Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Privatisation

De Wikiberal

La privatisation est une action consistant à transférer au secteur privé des pans d'activité dépendant préalablement de la puissance publique.

Privatisations.jpg

Arguments en faveur des privatisations

B0.jpg Discussions sur le forum
"L'électricité Aux Usa. C'est vrai que ça flambe ?" (for)
"Trains En Angleterre..." (for)
"Le Train "privé"" (for)
"Privatisation De La Sncf. Avec ou sans les chemins de fers ?" (for)
"Sur La Privatisation Des Chemins De Fer" (for)
"Privatisation Du Droit. Méthode" (for)
  • l'État n'est pas incité naturellement à assurer le bon fonctionnement des entreprises qu'il détient, alors que les propriétaires privés y sont contraints (sous peine de disparaître du marché) ; pour cette raison, les entreprises privatisées deviennent plus efficaces.
  • l'entreprise privatisée est débarrassée de l'interférence de la politique ; ses dirigeants ne sont plus choisis pour des raisons politiques ; son objectif correspond à une logique économique et non plus politique ou "sociale" (dans le mauvais sens du mot) ; la corruption n'existe plus puisque les décideurs sont également les payeurs.
  • la privatisation contribue à alléger le fardeau fiscal que supporte le contribuable, contraint de financer malgré lui des services non profitables.

Faux arguments contre les privatisations

  • à gestion égale, allégeant en apparence l'impôt du contribuable, la privatisation augmente en fait le coût total effectif du consommateur, puisqu'il faut rajouter le profit reversé aux actionnaires : mauvaise définition du profit, qui est ce qui reste à l'entrepreneur quand tout a été payé, et non pas un surplus fixé a priori qui impacterait le "coût total effectif" ; il est évidemment plus juste que le consommateur paye les produits et services qu'il achète pour son usage propre plutôt que le contribuable, payeur aveugle. Les cas de privatisation où le coût total pour le consommateur s'est accru s'expliquent économiquement (privatisation "encadrée" soumise à une règlementation abusive qui empêche d'atteindre un équilibre économique ; privatisation qui succède à une gestion publique subventionnée qui aboutissait à des prix artificiellement bas).
  • la logique économique est en général en opposition avec l'intérêt général. La nationalisation permet d'imposer un traitement égal pour tous les citoyens (eau, téléphone, poste, électricité, routes, train, …) : l'intérêt général est une pure fiction au nom de laquelle certains contribuables payent pour les autres, c'est la justification du collectivisme ; le traitement soi-disant "égal" suppose que l'on vole les uns au profit des autres (voir égalitarisme).
  • les entreprises ont pris l'habitude de nationaliser leurs pertes et de privatiser leurs profits : la nationalisation permet d'éviter ce jeu de dupe : les libéraux, au nom du principe de responsabilité, sont contre la "nationalisation des pertes", qui est réalisée par des politiciens cherchant à complaire à leur clientèle en sauvant les "canards boiteux" de l'économie. L'argument peut d'ailleurs être retourné quand on constate que sont privatisés des services déficitaires qui seront renationalisés quand ils redeviennent rentables, fût-ce au prix d'une forte augmentation des coûts, imputée seulement au privé (exemple des réseaux d'eau potable en France).
  • lorsque, dans un domaine, le monopole guette, la nationalisation est le seul moyen d'éviter un pouvoir exorbitant au seul profit de quelques-uns : quand un monopole est aux mains de l'État (pouvoir exorbitant de par la loi du plus fort), nul peut y échapper, quand il est aux mains d'une entreprise privée, n'importe qui peut venir en concurrence pour peu que l'État n'ait pas fermé le marché par une décision autoritaire.
  • Variante de la précédente : La théorie du monopole naturel explique que certaines activités tendant naturellement vers une situation de monopole (réseaux électriques, téléphoniques…) : le coût marginal de production ne cesse de décroître (du fait de l'existence des coûts fixes), cela grève la compétitivité de l'entreprise disposant des parts de marché les moins importantes ; on aboutit à la conception d'un monopole, qualifié pour cette raison de naturel, qui est le pur résultat de la logique de marché. Une fois en situation de monopole, le comportement rationnel de la firme est de fixer un prix largement supérieur au coût marginal. Privatiser une telle entreprise n'est alors pas dans l'intérêt général puisqu'elle peut pratiquer des prix arbitrairement élevés. Cet argument est admis par certains libéraux, mais refusé par d'autres. C'est entre autres l'argument en faveur du "service public à la française" : voir Monopole naturel.

