from cognitive perspective", In: J. E. Butler, dir., "Opportunity Identification and Entrepreneurial Behaviour", Information Age Publishing, Greenwich, CT, Vol 4, pp47-73
      • Repris en 2006, In: John E. Butler, dir., "Opportunity Identification and Entrepreneurial Behavior", Hong Kong Polytechnic University
    • b. avec T. B. Ward, "Expanding entrepreneurial cognition's toolbox: potential contributions from the field of cognitive science", Entrepreneurship Theory and Practice, 26 (6), pp553–573
    • c. "Cognitive bases of opportunity recognition: The potential role of pattern recognition", In: William D. Bygrave et al., dir., "Frontiers of entrepreneurship research", Babson: Babson College
    • d. "The cognitive perspective: A valuable tool for answering entrepreneurship’s basic “why” questions", Journal of Business Venturing, Vol 19, n°2, pp221–239
    • e. "Workplace aggression and violence: Insights from basic research", In: R.W. Griffin & A.M. O’Leary-Kelly, dir., "The dark side of organizational behavior", San Francisco, CA: Jossey-Bass, pp698–708
  • 2005,
    • a. avec D. Byrne, N. R. Branscombe, "Social Psychology", 11th ed. Allyn & Bacon, Boston
    • b. avec Scott Shane, "Entrepreneurship: A process perspective", Cincinnati: Southwest
    • c. avec G. D. Markman, D. B. Balkin, "Are perseverance and self-efficacy costless? Assessing entrepreneurs’ regretful thinking", Journal of Organizational Behavior, 26(1), pp1-19
  • 2007,
    • a. avec E. Ozgen, "Social sources of information in opportunity recognition: Effects of mentors, industry networks, and professional forums", Journal of Business Venturing, Vol 22, pp174-192
    • b. avec Scott Shane, "Entrepreneurship: A Process Perspective". 2nd edition Mason, OH Southwestern
    • c. "Behavioral and cognitive factors in entrepreneurship: entrepreneurs as the active element in new venture creation", Strategic Entrepreneurship Journal, Vol 1, pp167–182
    • d. avec J. R. Baum, M. Frese, dir., "The Psychology of Entrepreneurship", Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum Associates
  • 2008,
    • a. avec K. M. Hmieleski, "Regulatory focus and new venture performance: A study of entrepreneurial opportunity exploitation under conditions of risk versus uncertainty", Strategic Entrepreneurship Journal, Vol 2, pp285-300
    • b. "The role of affect in the entrepreneurial process", Academy of Management Review, 33(2), pp328-340
    • c. avec K. M. Hmieleski, "When does entrepreneurial self-efficacy enhance versus reduce firm performance?", Strategic Entrepreneurship Journal, Vol 2, pp57–72
  • 2009,
    • a. "Opportunity Recognition: Evolving Theoretical Perspectives", In: H. Lundstrom et F. Lohrke, dir., Historical Foundations of Research, Edward Elgar Publishing
    • b. avec K. Hmieleski, "Regulatory Focus and the Exploitation of Dynamic Entrepreneurial Opportunities: A Moderated Mediation Study", Strategic Entrepreneurship Journal
    • c. avec J. Tang, "Entrepreneurs’ social skills and new venture performance: Mediating mechanisms and cultural generality", Journal of Management, 35 (2), pp282-306
    • d. avec K. M. Hmieleski, "Entrepreneurs’ optimism and new venture performance: A social cognitive perspective", Academy of Management Journal, 52(3), pp473-488
    • e. avec M.-D. Foo, M. A. Uy, "How do feelings influence effort? An empirical study of entrepreneurs’ affect and venture effort", Journal of Applied Psychology, Vol 94, pp1086–1094
    • f. "Effectual versus predictive logics in entrepreneurial decision making: Differences between experts and novices: Does experience in starting new ventures change the way entrepreneurs think? Perhaps, but for now, “Caution” is essential", Journal of Business Venturing, Vol 24, n°4, pp310-315
  • 2010, avec R. Henry, "How entrepreneurs acquire the capacity to excel: insights from research on expert performance", Strategic Entrepreneurship Journal, Vol 4, n°1, pp49-65
  • 2011, avec J. Tang, K. M. Hmieleski, "The downside of being 'up': Entrepreneurs’ dispositional affect and firm performance", Strategic Entrepreneurship Journal, 5(2), pp101-119
  • 2012, avec Michael S. Cole, Keith M. Hmieleski, "Shared Authentic Leadership and New Venture Performance", Journal of Management, September, vol 38, n°5, pp1476-1499
  • 2013, avec Holger Patzelt, Dean A. Shepherd, "”I Care About Nature, but…”: Disengaging Values in Assessing Opportunities That Cause Harm", Academy of Management Journal, 56 (5), October, pp1251–1273
    • Repris en 2014, In: Dean A. Shepherd, dir., "A Psychological Approach to Entrepreneurship. Selected Essays of Dean A. Shepherd", Edward Elgar
  • 2014, "Thinking about Cognition and its central role in entrepreneurship: confessions of a 'reformed' behaviorist ", In: J. Robert Mitchell, Ronald K. Mitchell, Brandon Randolph-Seng, dir., "Handbook of Entrepreneurial Cognition", Edward Elgar, Cheltenham, UK • Northampton, MA, USA, pp61-85
  • 2015, avec Keith M. Hmieleski, Jon C. Carr, "Integrating Discovery and Creation Perspectives of Entrepreneurial Action: The Relative Roles of Founding CEO Human Capital, Social Capital, and Psychological Capital in Contexts of Risk Versus Uncertainty", Strategic Entrepreneurship Journal, Vol 9, n°4, pp289-312
  • 2017, "Income inequality: How efforts to reduce it can undermine motivation – and the pursuit of excellence", Journal of Entrepreneurship and Public Policy, Vol 6, n°1, pp2-10