Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Michael Badnarik

De Wikiberal
Michael Badnarik

Michael Badnarik (né le 1er août 1954) est un ingénieur en informatique, et a été le candidat du parti Libertarien américain à la présidence des États-Unis en 2004. Il a atteint la quatrième place, juste derrière Ralph Nader.

Biographie

Issu d'une famille d'immigrés slovaques, il réside actuellement à Austin, Texas. Il a été, durant les années 1970, un volontaire de la Croix-Rouge et chez les Boy-Scouts. Il participe au Free State Project. À l'orée de la campagne présidentielle, il a écrit un livre, Good To Be King : The Foundation of our Constitutional Freedom, à la propos de la Constitution américaine. Il a été désigné par le parti Libertarien, alors qu'il était en compétition avec l'animateur de talk-shows Gary Nolan, ou encore le producteur hollywoodien Aaron Russo. Sa victoire a été une surprise pour les observateurs.

Badnarik et le candidat du parti Vert, David Cobb, ont été arrêtés à Saint Louis (Missouri) le 8 octobre 2004 pour "actes de désobéissance civile". Les deux ont d'ailleurs été exclus des débats télévisés durant la campagne présidentielle. Ils ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de forcer le barrage de police, pour pouvoir participer à ces débats.

Badnarik n'avait, pour sa campagne, qu'un million de dollars, et a obtenu 400 000 voix, soit 0,34% des suffrages, et a déclaré vouloir briguer un poste de sénateur du Texas en 2006.

Positions politiques

  • Avortement : Badnarik est personnellement opposé à l'avortement, mais pense que les décisions relatives au droit d'avorter devraient être prises au niveau de l'État, et non au niveau fédéral. Il reconnaît qu'il y a une controverse significative au sujet du moment où la vie commence, et affirme donc que l'État ne devrait pas légiférer contre l'avortement, tant que le foetus n'est pas indiscutablement un être humain.
  • Régulation télévisuelle : Badnarik s'oppose à la régulation gouvernementale de la pornographie, ou des programmes aux contenus plus ou moins obscènes. "I find it very offensive when the government tells me what I can and cannot watch. [...] Individual people should decide what is or is not obscene and they will make that decision by watching or not watching reality TV."
  • Réforme du financement éléctoral : Badnarik veut éliminer le financement sur fonds publics et le plafonnement du financement électoral.
  • Droits des individus : Badnarik soutient sans équivoque l'intégralité du Bill of Rights, une position qui contraste avec les autres leaders politiques. Badnarik dit que l'État ne doit pas garantir les droits, mais plutôt les reconnaître, car ils existent indépendamment de l'État, et sont une part de nous mêmes, et, comme Thomas Jefferson l'écrivait dans la Déclaration d'indépendance, la seule fonction légitime du gouvernement est de les protéger.
  • Développement économique : Badnarik voudrait développer l'économie en abrogeant l'impôt sur le revenu, et en diminuant drastiquement les dépenses publiques, ce qui augmenterait effectivement considérablement le revenu de la plupart des Américains. Il prèche également pour la suppression de la Réserve fédérale, et la restauration de l'étalon-or.
  • Éducation : Badnarik est favorable à la suppression du ministère fédéral de l'Éducation, car il est à la fois anticonstitutionnel et inefficace. Badnarik appelle à une privatisation de l'éducation, ce qui la rendra plus efficace et conforme à la compétition issue du libre-échange.
  • Énergie : Badnarik s'oppose à la régulation gouvernementale de l'industrie énergétique, car le marché libre est plus efficace pour contrôler les prix et maintenir la stabilité. "All you need to know about economics is the law of supply and demand. When the supply of something goes down, the price of it will go up. And as the price of gasoline goes up, the consumerist at the pump is going to provide the incentive for finding alternative sources."
  • Commerce international : Badnarik voudrait retirer les États-Unis de l'ALENA et de l'OMC. "They have about as much to do with free trade as the Patriot Act has to do with liberty". "We need to get the government out of regulating trade, so that American workers can do what they do best and that is to create wealth."
  • Mariage homosexuel et union civile : Badnarik pense que le mariage, comme tout contrat passé entre deux individus, ne doit pas intéresser l'État, et il soutient donc le droit individuel de s'associer librement avec la personne souhaitée.
  • Ventes d'armes : Badnarik s'oppose aux restrictions sur les possessions d'armes, qu'il considère comme des restrictions opposées au droit individuel de légitime défense.
  • Santé : Badnarik s'oppose à l'implication gouvernementale dans la santé et l'autorisation de mise sur le marché des médicaments, et il conteste que les autorisations de médicaments réduisent les coûts pour les consommateurs.
  • Immigration : Badnarik est en faveur de l'amnistie de certains sans-papiers qui résident déjà aux États-Unis. Badnarik pense que les immigrés pacifiques devraient être autorisés à entrer dans le pays, sans restriction ni quotas, en s'assurant seulement qu'ils ne sont ni des terroristes, ni des criminels. Badnarik ne croit pas que l'existence d'un filet de protection sociale soit une bonne excuse pour exclure les immigrés.
  • Relations internationales : S'il était président, Badnarik éviterait les alliances empêtrées, et initierait un retour rapide des troupes US présentes dans le monde. "Other countries will be less likely to attack us when we are trading goods that are necessary for their survival." Il soutient la réduction, et par la suite l'élimination, des programmes publics d'aide internationale.
  • Irak : Badnarik soutient un retrait rapide des forces américaines, tandis qu'il faut prévoir des fonds pour réparer les infrastructures endommagées par les actions militaires américaines.

Littérature secondaire

Liens externes

Kurt.jpg Accédez d'un seul coup d’œil à toute la série des articles de Wikibéral concernant les célébrités libérales, libertariennes et assimilées.