La privatisation des rues

B0.jpg Discussions sur le forum
"Ville Privée" (for)
"Vers Une école Libérale. La privatisation des écoles? Oui mais..." (for)
"La privatisation de l'enseignement ... libéral ?" (for)
"Privatiser La Guerre" (for)
"Privatiser L'eau" (for)
"Water For Sale" (for)

Même si ce sujet n'est pas une de leurs priorités, les libertariens militent pour la privatisation des rues. Bertrand Lemennicier relève les inconvénients de la rue "propriété publique" (c'est-à-dire propriété de personne) : davantage d'accidents, de criminalité, d'encombrements et de pollution, irresponsabilité du "propriétaire collectif" contre lequel les victimes ne peuvent jamais se retourner. Il fait observer que la privatisation des rues n'a rien d'utopique : 3% des rues de Paris sont privées, et il existe même dans le monde plusieurs villes privées (Reston en Virginie, Sandy Springs et Braselton en Géorgie, Irvine, Lakewood et Nipton en Californie, Sun City en Arizona, Magarpatta ou Gurgaon en Inde, etc.).

Walter Block a consacré un livre au sujet (Privatization of Roads and Highways, 2009) : il y développe les mêmes arguments : rentabilité, meilleure sécurité.

La privatisation révolutionnaire

Pour les libertariens (par exemple Murray Rothbard, Confiscation and the Homestead principle, The Libertarian Forum, June 15, 1969), tous les biens publics sont financés par la violence (l'impôt) et doivent être rendus au secteur privé :

Le libertarien voit l'État comme un gigantesque gang de criminels organisés, qui vivent de ce type de vol appelé « fiscalité », dont ils utilisent le produit pour tuer, asservir et malmener le peuple. Par conséquent, toute propriété aux mains de l’État est entre les mains de voleurs, et doit être libérée le plus rapidement possible. Toute personne ou groupe qui libère ces biens de l'emprise de l'État, qui les confisque ou se les approprie, effectue un acte vertueux et rend un service significatif à la cause de la liberté. (Murray Rothbard)

De cette façon, Rothbard semble encourager une forme de "prise au tas" anarchiste. Il propose aussi, de façon plus constructive, les actions suivantes :

  • application du principe du homesteading : les biens publics deviennent la propriété de ceux qui y travaillent ou qui les utilisent (les entreprises publiques à leurs employés, les universités publiques aux étudiants, etc.) ; c'est la méthode la plus fréquemment employée (programme de "désocialisation" des biens publics lancé dans la Yougoslavie de Tito en 1952, programme "Right to Buy" de Margaret Thatcher encourageant les locataires du parc social à racheter leurs logements, etc.)
  • attribution des biens publics aux contribuables en proportion des impôts payés
  • privatisation par coupon

Les autres possibilités sont les suivantes[1] :

  • retrouver les propriétaires originels ou leurs héritiers pour opérer une restitution des biens volés par l’État ;
  • vente aux enchères, mise en vente par des agences privées ;
  • mise en état de non-propriété des terres vierges, mises à la disposition de qui veut les travailler.
  • privatisation par initiative populaire pour les habitants intéressés à acquérir des biens étatiques

Hans-Hermann Hoppe (Democracy - The God That Failed) préconise de privatiser en respectant l'ordre suivant :

  • les héritiers des biens étatisés, s'ils existent et s'ils sont connus, ont priorité pour recouvrer la propriété dont ils ont été spoliés ;
  • le contribuable devient propriétaire des biens publics à proportion des impôts payés[2] ;
  • le homesteading s'applique aux terrains publics inoccupés.

L'exemple à ne pas suivre, la privatisation oligarchique, est fourni par la chute de l'URSS : les biens qui, selon la Constitution de l'URSS, étaient considérés comme "appartenant au peuple", passèrent aux mains des anciens dirigeants du Parti et de leurs alliés, qui devinrent en peu de temps d'importants "entrepreneurs".

