Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Charles de Rémusat

De Wikiberal
Charles de Rémusat
Historien, homme politique

Dates 1797 - 1875
Charles de Rémusat.jpeg
Tendance
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Charles de Rémusat

Charles François Marie comte de Rémusat, dit Charles de Rémusat, né et mort à Paris (14 mars 1797 - 6 juin 1875) est un homme politique et un philosophe français dont la carrière s'étend de la Restauration à la fondation de la Troisième République. En philosophie, Charles de Rémusat a été un spiritualiste de l'école de Victor Cousin ; en politique, un doctrinaire, ami de Royer-Collard, de Guizot puis de Thiers.

Biographie

D’une bonne famille de Toulouse, son père chambellan de Napoléon s’est rallié à la Restauration et sa mère, petite-nièce de Vergennes et cousine de Pasquier, dame du palais de l’impératrice Joséphine, a beaucoup contribué à son éducation à son goût pour les lettres. Il collabore aux Tablettes, au Courrier français, à la Revue des Deux-Mondes, au Globe, et signe la protestation contre la loi sur la presse ; il écrit des traductions de Gœthe et de Cicéron et un roman dramatique, Abélard. Il entame avec Guizot, une amitié durable en 1818 : « je crois qu'aucun homme n'a exercé plus d'influence que Guizot sur moi » devait-il écrire dans ses Mémoires.

Sous Louis-Philippe, il est député de Haute-Garonne (1830-1848) et ministre de l'Intérieur en 1840 dans le gouvernement Thiers avant de passer dans l’opposition à Guizot : il est aprtisan d'une réforme parlementaire et électorale. Il appartient ensuite aux Assemblées Constituante et Législative toujours comme député de Haute-Garonne. Proscrit au Coup d’État en 1851, il rentra en août 1852 ; il se rallie à l'Empire libéral, En 1869, il fonda à Toulouse le Progrès libéral, journal d'opposition modérée.

Ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement de Thiers en 1871, il refuse les ambassades de Londres et de Vienne. Son échec à la députation à Paris en 1873 entraîne la chute de Thiers ; il retrouve cependant le siège de député dans la Haute-Garonne peu après et approuve les lois constitutionnelles fondant la Troisième République en 1875.

Élu à l'Académie le 8 janvier 1846 en remplacement de Pierre-Paul Royer-Collard, il est reçu par Emmanuel Dupaty le 7 janvier 1847, son discours de réception est un triomphe pour lui : « Ça été là un de ces beaux jours où le talent, au moment où il la reçoit, justifie magnifiquement sa couronne. » (Sainte-Beuve). Il reçoit Jules Favre et vote contre Théophile Gautier. Il était, en outre, de l'Académie des Sciences morales et politiques.

Oeuvres

  • 1820 : De la procédure par jurés en matière criminelle. De la loi électorale
  • 1840 : Du paupérisme et de la charité légale
  • 1842 : Essais de philosophie, 2 vol.
  • 1845 : De la philosophie allemande
  • 1845 : Abélard, 2 vol.
  • 1847 : Passé et présent, mélanges, 2 vol.
  • 1852 : Saint Anselme de Canterbury, 2 vol.
  • 1856 : L'Angleterre au XVIIIe siècle, 2 vol.
  • 1857 : Bacon, sa vie, son temps. Channing, sa vie et ses œuvres
  • 1860 : Politique libérale, ou fragments pour servir à l'histoire de la Révolution française
  • 1864 : Philosophie religieuse : de la théologie naturelle en France et en Angleterre
  • 1870 : John Wesley et le méthodisme
  • 1875 : Histoire de la philosophie en Angleterre depuis Bacon jusqu'à Locke, 2 vol.

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.