Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Équilibre

De Wikiberal

En économie, le concept d'équilibre sur un ou plusieurs marchés désigne un vecteur de variables, généralement des prix qui égalisent l'offre et la demande sur l'ensemble des marchés considérés. Cette désignation d'ensemble recouvre en fait des concepts d'équilibre très différents, qui présentent des propriétés différentes et appartiennent à des cadres d'analyse parfois éloignés.

Trois niveaux d’équilibre : individuel, partiel et général

Équilibre individuel

Le concept d’équilibre individuel en science économique décrit une situation où un vendeur en particulier propose à un client en particulier une marchandise dont la quantité offerte à ce client égalise la quantité demandée par ce client, et dont le prix de vente proposé à ce client égalise le prix souhaité par ce même client.

Équilibre partiel

Le concept d’équilibre partiel en science économique décrit :

  • une situation où sur un certain marché (par exemple celui des tablettes électroniques) les marchandises qui se vendent sont toutes vendues à un même prix ;
  • ce prix de vente unique égalise la quantité totale des marchandises proposées sur ce marché (la quantité totale des tablettes électroniques mises sur le marché) et la quantité totale demandée : les achats qui ont effectivement lieu permettent d’écouler la quantité totale qui est mise sur le marché et de satisfaire la quantité totale qui est demandée sur le marché ;
  • le seul et même prix de vente, dit « prix d’équilibre », qui existe sur le marché en équilibre reste nécessairement le seul et même prix qui existe sur ce marché ; et la quantité (totale) vendue, dite « quantité (totale) d’équilibre », reste nécessairement à un niveau identique. Et cela car toute survenance d’un changement dans les prix et les quantités proposées par les producteurs (pris isolément) est instantanément annulée.

Si un vendeur tente de modifier son prix de vente (faisant ainsi qu’il cesse d’exister un prix unique sur le marché) ou ses quantités mises sur le marché (faisant ainsi que la quantité totale des produits mis sur le marché s’accroît ou diminue) la concurrence exercée par les autres vendeurs rétablit l’existence d’un seul prix sur le marché (i.e. le prix d’équilibre) et le niveau initial de la quantité totale mise sur le marché (i.e. le niveau correspondant à la quantité d’équilibre).

L’existence de l’équilibre sur un marché donné requiert un certain nombre de conditions : l’homogénéité du produit, la libre entrée, la transparence, l’atomicité et l’absence de toute incertitude sur le futur. Quand ces cinq conditions sont respectées on dit que la concurrence est « pure et parfaite » ; et de cette « concurrence pure et parfaite » sur un marché donné il s’ensuit l’existence d’un équilibre sur ce marché.

Équilibre général

Le concept d’équilibre général décrit une situation où l’équilibre partiel est présent sur tous les marchés sans exception.

Selon l’École autrichienne il n’existe qu’un seul équilibre : c’est l’équilibre individuel. Chaque marché tend vers son équilibre (dit partiel) sans jamais l’atteindre ; et par conséquent il n’y a jamais d’équilibre général.

Critique autrichienne

Mises développe plusieurs concepts d'équilibre dans L'Action humaine, mais l'essentiel de son livre - l'importance du temps, de l'incertitude, de la probabilité, de la méthodologie, de l'entrepreneuriat et du capital - ne dépend pas ni même se réfère au concept d'équilibre. Pour Mises, ce n'est pas un "équilibre" théorique qui doit être étudié, mais le facteur microéconomique essentiel, qui est l'échange :

« Ce qui distingue l’École autrichienne et lui donnera une immortelle célébrité, c'est précisément le fait d'avoir développé une théorie de l'action économique et non pas de la "non-action" ou "équilibre économique". »
    — Ludwig von Mises, Notes and Recollections

En effet, l'École autrichienne remet en cause la notion même d'équilibre, qui n'est qu'une fiction économique :

