Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Israel Kirzner

De Wikiberal
Israel Kirzner
Économiste

Dates Né en 1930
Kirzner.jpg
Tendance École autrichienne
Origine Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Israël M. Kirzner

Israel Mayer Kirzner est né le 13 février 1930 à Londres (Grande Bretagne). Il est membre du réseau de la faculté "FEE" (Foundation for Economic Education). Professeur émérite de sciences économiques de l'université de New York, il occupa, en 2010, le poste de chercheur "Upton" lors du forum annuel sur la richesse et le bien-être des nations à l'université Beloit (Beloit College). Israel Kirzner est un économiste de l'École autrichienne, spécialisé dans la théorie de l'entrepreneur. Il utilise un support épistémique (la vigilance) et montre la vacuité du courant économique dominant dans ce domaine.

Biographie

De 1940 à 1948, Israel Kirzner vit à Cape Town en Afrique du Sud. Il fréquente l'université de Capetown (1947-1948) puis l'université de Londres (1950-1951). Il se rend ensuite aux USA et obtient ses diplômes d'économie au Brooklyn College, dans l'État de New York en 1954. Dans la foulée, il obtient son MBA (1955) puis son doctorat (Ph.D) en économie à l'université de New York (1957).

Il participe aux séminaires de Ludwig von Mises de 1954 à 1958, qui est son directeur de thèse, publiée en 1960 (The Economic Point of View). Il rejoint la faculté d'économie de l'université de New York afin de devenir Professeur à partir de 1969. Il y enseigna jusqu'à sa retraite en janvier 2002. Il engagea sa carrière de chercheur sous le paradigme de l'École autrichienne d’économie, spécialement la théorie de l'entrepreneur.

Ses contributions aux sciences économiques concernent l'importance de l'entrepreneur comme acteur d'ajustement du marché. Il considère le marché comme dynamique et non statique comme le faisaient auparavant les économistes traditionnels. Il est considéré comme un théoricien de la tendance à l'équilibre dans la ligne droite de Friedrich von Hayek. L'entrepreneur corrige les erreurs grâce à l'arbitrage et à la spéculation.

Dans son livre, Discovery, Capitalism, and Distributive Justice (Découverte, Capitalisme et justice distributive) en 1989, il présente une vision éthique du capitalisme. Quand l'entrepreneur est en situation d'alerte (alertness) ou de vigilance, il découvre des utilisations de ressources inemployées. Le profit que l'entrepreneur obtient de cette découverte est moralement justifié quel que soit l'effort effectué. Son analyse repose sur la nature du processus du marché et sur les structures institutionnelles qui lui permettent d'évoluer.

Pensée

Les travaux de Israël Kirzner ont fourni des incontestables contributions à la science économique :

  • compréhension de la dynamique des processus de marché
  • le rôle du temps dans les processus et les cycles
  • le rôle de la concurrence et l'esprit d'entreprise
  • l'ignorance des agents
  • la fonction entrepreneuriale dans le marché
  • l'échange comme « faiseur de prix »

Tout comme Joseph Schumpeter, Kirzner accorde une très grande attention au rôle de l'entrepreneur dans les processus de marché.

Théorie de la tendance à l'équilibre

Israel Kirzner prend appui sur la théorie du subjectivisme qui remonte au père fondateur de l'École autrichienne d'économie, à savoir, Carl Menger. Cependant Israel Kirzner note que le subjectivisme de Carl Menger est de nature statique. Par conséquent, pour comprendre la dimension dynamique du marché, il faut prendre en compte l'apport de deux autres figures autrichiennes, Ludwig von Mises et Friedrich Hayek. Ces deux auteurs mettent l'accent sur les processus d'ajustement du marché. Et ils ont démontré pour ceci que la construction de la théorie néo-classique de l'équilibre est un échec car elle suppose un prix d'équilibre instantané entre la demande et l'offre. Les auteurs autrichiens accentuent l'analyse sur le processus qui conduit à l'équilibre et ne se focalisent pas sur le résultat de l'équilibre attendu.

