Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



William Rappard

De Wikiberal
William Rappard
économiste

Dates 1883-1958
P30.jpg
Tendance
Origine Suisse Suisse États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur William Rappard

William Emmanuel Rappard (né le 22 avril 1883 à New York de parents suisses, et mort le 29 avril 1958) fut un professeur, recteur, diplomate suisse.

Étudiant, il a fréquenté de nombreuses universités : à Paris il a été l’élève d' Adolphe Landry (1874-1956) qui, semble-t-il, l’a marqué et d’Halévy ; en Allemagne il a suivi les cours de Wagner et de Schmoller, à Harvard de Taussig et à Vienne de Philippovich qui l’a encouragé à s’intéresser à l'Organisation Internationale du Travail (OIT).

Professeur assistant à Harvard de 1911 à 1912, il est nommé en 1913 professeur à l’Université de Genève. Ami d'Abbott Lawrence Lowell, président de Harvard de 1909 à 1933, connaissant le colonel House et Walter Lippmann, il a joué un rôle important dans l’attribution du siège de la Société des Nations à Genève. Il présida la commission des mandats de la SDN.

Fondateur de l’Institut Universitaire de Hautes Études Internationales de Genève, il y accueillit de nombreux réfugiés en provenance des États totalitaires voisins, tels Michael Heilperin, Hans Kelsen, Louis Rougier, Ludwig von Mises, Wilhelm Röpke ou Paul Mantoux. Il fut également membre dans les années 1930 du "Comité international pour le placement des intellectuels réfugiés".

A la fin des années trente, il s’opposa à la fondation Rockefeller qui aurait voulu que l’IUHEI se consacre aux études économiques et abandonne l’enseignement comme l’avait fait la Brookings Institution. A cette occasion il reçut le soutien de Lionel Robbins qui le tenait en haute estime. Membre de la délégation suisse auprès de l’OIT de 1945 à 1956, il fut surtout un des fondateurs de la Société du Mont-Pèlerin.

L'OMC a son siège au Centre William Rappard où était installé avant l'OIT.

Il meurt en 1958.

Bibliographie

Sources

  • 1963, Albert Picot, Portrait de William Rappard (Paris: Editions de la Baconnière)
  • 1990, G. Busino, William Rappard, le libéralisme 'nouveau' et les origines de la Mont-Pèlerin Society, Revue Européenne des Sciences Sociales, N° 88, pp205-216
  • 1995, Victor Monnier, William E. Rappard: Défenseur des Libertés, Serviteur de Son Pays et de la Communauté Internationale (Geneva: Edition Slatkine)
  • 2000, Richard Ebeling, "William E. Rappard: An International Man in an Age of Nationalism", The Freeman: Ideas on Liberty, January, Vol. 50 No. 1, [lire en ligne]
Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.