Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Joseph Garnier

De Wikiberal
Joseph Garnier
Économiste

Dates 1813-1881
Tombe de Joseph Garnier au cimetière du Montparnasse (Creative Commons, Jospe).JPG
Tendance Minarchiste, École de Paris
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Joseph Garnier

Clément Joseph Garnier né à Beuil, Alpes-Maritimes le 3 octobre 1813 et mort à Paris le 25 septembre 1881, est un économiste influent du XIXe siècle. Il a été l'ami de Frédéric Bastiat et une figure de l’école française du laissez-faire dite école de Paris.

Biographie

Fils aîné de modestes cultivateurs, il fait ses humanités à Draguignan et vient à Paris au début de 1830. Le directeur de l’école du commerce et compatriote, Adolphe Blanqui, le garde ensuite comme répétiteur et l’aide de ses conseils et de ses encouragements. Professeur à l’École supérieure du commerce en 1835, il en devient directeur de 1836 à 1838. Il professe pendant cinquante ans l’économie politique : également, à partir de 1846, à l’École des Ponts et Chaussées. Il collabore au Dictionnaire du Commerce de 1837, fonde en 1842 avec Gilbert Guillaumin, la Société d'Économie politique, dont il devait être jusqu’à sa mort le secrétaire perpétuel et en 1846, lié tout particulièrement à Richard Cobden, la société de libre-échange. En revanche, en matière de population, il partage totalement les idées de Thomas Malthus. Il est élu le 24 mai 1873, dans la section Économie politique, au fauteuil laissé vacant par le décès de Charles Dupin, à l’Académie des Sciences Morales et Politiques. À la fin de sa vie, il participe un peu à la vie politique en se faisant élire sénateur des Alpes-Maritimes, son département d'origine (1876-1881), sans jouer un grand rôle dans les débats parlementaires.

Il a cherché à vulgariser l’économie politique dès 1846 dans ses Éléments de l’économie politique, exposant les notions fondamentales de cette science. Il a collaboré au Journal des Économistes, au Nouveau Journal des connaissances utiles, à l’Annuaire de l’économie politique et au Dictionnaire de l’économie politique de Charles Coquelin dont il rédige la plupart des notices historiques. « Il était classique, dans le sens à la fois le plus restreint et le plus étendu de ce mot » (Renaudin).

Joseph Garnier a été de longues années un des vice-présidents de la Société française des amis de la paix. À ce titre il avait participé aux congrès internationaux de 1850 et de 1878.

Publications

  • 1834, "Saint-Simon", In: Charles Coquelin et G. Guillaumin, dir., Dictionnaire de l'économie politique, volume 2, Paris, Guillaumin et Hachette, 2ème ed., pp566-570
  • 1837, "Introduction à l’économie politique"
  • 1846, "Éléments d’économie politique", Paris : Guillaumin
  • 1847, Richard Cobden, les ligueurs et la Ligue
  • 1847, L’association, l’économie politique et la misère
  • 1847, Études sur les profits et les salaires
  • 1848, Le droit au travail à l’Assemblée nationale
  • 1850, Congrès des amis de la paix
  • 1857, Du principe de population
  • 1857, Éléments de finances, suivis d’éléments de statistique
  • 1858, Tableau des causes de la misère et des remèdes que l’on peut y apporter
  • 1864, Premières notions d’économie politique ou sociale
  • 1872, Traité des finances : l’impôt en général
  • 1873, "Traité d'économie politique sociale ou industrielle : exposé didactique des principes et des applications de cette science et de l'organisation économique de la société", Paris : Garnier Frères, Septième édition
  • 1875, "Premières notions d’économie politique ou sociale, ou industrielle", Paris : Guillaumin

Source

  • Edmond Renaudin notice dans le Nouveau Dictionnaire d'Économie politique (dir. Léon Say et Joseph Chailley), Paris 1900, t. I p. 1097-1098

Lien externe

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.