Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Théorie du management par le coeur de compétence

De Wikiberal

La théorie du management par le coeur de compétence [Core Competence] propose un cadre théorique de gestion en vue d'expliquer les racines de la réussite de l'entreprise. Il existe des activités dans l'entreprise dont elle peut réaliser plus facilement que les autres. Et, il y a des activités où une autre entreprise est plus à l'aise. Quand le coeur de compétence est durable, alors l'avantage compétitif est durable.

Il s'agit d'un mouvement théorique de la firme qui s'est développé, entre autres, par Peter Drucker, Gary Hamel et C. K. Prahalad (1994), R. Sanchez et al. (1996), David J. Teece et al. (1997). Cette perspective offre, sans aucun doute, une prometteuse théorie de la gestion stratégique afin que les entreprises gardent un avantage concurrentiel.

Définitions des mots clefs

Définitions des mots clefs
Actif Facteur homogène, externe ou interne, qui contribue au processus de la création de la valeur ajoutée de l'entreprise
Ressource Résultat des processus fructueux du perfectionnement de l'actif, par la société propriétaire en situation de concurrence, en produisant une hétérogénéité durable et en permettant à l'entreprise de résister aux forces concurrentielles
Compétence Capacité organisationnelle, répétable, basée sur l'apprentissage et donc non-aléatoire pour soutenir le déploiement coordonné des actifs et des ressources et permettant à l'entreprise d'atteindre et de défendre son niveau de compétitivité et ses objectifs
Source : Joerg Freiling, 2004, A Competence-based Theory of the Firm, Management Revue, vol. 15(1), p30

Différences avec les autres théories du management

Issue de la théorie du management par les ressources, qui offre la possibilité de comprendre l'unicité de la firme et de sa force sur le marché, la théorie du management par la coeur de compétence en est devenue complètement indépendante. Elle garde, de sa pionnière, l'idée que les ressources suivent un chemin de dépendance et dont les décisions des managers se prennent dans un cadre de rationalité limitée.

Et, la théorie du management par la compétence offre une véritable alternative à d'autres théories en cours d'utilisation, telles que la théorie des coûts de transaction, qui s'avère être plus une approche statique et qui se concentre sur les questions contractuelles afin d'expliquer la nature de l'entreprise.


La théorie du management par le cœur de compétence est proche de la théorie du management par la connaissance car elle accorde à la connaissance, accumulée par les processus d'essais et d'erreurs et intégrée dans l'entreprise, un gage d'une vraisemblable compétence pour réussir face à la concurrence. La compétence de l'entreprise repose sur plusieurs routines qui sont "raffinées", stockées, codifiées et socialisées.


Dans une économie contemporaine, l'entreprise est de plus en plus imbriquée dans des réseaux, où les ressources sont parcellisées, l'accessibilité aux ressources est un avantage concurrentiel beaucoup plus important que la simple détention de pures ressources. Regarder la dotation d'actifs de l'entreprise et la demande future réelle de celle-ci n'est pas suffisant pour connaître l'avantage concurrentiel d'une firme, comme le présente la théorie du management par les ressources. Une entreprise A aura plus de succès que l'entreprise B, si elle se trouve dans une position d'utiliser les ressources disponibles de façon plus efficace et/ou plus efficiente que l'entreprise B. La notion de compétitivité, assène la théorie du management par le cœur de compétence, nécessite de prendre en compte les fournisseurs, les concurrents et les clients. Ceci signifie, que bien souvent l'entreprise doit associer ses propres compétences avec celles de ses partenaires, comme le présente aussi la théorie du management par les capacités. Il faut aussi tenir compte, bien évidemment, du processus d'érosion de la compétence d'une ressource. Le statut d'une ressource "cœur" ou de compétence peut changer à tout instant, particulièrement dans un marché turbulent où l'information est rare, changeante et asymétrique.

Cette théorie aborde la notion d'un environnement organisationnel qui n'est pas plaqué sur l'entreprise comme le font généralement les théoriciens du déterminisme social. L'environnement (la structure ou les institutions) peut être modelé, modifié ou conçu par un comportement proactif des firmes, ce qui indique que cette théorie adopte un volontarisme modéré. Puisque le rôle du manager est de faciliter la complémentarité des connaissance et des talents, il arrange d'une certaine manière et selon un certain process, inclus dans le temps, en obtenant un résultat supérieur à tout autre sur le marché.