Les fausses privatisations

On appelle souvent "privatisation" ce qui n'est qu'une déréglementation partielle ou une concession très encadrée (par exemple, les chemins de fer au Royaume Uni, ou les compagnies électriques aux États-Unis). On a alors beau jeu de démontrer l'"échec" des privatisations, alors que la libéralisation n'est pas totale, que l'État continue de règlementer le marché (au nom de l'"intérêt général" et pour "éviter les abus") et l'empêche de trouver son équilibre (exemple de l'électricité en Californie). C'est comme si l'on vous obligeait à courir le 100 mètres avec un boulet aux pieds et qu'ensuite on vous reproche de ne pas être compétitif...

En France on appelle également "privatisation" une mise sur le marché partielle, l'État gardant la majorité absolue !

B0.jpg Discussions sur le forum
"Qu'est-ce Qu'une "libéralisation"? Attention, sujet difficile et extrêmement important" (for)
"Privatisations Du Gouvernement Villepin" (for)
"Secteurs économiques Stratégiques. Le débat nationalisation-privatisation" (for)
"Si J'étais Ministre Des Finances. Votre programme ?" (for)

Les privatisations menées en général, surtout ces dernières années, n'ont concerné que la distribution, pas les réseaux. Autrement dit, les sociétés gestionnaires ne sont partout que des concessions. Quand il y a une société privée dans le jeu, elle n'est chargée QUE de la distribution. Le réseau et les ressources sont publics, donc personne ne se soucie de la moindre économie.

Le problème est analogue pour l'exploitation outrancière de certaines forêts dans le monde.

Pour les libéraux, il est nécessaire de TOUT privatiser et de TOUT libéraliser, et non de se défaire de certaines activités pour des raisons budgétaires.

Concernant la "privatisation" des autoroutes en France, il ne s'agit en fait que de la privatisation de l'exploitation. Le réseau reste propriété de l'État et ce dernier fixe les règles dans le cahier des charges de l'exploitation. Donc, pour les sociétés sur les rangs, le but sera de prendre un maximum de rente pendant le laps de temps imparti, et de faire le moins possible d'entretien et de développement.

On a pu constater l'échec de ces pseudo privatisations sous contrôle étatique avec l'exemple de l'électricité californienne.

Les libéraux sont donc contre ces privatisations — les actuelles.

Du reste, le terme de « privatisation » ne représente pas grand intérêt (d'ailleurs, tout n'est pas « privatisable », par exemple les activités nuisibles ou illégitimes : les douanes ou le fisc). Pensons encore à la volonté de privatiser le pétrole irakien au bénéfice d'une certaine compagnie américaine…

Ce que les libéraux défendent et expliquent, c'est l'intérêt des libéralisations de tel ou tel secteur. "Privé" ne porte en soit rien de valorisant - le crime privé, cela existe aussi.

La privatisation : Une condition nécessaire mais pas suffisante

La privatisation est une condition nécessaire mais pas suffisante. Il ne suffit pas de privatiser pour libéraliser les domaines économiques et sociaux. Il faut s'orienter vers la mise en concurrence des entreprises privatisées. Le principe de la mise en concurrence est inséparable de celui de la privatisation, car le consommateur ne gagne rien à ce qu'un monopole public soit remplacé par un monopole privé. Une entreprise ou une organisation sociale totalement privatisée et en situation de monopole se comportera comme si elle était encore un organisme étatique.

En France, un bon exemple de cette situation est fourni par les URSSAF, organismes de sécurité sociale qui sont de droit privé, mais s'arrogent le monopole de fait du recouvrement des cotisations sociales, avec la complicité des hommes politiques, en dépit des directives européennes qui impliquent l'abrogation du monopole de la Sécurité Sociale.