L'originalité d'Israel Kirzner est de retenir l'aspect subjectif des décisions et il intègre l'erreur comme une source d'inspiration pour comprendre le retour à l'équilibre de l'économie. En 1962, il écrit que l'action rationnelle des individus conduit à l'équilibre et cette réalisation est possible à partir de "révisions du plan qui sont provoquées à la suite de la déception de plans précédents"[1]. Pour les autrichiens, la tendance à l'équilibre est une séquence d'ajustement systématique de décisions. A cet égard, l'action humaine de Ludwig von Mises décrit l'unité de décision individuelle qui est différente d'un processus de maximisation. L'action subjective concerne donc la découverte de la relation pertinente entre des fins et des moyens. Cette analyse permet aux économistes l'intégration de l'apprentissage dans la compréhension des mécanismes du marché. Le subjectivisme de Friedrich Hayek se poursuit dans cette voie puisqu'il décrit le processus de la concurrence comme un apprentissage par la découverte.

Israel Kirzner renforce la référence du subjectivisme avec le changement endogène qui s'opère dans la relation fins-moyens. Or, ce changement est possible, précise-t-il, uniquement par l'esprit entrepreneurial dont chaque individu, participant au marché, est doté et qui se manifeste par un trait de caractère, la vigilance. Cette vigilance repose sur "la propension à découvrir de nouveaux objectifs et des ressources jusqu'ici inconnues»[2]. La théorie autrichienne donne une image plus réaliste de l'action humaine (et donc du véritable choix). Elle rend possible la description du marché comme un processus de découverte unique. La vigilance entrepreneuriale traite nécessairement les événements générés par le marché comme étant étroitement liés à des événements précédents au sein du marché. Évincer cette notion de nouveauté, de façon systématique, ôte de l'entrepreneuriat cet attribut de découverte spontanée de nouvelles opportunités à partir des conditions précédentes du marché (ou par les conditions futures du marché qui se seraient passées en l'absence des actions de l'entrepreneur). Les "découvertes entrepreneuriales sont les étapes par lesquelles toute tendance possible vers l'équilibre du marché doit procéder"[3], précise Israel Kirzner.

Une situation de déséquilibre fait donc référence à l'ignorance du marché. De là émergent des occasions rentables qui sont exploitées par la vigilance des acteurs économiques. Les marchés vainquent l'ignorance dans deux sens. Tout d'abord, dans un monde imaginaire de l'équilibre économique, les prix du marché peuvent signaler aux consommateurs comment ils peuvent modifier leur comportement afin de se conformer aux conditions de l'offre et de la demande dont ils sont ignorants. Lorsque les prix du marché ne sont pas parfaitement alignés sur les conditions de la demande et de l'offre (et ils ne le sont jamais), les prix présentent des opportunités de profit aux entrepreneurs qui sont attentifs à faire de telles découvertes. Dans ce second sens où le marché vainc l'ignorance, les entrepreneurs sont motivés par le profit. Ils réaffectent alors les ressources dans un modèle, qui reflète de manière plus efficace les conditions plus réelles de l'offre et de la demande. C'est cette façon de surmonter l'ignorance qui sépare le plus clairement le marché économique et l'arène politique, car aucun processus de découverte corrective correspondant n'existe dans la vie politique.

Théorie de la publicité

Israel Kirzner fait une distinction entre l'information et la connaissance. Il distingue l'"information-connaissance" de "l'action-connaissance". La première concerne des données pures dont il n'est pas fait un usage pratique. La deuxième est liée à l'esprit d'entreprise. En appliquant son analyse à la théorie de la publicité, il montre l'erreur quasi invariable des théoriciens lorsqu'ils déploient le principe du process d'apprentissage et qu'ils supposent l'information se transformant inexorablement en action-connaissance. Or, s'il s'avère que le consommateur agît d'une manière qui reflète exactement ses préférences et ses ressources, il faut plus d'éléments que le simple fait de lui fournir de l'information. Cela implique, pour le consommateur, d'être alerte à cette connaissance idiosyncratique et à sa signification idoine.

