Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Paul J. Schoemaker

De Wikiberal

Paul J. H. Schoemaker, né le 4 avril 1949, à Deventer, dans la province de Overijssel, aux Pays-Bas, est un universitaire installé aux USA. Il a commencé ses études en physique et en mathématiques à l'Université de Groningen (Pays-Bas) et il fut diplômé "magna cum laude" de l'Université de Notre Dame avec un diplôme (BS) en physique en 1972. Plus tard, il a obtenu un MBA en finance, une master en gestion et un doctorat en sciences de la décision, ces trois diplômes, obtenus à la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie. Dans les années 1980, il a pris un congé sabbatique prolongé avec le groupe de planification stratégique du Royal Dutch Shell à Londres.

Il est un auteur et leader dans les domaines de la gestion stratégique et de la prise de décision dans la théorie de la firme, particulièrement analysée sous l'angle de la rente et des capacités. D'ailleurs, il est classé parmi les chercheurs les plus souvent cités au niveau mondial (top 1%) par sa présence en référence bibliographique aux articles liée à l'entreprise et à l'économie dans les publications et revues académiques de premier plan. Avec Raphael Amit, en 1993, il écrit que l'application de l'ensemble des ressources et des capacités de l'entreprise dans un secteur particulier (par exemple, le chevauchement de l'ensemble des facteurs stratégiques de l'industrie) permettra de déterminer les rentes futures disponibles.

Paul J. Schoemaker est également le fondateur et président exécutif de l'entreprise : "Décisions et Strategies Internationales", un cabinet de conseil et de formation spécialisée en gestion stratégique, en perfectionnement des cadres grâce à des logiciels multi-médias. En outre, il est Professeur et directeur de recherche au Centre pour l'innovation technologique à la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie, où il enseigne la prise de décision et la stratégie. Depuis plus de douze ans, il est aussi professeur à la Graduate School of Business de l'Université de Chicago spécialisée dans les sciences de la stratégie et de la décision.

Sans véritablement appartenir à l'école autrichienne d'économie, son parcours de recherche colle avec l'évolution du programme de recherche autrichien. A la fin des années 1970 et au cours des années 1980, Paul J. Schoemaker s'intéresse à la théorie de la décision, suivant de près le programme de recherche d'Oskar Morgenstern. Dans les années 1990, Paul J. Schoemaker se penche sur la théorie managériale, ce qui correspond au nouveau programme de recherche de certains universitaires proches de l'école autrichienne (Nicolai Foss, Richard Langlois, Brian Loasby). A partir des années 2000, Paul J. Schoemaker reprend ses recherches sur la théorie des signaux faibles et sur la vision périphérique, thèmes qui s'associent avec les concepts de vigilance ou d'opportunité d'Israel Kirzner et de curiosité épistémique.

