Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Loi de Savas

De Wikiberal

La loi de Savas (Savas's Law) est une loi économique mise en évidence par Edward Savas et selon laquelle le secteur privé est entre 20 et 40% moins cher que le secteur public pour un service collectif équivalent. Ainsi, selon les calculs de Savas dans le cas américain, l'économie est de 42% pour les ordures, 73% pour le nettoyage des bureaux, 56% pour l'entretien de la signalisation lumineuse, 40% pour la tonte du gazon ou encore 37% pour l'émondage des arbres[1].

David Friedman a exprimé une loi semblable dans son ouvrage Vers une société sans État : le coût d'un service public est le double du même service dans le privé.

En France, cette loi est vérifiable dans de nombreux domaines. Par exemple, un élève en classe préparatoire publique coûte à la collectivité plus de 14 000€ par an, alors que les frais de scolarité s’élèvent à 7 500€ dans le privé chez Ipesup (chiffres 2007). De même, une étude de 2011 de l'Ifrap[2] montre que l’enseignement public serait entre 30 et 40 % plus cher que le privé. Une opération de l'appendicite coûte en France deux fois plus cher dans un hôpital public que dans un hôpital privé[3]. L'assurance-santé publique obligatoire, en France, coûte beaucoup plus cher que l'assurance-santé privée vendue par les compagnies d'assurances[4].

L'explication économique de ce fait est simple : le service public n'a aucune incitation à la rentabilité (puisqu'il est subventionné moins par ses usagers que par la coercition fiscale), au contraire du privé, pour qui la rentabilité est une question de survie. Ce manque d'incitation se traduira par des gaspillages, des sur-effectifs, une forte inertie du personnel (avec un usage fréquent de la grève), de la bureaucratie, des tâches improductives faites au nom du prétendu "intérêt général", des retards technologiques, etc.

Les cas où le service public est en apparence moins cher que le service privé s'expliquent aisément par les subventions étatiques affectées au service public (pour donner à l'usager une apparence de gratuité ou de coût bas), subventions dont le secteur privé ne profite évidemment pas, ce qui l'oblige à afficher le "vrai coût" de ses services, à la différence du secteur public. Toute comparaison est faussée dans ce cas de figure.

La contrepartie de la loi de Savas est que les fonctionnaires sont mieux payés que s'ils étaient dans le secteur privé, à qualification égale. Cela se constate dans tous les pays, même si cette meilleure position est souvent habilement cachée aux yeux des observateurs par les étatistes (sécurité de l'emploi, horaires de travail favorables, divers avantages en nature, meilleures retraites, etc.).

Notes et références

  1. Guy Sorman, La Solution libérale, Fayard, 1984, p.214
  2. Éducation : l’enseignement public beaucoup plus cher que le privé
  3. Rapporté par Éric Brunet sur RMC le 14/07/2011 (il s'agissait en l'occurrence de l'hôpital de Draguignan et de la polyclinique Notre Dame de la même ville).
  4. Son coût est masqué par la structure du salaire en France, de plus le coût est proportionnel au salaire, alors qu'une prime d'assurance ne dépend que du risque couvert.
,

Voir aussi

Liens externes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.