Israel Kirzner ne considère pas la publicité comme un dispositif économique et psychologique visant à "manipuler" les cerveaux des consommateurs, ni simplement comme un moyen de transmettre de l'information. Au contraire, la publicité avertit les consommateurs de la "disponibilité" des produits, au sens large, pas uniquement de sa disponibilité en stock dans un entrepôt ou sur un rayon d'un magasin. Si une annonce est colorée, drôle, ou bruyante, c'est parce que l'annonceur est d'accord que cela est nécessaire pour que les consommateurs remarquent qu'une opportunité d'achat existe et que celle-ci va améliorer leur bien-être. Le fait que les consommateurs adhérent à la publicité par leur achat démontre qu'ils sont les seuls souverains dans leurs choix. Il n'y a pas d'autres personnes qui puissent remplacer le consommateur dans son choix au moment où il le fait de façon concrète. Le subjectivisme des choix est un élément crucial dans une société libre qui respecte les personnes.

Théorie de la vigilance (alertness) : la curiosité épistémique de l'entrepreneur

Alors que les principaux économistes du courant dominant, qui s'intéressent à l'esprit d'entreprise, déforment la nature psychologique de l'homme agissant, Israel Kirzner ne caricature pas l'entrepreneur en un individu égoïste et avide d'argent. La particularité de sa théorie de l'entrepreneur repose sur un support épistémique, c'est-à-dire sur la recherche de la connaissance qui lui reste à obtenir. Ce n'est pas seulement la recherche de nouvelles informations qui motive l'entrepreneur, mais la recherche d'informations pour découvrir des poches d'opportunités de profit pur. L'entrepreneur est un curieux épistémique à la recherche d'erreurs sur le marché qui peuvent lui rapporter des gains.

"C'est la disponibilité des opportunités de profit pur qui, d'une manière que nous ne comprenons pas entièrement, attire l'attention entrepreneuriale."[4]

L'attention de l'entrepreneur, sa curiosité épistémique, ne peut pas être totalement observable de l'extérieur par une autre personne. L'attention est personnelle à chacun d'entre nous. Chaque personne est motivée de remplir le vide de sa connaissance en fonction de son propre vécu. La vigilance de l'entrepreneur n'est pas une fonction mécanique fournie à l'homme et à la femme d'entreprise lors de sa naissance. La nature psychologique de l'être humain le porte à agir, et non seulement à réagir. La connaissance dont il dispose plus sa curiosité épistémique sont des émulations à l'action entrepreneuriale. Certaines personnes vont passer à côté d'opportunités de profit sans les remarquer, car celles-ci sont trop éloignées de leur capital épistémique (de connaissance), d'autres agiront comme s'ils n'avaient plus rien à apprendre dans leur domaine. Ces derniers sont comme le piéton sur une place publique qui voit qu'un billet de banque git sur le sol mais qui ne le ramasse pas car, il pense que si cela était vrai, quelqu'un d'autre l'aurait déjà ramassé. Dans cette circonstance de temps et de lieu, cet homme ou cette femme n'est pas vigilante à rechercher des opportunités de profit. Ceci ne l'empêchera pas cependant de le faire dans d'autres endroits et dans d'autres lieux. Enfin, reste la troisième catégorie, celle des entrepreneurs qui sont curieux épistémiquement et qui sont fortement stimulés par la découverte de l'information complémentaire à leur capital de connaissance. Tels des félins prêts à bondir sur leurs proies, l'entrepreneur est en état de vigilance, il saisit les opportunités de profit lorsqu'elle se présentent à lui car l'information qui lui manquait vient tout d'un coup ou peu à peu, lui apparaître de façon plus évidente.

