Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Maroc

De Wikiberal

Le Maroc, en forme longue officielle le Royaume du Maroc, est un pays d’Afrique du nord qui fait partie du Maghreb, de 34 millions d'habitants, limitrophe de l'Algérie, de l'Espagne, et du Sahara occidental au sud.

Le Maroc n'est pas une République islamique, mais l'islam y est religion d’État, sous une forme « modérée » (selon l'article 1 de la Constitution).

Le régime politique du Maroc est une monarchie constitutionnelle ("de droit divin", ajoutent certains historiens). Les Alaouites (lointains descendants d’Ali, gendre du Prophète) gouvernent le royaume depuis 1659 (mort du dernier sultan saadien El Abbas). Le pays est un protectorat franco-espagnol de 1912 à 1956, puis accède à l'indépendance le 2 mars 1956.

Histoire du Maroc depuis le protectorat

  • 10 septembre 1844 : signature du traité de Tanger par lequel le Maroc reconnaît la présence française en Algérie et cesse tout soutien officiel à Abd-el-Kader, conséquence de la défaite marocaine à la bataille d'Isly le 14 août 1844
  • 31 mars 1905 : début de la crise de Tanger, crise internationale opposant les puissances européennes au sujet de la colonisation du Maroc, provoquée par le discours de l'empereur Guillaume II à Tanger, au cours duquel il exige un État « libre et indépendant »
  • 16 janvier 1906 - 7 avril 1906 : conférence d'Algésiras, donnant lieu aux accords d'Algésiras, conférence internationale relative à l'Empire chérifien sous l'égide des États-Unis ; la France et l'Espagne obtiennent des droits particuliers sur les affaires marocaines
  • 1er juillet 1911 : crise d'Agadir, incident militaire et diplomatique entre la France et l'Allemagne, provoqué par l'envoi d'une canonnière (navire léger armé de canons) de la marine de guerre allemande dans la baie d'Agadir
  • 4 novembre 1911 : après le "coup de force d'Agadir", la signature à Berlin d'un traité franco-allemand laisse les mains libres à la France au Maroc, et permettra d'imposer le protectorat français
  • 30 mars 1912 : le traité de Fès signé par le sultan du Maroc avec la France fait du Maroc un protectorat français
  • 1921 à 1926 : guerre du Rif, opposant les Rifains ("république du Rif") aux armées espagnole puis française, dans le Rif, région montagneuse du nord du Maroc, de Tanger à la frontière algérienne
  • 8 novembre 1942 : début de l'opération Torch, les Alliés débarquent en Algérie et au Maroc (Seconde Guerre mondiale)
  • 11 janvier 1944 : publication du Manifeste de l'indépendance, manifeste nationaliste public revendiquant l'arrêt de la colonisation et l'indépendance du Maroc
  • 1955 : Entretiens de la Celle-Saint-Cloud : le gouvernement français reconnaît Mohammed Ben Youssef comme sultan du Maroc, État libre et souverain, prélude à l'indépendance complète du pays ; le 18 novembre, le sultan Mohammed V annonce à Rabat la fin du protectorat français sur le Maroc (ce jour deviendra fête de l'indépendance)
  • 2 mars 1956 : indépendance effective, suite à la déclaration du 18 novembre 1955
  • 29 février 1960 : tremblement de terre à Agadir (ce séisme de magnitude 5,7 sur l'échelle de Richter fait plus de 15000 morts) ; la ville sera reconstruite 2 km plus au sud
  • octobre 1963 : la guerre des Sables, conflit frontalier dans la région de Tindouf, oppose l'Algérie et le Maroc
  • 20 février 1964 : fin de la guerre des Sables (octobre 1963-février 1964), conflit militaire opposant le Maroc et l’Algérie (aidée par l'Égypte et Cuba) ; le cessez-le-feu définitif laisse inchangée la frontière héritée de l’ère coloniale et le Maroc abandonne ses revendications sur Béchar et Tindouf
  • 29 octobre 1965 : enlèvement à Paris de Mehdi Ben Barka, chef de l'opposition marocaine, principal opposant au roi Hassan II, dont le corps n'a jamais été retrouvé (l'implication des pouvoirs politiques marocain, français et israélien dans cet assassinat reste controversée, et Charles de Gaulle, lors de sa conférence de presse du 21 février 1966, nie l'implication française)
  • 16 août 1972 : « coup d'État des aviateurs », seconde tentative de coup d'État militaire contre le régime de Hassan II, putsch avorté conduit par des aviateurs des Forces aériennes royales sous le commandement du général Mohamed Oufkir ; la tentative d'abattre le Boeing royal d'Hassan II dans le ciel de Tétouan échoue
  • 6 novembre 1975 : début de la Marche verte, grande marche pacifique partie du Maroc (350 000 volontaires civils, entourés par 20 000 soldats) vers le Sahara espagnol ; Hassan II tente ainsi d'établir la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental (le 14 novembre, les accords de Madrid établiront les conditions du retrait espagnol du Sahara occidental)
  • 14 novembre 1975 : les accords de Madrid, signés par l'Espagne, le Maroc et la Mauritanie, établissent les conditions du retrait espagnol du Sahara occidental
  • 26 février 1976 : l'Espagne rétrocède le Sahara occidental au Maroc et à la Mauritanie
  • 23 juillet 1999 : mort d'Hassan II, son fils Mohammed VI est proclamé roi du Maroc, son intronisation est célébrée le 30 juillet
  • 16 mai 2003 : attentats de Casablanca (cinq attentats suicides terroristes font un total de 41 victimes et d'une centaine de blessés)
  • 16 janvier 2004 : adoption de la loi sur la réforme du code de la famille qui vise à consacrer « l'égalité juridique entre l'homme et la femme »
  • 20 février 2011 : début de grandes manifestations dans tout le pays pour exiger des réformes politiques ; la contestation aboutira à la promulgation d'une nouvelle constitution, soumise à référendum le 1er juillet