Selon la théorie du management par le coeur de compétence, la gestion stratégique des ressources humaines (GSRH) constitue un avantage concurrentiel durable pour la firme. Elle constitue une variable génératrice de valeur, qui est rare et qui est difficilement imitable ou substituable. D'où l'implication de la Direction des Ressources humaines de valoriser le capital humain au sein des organisations.

Bibliographie

  • 1980, L.G. Hrebiniak et C. C. Snow, Strategy, Distinctive Competence, and Organizational Performance, Administrative Science Quarterly, Vol 25, pp317-336
  • 1985, M. A. Hitt et R. D. Ireland, Corporate Distinctive Competence, Strategy, Industry, and Performance, Strategic Management Journal, Vol 6, pp273-293
  • 1986, T. Neil, "Distinctive Competence: A Marketing Strategy for Survival", Journal of Small Business Management, 24(1), pp16-21
  • 1987, Sidney G. Winter, Knowledge and Competence as Strategic Assets, In: David J. Teece, dir., The Competitive Challenge-Strategies for Industrial Innovation and Renewal, Ballinger, Cambridge, MA.
  • 1990,
    • J. S. Conant, M.P. Mokwa et P.R. Varadarajan, "Strategic Types, Distinctive Marketing Competencies, and Organizational Performance: A Multiple Measures-Based Study", Strategic Management Journal, 11, pp365-383
    • Gary Hamel et C. K. Prahalad, The Core Competence of the Corporation, Harvard Business Review, pp79-91
  • 1991,
    • Gary Hamel, Competition for Competence and Inter-Partner Learning Within International Strategic Alliances, Strategic Management Journal, 12, pp83-103
    • Michel Ledru et Sandra Michel, Capital Compétence dans l'Entreprise. Une approche cognitive, ESF éditeur, Paris
  • 1992,
    • A. A. Lado, N. G. Boyd et P. Wright, A Competency-Based Model of Sustainable Competitive Advantage: Toward a Conceptual Integration, Journal of Management, 18(1), pp77-91
    • Philip Evans, Lawrence E. Schulman, George Stalk, "Competing on Capabilities: The New Rules of Corporate Strategy", Harvard Business Review, March-April
  • 1993,
    • J. S. Conant, D.T. Smart et R. Solano-Mendez, Generic Retailing Types, Distinctive Competencies, and Competitive Advantage, Journal of Retailing, 69(3), pp254-279
    • Nicolai J. Foss, Theories of the Firm: Contractual and Competence Perspectives, Journal of Evolutionary Economics, 3, pp127-144
    • Giovanni Dosi et Luigi Marengo, Some Elements of An Evolutionary Theory of Organizational Competencies, CCC Working Paper No.93-14, University of California, Berkeley
  • 1994,
    • William C. Bogner et Thomas Howard, Core Competence and Competitor Advantage: A Model and Illustrative Evidence from the Pharmaceutical Industry, In: Gary Hamel et Aimé Heene, dir., Competence-Based Competition, Chichester, UK : Wiley, pp111–143
    • J. S. Conant, D. T. Smart, "Entrepreneurial Orientation, Distinctive Marketing Competencies and Organizational Performance", Journal of Applied Business Research, 10(3), pp28-38
    • Gary Hamel et C. K. Prahalad, Competing for the Future, Boston/Mass.: HBS Press
    • J. A. Klein et P. G. Hiscocks, Competence-based competition: A practical toolkit, In: Gary Hamel, A. Heene, dir., Wiley, Chichester, pp183-212
    • A. A. Lado et M. C. Wilson, Human resource systems and sustained competitive advantage: A competency-based perspective, Academy of Management Review, 19, pp699-727
    • Guy Le Boterf : de La Compétence, Essai sur un attracteur étrange. Les Editions d’Organisation
    • C. C Markides et P. J. Williamson, Related diversification, core competences and corporate performance, Strategic Management Journal, 15, Special Issue), pp19–166
    • M. Tampoe, Exploiting the core competences of your organization, Long Range Planning, Vol. 27, n°4, pp66-67
  • 1995,
