Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Jules Simon

De Wikiberal
Jules Simon
Homme politique

Dates 1844 - 1896
Jules Simon.jpg
Tendance Républicain libéral
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Jules Simon
François-Jules Suisse, dit Jules Simon, est un philosophe et homme d'État né à Lorient le 27 décembre 1844, mort à Paris le 8 juin 1896. Il a été le plus populaire des républicains libéraux des débuts de la Troisième République.

Un helléniste

Fils d'un marchand de draps protestant, Alexandre Simon-Suisse, il fait de bonnes études aux collèges de Lorient et de Vannes, est répétiteur au lycée de Rennes, commence de bonne heure à collaborer à la Revue de Bretagne, entre à l'École normale en 1833, devient professeur de philosophie à Caen (1836) et est appelé en la même qualité à Versailles (1837), Victor Cousin estimant fort ses qualités d'helléniste et les employant à des traductions de Platon qu'il signe imperturbablement. Simon suppléa aussi Cousin dans sa chaire de la Sorbonne où il fait un cours, très suivi, sur les philosophes grecs, notamment Platon et Aristote. Il débute à la Revue des Deux-Mondes, contribue à la fondation de la Liberté de penser (1847).

Les débuts politiques

Il avait déjà songé à la politique et, malgré une campagne électorale des plus actives, il avait échoué aux élections législatives à Lannion (1847) contre la coalition des extrêmes. Il prend sa revanche, et une revanche éclatante, le 23 avril 1848 après la chute de la Monarchie de Juillet. Le département des Côtes-du-Nord l'envoie à la Constituante où il siège parmi les modérés. Il travaille énormément dans les grandes commissions, se prononce vivement contre le communisme et s'occupe surtout de ces questions d'enseignement qui le passionnent. Il démissionne le 16 avril 1849, pour entrer au conseil d'État. Mais, brusquement, il perd toutes ses situations officielles : d'une part, il n’est pas réélu au conseil lors de la réélection du premier tiers de ses membres, d'autre part, il ne retrouve pas de siège à l'Assemblée législative. Il va perdre aussi ses situations dans l'enseignement.

Quelques jours après le coup d'État du 2 décembre (7 décembre 1851) qui met fin à la Seconde République, il se rend à son cours de la Sorbonne et prononce une allocution suivante, devenue fameuse :

« Messieurs, je vous fais ici un cours de morale. Je vous dois aujourd'hui non une leçon, mais un exemple. La France est convoquée demain dans ses comices pour blâmer ou approuver les événements qui viennent de se passer. N'y eût-il qu'un vote de blâme, je viens vous dire publiquement que ce sera le mien ».

Il est révoqué le lendemain et privé, par suite, de sa conférence de l'École normale.

L’opposant libéral au Second Empire

Jules Simon se retire d'abord à Nantes où il emploie ses loisirs à des recherches historiques. Puis, par opposition à Napoléon III, il publie le Devoir (1854) qui a un retentissement énorme. Bientôt suivent : la Religion naturelle (1856); la Liberté (1857), puis toute une série de conférences éloquentes et fougueuses sur des questions de socialisme ou de philosophie.

Jules Simon mène aussi le combat sur le terrain politique. Après avoir échoué en 1857 dans le VIIIe arrondissement de la Seine, il est élu membre du Corps législatif le 1er juin 1863. Son éloquence merveilleuse lui donne bientôt une grande autorité dans un milieu pourtant réfractaire à ses idées. Ses discours sur les intérêts de la femme dans les classes laborieuses, sur la liberté des cultes, sur la question romaine, le font connaître dans toute la France. En 1863, il entre à l'Académie des sciences morales et politiques et, en 1869, il est réélu dans la Seine et dans la Gironde. Il opte pour ce dernier département et vote contre la guerre.

Un des fondateurs de la Troisième République

Au 4 septembre 1870, il devient membre du gouvernement de la Défense nationale. Il a dans ses attributions l'instruction publique, les cultes et les beaux-arts.