Théorie de la découverte des opportunités entrepreneuriales

Israel Kirzner est à l'origine de la théorie de la découverte des opportunités entrepreneuriales. Selon ce point de vue, les opportunités entrepreneuriales existent, indépendamment des actions des entrepreneurs. Les opportunités attendent que des individus alertes les découvrent et les exploitent, comme un bagage perdu en gare attendant qu'on vienne le récupérer.

Je vois l'entrepreneur non pas comme une source d'idées innovantes ex nihilo, mais comme quelqu'un d'alerte aux opportunités qui existent déjà et qui attendent d'être remarquées [5].

L'approche d'Israel Kirzner comme celle de Frank Knight, de Joseph Schumpeter et des autres principaux contributeurs à la théorie économique de l'esprit d'entreprise, considère l'entrepreneuriat comme une fonction économique, et non une catégorie d'emploi (c'est-à-dire, l'auto-emploi) ou d'un type d'entreprise (c'est-à-dire, une entreprise au démarrage). L'effet principal de l'esprit d'entreprise est sa fonction d'équilibrer le marché, en enlevant des "poches d'ignorance" dans le marché. L'esprit d'entreprise est toujours stimulé par une tendance à l'équilibre. L'entrepreneur pour d'Israel Kirzner est un idéal-type, puisqu'il est présenté comme ne remplissant que cette fonction. Il ne travaille pas (au sens général du terme) ou ne possède du capital. La plupart des individus peuvent ainsi s'y représenter puisqu'ils sont potentiellement des acteurs de découverte d'opportunités. Ils n'ont pas besoin d'investissement, de mobiliser des capitaux propres, d'être des leaders charismatiques, d'innover, de créer ou d'être doté de capacités de management. Ils sont des entrepreneurs car ils effectuent des découvertes d'opportunités de profit. Mais cette capacité d'entreprendre par la découverte d'opportunités ne peut pas s'effectuer sans la liberté :

""Le point de vue entrepreneurial de la liberté nous permet de voir comment la liberté de choisir peut inspirer la découverte d’opportunités qui peuvent être invisibles pour ceux à qui cette liberté est refusée. Ceux à qui la liberté de choisir a été refusée n'auront, dans ce cas, aucune idée qu'ils se voient refuser un objectif autrement atteignable. Celui à qui on refuse le choix d'entrer au collège ne peut jamais réaliser qu'il possède le potentiel intellectuel pour être admis à l'université. Le déni de la liberté de choisir, à partir de ce point de vue, n'inflige pas nécessairement la douleur des désirs contrariés. En fait, on peut manquer de liberté et être convaincu que son absence n'affecte aucunement son bien-être"[6]. Par conséquent, l'argument ontologique de la liberté de choix d'Israel Kirzner dépasse le niveau de la théorie utilitariste qui évalue le niveau de la liberté aux peines et aux joies ressenties par les individus. Selon Israel Kirzner, la liberté de choix est une catégorie située, ontologiquement, au-dessus de la catégorie simple des choix des personnes qui affectent leurs peines et leurs joies ressenties.

Le travail d'Israel Kirzner est régulièrement évoqué en références aux auteurs classiques de l'esprit d'entreprise, aux côtés des contributions de Frank Knight (1921) et de Joseph Schumpeter (1911). Israel Kirzner fonde son approche sur le processus de marché dans un cadre associé à l'école autrichienne d'économie, dont les représentants majeurs sont Ludwig von Mises et Friedrich Hayek. Ses racines d'analyses s'étendent à Richard Cantillon, John Bates Clark, Frank A. Fetter, et d'autres économistes. Il s'appuie sur l'entrepreneur, en tant que porteur d'incertitude tout en l'élargissant au niveau de l'ignorance [Sheer ignorance].

