Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Vincent Ostrom

De Wikiberal
Vincent Ostrom
économiste et sociologue

Dates 1919-2012
Ostromsmall2.jpg
Tendance école du choix public
Origine États-Unis États-Unis
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Vincent Ostrom

Vincent Ostrom (25 septembre 1919 — 29 juin 2012) fut le directeur fondateur de l'Atelier en Théorie Politique et en Analyse Politique, ainsi que professeur émérite de science politique, basé à l'Université d'Indiana.

Éléments de biographie

Vincent Ostrom a réalisé des recherches sur la théorie de la fragmentation, sur la théorie du choix rationnel[1], sur le fédéralisme, sur les ressources communes [Common Pool] et sur le polycentrisme, en se basant, en grande partie, sur les travaux du début du XXe siècle de Frank Knight, de Ludwig von Mises et de Friedrich von Hayek.

Il a d'abord fréquenté (1937) le Mt. Baker Union High School, à Deming, dans l’État de Washington (USA) et il a suivi des cours au Los Angeles City College (1938-1940). Il a ensuite obtenu un B.A. (1942), une maîtrise (1945) et un doctorat 1950 en sciences politiques de l'Université de Californie, Los Angeles (UCLA).

Vincent Ostrom est allé à l'Université d'Indiana en 1964 en tant que professeur de sciences politiques et il a co-fondé l'Atelier de Théorie politique et d'analyse politique avec son épouse et future prix Nobel d'économie en 2009, Elinor Ostrom. Au début de sa carrière, Vincent Ostrom a occupé les postes de professeur à l'Université du Wyoming, à l'Université de l'Oregon et de l'UCLA. Il fut également consultant de la Convention constitutionnelle de l'Alaska (1955-1956) pour la rédaction de l'article sur la gestion des ressources naturelles dans la Constitution de l'Alaska. Il a siégé au conseil de rédaction de plusieurs revues scientifiques comme l'American Political Science Review (1957-1960), Public Administration Review (Rédacteur en chef, 1963-1966), Publius: The Journal of Federalism (1972-2005), Constitutional Political Economy (1989 à aujourd'hui), et International Journal of Organization Theory and Behavior (1997-2006).

Ses travaux cherchent à comprendre les processus de décision des individus et l'équilibre entre le groupe et les intérêts individuels. Ses recherches impliquent l'attention sur ce qui motive le comportement humain (l'altruisme ou l'intérêt individuel), l'effet des institutions et des règles sur le comportement individuel et sur le groupe, et comment les institutions se transforment par l'action des individus. Sa préoccupation principale découle de son observation que la qualité de nos actions et de nos interactions entre participants du monde social est affectée par les cadres que nous construisons pour guider nos activités. Plus nous poursuivons cette orientation et plus la connaissance et l'intelligence s'avèrent d'une importance cruciale.

Le polycentrisme dans l'administration publique

Vincent Ostrom a commencé ses premiers travaux sur les droits des ressources en eau (1953). Il a analysé le fonctionnement de l'économie publique en utilisant un cadre analytique polycentrique. Il a mis en valeur qu'il existe une myriade d'entreprises différentes qui participent à la prestation de la distribution de l'eau, et ces entreprises exercent leurs activités sous une grande variété de cadres organisationnels. Il a ensuite développé, avec Charles Tiebout et Robert Warren (1961), puis perfectionné le concept de polycentrisme dans l'administration publique, c'est-à-dire comment les centres de décisions multiples, formellement indépendants, s'établissent au sein d'un système étatique. Il a proposé que les conditions de concurrence en quasi-marché, entre des centres de décisions multiples, accroissent la flexibilité et la réactivité. Contrairement à une organisation hiérarchique, le polycentrisme étatique évite le point focal de la connaissance ultime et de la nécessité d'autorité. Vincent Ostrom traite l’État, non pas comme une entité omnisciente d'intervention et de choix pour la société, mais comme le nœud où les individus participent à l'auto-gouvernance. L’État est plutôt représenté par une somme de couches fragmentées de gouvernements qui se chevauchent. Pour Vincent Ostrom, les finances publiques ne concernent pas l'étude de l'intervention du gouvernement dans une société, mais constituent plutôt l'étude de la façon dont les gens s'activent au travers d'une variété d'organisations pour promouvoir et faire avancer leurs projets et leurs intérêts. En outre, il place son analyse sur les processus émergents de développement et non sur les états d'équilibre, et ce, dans un contexte où une grande partie de ce développement est mise en mouvement par des conflits entre des personnes et leurs plans.

