Minarchisme

De Wikiberal

Le minarchisme est une théorie politique appelant de ses vœux un État minimum ou État minimal, réduit dans de strictes limites de légitimité, si bien que le minarchisme ne peut être assimilé à une forme d'étatisme (lequel suppose une idéologie absolutisant l'appareil d'État).

B0.jpg Discussions sur le forum
Critique Du Minarchisme (for)
Taille d'un État minarchiste (for)
Le Seul Projet Sérieux D'État Minarchiste (for)

Définition

Les termes de minarchisme et de minarchie, qui datent vraisemblablement des années 1970, sont des équivalents français des mots anglais minarchism et minarchy. Le terme a été créé par Samuel Edward Konkin III afin de distinguer les anarcho-capitalistes des partisans d'un État minimal[1].

L'État étant caractérisé comme un monopole de la violence, ses prérogatives légitimes sont souvent identifiées aux seuls domaines où la violence est justifiée, les « fonctions régaliennes » de l'État : le maintien de l'ordre, la justice, la défense du territoire :

« Quelles sont les choses que les hommes ont le droit de s’imposer les uns aux autres par la force ? Or, je n’en sais qu’une dans ce cas : c’est la justice. Je n’ai pas le droit de forcer qui que ce soit à être religieux, charitable, instruit, laborieux ; mais j’ai le droit de le forcer à être juste : c’est le cas de légitime défense. Or, il ne peut exister, dans la collection des individus, aucun droit qui ne préexiste dans les individus eux-mêmes […] L’action gouvernementale […] est essentiellement bornée à faire régner l’ordre, la sécurité, la justice. »
    — Frédéric Bastiat, Avis à la jeunesse, 1830

Alors que les anarcho-capitalistes, et leurs précurseurs, comme Gustave de Molinari, pensent qu'une concurrence peut exister en matière de sécurité, sans une autorité suprême comme celle de l'État, les minarchistes estiment qu'une telle concurrence est impossible :

« M. Bastiat (...) croit que les fonctions de l’État doivent être circonscrites dans la garantie de la justice et de la sécurité ; mais, comme cette garantie n'existe que par la force, et que la force ne peut être que l'attribut d'un pouvoir suprême, il ne comprend pas la société avec un pareil pouvoir attribué à des corps égaux entre eux, et qui n'auraient pas un point d'appui supérieur. »
    — Annales de la Société d'Économie Politique, réunion du 10 octobre 1849, 1889

On parle alors d'État gendarme. Parfois, les minarchistes assignent aussi à l'État des infrastructures qu'ils jugent essentielles, comme par exemple la voirie, mais de très larges domaines comme l'éducation, la santé ou la monnaie continuent de ressortir à l'initiative privée.

On ne peut confondre les tenants du minarchisme avec les sociaux-démocrates ni les néo-conservateurs, qui ont une vision très interventionniste du maintien de l'ordre par l'État. En réalité, ils sont généralement très proches de l'anarcho-capitalisme, à quelques nuances près.

Minarchisme et libéralisme classique

Au vu de la définition supra, il apparaît que le minarchisme défend les idéaux du libéralisme classique. Cette dénomination plus récente a servi aux auteurs anglo-saxons des années 70 (mais dans une bien moindre mesure que le terme libertarianism), attachés aux valeurs et principes libéraux classiques, à se démarquer de l'usage devenu très social-démocrate du terme liberalism (par exemple John Rawls).

Dans le monde francophone, il est employé à des fins voisines depuis une quinzaine d'années. Car, en France notamment, la confusion — préjudiciable pour les vrais libéraux classiques — avec les "libéraux" politiques (qui s'arrogent donc l'étiquette de "libéraux classiques") est devenue de plus en plus fréquente.

Notes et références

  1. An Agorist Primer, p. 102

Auteurs minarchistes

Beaucoup d'auteurs libéraux, notamment des économistes, n'ont pas toujours clairement explicité la fonction qu'ils attribuaient à l'État, voire s'ils refusaient jusqu'à l'existence de l'État. Aussi peut-il être difficile de savoir précisément à quelle branche du libéralisme ils appartiennent, même si l'on peut supposer que certains d'entre eux se rapprochaient du minarchisme. C'est notamment le cas des physiocrates, de Turgot, Condillac, Benjamin Constant, Jean-Baptiste Say, Destutt de Tracy et bien d'autres.