Israel Kirzner est rejoint, dans son analyse, par d'autres économistes du management comme Scott Shane, Sankaran Venkataraman et Mark Casson. Ceux-ci furent critiqués par d'autres économistes avançant une théorie de la création d'opportunités entrepreneuriales[7]

Comme le signale Peter Klein dans un article récent, Découverte d'opportunités, Action entrepreneuriale et organisation économique [8], les critiques d'Israel Kirzner se sont fourvoyés. Le programme de recherche d'Israel Kirzner est normatif. Il s'inscrit dans un cadre critique de l'école néo-classique où il n'existe pas de déséquilibre. L'analyse de Kirzner n'est pas une approche méthodologique positive, décrivant la réalité, de la découverte d'opportunité mais une explication de la tendance à l'équilibre dans un cadre néo-classique. Il ajoute à la vision statique de cette dernière une dimension du marché vu comme un processus. L'alerte de l'entrepreneur vis à vis d'opportunités de profit déterminé et exogène est une métaphore pour expliquer la tendance du marché à s'équilibrer. Aussi, dans un contexte plus général d'analyse économique des organisations, Peter Klein préconise de retourner à la base de l'école autrichienne. La qualité essentielle de l'entrepreneur est son jugement (ou évaluation). Par conséquent, les recherches sur l'entrepreneuriat basées sur les opportunités risquent d'être stériles tandis qu'une approche alternative axée sur l'investissement et donc sur la théorie du capital de l'École autrichienne offre plus de perspectives fructueuses de compréhension de l'entrepreneuriat.

Annexes

Notes et références

  1. Israel Kirzner, 1962, "Rational Action and Economic Theory", Journal of Political Economy, Vol. LXX, August, p381
  2. (Israel Kirzner, 1973, Competition and Entrepreneurship, Chicago: University of Chicago Press, p34
  3. Israel Kirzner, 1985, Discovery and the Capitalist Process, Chicago: University of Chicago Press, pp11-12
  4. Israel Kirzner, 2011, "The Economics of Greed or the Economics of Purpose", In: Emily Chamlee-Wright, dir., "The Annual Proceedings of the Wealth and Well-Being of Nations, 2010-2011", Vol 3, Beloit College Press, ISBN 978-0-578-02883-5, p27
  5. “Entrepreneurship [is] a responding agency. I view the entrepreneur not as a source of innovative ideas ex nihilo, but as being alert to the opportunities that exist already and are waiting to be noticed". Israel Kirzner, 1973, Competition and Entrepreneurship, Chicago University Press, Chicago, p74
  6. Israel Kirzner, 1979, "Perception, Opportunity and Profit: Studies in the theory of entrepreneurship", Chicago: University of Chicago Press
    • Réimprimé en 1983 en version paperback
      • Traduction allemande en 1988, Unternehmer und Marktdynamik, München:, Wien
  7. dont : Sharon A. Alvarez, 2005, Two theories of entrepreneurship et Saras Sarasvathy, Nicholas Dew, S. R. Velamuri et Sankaran Venkataraman, 2003, Three Views of Entrepreneurial Opportunity, In: Zoltan Acs, David Audretsch, dir., "Handbook of Entrepreneurship Research", Boston: Kluwer, pp141-160
  8. Peter Klein, “Opportunity Discovery, Entrepreneurial Action, and Economic Organization", Strategic Entrepreneurship Journal