Bibliographie

  • 1978,
    • a. avec J. Galbraith, "Technology and Organization Design: A Managerial Assessment", In: A. C. Hax, dir., Studies in Operations Management, Ch 1, North Holland Publishing Co., pp3-40
    • b. "Context Credibility and Format Bias in Retrospective Judgment", Proceedings of the American Institute for Decision Sciences, St. Louis, October, pp36-38
  • 1979,
    • a. "The Role of Statistical Knowledge in Gambling Decisions: Moment versus Risk-dimension Approaches", Organizational Behavior and Human Performance, Vol 24, pp1-17
    • b. avec H. C. Kunreuther, "An Experimental Study of Insurance Decisions", The Journal of Risk and Insurance, Vol 46, n°4, pp603-618
  • 1980,
    • a. "On the Indeterminacy of von Neumann-Morgenstern Utility Functions", Proceedings of the American Institute for Decision Sciences, Las Vegas, November, Vol. 2, pp208-210
    • b. Experiments on Decisions Under Risk: The Expected Utility Hypothesis, Boston, MA: Martinus Nijhoff Publishing Co.
    • c. avec J. C. Hershey, "Risk Taking and Problem Context in the Domain of Losses: An Expected Utility Analysis", The Journal of Risk and Insurance, Vol. 47, 1, pp111-132
    • d. avec J. C. Hershey, "Prospect Theory's Reflection Hypothesis: A Critical Examination", Organizational Behavior and Human Performance, 25, pp395-410
    • e. avec J. A. Schoemaker et J. J. Saukonnen, "Polysaccharide Accumulation in the Cell Division Defective Mutant Escherichia Coli 15T-R1", Microbios, 29, pp149-159
  • 1981,
    • a. avec C. C. Waid, "On the Fidelity of Multiattribute Preference Representations: Some Analytical Considerations", In: J. N. Morse, dir., Organizations: Multiple Agents with Multiple Criteria, Springer-Verlag, pp447-464
    • b. "Behavioral Issues in Multiattribute Utility Modeling and Decision Analysis", In: J. N. Morse, dir., Organizations: Multiple Agents with Multiple Criteria, Springer-Verlag, pp338-362
    • c. avec H. C. Kunreuther, "Decision Analysis for Complex Systems: Integrating Descriptive and Prescriptive Components", Knowledge: Creation, Diffusion, Utilizations, Vol 2, n°3, March, pp389-412
  • 1982,
    • a. avec C. C. Waid, "An Experimental Comparison of Different Approaches to Determining Weights in Additive Utility Models", Management Science, Vol 28, n°2, Feb. pp181-196
    • b. avec J. C. Hershey et H. C. Kunreuther, "Sources of Bias in Assessment Procedures for Utility Functions", Management Science, Vol 28, n°8, Aug., pp936-954
      • Repris en 1986, In: D. Bell, H. Raiffa et A. Tversky, dir., Decision Making, New York: Cambridge University Press
    • c. "The Expected Utility Model: Its Variants, Purposes, Evidence and Limitations", Journal of Economic Literature, Vol 20, June, pp529-563
      • repris en 1993, In: Bruce Caldwell, dir., The Philosophy and Methodology of Economics, Vol. II, Edward Elgar Publishing Ltd., Cheltenham, UK, pp395-439
      • Traduit en italien, In: M. Lombardi et R. Tamborini, dir., The Contributions of Cognitive Sciences to Economic Theory, Bologna
      • Traduit en russe en 1994, In: A. Poletayev, dir., THESIS: Theory and History of Social and Economic Institutions and Systems, n°5, Moscow, pp29-80
  • 1984, "Optimality Principles in Science: Some Epistemological Issues", In: Jean H. P. Paelinck et Paulus H. Vossen, dir., The Quest for Optimality, Aldershot, UK, Gower Publishing Co., pp4-31
  • 1985, avec J. C. Hershey, "Probability vs. Certainty Equivalence Methods in Utility Measurement: Are They Equivalent?", Management Science, Vol 31, n°10, Oct., pp1213-1231
  • 1988, avec C. C. Waid, "A Probabilistic Dominance Measure for Binary Choices: Analytic Aspects of A Multi-attribute Random Weights Model", Journal of Mathematical Psychology, Vol 32 (2), June, pp169-191
  • 1989,
    • a. "Preferences for Information on Probabilities versus Prizes: The Role of Risk-Taking Attitudes", Journal of Risk and Uncertainty, 2, pp37-60
    • b. avec J. Edward Russo, "Decision Audits", Across the Board, Dec., pp47-53
    • c. avec J. Edward Russo, Decision Traps, Hardcover, Doubleday Publishing Co.
      • Nouvelle édition en 1990, Paperback, Simon and Schuster
      • Traduction en chinois
      • Traduction en espagnol
      • Traduction en portugais
      • Traduction en français
      • Traduction en néerlandais
  • 1990,
    • a. "Strategy, Complexity, and Economic Rent", Management Science, Vol 36, n°10, Oct. pp1178-1192
    • b. avec J. Edward Russo, "Decision Traps", New York: Simaon and Schuster
  • 1992,
    • a. "How to link strategic vision to core capabilities", Sloan Management Review, Fall, pp67-81
    • b. avec J. E. Russo, "Managing overconfidence", Sloan Management Review, Winter, pp7-18
  • 1993, avec Raphael Amit, Strategic assets and organizational rent, Strategic Management Journal, Vol. 14, n°1
  • 2000, avec G. Day, dir., "Wharton on Managing Emerging Technologies", New York, Wiley
  • 2003, avec F. Schuurmans, “Opportunity in Uncertainty: Techniques for Turning an Unpredictable Future to Your Advantage”, Association Management, Vol. 55, pp49-52
  • 2004, avec George S. Day, Peripheral vision: Sensing and acting on weak signals. Long Range Planning, 37, pp117-121