Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Auto-efficacité entrepreneuriale

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

Le sentiment d'efficacité personnelle fait référence à l'approche cognitiviste introduite par Albert Bandura. Cela concerne la confiance qu’une personne pense disposer afin d'accomplir une tâche spécifique ou un ensemble de tâches connexes à venir. Un individu juge le succès avec lequel il peut exécuter des actions pour un résultat spécifique. L'auto-efficacité entrepreneuriale s'agit donc d'une perception d'un individu sur lui-même de ce qu'il est capable d'accomplir avec succès les tâches et les rôles d'un entrepreneur. Elle soutient l'effort des actions précises de l'entrepreneur et consolide son cadre de pensée entrepreneurial dans les phases d'exploration et d'exploitation d'opportunités entrepreneuriales durant le processus entrepreneurial.

Les croyances d'un entrepreneur dans sa réussite

Les croyances dont dispose à un moment donné un individu déterminent sa façon de penser, d'agir et de percevoir son contexte entrepreneurial. Cette confiance peut être basée sur la possession de connaissances supérieures dans une opportunité entrepreneuriale, ou en raison de la connaissance supérieure des besoins du marché et / ou de la maîtrise de connaissances technologiques afin de répondre à ces besoins.

Le sentiment d'efficacité personnel explique les raisons de l'énergie employée par les porteurs de projets dans leur démarche entrepreneuriale par rapport à ceux qui ne disposent pas de ces croyances en leur efficacité personnelle. Il existe de nombreuses personnes qui souhaitent se lancer dans l'entrepreneuriat en souhaitant accomplir de nouvelles choses dans leur vie et en souhaitant donner un sens à leur vie. Toutefois, le passage à l'acte est souvent impossible. Il existe une raison cognitive expliquée pat le sentiment d'auto-efficacité personnel. L'engagement dans l'action n'est pas une chose facile en raison de l'inertie mentale. Il faut souvent faire un premier pas entrepreneurial. Ceux qui ont déjà tenté l'expérience s'en sortent mieux que d'autres. Le sentiment d'auto-efficacité personnelle joue un rôle positif décisif car un individu qui estime pouvoir disposer d'une maîtrise sur des actions, déjà expérimentées et réussies, réalisent une nouvelle tâche similaire ou proche à celle de l'expérience, avec plus de succès, laquelle expérience renforce son sentiment d'efficacité personnelle.

L'auto-efficacité entrepreneuriale dans la théorie autrichienne de l'entrepreneuriat

L'auto-efficacité entrepreneuriale perçue représente le jugement de sa propre capacité à exécuter une action et à produire des niveaux de performance préalablement fixés. Il existe donc une relation positive entre les niveaux élevés d'auto-efficacité et l'activité entrepreneuriale individuelle. Si les entrepreneurs adoptent des schèmes avec des pensées contenant une vigilance sur les opportunités de marché, cela est renforcé par les anticipations d'auto-efficacité. Il existe donc une relation directe entre les schèmes de pensées entrepreneuriales et les perceptions de l'auto-efficacité. Cette liaison est également représentée comme une influence réciproque, c'est-à-dire que l'auto-efficacité perçue peut influencer l'entrepreneur si, dans son schéma de pensée, le chemin vers l'opportunité est rempli d'obstacles. En résumé, l'auto-efficacité influence l'initiation, l'intensité et la persistance du comportement. Les personnes avec une grande auto-efficacité essaient des tâches plus difficiles, exercent plus d'efforts pour les accomplir, et sont plus tenaces dans leurs efforts lorsqu'elles rencontrent des obstacles.