Après le siège de Paris, Léon Gambetta voulait exclure du droit d'éligibilité à l'Assemblée nationale tous les hommes de l'Empire. Jules Simon est chargé d'annuler ses décrets, considérés comme restrictifs du suffrage universel. Une assez vive altercation avec les membres de la délégation aboutit à la démission de Gambetta. Jules Simon est élu député de la Marne à l'Assemblée nationale. Thiers le choisit pour ministre de l'instruction publique (19 février 1871). Jules Simon, qui savait être autoritaire sous des formes douces et aimables, met de l'ordre dans l'Université et oblige à démissionner Francisque Bouiller et Octave Feuillet.

Il dépose le projet d'enseignement primaire obligatoire et brusquement se retire (17 avril 1873) à la suite d'un discours officiel où il attribue à Thiers tout seul l'œuvre de la libération du territoire, discours qui soulève à l'Assemblée nationale d'assez vives polémiques. Leader de la gauche, il combat alors avec énergie le Septennat, réclamant l'organisation prompte de la République et la dissolution de l'omnipotente Assemblée nationale. Il devient directeur du journal Le Siècle en 1875.

Le 16 décembre 1875, il est élu sénateur inamovible et le même jour membre de l'Académie française.

Le président du conseil

Le 13 décembre 1876, il prend la présidence du conseil et le portefeuille de l'intérieur. Une phrase de son programme ministériel est devenue historique, celle où il se déclare « profondément conservateur et profondément républicain. »

Dans la période difficile que le pays traverse alors, Jules Simon représente une politique de conciliation entre les monarchistes et les républicains, très agités par la question religieuse. Il procède cependant à une vaste épuration parmi les préfets et les magistrats afin d’installer des républicains.

Il ne peut maintenir longtemps la balance égale entre les partis, et son ministère finit par l'aventure du 16 mai 1877. Il a dû accepter un ordre du jour invitant le gouvernement à réprimer les manifestations ultramontaines. Le 15 mai, en effet, le maréchal de Mac-Mahon lui adresse la lettre fameuse : « L'attitude du chef du cabinet fait demander s'il a conservé sur la Chambre l'influence nécessaire pour faire prévaloir ses vues », lettre qui amène la démission du ministère.

Le sénateur

Après avoir dirigé le Siècle, il devient directeur du Gaulois (1879-1881).

Jules Simon, au Sénat, continue à s'occuper surtout des questions d'enseignement et combat l'article 7, les décrets sur les congrégations, rapporte en 1883 le projet sur le droit d'association, et se montre partisan de la liberté pour tous, s'oppose à la réforme judiciaire, au divorce, au monopole universitaire, à l'expulsion des princes, etc. Il se montre soucieux de la protection des femmes et des enfants au travail.

Après le boulangisme qu'il combat non seulement au Sénat, mais dans un pamphlet très piquant, Souviens-toi du 2 Décembre, il demeure presque sans influence sur les événements politiques, mais, par contre, tout occupé de travaux littéraires et économiques et d'œuvres de bienfaisance.

Sa dernière occupation officielle, d'un grand éclat d'ailleurs, est sa représentation de la France à la conférence internationale de Berlin (questions ouvrières) de 1890.

Jules Simon, orateur d'une éloquence incomparable, a été en politique comme en philosophie un libéral.


Œuvres

  • Le Devoir, 1854
  • La Religion naturelle, 1856
  • La Liberté de conscience, 1857
  • La Liberté, 1859
  • L'Ouvrière, 1861
  • L'École, 1864
  • Le Travail, 1866
  • L'Ouvrier de huit ans, 1867
  • La Politique radicale, 1868
  • La Peine de mort, 1869
  • La Famille, 1869
  • Le Libre Échange, 1870
  • Le Gouvernement de Thiers, 1871
  • La Réforme de l'enseignement secondaire, 1874
  • Souvenirs du 4 Septembre, 1874
  • Dieu, Patrie, Liberté, 1883
  • Une Académie sous le Directoire, 1884
  • Thiers, Guizot, Rémusat, 1885
  • Nos Hommes d'État, 1887
  • Victor Cousin, 1887
  • Souviens-toi du 2 décembre, 1889
  • La Femme au XXe siècle, 1891
6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.