    • D. Coates, M. R. Gallon et H. M. Stillman, Putting core competency thinking into practice, Research Technology Management, Vol. 38 n°3, pp20-28
    • R. G. McGrath, I. C. McMillan et Sankaran Venkataraman, Defining and Developing Competence: a Strategic Process Paradigm, Strategic Management Journal, vol 16
  • 1996,
    • R. Bettis, M. A., Hitt et D. Lei, Dynamic core competencies through meta-learning and strategic context, Journal of Management, 22(4), pp549–569
    • Nicolai J. Foss et C. Knudsen C, dir., Towards a Competence Theory of the Firm, Routledge: London
    • A. Heene, R. Sanchez, et H. Thomas, Towards the Theory and Practice of Competence-based Competition, In: A. Heene, R. Sanchez, et H. Thomas, dir., Dynamics of Competence-based Competition, Oxford: Pergamon, pp1-35
    • A. Heene et R. Sanchez, A Systems View of the Firm in Competence-based Competition, In: A. Heene, R. Sanchez, et H. Thomas, dir., Dynamics of Competence-based Competition, Oxford: Pergamon, pp39-62
    • James M. Higgins, Achieving the core competence - it's as easy as 1, 2, 3, … 47, 48, 49 - corporate innovation, Business Horizons, March-April
    • K. E. Marino, Developing Consensus on Firm Competencies and Capabilities, Academy of Management Executive, vol 10, n°3, pp40-51
    • R. Sanchez, Managing Articulated Knowledge in Competence-Based Competition, In: A. Heene, R. Sanchez, et H. Thomas, dir., Dynamics of Competence-based Competition, Oxford: Pergamon
  • 1997,
    • C. Baden-Fuller et H. Volberda, Strategic Renewal in Large, Complex Organizations. A Competence-based View, In: A. Heene et R. Sanchez, dir., Competence-based Strategic Management, Chichester: Wiley, pp89-111
    • Jay B. Barney, Looking inside for competitive advantage, In: A. Campbell et L. K. Sommers, dir., Core Competency-Based Strategy, International Thomson Business Press: London, pp13–29
    • J. F Christensen et Nicolai J. Foss, Dynamic corporate coherence and competence-based competition, In: Competence-Based Strategic Management, A. Heene et R. Sanchez, dir., Elsevier: Oxford
    • Patricia G. Clifford, Kevin P. Coyne et Stephen J. D. Hall, Is your core competence A MIRAGE?, McKinsey Quarterly, n°1, pp40-54
    • Thomas Durand, Savoir, savoir-faire et savoir-être. Repenser les compétences de l’entreprise, Actes de la conférence de Montréal
    • Thomas Durand et S. Guerra-Vieira, Competence-Based Strategies When Facing Innovation. But What is Competence?, In: H. Thomas et D. O'Neal, dir., John Wiley & Sons Ltd
    • O. Granstrand, P. Patel et K. Pavitt, Multi-Technology Corporations: Why they have Distributed Rather than Distinctive Core Competencies, California Management Review, vol. 39, n°4, pp8-25
    • A. Heene et R. Sanchez, Competence-based Strategic Management, In: A. Heene et R. Sanchez, dir., Competence-based Strategic Management, Chichester: Wiley, pp3-42
    • J. E. McGee et B. J. Finney, "Competing against Retailing Giants:A Look at the Importance of Distinctive Marketing Competencies", Journal of Business and Entrepreneurship, 9(1), pp59-70
    • Pari Patel et Keith Pavitt, The technological competencies of the world’s largest firms: complex and pathdependent, but not much variety, Research Policy, 26, pp141-156
  • 1998, A. Baveja, M. Jamil et B. Mascarenhas, Dynamics of Core Competencies in Leading Multinational Companies, California Management Review, vol 40, no. 4, pp117-132
  • 1999,
    • John Amis, Tim Berrett et Trevor Slack, "Sport sponsorship as distinctive competence", European Journal of Marketing, Vol 33, n°3-4, pp250-272
    • W. C. Bogner, J. McGee et H. Thomas, Competence and Competitive Advantage toward a Dynamic Mode, British Academy of Management, Vol. 10, pp275-290
    • F. Munier, L’entreprise fondée sur les compétences définition et axiomatiques, In: M. Baslé, R. Delorme, J. L. Lemoigne et B. Paulré, dir., Approches évolutionnistes de l’entreprise et de l’industrie, Paris, L’Harmattan