Vincent Ostrom est reconnu pour avoir fait avancer la théorie du choix rationnel et de l'administration démocratique, non seulement comme un moyen pour comprendre le comportement bureaucratique et la fourniture des services publics, mais comme une théorie distincte de l'administration publique. La plupart des recherches subordonnent le fédéralisme à la démocratie, ce qui sous-entend que le fédéralisme est un sous-ensemble de la gouvernance démocratique au travers d'une politique de décentralisation administrative. Pour Vincent Ostrom, le fédéralisme est d'ordre premier. L’État peut être polycentrique et non hiérarchiquement autoritaire. Dans cette formulation, il se positionne en profond contraste avec les propositions, généralement admises, qui traitent fondamentalement le fédéralisme comme une question de décentralisation administrative. La décentralisation peut, bien sûr, être traitée comme une simple question de choix administratif, en conformité avec une formulation d'un standard hiérarchique. Mais, cependant, cela n'a rien à voir avec une décentralisation, résultat émergeant d'un processus concurrentiel polycentrique.

Le reproche que formule Vincent Ostrom à la théorie traditionnelle des finances publiques est fondé sur l'intérêt portée, par cette dernière, sur une analyse dichotomique entre les biens privés et les biens publics, cette dissociation amène à une affectation de l'organisation économique respectivement au marché et à l’État. Cette dichotomie théorique est fortement répandue parmi les analystes politiques et économiques, or Vincent Ostrom met en garde que les questions essentielles relatives à l'auto-gouvernance, avec cette approche traditionnelle, sont mises à l'écart de la lumière de l'esprit. Les références, dans la littérature en économie politique et en finances publiques, suggèrent sans cesse que «l’État» dispose d'un monopole territorial. Une telle conceptualisation conduit presque inéluctablement à une position hiérarchique au sein d'une société, telle que celle véhiculée par la notion de souveraineté. Cependant, il est possible de prétendre que la souveraineté ne se concentre pas, quelque part dans un lieu particulier, mais qu'elle est répandue dans la population d'une société démocratique. Cette notion est illustrée par les formulations que le «peuple» ou le «consommateur» sont souverains dans une société démocratique. Cette posture affirme que les gens sont souverains en fin de compte, mais que la souveraineté est exercée en leur nom par des représentants élus et par des fonctionnaires exerçant leur pouvoir sur un monopole territorial. Mais, cette approche paralyse fortement un processus polycentrique de la société.

Vincent Ostrom a soutenu, également, que la théorie du choix rationnel de l'administration, assure un équilibre et constitue le fondement de l'administration publique basée sur les principes démocratiques de la Constitution américaine. Dans son livre de 1973, La crise intellectuelle dans l'administration publique, il décrit la décomposition des fondements intellectuels de l'administration publique. Il a noté l'augmentation de la participation des citoyens aux processus de décisions publiques et la large diffusion du pouvoir. Une administration démocratique est plus hétérogène dans son processus "de bas en haut" par rapport à des systèmes hiérarchiques "de haut en bas". Vincent Ostrom estime que l'ordre hiérarchique, responsable d'un centre de pouvoir unique, est moins capable de servir les besoins variés des citoyens et de faire face aux diverses conditions que rencontrent ces citoyens. Un ordre hiérarchique est moins rentable qu'une administration polycentrique. La dispersion de l'autorité entre différents centres de décision, aux mêmes compétences, et se chevauchant au sein d'une même juridiction, est essentielle pour faire progresser le bien-être humain et assurer un ordre politique stable.

Notes et références

  1. Ses travaux le rapprochent d'auteurs comme M. Hechter, J. S Coleman ou R. Calvert
    • M. Hechter, 1990. "The Emergence of Cooperative Social Institutions", In: M. Hechter, dir., Social Institutions: Their Emergence, Maintenance, and Effects, KD Opp, and R Wippler. Aldine de Gruyter
    • J. S. Coleman, 1990, "Commentary: Social institutions and social theory", American Sociological Review, 55:333-339
    • R. Calvert, 1995, "The Rational Choice Theory of Social Institutions: Cooperation, Coordination, and Communication", In: Modern Political Economy: Old Topics, New Directions, pp216–228