Il existe un autre point de rencontre entre la théorie de l'auto-efficacité entrepreneuriale et la théorie autrichienne de l'entrepreneuriat. Le marché, pris dans son ensemble, à la fois abstrait et concret, est un lieu d'échange et d'observation pour un individu. Un entrepreneur apprend[1] de ses propres expériences mais aussi de celles des autres. Le marché agit comme un apprentissage vicariant. Il est un révélateur de modèles entrepreneuriaux soit parce qu'un individu est témoin du succès des autres dans la réalisation de leurs tâches, soit parce qu'il en prend connaissance via les médias, d'où l'importance des biographies des entrepreneurs pour se forger des modèles sociaux d'entrepreneuriat à succès. Avoir proche de soi ou lire des témoignages de réussite entrepreneuriale renforce le sentiment d'efficacité personnel. Car, un individu se projette et estime alors que la situation qu'il/elle doit surmonter est potentiellement réalisable. Du même ordre, l'éducation entrepreneuriale, dans les écoles de formation spécialisées ou non, sont des lieux privilégiés de rencontres avec des entrepreneurs dont les affaires sont des modèles pour les apprentis entrepreneurs et les entrepreneurs novices.

L'auto-efficacité se rapporte davantage à la motivation intrinsèque d'un individu dans la phase de cognition entrepreneuriale. Une auto-efficacité accrue conduit à une perception plus fine des opportunités avec des occurrences plus nombreuses. L'auto-efficacité influence la mise au point sur la focalisation du cadre de perception des opportunités, mais elle a cependant plus de difficulté à contribuer à la perception fine des menaces économiques ou réglementaires et des poids culturels qui pèsent sur le succès futur de l'entreprise.

Annexes

Notes et références

  1. En sachant apprendre et en réfléchissant continuellement sur le processus d'apprentissage, l'entrepreneur accroît son sentiment d'auto-efficacité. Cela s'accompagne avec ses aptitudes à la communication et au travail d'équipe, afin de bien travailler avec les autres et d'être ouvertement communicatif. La créativité, en particulier, en appliquant des compétences à des situations nouvelles et inconnues, offre la possibilité à l'entrepreneur de s'adapter et d'être flexible dans son approche. Un autre point, de l'entrepreneur en situation d'auto-efficacité, il alloue des valeurs positives à l'apprentissage.