Publications

Liste des publications d'Israel Kirzner

Littérature secondaire

  • 1964, William H. Peterson, commentaire du livre d'Israel Kirzner, "Market Theory and the Price System", National Review, 25 février, p166
  • 1968, Ralph Pfouts, commentaire du livre d'Israel Kirzner "An Essay on Capital", American Economic Review, Vol. 58, No 1 (mars)
  • 1975,
    • Reavis Cox, "Redefining the Place of Marketing in Economics", commentaire du livre d'Israel M. Kirzner, Competition and Entreprenuership, Journal of Marketing Research, Vol. 12, n°3, Aug., pp371-372
    • Benjamin Klein, commentaire du livre d'Israel Kirzner, Competition and Entrepreneurship, The Journal of Political Economy, Vol. 83, n°6, Dec., pp1305-1309
  • 1979,
    • Richard E. Hattwick, Commentaire du livre d'Israel Kirzner, Competition and entrepreneurship, Chicago: The University of Chicago Press, 1978, Journal of Behavioral Economics, Volume 8, Issue 2, pp183-188
    • Richard E. Hattwick, Commentaire du livre d'Israel Kirzner, Perception, opportunity and profit : Studies in the Theory of Entrepreneurship. By Israel M. Kirzner. Chicago: The University of Chicago Press, Journal of Behavioral Economics, Volume 8, Issue 2, Pp183-188
  • 1981,
    • Patrick J. Gunning, commentaire sur le livre d'Israel M. Kirzner, Perception, Opportunity, and Profit: Studies in the Theory of Entrepreneurship, Southern Economic Journal, Vol. 47, No. 3, Jan., pp871-873
    • Jack High, "Capitalism and entrepreneurship", Commentaire du livre d'Israel M. Kirzner, dir., "Perception, Opportunity, and Profit", Libertarian review, janvier, pp35-39
    • Frank Spreng, commentaire sur le livre d'Israel M. Kirzner, Perception, Opportunity, and Profit, Journal of Economic Literature, Vol. 19, n°3, septembre, pp1076-1077
  • 1983,
    • Terence W. Hutchison, commentaire du livre d'Israel Kirzner, dir., "Method, Process, and Austrian Economics: Essays in Honor of Ludwig von Mises", The Economic Journal, Vol 93, n°372, Dec., pp920-922
    • George Shackle, « Professor Kirzner on Entrepreneurship », in S. Littlechild (éd.), Austrian Economics, vol. III, An Elgar Reference Collection, pp120-121
  • 1985, Lothar Wegehenkel, "Property Rights and Entrepreneurial Motivation", In: Kurt Leube et Albert Zlabinger, dir., "The political economy of freedom : essays in honor of F.A. Hayek", Philosophia Verlag, The International Carl Menger library, pp227-248 (reprise de la théorie entrepreneuriale d'Israel Kirzner dan un cadre d'analyse institutionnelle)
  • 1987, Jerry Ellig, commentaire du livre d'Israel Kirzner, "Discovery and the Capitalist Process", Market Process, Vol 5, n°2, Fall
  • 1991,
    • David Gordon, commentaire du livre d'Israel Kirzner, "Discovery, Capitalism, and Distributive Justice", The Review of Austrian Economics, Vol 5, n°1, pp117-122
    • Don Lavoie, "The Discovery and Interpretation of Profit Opportunities: Culture and the Kirznerian Entrepreneur", In: Brigitte Berger, dir., The Culture of Entrepreneurship, San Francisco: Institute for Contemporary Studies, pp33-51
    • Traduction en espagnol en 1993, El descubrimiento e interpretación de oportunidades deganancias: la cultura y el empresario kirsneziano, In: Brigitte Berger, dir., La cultura empresarial, México, Gernika
    • Traduction en français en 1994, La découverte et l'interprétation des possibilités de profit : la culture et l'entrepreneur selon Kirzner, In: Brigitte Berger, dir., "Esprit d'entreprise", cultures et societes, Paris: Maxima, ch 10
  • 1992,
    • Karen Vaughn, ‘The Problem of Order in Austrian Economics: Kirzner vs. Lachmann’, Review of Political Economy 4(3), pp251–274
    • Martin Ricketts, Kirzner’s Theory of Entrepreneurship – A Critique, In: Bruce Caldwell et Stephan Boehm, Dir., Austrian Economics: Tensions and New Directions, Boston et al: Kluwer, pp67-84
  • 1993,