Bibliographie

  • 1986, George Yarrow, Privatisation in Theory and Practice. Economic Policy, 1(2), 319-378
  • 1987, David Sapington et Joseph Stiglitz, Privatization, Information, and Incentives, Journal of Policy Analysis and Management, Vol 6, 567-582
  • 1988,
    • Matthew R. Bishop et John A. Kay, Does Privatisation Work: Lessons from the UK. London: Centre for Business Strategies, London Business School
    • Paul Cook et Colin Kirkpatrick, Privatisation in Less Developed Countries: An Overview. In Paul Cook & Colin Kirkpatrick (Eds.), Privatisation in Less Developing Countries. Hemel Hempstead: Harvester Wheatsheaf
    • Randall Fitzgerald, When Government goes private: successful alternatives to Public Services
    • Donald Grunewald, "Privatization at the State and Local Level", The Freeman, Novembre
    • J. Vickers et G. Yarrow, Privatization: an Economic Analysis, Cambridge, Mass.: MIT Press
  • 1989,
    • Mathew R. Bishop et John A. Kay, Privatization in the United Kingdom: Lessons from experience, World Development, 643-657
    • A. Boardman et A. Vining, Ownership and performance in competitive environments: a comparison of the performance of private mixed and state-owned enterprises, Journal of Law and Economics, 32, avril
    • John D. Donohue, "The Privatization Decision: Public Ends, Private Means", New York: Basic Books
    • Peter S. Heller et Christian Schiller, The Fiscal Impact of Privatisation, avec Examples from Arab Countries. World Development, 17(5), 757-767
    • Heidi Wortzel et Lawrence H. Wortzel, Privatization: Not the only answer, World Development, pp633-641
    • George Yarrow, Does Ownership Matter? In C. Veljanovski (Ed.), Privatisation and Competition. London: Institute of Economic Affairs.
  • 1990, Ezra N. Suleiman et John Waterbury, Introduction: Analyzing Privatization in Industrial and Developing Countries. In Ezra N. Suleiman & John Waterbury, dir., The Political Economy of Public Sector Reform and Privatization. Boulder, Co.: Westview Press.
  • 1991, K. Hartley et A. F. Ott, Privatisation and Economic Efficiency, Brookfield, Vermont: Edward Elgar Publishing Company
  • 1992,
    • Christopher Adams, William Cavendish et Percy Mistry, Adjusting Privatization: Case Studies From Developing Countries, James Curry, London
    • V. Bhaskar, Privatization and the developing countries: the issues and the evidence Discussion Paper No.47, Geneva: UNCTAD
    • J. Sachs, Privatization in Russia: some lessons from Eastern Europe, American Economic Review, 82, pp43–48
    • Steve Steckler et Lavinia Payson, Infrastructure, In: privatization for new York: competing for a better future, A Report of the New York State Senate Advisory Commission on Privatization, pp186-214
  • 1993,
    • Jonathan Haskel et Stefan Szymanski, Privatisation, Liberalisation, Wages and Employment: Theory and Evidence for the UK. Economica, 60(238), 161-181
    • B. Martin, In the Public Interest: Privatisation and Public Sector Reform: Zed Books
    • S. R. Mohnot, Privatisation in India. In V. V. Ramanadham (Ed.), Constraints and Impact of Privatisation. London & NY: Routledge
    • George Yarrow, Privatisation in the UK. In V.V. Ramanadham (Ed.), Privatisation in Developing Countries. London & NY: Routledge.
  • 1994,
    • J. Ernst, Whose Utility: The Social Impact of Public Utility Privatisation and Regulation in Britain. Buckingham: Open University Press
    • Ahmed Galal, Leroy P. Jones, Pankaj Tandon et I. Vogelsang, Welfare Consequences of Selling Public Enterprises: An Empirical Analysis. NY: Oxford University Press
    • A. C. Pinheiro et B. R. Schneider, Fiscal Impact of Privatisation in Latin America, Quarterly Review of Economics and Finance, 34(Summer), 9-42
    • P. Saunders et C. Harris, Privatisation and Popular Capitalism. Buckingham: Open University Press
    • W. L. Megginson, R. C. Nash et M. Van Randenborgh, The Financial and Operating Performance of Newly Privatized Firms : An International Empirical Analysis, Journal of Finance, vol. 59, n°2, June, pp403-452