« La construction imaginaire de l'état final de repos se caractérise par la prise en considération complète du changement dans la succession temporelle des événements. A cet égard elle diffère de la construction imaginaire de l'économie tournant en régime constant, caractérisée par l'élimination du changement de données et de l'élément temps. (Il est maladroit et trompeur d'appeler cette construction imaginaire, comme on le fait, économie statique ou équilibre statique ; et c'est une erreur grossière de la confondre avec la construction imaginaire d'une économie stationnaire.) L'économie en régime constant est un système fictif dans lequel les prix de marché de tous les biens et services coïncident avec leur prix final. Dans ce cadre il n'y a aucun changement de prix quelconque, la stabilité des prix est totale. Les mêmes transactions de marché se répètent toujours les mêmes. Les biens des ordres élevés passent en quantités constantes par les mêmes stades de transformation jusqu'à ce qu'enfin les biens de consommation produits parviennent aux consommateurs et soient consommés. Il ne se produit aucun changement dans les données du marché. Aujourd'hui ne diffère en rien d'hier, et demain ne différera en rien d'aujourd'hui. Le système est en flux perpétuel, mais reste toujours au même endroit. Il se meut, uniformément autour d'un centre fixe, il tourne à allure régulière. L'état de repos simple est dérangé de moment en moment, mais instantanément rétabli au niveau antérieur. Tous les facteurs, y compris ceux qui déséquilibrent de manière récurrente l'état de repos simple, sont constants. Par conséquent les prix — communément appelés prix statiques ou d'équilibre — restent constants aussi. L'essence de cette construction imaginaire est l'élimination du temps qui s'écoule et du perpétuel changement des phénomènes de marché. La notion d'un quelconque changement touchant l'offre et la demande est incompatible avec cette construction. L'on ne peut, dans un tel cadre, prendre en compte que les changements qui n'affectent pas la configuration des facteurs de formation des prix. »
    — Ludwig von Mises, L'Action humaine

Cette critique remet également en cause la mathématisation qui est couramment faite de la loi de l'offre et de la demande, représentée par un équilibre, résultant de l'intersection de courbes fictives.

Cependant Murray Rothbard se réapproprie des théories néoclassiques telles que la "loi du prix unique" (dans un marché efficient chaque bien identique doit avoir le même prix en tout point de ce marché) et le diagramme "offre/demande" (qui présuppose cette loi). Rothbard fait largement usage dans son œuvre du raisonnement à l'équilibre, en restant conscient des limites de cette abstraction.

Autres théories

Qu'est-ce que l'équilibre, quel critère, quel référent permet de calculer les variations ?

Dans la théorie de l’équilibre général et de concurrence parfaite, il est possible à l’employeur de réduire le niveau des salaires ou du niveau d’emploi. Les syndicats n’existent pas car l’individu est un price taker. Il y a licenciement parce que le coût est supérieur à la productivité. Cependant, le licenciement implique des relations personnelles. Il implique la substitution de personnes connues et expérimentées par des travailleurs non encore connus. L’analyse de l’équilibre ne porte pas d’attention aux relations personnelles et ne prend pas en compte les compréhensions informelles et les arrangements à l’intérieur d’une firme[1].

Cf. sur wikipédia : équilibre de marché, équilibre concurrentiel général, équilibre économique, anomalie de marché,

  1. Une origine normative de la notion d'équilibre (par ex. les inégalités "acceptables" de Rawls, sous-entendu que de trop grandes inégalités, fussent-elles obtenues de manière juste, deviennent immorales), équilibre comme "juste milieu" (Aristote), un équilibre peut-il être "injuste", "intolérable" comme l'équilibre de sous-emploi de Keynes ?
  1. Une origine scientifique de la notion : homéostasie (biologie), équilibre chimique, etc. Usage et abus (sophisme naturaliste) d'analogies provenues des sciences naturelles aux sciences sociales (cf. critiques de Hayek contre le scientisme)

Murray Rothbard : "usage du raisonnement à l'équilibre"

Ressources

  • 2003,
    • Aldo Montesano, A Comparative Analysis of the Austrian School and Equilibrium Theory, RISEC, n°50, pp311-321
    • Michael Zoeller, "From Equilibrium to Competition and Back. How we nearly rediscovered Political Economy", In: Kurt Leube, dir., "Austrian Economics Today I: Analyses, Ideas and Suggestions", The International Library of Austrian Economics, Vol 7, Frankfurt am Main: F.A.Z. Institut fur Management, Markt und Medieninformationen GmbH, pp73-84

Notes et références

  1. « Dans ces essais [Hayek, meaning of competition], Hayek se plaint que les relations personnelles sont indûment négligées dans la théorie des prix d’équilibre » p19n1 Tom Wilson, Unemployment and the labor market, IEA occasional paper 75, 1987

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.