    • Mark Blaug, Commentaire du livre d'Israel Kirzner, The Meaning of the Market Process: Essays in the Development of Modern Austrian Economics, The Economic Journal, 103, n°418, mai, pp757-58
    • Stavros Ioannides, “Comment on I. Kirzner’s Notion of Pure Profit”, Journal des Economistes et des Etudes Humaines, 4(2/3), pp329–333
    • Maurice Lagueux, Kirzner versus Becker : Rationality and Mechanisms in Economics, In: Robert F. Hébert, dir., Perspectives on the History of Economic Thought, vol. IX, Themes on Economic Discourse, Method, Money and Trade. Aldershot, England, pp37-50
  • 1994,
    • Donald Boudreaux, Schumpeter and Kirzner on Competition and Equilibrium, In: Peter J. Boettke et David L. Prychitko, Dir., The Market Process. Essays in Contemporary Austrian Economics. Edward Elgar, Aldershot, pp52–61
    • Roger Koppl, Commentaire du livre d'Israel Kirzner, the meaning of market process: Essays in the development of modern Austrian economics, Journal of Economic Behavior & Organization, Volume 24, Issue 2, juillet 1994, pp245-248
    • Stephen Shmanske, On the Relevance of Policy to Kirznerian Entrepreneurship, Advances in Austrian Economics, vol. 1, pp199-222
  • 1998, David L. Prychitko, “Hayekian Socialism: Rethinking Burczak, Ellerman, and Kirzner”, Rethinking Marxism, 10(2), pp75–85
  • 1999, William Butos et Roger Koppl, Hayek and Kirzner at the Keynesian Beauty Contest, Journal des économistes et des études humaines, Vol 9, n°2-3, pp257-278
  • 2012,
    • a. Adriano Gianturco, "L'imprenditorialita di Israel Kirzner. L'etica della propietà" ("L'entrepreneuriat d'Israël Kirzner L'éthique de la propriété"), Rubbettino
      • Traduit en portugais en 2014, "O Empreendedorismo de Israel Kirzner" ("L'entrepreneuriat d'Israël Kirzner"), Editora Instituto Mises Brasil
    • b. John W. Cadogan, Olli Kuivalainen, Kalevi Kyläheiko, Sanna Sundqvist, "Kirznerian and Schumpeterian entrepreneurial-oriented behavior in turbulent export markets", International Marketing Review, Vol 29, n°2, pp203-219
  • 2013, Deirdre McCloskey, "A Hayekian/Kirznerian Economic History of the Modern World", In: R. Frantz et R. Leeson, dir., "Hayek and Behavioral Economics", Archival Insights into the Evolution of Economics, vol 4, Palgrave Macmillan
  • 2015,
    • Katherine Gundolf , "Israël M. Kirzner. L’entrepreneur alerte", In: Karim Messeghem, Olivier Torrès, dir., "Les grands auteurs en entrepreneuriat", Ems Management Et Societes, pp157-170
    • Vincent Geloso, "Deirdre Mccloskey, Kirznerian Growth and The Role of Social Networks", Economic Affairs, Vol 35, n°3, pp453-463
    • Maria Minniti, "On the Economy-Wide Implications of Kirznerian Alertness", In: Peter Boettke et Christopher Coyne, dir., "The Oxford Handbook in Austrian Economics", Oxford University Press, pp529-546
    • Joseph Ngijol, "Israel M. Kirzner : les opportunités au cœur de la dynamique entrepreneuriale", Revue de l’Entrepreneuriat, Vol 14, pp99-115
  • 2016, Henrik Berglund, Per Blenker, Steffen Korsgaard, Claus Thrane, "A Tale of Two Kirzners: Time, Uncertainty, and the “Nature” of Opportunities", Entrepreneurship Theory and Practice, Vol 40, n°4, pp867-889

Liens externes

Archives audio

Archives Video

  • "The History and Importance of the Austrian Theory of the Market Process", conférence d'Israel M. Kirzner, organisée par le Mercatus Center, de l'université George Mason en 2016. Dans ce discours, le professeur Kirzner examine l'histoire de la pensée de l'école autrichienne d'économie, en se concentrant spécifiquement sur les développements au cours du 20ème siècle, pour développer un lien entre la théorie autrichienne du processus du marché et la notion de subjectivisme comme idée centrale de l'école autrichienne.

Textes

Kurt.jpg Accédez d'un seul coup d’œil à toute la série des articles de Wikibéral concernant les célébrités libérales, libertariennes et assimilées.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.