Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



James Hansen

De Wikiberal
James Hansen
Activiste écologiste

Dates 1941 -
James Hansen.jpg
Tendance
Origine États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « Jim Hansen a créé une pente ascendante qui n'existait pas vraiment. A ce stade, on ne peut plus parler d'erreurs involontaires »
inter lib.org sur James E. Hansen

James E. Hansen ou Jim Hansen, né le 29 mars 1941 dans l'Iowa, est depuis 1981 le président du Goddard Institute for Space Studies de la NASA. C'est un activiste politique de l'écologisme radical, régulièrement critiqué pour son alarmisme, mis à des fins politiques. Certains vont jusqu'à demander qu'il soit remplacé pour laisser la place à un scientifique sans de tels parti pris[1].

Présentation

Après des études de physique et d'astronomie, il s'oriente vers la question du réchauffement climatique et l'effet de l'homme sur la composition atmosphérique. Il s'intéresse en particulier à la réalisation de « modèles » informatiques sensés refléter l'évolution de cette composition. Il travailla également sur la composition de l'atmosphère de Vénus.

En 1981, il devient président du GISS (Goddard Institute for Space Studies), qu'il met rapidement au service de son idéologie écologiste, avec la publication de températures mondiales toujours plus alarmistes.

Abandonnant toute rigueur scientifique, il se consacre alors au combat politique, se faisant connaître davantage par ses plus de 1.400 interviews que par la qualité de ses non-publications académiques. Il n'hésite pas à amplifier même les prévisions du GIEC, pourtant très critiquées déjà pour leur alarmisme et leur parti pris. Ainsi, il soutient quele niveau des mers pourraient augmenter, non de 59 centimètres, mais de 25 mètres !

Controverses

Faisant fi de toute rigueur scientifique passée, il a à de très nombreuses reprises été pris à manipuler certaines données, toujours dans le même sens d'un alarmisme extrême afin d'imposer ses opinions par la peur. Le sceptique Chris Horner souligne par exemple qu'il a manipulé les données de température en 2001 et en 2007 pour faire naître la peur : « Il a créé une pente ascendante qui n'existait pas vraiment. A ce stade, on ne peut plus parler d'erreurs involontaires »[2]. Comme l'écrit Walter Cunningham, physicien et ancien astronaute de la NASA, « Hansen est un activiste politique qui propage la peur, même quand les données de la NASA le contredisent »[3].

Stephen McIntyre a également mis en évidence d'autres manipulations du GISS, toujours dans le même sens; en 2007, des « corrections » du GISS augmentaient artificiellement les températures sans rien corriger du tout. Devant la dénonciation de ces manipulations, le GISS et Hansen durent reconnaître leur erreur et publier le code de leurs « corrections » des données. A nouveau, en décembre 2008, Hansen fut mis en cause par McIntyre quand le directeur du GISS annonça qu'octobre 2008 avait été le mois d'octobre le plus chaud jamais enregistré, alors que les pays occidentaux avaient pourtant été pris sous des tempêtes de neige. Le GISS avait repris certaines données de septembre pour le mois d'octobre et Hansen avait immédiatement exploité ce résultat à des fins politiques lors de conférences de presse, avant de devoir se rétracter devant les critiques.

John S. Theon, ancien supérieur de Jim Hansen au GISS et spécialiste de l'atmosphère s'en est pris directement à lui et à ses méthodes, mettant clairement en doute les « modèles » utilisés. Theon de déclarer ainsi : « Les modèles ne simulent pas de façon réaliste le système climatique parce qu'il y a de nombreux processus sous-jacents que les modèles prennent mal en compte, ou ignorent complètement ». Il souligne que Hansen a clairement enfreint toutes les règles mises en place par les scientifiques de la NASA en présentant comme des thèses de la NASA, ce qui ne recevait pas le moindre début d'accord de la part de la communauté scientifique. Visant directement Hansen, Théon déclara également[4] :

«Certains scientifiques ont trafiqué les données d'observation pour légitimer les résultats de leurs modèles. Ce faisant, il n'ont ni indiqué ce qui avait été modifié, ni expliqué comment ils l'avaient fait. Ils se sont opposés à la transparence nécessaire pour que d'autres scientifiques puissent reproduire leurs résultats »

Son engagement politique au service de la cause écologiste lui fait prendre des positions inquiétantes : en 2008, il demande que les chefs d'entreprises pétrolières ou charbonnières soient jugés pour "crimes contre l'humanité et contre la nature"[5]. Clairement, la nature mythifiée passe avant l'homme, vu davantage comme un parasite. De même, il n'a pas hésité à comparer les trains transportant du charbon aux trains de la mort emmenant des déportés à Auschwitz... Allant plus loin encore, il estime en mars 2009 que la démocratie ne permet pas de traiter les questions environnementales comme il estime qu'elles devraient l'être et fait ouvertement la promotion de démarches antidémocratiques[6].

Il considère que tous les moyens, légaux ou illégaux, sont bons pour imposer l'idéologie environnementaliste; en octobre 2007, quand six activistes de Greenpeace causèrent 30.000£ de dégâts en dégradant à la peinture une cheminée de la centrale électrique de Kingsnorth en Angleterre, il prit leur défense en arguant qu'il fallait agir et que c'était le plus important, au mépris de l'état de droit.

Dana Rohrabacher, de la chambre des représentants, qui siège au comité sur la science et la technologie, a demandé à ce que, en raison de son militantisme répété, Hansen se retire (step out) de son poste[2].

Citation

  • « Hansen a fait de sa science une idéologie. » (Freeman Dyson)

Notes et références

  1. Fire Dr. James Hansen, now, What's up with that, 10 septembre 2008
  2. 2,0 et 2,1 NASA's Chief Climate Scientist Stirs Controversy With Call for Civil Disobedience, Fox News, 27 février 2009
  3. In Science, Ignorance is not Bliss, Launch Magazine
  4. James Hansen’s Former NASA Supervisor Declares Himself a Skeptic, Inhofe Press Blog
  5. Il écrit ainsi : "In my opinion, these CEOs should be tried for high crimes against humanity and nature."
  6. "Leading climate scientist: 'democratic process isn't working'", The Guardian, 18 mars 2009

Voir aussi

Liens externes

5244-cameleonhelp-buddylivegreen.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail écologie.