Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Luddisme

De Wikiberal

Le luddisme est un mouvement ouvrier des années 1811-1812 en Angleterre connu pour ses destructions de machines (métiers à tisser notamment). Ces ouvriers sont appelés luddistes ou luddites.

Des mouvements comparables sont ensuite apparus en France, par exemple avec les révoltes des Canuts, à Lyon, dans les années 1830 : les ouvriers du textile brisent les nouvelles machines à tisser (Jacquard) et revendiquent un salaire garanti face à la concurrence et au progrès technique qui font baisser les prix. De même, l'inventeur de la machine à coudre (1829), Barthélemy Thimonnier, voit ses ateliers détruits et meurt dans la misère.

Le mot

Le terme trouve son origine dans le nom d'un ouvrier anglais plus ou moins mythique, John ou Ned Ludd (parfois appelé « King Ludd » ou « General Ludd »), qui aurait détruit deux métiers à tisser en 1780. L'authenticité de cet événement et ses motivations exactes restent cependant discutées. On ignore en fait s'il a véritablement existé. Mais des lettres signées de ce nom ont été envoyées en 1811, menaçant les patrons de l'industrie textile de sabotage.

Aujourd'hui

Actuellement on utilise le mot « luddite » ou « néo-luddite » pour désigner des personnes qui s'opposent au progrès technologique. Les adeptes du transhumanisme parlent de "bio-luddisme" pour qualifier ceux qui s'opposent à l'amélioration de la race humaine par la science et la technologie.

Un luddisme d’État peut également exister. Dans le roman La Grève d'Ayn Rand, un décret (la directive 10-289) interdit dans son "article 4" toute nouvelle invention et tente d'instaurer un immobilisme complet de la société :

Aucun procédé nouveau, aucune invention, aucune marchandise qui ne serait pas commercialisé à l'heure actuelle ne pourra être produit, inventé, fabriqué ou vendu après la promulgation de ce décret. Les activités de l'Institut de la propriété industrielle sont de ce fait suspendues. (traduction Sophie Bastide-Foltz)

On remarque ce fait également dans les déclarations fréquentes de certains politiciens rétrogrades qui accusent des entrepreneurs innovants de créer du chômage par les baisses de prix qu'ils provoquent[1].

Notes et références

  1. Exemple de dialogue Twitter (décembre 2013) entre le ministre Arnaud Montebourg et l'entrepreneur Xavier Niel : [A.M.] : toujours plus de destructions d'emplois dans les télécoms grâce aux excès low cost de freeMobile... [XN] : 124000 emplois directs en 2009, 129000 en 2012 + 5000 emplois créés grâce à freeMobile. Et votre bilan, M. le ministre ?

Citations

  • Si les machines détruisent les emplois, pourquoi nous faisons nous du mal en livrant des marchandises en train de Chicago à New York alors que l’on pourrait créer des milliers d’emplois en les faisant porter à dos d’hommes ? (Henry Hazlitt)
  • S’il était vrai que l’introduction du machinisme soit la cause du chômage et de la misère grandissants, la conclusion logique à en tirer devrait être totalement révolutionnaire. Non seulement en ce qui concerne le domaine technique, mais encore par rapport à notre conception même de la civilisation. Non seulement nous devrions considérer que tout progrès technique nouveau est une calamité, mais il nous faudrait regarder avec la même horreur tous les progrès techniques du passé. (Henry Hazlitt)

Voir aussi

Interro jer suite.png Accédez d'un seul coup d’œil au lexique des principaux termes du libéralisme.

6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.