Bibliographie sur l'auto-efficacité entrepreneuriale

  • 1994, N. G. Boyd, G. S. Vozikis, "The impact of self-efficacy on the development of entrepreneurial intentions and actions", Entrepreneurial Theory and Practice, 18(4), pp63-77
  • 1998, Chao C. Chen, Patricia Gene Greene, Ann Crick, "Does entrepreneurial self-efficacy distinguish entrepreneurs from managers?", Journal of Business Venturing, Vol 13, n°4, pp295-316
  • 1999, A. F. DeNoble, S. B. Ehrlich, D. Jung, "Entrepreneurial self-efficacy: The development of a measure & its relationship to entrepreneurial action", In: R. D. Reynolds, William D. Bygrave, S. Manigart, C. M. Mason, G. D. Meyer, H. J. Sapienza, K. G. Shaver, dir., "Frontiers of Entrepreneurship Research", pp73-87
  • 2005,
    • D. P. Forbes, "The effects of strategic decision making on entrepreneurial self-efficacy", Entrepreneurship Theory and Practice, 29(5), pp599-626
    • R. D’Intino, J. Kickul, "Measure for measure: Modeling entrepreneurial self-efficacy into instrumental tasks within the new venture creation process", New England Journal of Entrepreneurship, 8(2), pp40–48
  • 2007,
    • S. D. Barbosa, M. W. Gerhardt, J. R. Kickul, "The Role of Cognitive Style and Risk Preference on Entrepreneurial Self-Efficacy and Entrepreneurial Intentions", Journal of Leadership & Organizational Studies, Vol 13, n°4, pp86-104
    • J. R. Kickul, D. Marlino, F. Wilson, "Gender, Entrepreneurial Self-Efficacy, and Entrepreneurial Career Intentions: Implications for Entrepreneurship Education”, Entrepreneurship Theory and Practice, vol 31, n°3, pp387-407
  • 2008,
    • Robert Baron, K. M. Hmieleski, "When does entrepreneurial self-efficacy enhance versus reduce firm performance?", Strategic Entrepreneurship Journal, Vol 2, pp57–72
    • A. Corbett, K. Hmieleski, "The contrasting interaction effects of improvisational behavior with entrepreneurial self-efficacy on new venture performance and entrepreneur work satisfaction", Journal of business venturing, Vol 23, n°4, pp482–496
  • 2009,
    • S. D. Barbosa, L. K. Gundry, J. Kickul, L. Whitcanack, "Intuition versus analysis? testing differential models of cognitive style on entrepreneurial self-efficacy and the new venture creation process", Entrepreneurship Theory and Practice, 33(2), pp439-453
    • A. Kirketerp, R. Mauer, H. Neergaard, "Self-efficacy: Conditioning the entrepreneurial mindset", In: A. Carsrud, M. Brännback, dir., "The Entrepreneurial Mind", New York: Springer, pp233–258
  • 2010,
    • M. S. Cardon, M. Drnovšek, J. Wincent, "Entrepreneurial self-efficacy and business start-up: developing a multi-dimensional definition", International Journal of Entrepreneurial Behaviour & Research, 16(4), pp329-348
    • A. C. Gulluce, C. N. Karabey, A. Naktiyok, "Entrepreneurial self-efficacy and entrepreneurial intention: the Turkish case", International Entrepreneurship and Management Journal, 6(4), p419-435
  • 2012, O. Brunel, E. M. Laviolette, M. Radu Lefebvre, "The impact of story bound entrepreneurial role models on self-efficacy and entrepreneurial intention", Int. J. Entrepr. Behav. Res., Vol 18, pp720–742
  • 2014,
    • Kathryn Densberger, "The Self-Efficacy and Risk-Propensity of Entrepreneurs", Journal of Enterprising Culture, Vol 22, n°4, December, pp437–462
    • Dino Dimov, P. Piperopoulos, "Burst bubbles or build steam? Entrepreneurship education, entrepreneurial self-efficacy, and entrepreneurial intentions", Journal of Small Business Management, Vol 52, n°2
    • Nicoletta G. Dimitrova, Yuval Engel, Svetlana N. Khapova, Tom Elfring, "Uncertain but able: Entrepreneurial self-efficacy and novices׳ use of expert decision-logic under uncertainty", Journal of Business Venturing Insights, Vol 1-2, December, pp12-17
  • 2015, Nur Khusniyah Indrawati, Ubud Salim, N. A. Djumahir, A. Helmi Djawahir, "The Mediating Role of Entrepreneurial Alertness in Relationship between Environmental Dimensions and Entrepreneurial Commitment: entrepreneurial Self-Efficacy as Moderating Variables", International Journal of Entrepreneurship and Small Business, 26 (4), pp467–489
  • 2017,
    • R. D. Cotton, K. H. Dan, J. Wiklund, "Success, failure, and entrepreneurial reentry: an experimental assessment of the veracity of self-efficacy and prospect theory", Entrep. Theory Pract., Vol 41, pp19–47
    • R. Hu, Y. Ye, "Do Entrepreneurial Alertness and Self-Efficacy Predict Chinese Sports Major Students Entrepreneurial Intention?", Social Behavior and Personality: An International Journal, 45 (7), pp1187–1196
  • 2018,
    • Elisabeth S.C. Berger, Leif Brändle, Stephan Golla, Andreas Kuckertz, "I am what I am - How nascent entrepreneurs’ social identity affects their entrepreneurial self-efficacy", Journal of Business Venturing Insights, Vol 9, June, pp17-23
    • M. Cohen, A. Newman, M. Obschonka, S. Schwarz, I. Nielsen, "Entrepreneurial self-efficacy: a systematic review of the literature on its antecedents and outcomes, and an agenda for future research”, Journal of Vocational Behavior, Vol 110, Part B, pp403-419
  • 2019, H. Wang, W. Wu, C. Zheng, Y. J. Wu, "Effect of narcissism, psychopathy and Machiavellianism on entrepreneurial intention-the mediating of entrepreneurial self-efficacy", Front. Psychol., Vol 10

Articles connexes




Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.