Publications

  • 1953,
    • a. Water and Politics: A Study of Water Policies and Administration in the Development of Los Angeles, Los Angeles: The Haynes Foundation
    • b. Water Supply, Monograph No. 8 in Metropolitan Los Angeles: A Study in Integration, Los Angeles: The Haynes Foundation
  • 1954, The Units of Local Government in Oregon, 1951. Eugene: University of Oregon, Bureau of Municipal Research
  • 1961, avec Charles M. Tiebout et Robert Warren, "The Organization of Government in Metropolitan Areas: A Theoretical Survey", The American Political Science Review, 55, pp831-842
    • Repris en 1991, In: Vincent Ostrom, dir., The Meaning of American Federalism: Constituting a Self-Governing Society, San Francisco: Institute for Contemporary Studies, pp137-161
  • 1971, "The Political Theory of a Compound Republic: Designing the American Experiment", Lanham MD: Lexington Books
    • 3ème édition en 2008
  • 1972,
    • a. “Polycentricity”(I and II),
      • Repris en 1999, In: Michael D. McGinnis, dir., Polycentricity and Local Public Economies
    • b. avec Elinor Ostrom, “Legal and Political Conditions of Water Resource Development”, Land Economics, 48(1) (Feb.), pp1-14
      • Repris en 2002, In: R. Maria Saleth, dir., Water Resources and Economic Development, Northampton, MA: Edward Elgar, pp308-321
  • 1973,
    • a. avec Robert L. Bish, Understanding Urban Government: Metropolitan Reform Reconsidered, Washington, DC: American Enterprise Institute
    • b. Can Federalism make a difference?, Publius, 3, pp197-237
    • c. "The Intellectual Crisis in American Public Administration", Tuscaloosa: University of Alabama Press
      • Nouvelle édition en 2008, Tuscaloosa: University of Alabama Press
  • 1977, avec Elinor Ostrom, Public goods and public choices, In: Edward S. Savas, dir., Alternatives for delivering public services: toward improved performance. Boulder, Colorado, USA, Westview Press
    • Repris en 1994, In: Elinor Ostrom, Roy Gardner et James Walker, dir., Rules, Games, and Common Pool Resources, Anne Arbor, University of Michigan Press, Reissued in Ostrom, pp163-197
  • 1980, Artisanship and Artifact, Public Administration Review, Vol 40, pp309-317
  • 1984, avec Robert L. Bish et Elinor Ostrom, Il governo locale negli Stati Uniti (Le gouvernement local aux Etats-Unis), Milano: Edizioni di Comunita
    • Traduction en anglais et révision substantielle en 1988, Local Government in the United States, Institute for Contemporary Studies, San Francisco
  • 1987, "Buchanan and the Constitutional Bases of Political Decision Making", Political Science, Vol 20, n°2, pp242-246
  • 1988,
    • a. avec David Feeny et Hartmut Picht, Rethinking Institutional Analysis and Development, International Center for Economic Growth
    • b. Opportunity, Diversity, and Complexity, In: Vincent Ostrom, David Feeny et Hartmut Picht, dir., Rethinking Institutional Analysis and Development: Issues, Alternatives and Choices, San Francisco: International Center for Economic Growth Press, pp389-406
  • 1989,
    • a. The Intellectual Crisis in American Public Administration, seconde édition, Tuscaloosa-London: The University of Alabama Press
    • b. Executive Leadership, Authority Relationships, and Public Entrepreneurship. Working Paper, Workshop in Political Theory and Policy Analysis, Indiana University, Bloomington. January 19
  • 1991,
    • a. dir., "The Meaning of American Federalism: Constituting a Self-Governing Society", San Francisco: Institute for Contemporary Studies
    • b. "Polycentricity: The Structural Basis of Self-Governing Systems", In: Vincent Ostrom, dir., The Meaning of American Federalism: Constituting a Self-Governing Society, San Francisco: Institute for Contemporary Studies, pp223-244
    • c. "Rational Choice Theory and Institutional Analysis: Toward Complementarity", American Political Science Review, 85, pp237-243
  • 1992, “Comment on the Political Economy Approach”, In: Gerard Radnitzky, dir., Universal Economics: Assessing the Achievements of the Economic Approach, New York: Paragon House, pp201-218
  • 1995, Where to Begin?, Publius: The Journal of Federalism, 25, pp45-60
  • 1997, The Meaning of Democracy and the Vulnerability of Democracies, Ann Arbor: The University of Michigan Press
  • 1999,
    • a. “Taking Constitutions Seriously: Buchanan’s Challenge to Twentieth-Century Political Science”, In: James E. Alt, Margaret Levi et Elinor Ostrom, dir., Competition and Cooperation: Conversations with Nobelists about Economics and Political Science, New York: Russell Sage Foundation, pp123-136
    • b. "Cryptoimperialism, Predatory States and Self Governance”, In: M. McGinnis, dir., "Polycentric Governance and Development" (Readings from the Workshop in Political Theory and Policy Analysis), Ann Arbor : University of Michigan Press, pp166-185
    • c. "Polycentricity", Part I, In: M. D. McGinnis, dir., "Polycentricity and local public economies", Ann Arbor: The University of Michigan Press, pp52-75
    • d. "Polycentricity", Part I, In: M. D. McGinnis, dir., "Polycentricity and local public economies", Ann Arbor: The University of Michigan Press, pp119–138
    • e. "A forgotten tradition: The constitutional level of analysis", In: M. D. McGinnis, dir., "Polycentric governance and development", Ann Arbor, MI: University of Michigan Press, pp151–165
  • 2004, avec Elinor Ostrom, “The Quest for Meaning in Public Choice”, In: Joseph Pitt, Djavad Salehi-Isfahani et Douglas Eckel, dir., The Production and Diffusion of Public Choice Political Economy: Reflections on the V.P.I. Center, Malden, MA: Blackwell Publishing, pp105-147
  • 2012, Elinor Ostrom et Michael McGinnis, "Reflections on Vincent Ostrom, 'Public Administration, and Polycentricity', Public Administration Review, 72(1), pp15–25
  • 2014, "Polycentricity: The Structural Basis of Self-Governing Systems", In: F. Sabetti, Paul D. Aligica, dir., "Choice, Rules, and Collective Action", European Consortium for Political Research Press, Colchester, UK, pp45–60

Littérature secondaire

Liens externes

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.