Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Methodenstreit

De Wikiberal

Le Methodenstreit, littéralement « querelle des méthodes », est une controverse épistémologique et méthodologique qui eut lieu à partir de 1883 entre Carl Menger, fondateur de l'école autrichienne, et les tenants de la jeune école historique allemande, dite aussi des Kathedersozialisten (Socialistes de la chaire), menée par Gustav von Schmoller.

Gustav von Schmoller
Carl Menger

Le contexte et les enjeux

L'Allemagne du XIXe siècle siècle, alors dominée intellectuellement par la philosophie hégelienne de l'histoire, est le lieu de développement des Écoles Historiques Allemandes. La Science Historique avait une influence considérable dans le domaine du droit et jurisprudence (l'école historique du droit), ce qui devait contribuer plus tard dans la formation de l'identité politique nationale allemande et les réformes sociales envisagées à l'époque de Otto Von Bismarck.

La « querelle des méthodes » nait dans un contexte où la philosophie de l'histoire et les recherches en économie politique prennent de l'ampleur dans le milieu intellectuel et universitaire allemand, notamment les idées de génie national et le Volksgeist (esprit du peuple). Les tenants de l'école historique allemande, s'en prenaient tout à la fois au libre-échangisme de l'École de Manchester mais aussi et surtout accusaient les théories classiques de "dogmes irréalistes" divorcées de la réalité empirique. Menger reprit à son tour les critiques à l'égard des économistes classiques pour les retourner contre les tenants de l'école historique. Ces derniers soutenaient qu'il n'existe pas de lois générales des phénomènes économiques qui soient valables en tous temps et en toutes circonstances et que la discipline économique doit essentiellement se résumer à l'analyse de l'évolution historique des faits économiques sous une optique holiste et empirique. Eugen von Böhm-Bawerk a minoré la surévaluation empirique comme preuve de vérité dans le travail épistémologique. Il écrit en 1891 :

«L'école historique a certainement raison d'affirmer que nos théories doivent être confortées par une masse aussi abondante que possible de données empiriques ; mais ils ont tort de donner une préférence anormale à ce travail de collecte des données, et d'espérer pouvoir se dispenser des généralisations abstraites, ou pour le moins les mettre à l'arrière-plan. Sans ces généralisations, il ne peut y avoir aucune science.» [1]

Menger publia en 1883, Recherches sur la méthode dans les sciences sociales et en économie politique en particulier dont Schmoller fit une critique acerbe, à laquelle Menger répondit en 1884 par un pamphlet intitulé Les erreurs de l'historicisme sur l'économie allemande [Die Irrtümer des Historismus in der Deutschen Nationalökonomie].

La différence essentielle entre les positions de Schmoller et celle de Carl Menger était que le premier concevait l'économie comme un instrument de politique économique - plaçant de fait sur le même niveau la théorie et la pratique sur le plan socio-historique - basée sur une approche exclusivement historique et statistique (collection de données), tandis que le second, Menger, voulait faire de l'économie politique une science moderne au même titre que les sciences de la nature, véritablement théorique, pouvant prétendre à une portée et une validité générales par des relations typiques qu'elle rend manifestes entre les phénomènes. [2]

L'approche conceptuelle et méthodologique telle que Carl Menger l'élabore procède d'une distinction nette entre sciences historiques et pratiques (politique économique et science de la finance), d'une part, et sciences théoriques d'une autre part; pour Menger ces différentes directions dans la recherche en économie politique peuvent être de légitimité équivalente mais ne doivent en aucun cas être confondues, au contraire de ce que les tenants de l'école historique professaient d'une façon unilatérale : la compréhension théorique des phénomènes est tout aussi importante et valide pour comprendre les phénomènes et les lois économiques et sociales. La reformulation de la science économique passait par la nécessité de réhabiliter l'approche théorique tout en articulant les deux autres approches distinctement. En plus, Menger distinguait également dans le domaine des sciences théoriques une direction exacte et une direction empirique dans la recherche théorique sans pour autant figer l'hypothèse d'exigence de nouvelles directions.

Le Methodenstreit fut aussi une remise en question du paradigme de la pensée économique classique, notamment avec la réintroduction de la théorie de la valeur marginale et le facteur subjectif de la valeur.

Notes et références

  1. Eugen von Böhm-Bawerk, 1891, Les Économistes autrichiens, The Annals, journal de l'American Academy of Political Science, janvier, (traduit de l'allemand en anglais par Henrietta Leonrad et de l'anglais en français par Hervé de Quengo)
  2. Carl Menger, entre Aristote et Hayek : Aux sources de l'économie moderne, 2008, CNRS Editions, ISBN 2271066395



Bibliographie

  • 1924, Albion W. Small, Some contributions to the history of sociology: later phases of the conflict between the historical and the Austrian School, American Journal of Sociology, Vol 29, n°5, pp571-598
    • Repris en 1967, New York: Russell & Russell, pp204-233
  • 1988, K. Häuser, Historical School and Methodenstreit: Journal of Institutional and Theoretical Economics 144, pp532-542
  • 1998, Ludwig van den Hauwe, German Income Tax Policy Between Equity and Efficiency´, European Journal of Law and Economics, 5: 267-279, Review Essay of: Reginald Hansen, 1996, Die praktischen Konsequenzen des Methodenstreits, Berlin: Duncker & Humblot
  • 2000, Jürgen Backhaus et Reginald Hansen, Methodenstreit in der Nationalökonomie, Journal for General Philosophy of Science, Volume 31, Number 2 / décembre, pp307-336
  • 2007, `Ludwig van den Hauwe, "Did F. A. Hayek Embrace Popperian Falsificationism? A Critical Comment About Certain Theses of Popper", Duhem and Austrian Methodology´, Procesos de Mercado - Revista Europea de Economía Política, Vol. IV, n°1, pp57-78
  • 2008,
    • Gilles Campagnolo, Carl Menger, entre Aristote et Hayek : Aux sources de l'économie moderne, CNRS Editions, ISBN 2271066395
    • Ludwig van den Hauwe, "John Maynard Keynes and Ludwig von Mises on Probability", Procesos de Mercado - Revista Europea de Economía Política, Vol. V, n° 1, pp11-50

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

En Français

En Anglais


6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.