    • J. Svejnar et M. Singer, Using vouchers to privatize an economy: the Czech and Slovak case, Economics of Transition, Vol 2, pp43–69
  • 1995,
    • V. Bhaskar et M. Khan, Privatisation and Employment: A Study of the Jute Industry in Bangladesh. The American Economic Review, 85(1), 267-273
    • C. Harris, Employees and the Privatisation of the Water Industry in England and Wales, In: P. Morgan, dir., Privatisation and the Welfare State: Implications for Consumers and the Welfare. Aldershot: Aldershot
    • C. Karatas, Has Privatisation Improved Profitability and Performance of the Public Enterprises in Turkey? In: Paul Cook & Colin Kirkpatrick (Eds.), Privatisation Policy and Performance: International Perspectives. Hemel Hempstead: Harvester Wheatsheaf
    • Adrian Nelson, Cary L. Cooper et Paul R. Jackson, Uncertainty Amidst Change: The Impact of Privatisation on Employee Job Satisfaction and Well-Being. Journal of Occupational and Organizational Psychology, 85, 57-71
    • A. C. Pinheiro et B. R. Schneider, Fiscal Impact of Privatisation in Latin America, Journal of Development Studies, 31(5), 751-785
    • P. Saunders, Consumers and Privatisation: The Case of Water Industry. Aldershot: Dartmouth
    • J. M. Van Brabanti, On the Economics of Property Rights and Privatisation in Transitional Economics. In Paul Cook & Colin Kirkpatrick (Eds.), Privatisation Policy and Performance: International Perspectives. Hemel Hempstead: Harvester Wheatsheaf
    • William Egger et John O'Leary, Revolution at the Roots: Making Our Government Smaller, Better, and Closer to Home, New York, Free Press
  • 1996,
    • A. Shleifer et R. Vishny, A Theory of Privatization, Economic Journal, Vol 106, pp309-319
    • Jonathan Haskel et K. Szymanski, Privatization and the Labour Markets: Facts, Theory, and Evidence. In: Matthew R. Bishop, J. Kay & C. maier (Eds.), Privatization and Economic Performance. NY: Oxford University Press
    • Robert E. Looney, Privatization of Public Enterprises in Pakistan: Macroeconomic Impacts on Private Industrial Investment. Economia Internazionale, 49(3), 385-400
    • A. Shleifer et D. Vasiliev, Management ownership and Russian privatization, In: R. Frydman, C. Gray, et A. Rapaczynski, Corporate governance in Central Europe and Russia, Budapest: Central European University Press, pp62-77
  • 1997,
    • M. Boycke, Andrei Shleifer et Robert W. Vishny, Privatising Russia. Cambridge, MA.: MIT Press
    • Paul Cook, Paul, Privatisation, Public Enterprise Reform and the World Bank: Has ‘Bureaucrats in Business’ Got It Right? Journal of International Development, 9(6), 887-897
    • L. De Luca, dir., Labour and Social Dimensions of Privatization and Restructuring - Public Utilities Water, Gas, Electricity. Geneva: International Labour Organisation
    • Catherine Eckel, Doug Eckel et Vijay Singal, Privatization and Efficiency: Industry Effects of the Sale of British Airways, Journal of Finance and Economics, 43, pp275-298
    • S. Martin et David M. Parker, The Impact of Privatisation: Ownership and Corporate Performance in the UK. London & NY: Routledge
    • David M. Newbery et Michael G. Pollitt, The Restructuring and Privatisation of British CEGB - Was It Worth It?. The Journal of Industrial Economics, 65(3), pp269-303
    • Patrick Plane, Privatisation and Economic Growth: An Empirical Investigation from a Sample of Developing Market Economies. Applied Economics, 29, 161-178
    • Patrick Plane, Privatization of Water and Electricity in Africa: Initial Constraints, Methods of Implementation and Evaluation of Processes, In L. De Luca (Ed.), Labour and Social Dimensions of Privatization and Restructuring - Public Utilities Water, Gas, Electricity. Geneva: International Labour Organisation
    • Ravi Ramamurti, Testing the Limits of Privatization: Argentine Railroads. World Development, 25(12), 1973-1993
  • 1998,
    • Paul Cook et Colin Kirkpatrick, Privatisation, Employment and Social Protection in Developing Countries. In Paul Cook, Colin Kirkpatrick & Fredrick Nixson, dir., Privatisation, Entrepreneurship and Economic Reform. London: Edward Elgar
