Paix

De Wikiberal

Du latin pax, la Paix désigne habituellement un état de calme ou de tranquillité comme une absence de perturbation ou d'agitation. Elle est universellement considérée comme un idéal.

Au plan collectif, la paix désigne ainsi l'absence de violence ou de guerre entre groupes humains. En ce sens la paix entre les nations est l'aspiration de nombreux hommes et le prétexte de quelques organisations comme la défunte SDN ou l'actuelle ONU. Dans cette acception, certains idéologies comme le nazisme et le communisme réprouvent la paix, qui amollit les hommes, et au contraire exaltent la guerre.

Au plan individuel, la paix désigne également un état d'esprit personnel, exempt de colère, de crainte, et plus généralement de sentiments négatifs. Elle est donc souhaitée pour soi-même et éventuellement pour les autres, au point de devenir une salutation (Que la paix soit avec toi) ou un but de vie.

L'articulation entre la paix et son opposé (guerre, violence, conflit, colère, etc.) est une des clefs de nombreuses doctrines, religieuses ou politiques, clef fondamentale bien que généralement non explicite. Savoir quel est l'état naturel ou originel de l'Homme (paisible ou violent), et comment il passe de l'un à l'autre, conditionne en effet :

  • le statut de l'individu, (fauve à dompter ? esclave à libérer ?), tout particulièrement dans son jeune âge (idéal à retrouver ? ou animal à surveiller ?), mais aussi en tant que majeur (prédateur égoiste, que la société et l'état doivent surveiller ? ou paisible responsable, qui n'appellera à la force public que pour se défendre d'abus ?)
  • la formation des enfants (part respective de l'éducation et de l'enseignement, durée, etc.).
  • les moyens admissibles (force aussi brute que le violent rebelle, ou douceur libérale ?)
  • la valeur de la civilisation (corruptrice du bon sauvage ou appaisante du barbare ?)
  • le statut et la place des organisations (état, entreprises, syndicats, etc.) : nuisibles à détruire, moindres maux nécessaires, ou bien piliers du système ?
  • la place absolue et relatives des activités matérielles et spritiuelles (dans quelle mesures sont-elles, pour le maintien ou l'acquisition de la paix, indispensables, utiles, inutiles, ou nuisibles ?)
  • etc.

Dans le yi-king, l'hexagramme opposé à celui de la paix est celui de la stagnation. Symboliquement, cela indique que la paix n'est pas un absolu, mais une recherche permanente. Et que le conflit n'est pas l'opposé de la paix. Il convient dans une démarche de paix de transformer le conflit, non pas de le supprimer. Les démarches non-violentes incarnent cette démarche de transformation pacifique du conflit.

Point de vue libéral

Ces trois mille dernières années, l'Etat (sous diverses formes) a été le facteur principal d'absence de paix entre les hommes. La guerre est une activité très appréciable car elle permet d'étendre les pouvoirs de l'Etat, de favoriser la corruption des politiciens et des fonctionnaires, de limiter les libertés individuelles, d'augmenter le nombre de fonctionnaires et de faire exploser le budget.

Bibliographie

  • 2004, Erich Weede, "The diffusion of prosperity and peace by Globalization", The Independent Review, Vol IX, n°2, Fall, pp165-186


Citations

  • Le libéralisme est une philosophie de paix et de collaboration internationale. C'est le point de départ de cette doctrine sociale et économique que les intérêts bien conçus de tous les individus et toutes les nations doivent nécessairement s'harmoniser dans une société où règne la propriété privée et le libre-échange. (Ludwig von Mises, La Crise mondiale, 1938)
Interro jer suite.png Accédez d'un seul coup d’œil au lexique des principaux termes du libéralisme.

7684-efdur-Justice.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail concernant le droit et la justice.