Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Scepticisme

De Wikiberal

Le scepticisme (du grec skeptikos, « qui examine ») est une doctrine philosophique qui adopte une position d'incertitude et doute concernant la capacité de nos connaissances et l'existence de vérités que nous tenons pour certaines. Dans l'optique sceptique, notre prétention à l’égard de la connaissance et de la raison pour atteindre la vérité n'a aucune légitimité et il n'existe aucune réponse définitive validant cette prétention.

« Ma première règle : je ne crois rien de ce que l'État me raconte ! » (George Carlin)

Le scepticisme ne se présente pas comme une doctrine figée dans le temps, il s'exerce plutôt sous une forme critique, comme une série d'arguments qui touchent différents domaines :

  • En métaphysique il s'oppose aux doctrines dogmatiques qui posent des principes absolus, tant matérialistes que spiritualistes. L'attitude dogmatique consiste à ne rien remettre en question, à écarter toute forme de doute, ce qui est à l'opposé de l'attitude sceptique. Le premier représentant du scepticisme est Pyrrhon d'Élis, 360–275 av. J.-C., un philosophe influencé par la pensée orientale qu'il rencontra en accompagnant les expéditions d'Alexandre.
  • En religion, le scepticisme en matière religieuse conteste les fondements de la croyance religieuse. Pour le sceptique il n'existe aucune certitude prouvant l'existence de Dieu, aucune connaissance humaine démontre l'existence d'entités surnaturelles dotées de capacités extraordinaires se manifestant dans la nature. Il n'existe aucun plan ou projet divin, toute croyance religieuse est fondée sur des superstitions.
  • Dans les sciences, le scepticisme mets en doute les procédés scientifiques ses méthodes et recherches, les découvertes scientifiques sont présentées comme des vérités dont on les accepte sans examen, le sceptique refuse systématiquement cette prétention de dogmatisme scientifique.
  • En éthique il évolue souvent vers un relativisme moral, soulignant le caractère relatif et variable des notions de "bien" et de "mal".
  • En politique, il dénonce les sophismes des politiciens, leur discours et prétention à une connaissance exacte des réalités. La présomption politicienne est plutôt le reflet de calculs partisans, sur des probabilités incertaines, des surestimations et exagérations. Le planisme ou l'interventionnisme sont présentés par les politiques comme des panacées inébranlables, comme des remèdes contre tous les maux. Le scepticisme doute de l'aptitude du politicien a pouvoir tout résoudre en toute situation et circonstance.

Le scepticisme radical est une position difficile et intenable sur n'importe quel sujet, en revanche le scepticisme modéré admet que l'on puisse aboutir à des certaines certitudes même provisoires, toujours à réexaminer.

Nassim Nicholas Taleb se décrit lui-même comme un "sceptique empirique", inspiré par Sextus Empiricus, Montaigne ou Popper, et souligne que "ce que nous savons compte moins que ce que nous ne savons pas" (théorie des Cygnes Noirs).