    • Rafael LaPorta et F. Lopez-De-Silanes, The Benefits of Privatization: Evidence from Mexico, NBER Working Paper 6215
    • Eytan Sheshinksi et Luis Felipe Lopez-Calva, Privatization and its benefits: theory and evidence, Harvard Institute of International Development
    • A. Shleifer, State versus Private Ownership, Journal of Economic Perspectives, vol. 12, pp133-150
  • 1999,
    • Surhan Cam, Job Security, Unionisation, Wages and Privatisation: A Case Study in the Turkish Cement Industry. The Sociological Review, pp695-714
    • Omar O. Chisari, Antonio Estache et C. Romero, Winners and Losers from the Privatisation and Regulation of Utilities: Lessons from a General Equilibrium Model of Argentina. The World Bank Economic Review, 13, pp357-378
    • Ulrich F.W. Ernst, Nelson Edwards, Deborah Gladstone, Peter Gregory et Tyler Holt, Assessing the Impacts of Privatization: The Experience of Morocco. Washington D.C.: USAID
    • Rafael La Porta et Florencio Lopez-De-Silanes, The Benefits of Privatisation: Evidence from Mexico. The Quarterly Journal of Economics(novembre), 1193-1242
    • M. Rama et D. Maclsaac, Earnings and Welfare after Downsizing: Central Bank Employees in Ecuador, The World Bank Economic Review, 13(1), pp89-116
    • W. L. Megginson et J. D'Souza, The Financial and Operating Performance of Newly-Privatized Firms During the 1990s, Journal of Finance, vol. 54, pp1397-1438
  • 2000,
    • Jeffrey Davis, Rolando Ossowski, Thomas Richardson et Steven Barnett, Fiscal and Macroeconomic Impact of Privatisation, Occasional Paper No. 194. Washington D.C.: International Monetary Fund
    • G. Johnson, S. Smith et B. Codling, Microprocesses of Institutional Change in the Context of Privatization, Academy of Management Review, 25/3, pp572-580
    • B. Villalonga, Privatization and efficiency: differentiating ownership effects from political, organizational, and dynamic effects, Journal of Economic Behavior and Organization, vol. 42, pp43–74
  • 2001,
    • Paul Cook et Yuichiro Uchida, Privatisation and Economic Growth in Developing Countries, CRC Working Paper No. 7. Manchester: Centre on Regulation and Competition, IDPM, University of Manchester
    • Antonio Estache, Andres Gomez-Lobo et Danny Leipzeiger, Utility Privatisation and the Poor: Evidence from Latin America. World Development, 29(7), 1179-1198
    • J. M. Netter et W. L. Megginson, From State to Market: A Survey of Empirical Studies on Privatization, Journal of Economic Literature, 39, pp321-89
    • Michael G. Pollitt et Andrew S. J. Smith, The Restructuring and Privatisation of British Rail: Was It Really That Bad?, DAE Working Paper No. 0118. Cambridge, UK: University of Cambridge
    • Seref Saygili et Erol Taymaz, Privatization, Ownership and Technical Efficiency: A Study of the Turkish Cement Industry. Annals of Public and Co-operative Economics, 72(4), 581-605
    • W. L. Megginson et J. M. Netter, From State to Market : A Survey of Empirical Studies on Privatization, Journal of Economic Literature, vol. 39, n°2, pp321-389
  • 2002,
    • Sunita Kikeri et John R. Nellis, Privatization in Competitive Sectors: The Record So Far, World Bank Working Paper No. 2860, Washington D.C.: World Bank
    • E. Brainerd, Five Years after: The Impact of Mass Privatization on Wages in Russia, 1993–1998, Journal of Comparative Economics, Vol. 30, n°1, pp160-190
    • S. Claessens et S. Djankov, Privatization benefits in Eastern Europe, Journal of Public Economics, Vol. 83, n° 3, pp307-324
    • J. T. Harper, The performance of privatized firms in the Czech Republic, Journal of Banking and Finance, vol. 26, n° 4, pp621-649
    • F. Munari, E. B. Roberts et M. Sobrero, Privatization processes and the redefinition of corporate R&D boundaries, Research Policy, vol. 31, pp31–53
    • D. A. Jr. Skeel, Virtual Privatization: Governance Reforms for Government-Owned Firms, The Journal of Corporate Law Studies, vol. 2, n° 1, pp57-82


