Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Fondamentalisme

De Wikiberal

Le fondamentalisme désigne l'attachement strict aux principes originels d'une doctrine religieuse.

Définition

Il faut distinguer fondamentalisme, intégrisme et fanatisme. Aux États-Unis, le mot fondamentalisme, qui au début du XXe siècle qualifiait certains protestants lors de la controverse fondamentalisme-moderniste (Fundamentalist–Modernist Controversy), n'a pas exactement la même connotation qu'en France où il en est venu, selon Gilles Kepel dans La revanche de Dieu, à ne désigner presque exclusivement que les islamismes radicaux (l'usage du pluriel est délibéré), ce qui peut pousser à chercher un autre terme pour parler des catholicismes radicaux comme le mouvement de la Fraternité Saint-Pie X.

Le mot « intégrisme » ou « intégralisme » convient parfaitement, puisque c'est l'étiquette que ces radicaux se sont donnée eux-mêmes.

Religions concernées

La plupart des "grandes religions" sont concernées par le fondamentalisme : dans le christianisme : catholicisme traditionaliste, fondamentalisme protestant, évangélisme ; dans le judaïsme : Haredim et hassidisme ; dans l'islam, wahhabisme, salafisme, takfirisme. Dans les religions non universalistes ou dépourvues de "texte sacré" à la lettre duquel se conformer strictement, le fondamentalisme est le plus souvent un nationalisme (« parti du peuple indien » pour l'hindouisme, « mouvement 969 » en Birmanie pour le bouddhisme, méthode de shakubuku dans le bouddhisme Nichiren, etc.).

Le fondamentalisme a généralement une traduction politique : théocratie, refus de la liberté d'expression et de conscience, volonté d'imposer une religion unique ou religion d’État, diverses atteintes aux libertés individuelles, etc. Il peut avoir des prétentions universalistes (cas de l'islam) ou seulement nationalistes (cas de l'hindouisme ou du judaïsme).

Au sein d'une même religion il peut exister plusieurs fondamentalismes antagonistes. Il existe par exemple un fondamentalisme juif antisioniste (pour lequel la création de l’État d'Israël est une parodie sacrilège d'une rédemption qui ne peut venir que de Dieu) et un fondamentalisme juif sioniste (pour lequel les sionistes sont les agents de la volonté divine).

Analyse du phénomène

Il faut prendre garde à ne pas qualifier de "fondamentalisme religieux" ce qui ressort davantage du racisme, du nationalisme ou du conflit ethnique, la religion n'étant dans ce cas qu'un élément d'identité (parmi d'autres) invoqué occasionnellement par les protagonistes.

Un premier type de fondamentalisme est celui qui est de nature sectaire : les adeptes soutiennent des points de vue opposés à ceux d'une religion instituée. La secte a vocation soit à rester une secte (scientologie...), soit à être éliminée par une religion instituée (cas des Albigeois et plus généralement de tous les "hérétiques" des grandes religions), soit à croître pour devenir à son tour une institution (protestantisme) ou prendre une grande ampleur (wahhabisme). Ce type de fondamentalisme ne pose pas de problème tant qu'il n'est pas agressif.

Le type de fondamentalisme religieux qui est problématique est celui où la religion est invoquée pour pratiquer une agression. Il faut cependant examiner attentivement si cette revendication est conforme aux préceptes de la religion invoquée. Ce sera le cas uniquement si la tradition de cette religion, ou ses "textes sacrés", justifient, voire imposent, ce type d'agression. Autrement, la revendication religieuse est infondée : ce n'est pas la religion qui se radicalise, c'est le radicalisme qui est à la recherche d'une religion pour justifier sa violence, qui ne relève que d'un fanatisme ordinaire. Il faut vérifier également si les aspects violents d'une religion, à supposer qu'ils existent, sont considérés comme appartenant au passé et devenus non pertinents aujourd'hui, ou s'ils en font partie intégrante et conservent un sens pour les pratiquants.

Le Fundamentalism Project caractérise ainsi les mouvements fondamentalistes :

  • caractéristiques idéologiques :
    • combat contre l'érosion de la religion, volonté de resacraliser la société
    • sélectivité tant des aspects à privilégier dans la tradition que des cibles à combattre
    • manichéisme moral tendant à séparer les "élus" et les "autres", les pécheurs
    • absolutisme et inerrance, validité absolue des éléments "fondamentaux" de la religion, rejet de l'herméneutique sécularisée
    • perspective millénariste, visée d'une société idéale
  • caractéristiques organisationnelles :
    • sectarisme : les membres forment un groupe "élu"
    • isolement : frontières plus ou moins claires avec le monde pécheur
    • autoritarisme : les membres suivent un dirigeant charismatique
    • règles de comportement de type sectaire (signes extérieurs, vêtements)

Voir aussi

Bibliographie

  • 2001 : Les fondamentalismes, Jean-François Mayer, Georg éditeur

Citations

  • Contrairement aux vrais fondamentalistes, les terroristes pseudo-fondamentalistes sont profondément dérangés, intrigués et fascinés par la vie immorale des non-croyants. On sent bien qu'en combattant l'autre, le pécheur, c'est leur propre tentation qu'ils combattent. (Slavoj Žižek, Quelques réflexions blasphématoires - Islam et modernité, J. Chambon, 2015)
  • Point d’êtres plus dangereux que ceux qui ont souffert pour une croyance : les grands persécuteurs se recrutent parmi les martyrs auxquels on n’a pas coupé la tête. (Cioran)
3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.