Colloque Walter Lippmann

De Wikiberal

Le colloque Walter Lippmann est organisé en août 1938 sur l'initiative du journaliste américain Walter Lippmann et organisé par le français Louis Rougier. Il donne l’occasion de rassembler des universitaires libéraux hostiles au fascisme, au communisme et à toutes les formes d’interventionnisme économique de l’État. Le propos du colloque est de definir le libéralisme, d'élaborer sa doctrine, de considérer les conditions de réalisation et d'envisager les tâches futures.

Le colloque réunit vingt-six intervenants. Parmi les participants, sont présents Raymond Aron, Louis Baudin, Michael Heilperin, Ludwig von Mises, Jacques Rueff, Alfred Schütz et Friedrich Hayek.

Le colloque a permis de créer une association : le Centre international pour la rénovation du libéralisme, dont la première session s'est tenue à Paris en mars 1939. La seconde guerre mondiale mit prématurément fin à ses activités.

Loin d'avoir constitué un lieu de ralliement contre toutes formes d'intervention de l’État contre l'économie, il a été le lieu d'affrontements intellectuels entre deux branches du libéralisme. D'un côté, un "néo-libéralisme" visant à réhabiliter la doctrine libérale en expurgeant sa dimension laisser-fairiste et en considérant que le rôle de l’État était de fixer des règles juridiques assurant le bon fonctionnement du marché tout en assurant un filet social à la population. Ce néo-libéralisme était défendu par les représentants allemands (Röpke et Rüstow), les patrons technocrates Français (Marlio, Detoeuf) et la plupart des autres membres présents (Castijello). Seule la minorité incarnée par Rueff, Mises et Hayek restait attachée au libéralisme classique, imputant la responsabilité de la crise économique de 1929 à l'intervention de l’État, et souhaitant empêcher l’État d'intervenir sur le système de prix.

On présente parfois le Colloque Lippmann comme précurseur de la création de la Société du Mont-Pèlerin à partir de 1947, car des 26 participants au Colloque, 16 furent adhérents de la Société du Mont-Pèlerin. En fait, seule la moitié des membres du colloque seront invités par Hayek à Vevey en Suisse, car Hayek entendait défendre un libéralisme beaucoup plus classique que celui qu'avaient en tête la plupart des participants au Colloque.

En 1956, en Belgique, le Centre Paul Hymans - centre d'études dépendant du parti libéral belge - a tenu son premier colloque 1957 à Ostende dans une perspective proche du colloque de 1938. Plusieurs personnalités y participèrent : Jacques Rueff, Ludwig von Mises, Maurice Allais, Floyd A. Harper, Bruno Leoni, Daniel Villey et Louis Rougier.

Voir aussi

Bibliographie

  • 1939,
  • 1950, Henry Steele Commager, The American Mind, New Haven, Yale University Press
  • 1967, Richard F. Kuisel, Ernest Mercier French Technocrat, University of California Press
  • 2001, François Denord, Aux origines du néo-libéralisme en France : Louis Rougier et le Colloque Walter Lippmann de 1938, Le mouvement social, n°195, pp. 9-34, [lire en ligne].
  • 2003, Pierre Bilger, « La pensée néolibérale française et l’ordo-libéralisme allemand » in Commun Patricia (ed) (2003), L’ordo-libéralisme allemand, Cergy-Pontoise, CIRACC/CICC.
  • 2005, Francis U. Clavé, « Walter Lippmann et le néolibéralisme de la Cité Libre », Cahiers d’économie politique, n°48, pp79-110
  • 2008,
    • Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme, Latresne, Éditions Le Bord de l’Eau
    • Patrick Fridenson, commentaire du livre de Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme, Le Mouvement Social

Articles connexes

Lien externe

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.