Satanisme

De Wikiberal

Le satanisme est une croyance qui prône l'individualisation des valeurs morales. C'est-à-dire que chaque individu est libre de choisir lui-même ce qu'il croit être bien et ce qu'il croit être mal.

Toute pensée est une croyance

En science on ne parle que de théories : rien n'est jamais admis comme une vérité absolue et éternelle. Toute "vérité" scientifique est en fait une tentative d'explication d'un phénomène réel qu'on accepte en attendant de trouver mieux. Chaque théorie scientifique est susceptible d'être annulée, modifiée, ou améliorée au fil des découvertes. Toutes les positions scientifiques sont donc en réalité des croyances. On croit que c'est vrai tant qu'on n'a pas trouvé de meilleure explication. La croyance est à la base de toute pensée. Qu'elle soit scientifique, ou non.

La croyance est donc à la base un choix individuel. Car tout individu peut choisir ce en quoi il décide de croire.

Croyance et religion

La croyance est un choix individuel, ce choix ne s'impose pas nécessairement à tous et chacun est libre de croire en ce qu'il veut. Pour les satanistes et l'athée au sens large, la religion au contraire est un formatage des croyances. Tous les individus d'une même religion sont censés croire en la même chose.

La croyance est donc une individualisation de ce en quoi l'on croit, et la religion une collectivisation des croyances. Le but de la religion est d'imposer au groupe une même croyance afin de souder les membres du groupe en collectivité. D'où le terme religion qui étymologiquement signifie lier (religere).

Le satanisme se définit comme une croyance et non comme une religion : il revient à l'individu lui-même et non au groupe de définir ce en quoi l'individu croit.

Le bien et le mal

Dans toutes les religions du monde, le bien et le mal sont prédéfinis et délimités soit par des règles soit par des traditions. Dieu représente en fait le principe d'universalité des valeurs morales. Chose que rejette le satanisme. Dans le satanisme le bien et le mal ne sont pas universels, c'est donc à l'individu de choisir ses propres valeurs. Le satanisme est donc une croyance qui rejette l'existence de dieu en tant que principe moral.

Origines

Les satanistes font eux même remonter leur croyance à la préhistoire, avant l'arrivée des premières civilisations. Il s'agirait alors d'une croyance de type animiste où l'esprit de la nature était représenté par une créature humanoïde portant une paire de cornes sur la tête. Cet esprit aurait été repris sous forme de dieu de la forêt dans les religions païennes puis sous forme de diable dans les religions monothéistes.

Au moyen âge l'inquisition accusa de satanisme de nombreuses personnes qui n'avaient en réalité probablement pas grand chose à voir avec le satanisme. Le satanisme a pris un essor dans la société moderne depuis la séparation de l'église et de l'État dans les démocraties occidentales. Son essor s'est notamment fait grâce à la musique à travers deux mouvements connus sous le nom de rockshock (Marylin Manson, Black sabath) et de black métal (Burzum, Gorgoroth, Lair of the Minotaur).

Les différentes formes de satanisme

La plupart des satanistes ne revendiquent pas le culte de Satan. Mais adhèrent à la philosophie sataniste. Pour ceux qui pratiquent un culte sataniste, on peut distinguer les lucifériens qui prônent l'usage de ce qui est considéré comme mal par les autres religions, comme un moyen de faire progresser l'individu vers un état supérieur. Et les satanistes qui pratiquent un culte pour vénérer Satan en tant que force de la nature.

Les grands principes du satanisme

En premier principe les satanistes nient l'existence de Dieu, notamment en tant que principe moral. Ils défendent la liberté individuelle de pouvoir choisir ce qui est bien et ce qui est mal. Le deuxième point fondamental du satanisme est de reconnaître la nature comme cadre unique de l'existence. Seules les lois de la nature peuvent être admises comme lois légitimes pour les satanistes.

La plus importante de ces lois est la loi du plus fort. Le slogan le plus courant des satanistes est d'ailleurs "only the strongs survive!" "seuls les forts survivent!". Le satanisme prône donc en général le développement maximal des capacités individuelles pour que l'individu soit fort.

La nature à travers Satan est la seule chose en laquelle croient les satanistes pour établir l'équilibre des forces. Toute intervention contre cet équilibre naturel est perçue comme une atteinte au droit individuel et à la liberté. Le seul acte considéré comme un péché selon les satanistes est l'hypocrisie. D'où la nécessité de la part des satanistes de reconnaître la violence comme faisant partie de leur croyance.

Le satanisme et la violence

Il est évident que dans leurs idées les satanistes ne rejettent pas la violence parce qu'elle fait partie de la nature, et qu'elle est indispensable à la vie. La violence gratuite est parfois proposée comme un moyen de réveiller les consciences d'une société endormie. Mais il faut garder à l'esprit que le satanisme est sans doute historiquement l'une des croyances les moins violentes qui ait existé, surtout comparée aux différentes religions monothéistes qui ont causé des millions de victimes à travers les guerres, et les génocides. Au début du mouvement Black métal, certains satanistes de type lucifériens ont parfois brûlé des églises ou saccagé des tombes. Ceci constitue pour eux un acte de vengeance envers la domination du christianisme, une remise en cause des valeurs morales de la société et un acte de liberté repoussant toutes les limites. L'acte sataniste violent le plus connu fut le meurtre d'Øystein Aarseth à coups de couteau par le leader du groupe Burzum.

Le fait que les satanistes soient souvent rejetés par la société a rajouté un côté misanthrope à l'individualisme. Du coup de nombreux satanistes se sont rapprochés du monde animal (notamment des rats) et considèrent l'animal comme supérieur à l'homme car plus proche de la nature et donc plus proche de Satan.

Satanisme et libéralisme

Le satanisme prône l'individualisme et le libre arbitre par le choix individuel des valeurs morales. Le satanisme est donc politiquement très proche de l'anarcho-capitalisme. Dieu étant celui qui décide du bien et du mal, et comme dans le satanisme c'est l'individu qui décide, le satanisme proclame "Sois ton propre dieu!". De même, le libéralisme ne place pas l'homme sous le pouvoir d'une autorité supérieure.

Il en diffère fortement en ce que le libéralisme proclame des valeurs non négociables : liberté, responsabilité, propriété. De même, le libéralisme s'oppose à la violence, quelle qu'en soit la forme, et n'affirme pas la supériorité de la nature mais de l'individu.

Les symboles

Il existe plusieurs symboles satanistes dont trois principaux : la tête de bouc symbolise la force de la nature à travers Satan, la croix renversée est un symbole provocateur utilisé par les satanistes envers les chrétiens, et le pentacle renversé dont les 5 branches représentent les 5 sens physiques (Vue, ouïe, toucher, goût, et odorats) liés aux péchés comme la luxure et la gourmandise que les lucifériens pensent bénéfiques pour l'humanité.

On voit aussi souvent dans les concerts les fans lever leur main en faisant un signe sataniste qui représente les cornes de Satan. Mais en réalité il arrive très souvent qu'on produise ce signe plus par imitation de groupe que par conviction sataniste individuelle.

Lien externe

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.