Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Martha S. Browne

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
Martha S. Browne
Économiste

Dates 1898-1990
Martha stephanie browne.jpg
Tendance école autrichienne d'économie
Origine Autriche Autriche
puis
États-Unis États-Unis
Articles internes Autres articles sur Martha S. Browne

Citation
'inter lib.org sur Martha S. Browne'

Martha Stephanie Browne ou Martha Steffie Braun (née le 12 décembre 1898 à Vienne - décédée le 2 mars 1990 à New York) était une économiste de l'école autrichienne, à l'université de Vienne, qui assistait aux séminaires de Ludwig von Mises. Elle effectua quelques commentaires sur la théorie monétaire et bancaire. Dans son ouvrage paru en 1929 sur la politique économique du gouvernement, elle prôna la modération de l'étatisme.

Après des études dans le secondaire, Reifeprüfung (1915) et Realgymnasialmatura (1917), Martha Braun a commencé à étudier à l'Université de Vienne. Elle s'est inscrite aux conférences philosophiques, juridiques et en sciences politiques de la Faculté. Elle était une étudiante salariée, non pas pour des raisons matérielles, mais afin de connaître le plus tôt possible la pratique de ses connaissances. Elle a travaillé de 1918 à 1919 à l'Institut des céréales dans le département statistique et scientifique du Ministère de la Guerre. Le semestre d'hiver 1919-1920, elle l'a passé comme auditrice à l'Université de Freiburg-im-Breisgau, en Allemagne. Elle est ensuite retournée à l'Université de Vienne en 1921.

Elle est devenue l'une des premières femmes à obtenir un doctorat en science politique à l'Université de Vienne. Elle a soutenue sa thèse sur la théorie monétaire : "Die Anweisungstheorie des Geldes" qu'elle a écrite sous la direction de l'économiste Ludwig von Mises. En participant aux différents séminaires, elle fit partie de la quatrième génération de l'école autrichienne d'économie. A côté d'elle, il y avait Gottfried Haberler et le futur lauréat du prix Nobel d'économie, Friedrich A. Hayek. Elle a également bénéficié des enseignements de grands professeurs comme Max Weber qui, en 1918, a enseigné à l'Université de Vienne et de Friedrich Wieser.

Après son mariage et la naissance de son premier enfant, Martha Braun a obtenu un travail à la Chambre de commerce de Vienne. Elle y travaillait comme journaliste économique. Comme elle était une participante aux séminaires privés de Ludwig von Mises, elle avait de la "matière" pour écrire régulièrement des commentaires et des articles sur les services bancaires, sur l'économie monétaire et sur les questions relatives à la politique économique.

En 1929, elle a publié son premier livre sur la théorie de la politique économique de l'Etat. Cette recherche est considérée comme un travail de pionnier et fondateur de la théorie alors émergente de la politique économique générale. Car, c'était la première tentative, en langue allemande, de définir et de théoriser la politique économique de l'Etat. Cet ouvrage a établi sa réputation scientifique internationale. L'auteure a voulu ensuite soutenir une thèse d'habilitation à l'Université de Vienne, mais elle a échoué, sans doute pour des préjugés forts à l'époque car elle était femme, car elle était juive. L'arrivée au pouvoir des nazis, l'a convaincu de protéger sa famille. Après l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne, elle immigra aux États-Unis avec son mari et ses enfants et elle a anglicisé son nom en "Martha Steffy Browne".

Elle a poursuivi son travail scientifique en tant qu'analyste économique au Département d'Etat (1944-1947). Après une phase d'intégration dans le pays difficile, elle a obtenu une réputation d'experte sur l'économie japonaise. Peu de temps après la guerre, elle a prophétisé la résurgence imminente du Japon malgré ses contraintes d'approvisionnement en énergie. De 1947 à 1969, elle a travaillé en tant que professeur à l'université de Brooklyn à New York et, après sa retraite, elle fut professeur invitée à l'Université de New York. En 1989, un an avant sa disparition, l'Université de Vienne lui accorda un doctorat honorifique en économie, sur la recommandation d'Erich Streissler.

Publications

  • 1923, "Die Doppelnote. Währungspolitische Projekte der Nachkriegszeit (1918-1922)" ("Le billet double. Les évolutions monétaires de la période d'après-guerre (1918-1922)"), Duncker & Humblot, München (Schriften des Vereins für Sozialpolitik: écrits de l'Association pour la politique sociale)
  • 1929, "Theorie der staatlichen Wirtschaftspolitik" (Théorie de la politique économique du gouvernement), Leipzig, Vienne: Deuticke (études constitutionnelles et jurisprudentielles de Vienne, Vol 15)
  • 1930,
    • a. dir., "Frauenbewegung, Frauenbildung und Frauenarbeit in Österreich" (Le mouvement des femmes, l'éducation des femmes et le travail des femmes en Autriche), Wien
    • b. "Besprechung: W. Röpke" (Table ronde : W. Röpke), Zeitschrift für Nationalökonomie, Vol 2, pp150–154
  • 1932, "Das Schlagwort ‘Re-Deflation’" (Le slogan « Re-déflation »), Neues Wiener Tagblatt, 2 March
  • 1934, Commentaire du livre d'Oskar Morgenstern, Die Grenzen der Wirtschaftspolitik, Mitteilungen des Verbandes der österreichischen Banken und Bankiers 16, no. 1, pp21–23
  • 1960, Commentaire du livre de Hellmuth S. Seidenfus, Energie und Verkehr, The American Economic Review, Vol. 50, N°5, Dec., pp1122-1124
  • 1962, The future of U.S. energy supply, Journal of Economics, Volume 21, Numbers 3-4 / septembre, pp395-402
  • 1967, Commentaire du livre de Karlheinz Kleps, Langfristige Wirtschaftspolitik in Westeuropa, The American Economic Review, Vol. 57, N°5, Dec., pp1358-1360
  • 1981, "Erinnerungen an das Mises Privatseminar" (Souvenirs du Séminaire Privé de Ludwig von Mises), Wirtschaftspolitische Blätter: Bundeskammer der gewerblichen Wirtschaft, 28 octobre, Vol 4, pp110-120


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.