Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Václav Klaus

De Wikiberal
Václav Klaus
Homme politique, économiste

Dates né en 1941
Vaclav Klaus.jpg
Tendance
Origine République tchèque République tchèque
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « Si les régimes communistes se sont effondrés, c'est parce qu'ils ont perdu leurs deux piliers : la foi et la peur. »
inter lib.org sur Václav Klaus
Catallaxia

Václav Klaus (Prague, Tchécoslovaquie, 19 Juin 1941) est un homme politique et économiste tchèque. Premier ministre de la République tchèque de 1992 à 1997, il devient président du pays en 2003 et est réélu à ce poste en 2008.

Présentation

Il grandit dans la Tchécoslovaquie communiste et suit une formation d'économiste à l'université d'économie de Prague. Dans les années 1960, profitant du relatif adoucissement du régime, il fait partie d'un groupe d'économistes qui étudient les écrits économiques occidentaux. Il se familiarise alors avec Samuelson, Friedman et d'autres, mais c'est surtout l'école autrichienne qui suscite son intérêt : Hayek et Mises. Comme il le dit lui-même, « Hayek a eu sur moi une grande influence. Mais je pense que ce qui m’a le plus appris a été Human Action de Mises, et cela est resté vrai jusqu’à aujourd’hui »[1]

En tant que politicien il se réfère à Margaret Thatcher et Ronald Reagan. Il est à l'origine de la transformation d'une économie tchèque communiste en une économie de marché notamment au moyen d'une privatisation par coupons permettant aux ménages d'acheter des droits pour acquérir des actions des entreprises à privatiser.

Il est aussi connu pour son engagement contre la théorie du réchauffement climatique qu'il présente comme une des menaces principales contre la liberté[2].

Eurosceptique, il s'est engagé avec force contre le traité de Lisbonne. Il critique l'Union Européenne et souligne la "perte des valeurs traditionnelles, le populisme démocratique des hommes politiques, le pouvoir croissant des tribunaux, des organisations non gouvernementales et des moyens de communication" :

La démocratie libérale et l'économie de marché sont sérieusement menacées car l'Occident est en train de revenir au modèle socialiste de gouvernement. (...) Pour moi, qui participe activement à la préparation de changements politiques et économiques radicaux, le monde contemporain est plein de déceptions. Nous vivons dans une société beaucoup plus socialiste, dirigée par l’État, ce que nous ne pouvions même pas imaginer auparavant.

Il est membre de la Société du Mont-Pèlerin.

Citations

  • Seul le système du marché est à même de sauvegarder la rationalité économique. En poursuivant ses propres intérêts, l’individu peut contribuer le mieux qu’il est possible au bien des autres individus.[3]
  • Les alarmistes du climat croient en leur propre omnipotence. Ils se disent qu’ils savent mieux que des millions d’êtres humains se conduisant rationnellement ce qui est bien ou mal, et ils ne doutent pas de leur propre aptitude à assembler toutes les données requise dans le Bureau central de la règlementation climatique en utilisant de gros ordinateurs, et à donner depuis là des instructions adéquates à des millions d’individus et d’institutions.[4]
  • Si les régimes communistes se sont effondrés, c'est parce qu'ils ont perdu leurs deux piliers : la foi et la peur.[5]
  • La menace communiste a été remplacée par celle d’un environnementalisme ambitieux.[6]
  • Le régime communiste était à plus d’un titre une coquille vide. C’est ce qui explique qu’il se soit désintégré de lui-même au lieu d’être battu. Certaines personnes ou certains groupes n’apprécient guère cette vision des faits et se targuent d’avoir fait tomber le communisme par eux-mêmes mais c’est inexact. Je ne veux pas amoindrir le mérite de quiconque mais en 1989, il suffisait d’une pichenette pour venir à bout du communisme. La réaction en chaîne qui a suivi de la part de millions de personnes s’est produite de façon automatique et spontanée. (L'AGEFI, 26/10/2015)

Notes et références

  1. Junglich Petr-Koudela, Tomas-Zantovsky Petr, Tak pravil Vaclav Klaus, Prague, Votobia, 1998, p.133, repris in Les Tchèques et les idées autrichiennes, [lire en ligne]
  2. « L'alarmisme écologiste est une menace pour la liberté » sur Catallaxia
  3. A road to Market Economy, Prague, Top Agency, 1991, p.10
  4. Discours prononcé le 4 mars 2008 à la Conférence internationale sur la changement climatique à New York
  5. Vaclav Klaus, Renaissance : The Rebirth of Liberty in the Heart of Europe, 1997, Cato Institute, p.38, [lire en ligne]
  6. "Communism was replaced by the threat of ambitious environmentalism", Communication au Sénat américain sur le changement climatique, 21 mars 2007, [lire en ligne]

Œuvres

  • 1991,
    • a. A Road to Market Economy, Prague, Top Agency
    • b. Avant propos à la traduction en tchèque du livre de Paul Samuelson et de William Nordhaus, Ekonomie, Prague: Svoboda
  • 1993, Creating a Stable Monetary Order, Cato Journal 12 (3), Winter, pp527—31
  • 1996, "The Austrian School : Its Significance for the Transformation Process", In: Hardy Bouillon, dir., "Libertarians and Liberalism: Essays in Honour of Gerard Radnitzky", Aldershot, England, Avensburg
  • 1997, Renaissance : The Rebirth of Liberty in the Heart of Europe, Washington, D.C.: Cato Institute
  • 1998, “The importance of the Public Choice School both for the criticism of the centrally planned economy and for the process of its dismantling”, Public Choice, 96, pp395-403
  • 2005,
    • a. Celebrating freedom, Vancouver : Fraser Institute
    • b. Why Europe must reject centralization, Financial Times, 30 août 2005
  • 2006, Ekonomie a Ekonomika [Économie et de l'économie], Knizni Klub
  • 2007,
    • a. Three Key Challenges to Freedom, Cato's Letter, Summer, Vol.5, N°3, [lire en ligne]
    • b. avec D. Tríska, ‘Towards a Critique of the Concepts of Solidarity and Discrimination as Applied in Inter-temporal Analyses of the So-called Global Problems’, Politická ekonomie, 6 (en Tchèque)
  • 2008, Blue Planet in Green Shackles. What is Endangered: Climate or Freedom?, Washington, DC: Competitive Enterprise Institute
  • 2013,
    • a. "The Post-Communist Transition Should Not Be Misinterpreted", Economic Affairs, Vol 33, n°3, pp386–388
    • b. "Hayek, the End of Communism, and Me", CATO Policy Report, XXXV (5)
    • c. "Hayek and My Life", In: David M. Levy, Sandra J. Peart, dir., "F. A. Hayek and the Modern Economy: Economic Organization and Activity", Jepson Studies in Leadership series, New York: St. Martin's Press, Palgrave Macmillan, ISBN 978-1-137-35958-2, pp229-234

Littérature secondaire

  • 1998, Petr Junglich, Tomás Koudela et Petr Zantovsky, Tak pravil Václav Klaus. Prague: Votobia (en tchèque)
  • 2009, Luc Rosenzweig, "L'abominable Monsieur Klaus. En 2009, vous adorerz détester le président Tchèque", Liberté économique et progrès social, Bulletin trimestriel de l'ALEPS, Avril, n°127, pp12-15

Liens externes

Kurt.jpg Accédez d'un seul coup d’œil à toute la série des articles de Wikibéral concernant les célébrités libérales, libertariennes et assimilées.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.