Citations

  • Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou. (Friedrich Nietzsche]
  • L'intolérance, en plaçant la force du côté de la foi, a placé le courage du côté du doute. (Benjamin Constant)
  • On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de supporter. (Emmanuel Kant)
  • Qu’on ne se laisse point égarer : les grands esprits sont des sceptiques. Zarathustra est un sceptique. La force et la liberté issues de la vigueur et de la plénitude de l’esprit, se démontrent par le scepticisme. Pour tout ce qui regarde le principe de valeur ou de non-valeur, les hommes de conviction n’entrent pas du tout en ligne de compte. Les convictions sont des prisons. Elles ne voient pas assez loin, elles ne voient pas au-dessous de soi ; mais pour pouvoir parler de valeur et de non-valeur, il faut voir cinq cents con­victions au-dessous de soi, — derrière soi... Un esprit qui veut quelque chose de grand, qui veut aussi les moyens pour y parvenir, est nécessai­rement un sceptique. (Friedrich Nietzsche, L’Antéchrist, 54)
  • L’existence de convictions chez l’homme est un signe de sous-développement intellectuel. Elles ne font que compenser son incapacité à comprendre rapidement et exactement tel ou tel phénomène dans sa réalité concrète. Ce sont des idées a priori permettant d’agir dans une situation concrète sans en comprendre le caractère concret. L’homme à convictions est rigide, dogmatique, assommant et, comme il se doit, stupide. Le plus souvent, d’ailleurs, les convictions n’ont aucune influence sur la conduite des gens. Elles ne font qu’enjoliver la vanité, justifier les consciences troubles et masquer la sottise. (Alexandre Zinoviev, Homo Sovieticus)
  • Si la tolérance naît du doute, qu'on enseigne à douter des modèles et des utopies, à récuser les prophètes de salut, les annonciateurs de catastrophes. Appelons de nos vœux la venue des sceptiques s'ils doivent éteindre le fanatisme. (Raymond Aron, L'Opium des intellectuels)
  • Peut-être cette espèce de scepticisme qui sous-tend le libéralisme est-il l'aboutissement nécessaire du développement de nos civilisations. (Raymond Aron, Liberté et égalité, 1978)
  • Chaque motif allégué à l'appui d'une opinion, a besoin lui-même d'un motif, et nous pouvons ainsi reculer continuellement jusqu'à l'infini. Ajoutez à cela que nous-mêmes, aussi bien que les objets, nous nous modifions et nous changeons incessamment ; il n'y a rien de stable ni de constant. Et la richesse en diversités est si grande, qu'il devient désespérant de tenter d'établir des lois ou des types généraux. Aucune loi ne saurait épuiser la variété des cas. Plus l'examen est exact, plus on découvre de différences. Et en essayant de ramener les différences trouvées à des points de vue communs, on verra qu'elles sont en contradiction intime entre elles, de telle sorte que la comparaison ne saurait mener à aucun résultat. (Michel Eyquem de Montaigne)
  • Le scepticisme commence quand, assis dans une église entre un flic et une bonne soeur, vous constatez que votre portefeuille a disparu. (Colin Bowles)(humour)
  • Le libéral est foncièrement un sceptique - et on pourrait dire qu'il lui faut un certain degré d'humilité pour laisser les autres chercher leur bonheur à leur guise, et pour adhérer de façon constante à cette tolérance qui caractérise essentiellement le libéralisme. (Friedrich Hayek, Pourquoi je ne suis pas un conservateur)
  • Qui voudrait douter de tout n'irait pas même jusqu'au doute. Le jeu du doute lui-même présuppose la certitude. (Ludwig Wittgenstein, De la certitude, 115)
  • Quiconque n'est pas un sceptique absolu, est un salaud absolu. (Ladislav Klíma)
  • Une petite somme de connaissances est une chose dangereuse. (Alexander Pope, Essai sur la critique)
  • Toute croyance rend insolent ; nouvellement acquise, elle avive les mauvais instincts ; ceux qui ne la partagent pas font figure de vaincus et d'incapables, ne méritant que pitié et mépris. Observez les néophytes en politique et surtout en religion, tous ceux qui ont réussi à intéresser Dieu à leurs combines, les convertis, les nouveaux riches de l'Absolu. Confrontez leur impertinence avec la modestie et les bonnes manières de ceux qui sont en train de perdre leur foi et leurs convictions... (Cioran)
  • S'inféoder, s'assujettir, telle est la grande affaire de tous. C'est précisément ce que le sceptique refuse. (Cioran, La chute dans le temps)
  • Mourir pour des idées, c'est bien beau, mais lesquelles ? Et comme toutes sont entre elles ressemblantes, quand il les voit venir, avec leur gros drapeau, le sage, en hésitant, tourne autour du tombeau. (Georges Brassens)
  • C’est la profonde ignorance qui inspire le ton dogmatique. Celui qui ne sait rien croit enseigner aux autres ce qu’il vient d’apprendre lui-même ; celui qui sait beaucoup pense à peine que ce qu’il dit puisse être ignoré, et parle plus indifféremment. (La Bruyère)
  • La science ne consiste pas à construire un ensemble de « faits » connus. C'est une méthode pour poser des questions délicates et pour les confronter à la réalité, en évitant de cette façon la tendance humaine à croire tout ce qui nous arrange. (Terry Pratchett)

Voir aussi

Liens externes


1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.