Le Maroc contemporain

Suite à la libéralisation économique des années 1980 (remédiant à un endettement public important dans les années 1970), le Maroc est classé comme faisant partie des pays en voie de développement et adhérant à une économie de marché. C'est la deuxième place financière d'Afrique après celle de Johannesburg. Le pays profite des mouvements de délocalisation en Europe occidentale.

Alors que le règne de Hassan II (de 1961 jusqu'à sa mort en 1999) fut marqué par une répression politique (« années de plomb »), celui de son fils Mohammed VI est davantage marqué par l'affairisme, le roi détenant de vastes intérêts économiques via sa "holding" (la fortune royale est estimée par Forbes en 2009 à 2,5 milliards de dollars, puis à 5,7 milliards en 2017). La liberté de la presse est jugée "en situation difficile" par Reporters sans frontières, et Internet est partiellement censuré. Des cas de torture d'opposants sont rapportés, comme celui du boxeur Zakaria Moumni en 2010.

Plusieurs querelles territoriales impliquant le Maroc existent depuis des décennies :

  • les enclaves espagnoles de Ceuta et de Melilla au nord du Maroc provoquent des tensions dans les relations hispano-marocaines depuis plus de trois siècles ; le Maroc revendique ces enclaves qu'il voit comme des vestiges du colonialisme ;
  • le Sahara occidental, au sud du Maroc, ancienne colonie espagnole, n'a pas de statut définitif depuis 1976 ; le Maroc contrôle et administre environ 80 % du territoire, tandis que l'Algérie soutient les indépendantistes sahraouis ; les propositions de l'ONU d'organiser un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui se heurtent aux réticences marocaines ainsi qu'à la réalité sociale nomade des Sahraouis, habitués à passer librement sur des territoires maintenant sous souveraineté algérienne, marocaine, mauritanienne et malienne.

Indicateurs de liberté

  • selon l'indice de liberté économique de la Heritage Foundation, le Maroc est classé parmi les pays modérément libres économiquement (score de 60,1 sur 100 en 2016), proche de la France (62,5), de l'Italie (61,7) ou de l'Afrique du sud (62,6). En 2018, l'indice passe à 61,9 et le Maroc est en 86e position sur 180 pays.
  • l'indice de liberté humaine du Cato Institute (Human Freedom Index) donne une note de 6,18/10 au Maroc et le classe en 127e position sur 162 pays.
6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.