XVIIe siècle

John Locke

XVIIIe siècle

Wilhelm von Humboldt Thomas Jefferson

XIXe siècle

Frédéric Bastiat, Auberon Herbert, John Prince Smith, Herbert Spencer

XXe siècle

James M. Buchanan, Richard Epstein, Ludwig von Mises, Charles Murray, Robert Nozick, Ayn Rand, Leonard Read, Thomas Szasz

Citations

  • « Un État minimal, limité de façon étroite aux fonctions de protection contre la violence, le vol, l'escroquerie, et pour assurer le respect des contrats privés, est justifié. Toute extension de ces fonctions viole le droit des individus à ne pas être contraints, et est donc injustifiée. »
        — Robert Nozick, Anarchie, État Et Utopie, 1974
  • « Le libéralisme intelligent consiste […] à tracer fermement la limite en deçà de laquelle le pouvoir central doit être très puissant, au-delà de laquelle il doit n'être rien du tout. »
        — Ludwig von Mises, Libéralisme, 1927
  • « C'est une grande question de savoir s'il n'est pas dans la nature d'une force incontestablement dominante d'abuser toujours d'elle-même. Quant à moi, je ne m'y fie pas, et j'aimerais autant attendre d'une pierre qui tombe la puissance qui doit l'arrêter dans sa chute, que de confier à la force sa propre limite. »
        — Frédéric Bastiat, Sophismes économiques
  • « Le libéral accepte comme un moindre mal une autorité dont la seule vocation serait précisément de faire respecter les droits individuels. En pratique cela veut dire un État limité aux seules fonctions dites "régaliennes" : la Justice, la Police, et la Défense Nationale, ce qui implique une Diplomatie. Toutes les autres fonctions sont mieux accomplies par la libre association d'individus. »
        — Jacques de Guenin
  • « Les droits appartiennent aux individus, pas aux groupes. La propriété devrait être celle des individus, pas du gouvernement. Toutes les associations volontaires (économiques ou sociales) devraient être permises. Le rôle du gouvernement est de maintenir l'intégrité de la monnaie, pas de s'engager dans des manœuvres frauduleuses. Le gouvernement n'existe que pour protéger la liberté, pas pour redistribuer la richesse ni accorder des privilèges particuliers. La vie et les actions du peuple sont de sa seule responsabilité, pas de celle du gouvernement. »
        — Ron Paul, The Ron Paul Freedom Principles
  • « Potentiellement, un gouvernement est la plus dangereuse menace aux droits de l'homme : il détient un monopole légal sur l'utilisation de la force physique contre des victimes légalement désarmées. Lorsqu'il est illimité et non assujetti au respect des droits individuels, un gouvernement est l'ennemi le plus mortel des hommes. »
        — Ayn Rand
  • « Que nous faut-il pour faire de nous un peuple heureux et prospère ? Un gouvernement sage et frugal, qui retiendra les hommes de se porter tort l'un à l'autre, et pour le reste les laissera libres de régler leurs propres efforts d'industrie et de progrès, et n'enlèvera pas de la bouche du travailleur le pain qu'il a gagné. Voilà le résumé du bon gouvernement, et voilà ce qui est nécessaire pour boucler le cercle de nos félicités. »
        — Thomas Jefferson, Discours inaugural, 4 mars 1801
  • « Le seul but légitime d’un gouvernement est de protéger les droits de l’homme, ce qui signifie: le protéger de la violence physique. Un gouvernement légitime est simplement un policier agissant comme agent d’autodéfense, qui ne doit donc utiliser la force que contre ceux qui en prennent l’initiative. Les seules fonctions légitimes d’un gouvernement sont: la police, pour vous protéger des criminels; l’armée, pour vous protéger des envahisseurs étrangers; et la justice, pour protéger votre propriété et vos contrats du pillage et de la fraude, et mettre fin aux discordes selon des règles rationnelles, en application de lois objectives. »
        — Ayn Rand, Atlas Shrugged, Discours de John Galt
  • « Le minarchiste est un anarchiste qui ne le sait pas encore. »
        — Stéphane Geyres

Voir aussi

Liens externes

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.