    • Pari Patel et Keith Pavitt, The wide (and increasing) spread of technological competencies in the worlds largest firms: A challenge to conventional wisdom, In: Alfred D. Chandler, P. Hagström et Ö. Sölvell, dir., The dynamic firm; The role of technology, strategy, organizations, and regions. Oxford: Oxford University Press, pp192-213
  • 2000,
    • A. Alcouffe et S. Kammoun, Une approche économique des compétences de la firme : Vers une synthèse des théories néo-institutionnelles et évolutionnistes, LIRHE – Université de Toulouse, Les Notes du LIRHE, note n°307
    • N. Azoulay, Olivier Weinstein, "Les compétences de la firme", Revue d’économie industrielle, n°93, 4ème trimestre
    • Giovanni Dosi et Luigi Marengo, On the Tangled Discourse between Transaction Cost Economics and Competence-based Views of the Firm, In: Nicolai J. Foss et V. Mahnke, dir., Competence, Governance, and Entrepreneurship, Oxford: Oxford University Press, pp80-92
    • Shelby D. Hunt, "The Competence-Based, Resource-Advantage, and Neoclassical Theories of Competition: Toward a Synthesis", In: R. Sanchez, A. Haene, dir., "Advances in Applied Business Strategy Series", Greenwich: JAI Press, pp177–208
    • Pari Patel et Keith Pavitt, How technological competences help define the core not the boundaries of the firm, In: Giovanni Dosi, Richard R. Nelson et Sidney G. Winter, dir., The nature and dynamics of organizational capabilities, Oxford: Oxford University Press, pp313-333
  • 2001, R. Sanchez, Building Blocks for Strategy Theory: Resources, Dynamic Capabilities and Competences, In: H. Volberda et T. Elfring, dir., Rethinking Strategy, London: Sage, pp143-157
  • 2002,
    • E. Danneels, The dynamics of product innovation and firm competencies, Strategic Management Journal, 23(12), pp1095–1121
    • P. Johnson et G. Johnson, Facilitating group cognitive mapping of core competencies, In: A. S. Huff et M. Jenkins, dir., Mapping Strategic Knowledge, Sage: London, pp220–236
  • 2004,
    • Joerg Freiling, A Competence-based Theory of the Firm, Management Revue, vol. 15(1), pp27-52
    • Hing-Po Lo, Y. Wang et Y. Yang, The constituents of core competencies and firm performance: evidence from high-technology firms in China, J. Eng. Technol. Manage, 21, pp249–280
  • 2006,
    • Y. F. Chen et T. C. Wu, The conceptual construction of core competence for two distinct corporation in Taiwan, Journal of American Academy of Business, Mars, vol 2
    • Joerg Freiling, M. Gersch et C. Goeke, Eine “Competence-based Theory of the Firm” als marktprozesstheoretischer Ansatz-Erste disziplinäre Basisentscheidungen eines evolutorischen Forschungsprogramms, In: G. Schreyögg, P. Conrad, dir., Gabler, Wiesbaden, pp37-82
    • Jens Frøslev Christensen, Wither Core Competency for the Large Corporation in an Open Innovation World?, In: Henry Chesbrough, Wim Vanhaverbeke et Joel West, dir., Open Innovation: Researching a New Paradigm (Oxford: Oxford University Press, pp35-61
    • Michael A. Hitt et Duane R. Ireland, Corporate distinctive competence, strategy, industry and performance, Strategic Management Journal, Vol 6, n°3, pp273-293
  • 2007, Olivier Weinstein, "The current state of the economic theory of the firm : contractual, competence-based and beyond”, In: Biondi, Canziani, Kirat, dir., "The firm as an Entity", Routledge
  • 2008,
    • Jörg Freiling, Martin Gersch, Christian Goeke, "On the Path towards a Competence-based Theory of the Firm", Organization Studies, Vol 29, n°8-9, pp1143–1164
    • Roger Smith, Aligning Competencies, Capabilities and Resources, Research Technology Management: The Journal of the Industrial Research Institute, September-October

Liens externes

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.