  • 2003,
    • M. I. Cragg et I. J. A. Dyck, Privatization and Management Incentives: Evidence from the United Kingdom, The Journal of Law, Economics, and Organization, Vol. 19, n° 1, pp176-217
    • F. Lopez de Silanes et A. Chong, The Truth about Privatization in Latin America, Yale ICF Working Paper, n° 03-29
    • W. L. Megginson, The Economics of Bank Privatization, World Bank Conference on Bank Privatization in Low and Middle Income Countries
    • Q. Sun et W. H. S. Tong, China Share Issue Privatization : to the extent of its Success, Journal of Financial Economics, vol. 70, n° 2, pp183-222
    • F. Warzynski, "Managerial change, competition, and privatization in Ukraine", Journal of Comparative Economics, vol 31, n°2, pp297-314
    • Z. Wei, O. Varela, J. D'Souze et M. K. Hassen, The Financial and Operating Performance of China's newly Privatized Firms, Financial Management, Summer, pp97-126
  • 2004,
    • H. Alexandre et G. Charreaux, Efficiency of Franch Privatizations : a Dynamic Vision, Journal of Corporate Finance, vol. 10, n°3, pp467-494
    • N. Brune, G. Garrett, Bruce Kogut, "The International Monetary Fund and the Global Spread of Privatization", IMF Staff Papers, Vol 51, n° 2
    • J. Hanousek, J. Svejnar et E. Kocenda, Ownership, Control and Corporate Performance After Large-Scale Privatization, William Davidson Institute Working Paper, n° 652
    • Martin Ricketts, Further Lessons from Privatisation, Economic Affairs, Vol. 24, n°3, pp9-14
    • Zenon Zygmont, "Privatization", In: Peter Boettke, dir., "The Elgar Companion to Austrian Economies", Edward Elgar, Hampshire, pp448-454
  • 2005,
    • V. Atanasov, How much value can blockholders tunnel? Evidence from the Bulgarian mass privatization auctions, Journal of Financial Economics, Vol. 76, n° 1, pp191-234
    • E. Boehmer, R. C. Nash et J. M. Netter, Bank Privatization in Developing and Developed Countries: Cross-Sectional Evidence on the Impact of Economic and Political Factors, Journal of Banking and Finance
    • G. R. G. Clarke, J. M. Crivelli et R. Cull, The direct and indirect impact of bank privatization and foreign entry on access to credit in Argentina’s provinces, Journal of Banking and Finance, Vol. 29, n° 1, pp5-29
    • J. D'Souza, W. Megginson et R. Nash, Effect of institutional and firm-specific characteristics on post-privatization performance: Evidence from developed countries, Journal of Corporate Finance
  • 2006, G. B. Mujtaba, "Privatization and Market-Based Leadership in Developing Economies: Capacity Building in Afghanistan", Llumina Press and Publications, Tamarac, Florida

Voir aussi

Citations

  • La seule bonne raison pour s’opposer à la constitution d’un « domaine public » ou réclamer son démantèlement est la conscience du fait que l’État n’en est propriétaire qu’à titre illégitime et criminel. (Murray Rothbard)
  • Non seulement la poste, mais aussi les rues, les routes et, surtout, les écoles, devraient toutes être des propriétés privées régies par le privé. Je défends la séparation de l’État et de l’économie. (Ayn Rand)

Notes et références

  1. Voir aussi "La restitution des biens publics", Gregory Ramirez, article 93 de Libres !! et "La privatisation des espaces « publics »", Philippe Lognoul, article 41 de Libres !!.
  2. It would appear that it is taxpayers, in accordance with their amount of taxes paid, who should be given title to public buildings and structures, while undeveloped public land simply should be opened up to private homesteading. (Democracy-The God That Failed)

Liens externes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.