Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Entrepreneur

De Wikiberal

En un sens tout homme responsable est, de fait, un entrepreneur dès lors qu'il maximise son capital physique, financier ou humain (capital corporel, social, culturel [1]) et alloue des ressources rares (son argent, son temps, son stress[1]) en vue d'atteindre les fins qu'il s'est imposées. En outre, il est important de souligner que l'esprit d'entreprise peut être considéré comme un ensemble de compétences transférables à un contexte organisationnel où se produisent la prise de risque, le sens de l'innovation, la reconnaissance d'opportunités, et d'autres impératifs similaires. Ce principe entrepreneurial est l'essence même de l’homo liberalis que veulent assujettir les collectivistes ou de l'homo œconomicus que les anthropologies romantiques fustigent (en faveur du don de soi, du désintéressement, de la générosité, de la gratuité, etc.). L'entrepreneur a souvent été observé du point de vue national en mettant en lumière l'aspect bénéfique sur la croissance d'un pays. Cette approche à la fois utilitariste, sociétale et nationaliste est remise en cause par la prise en compte de l'entrepreneur migrant.

Les entrepreneurs au XIXe s.

Pour les hommes du XIXe siècle, l'entreprise était avant tout l'entrepreneur et même la famille de l'entrepreneur qui lui conférait une durée sur plusieurs générations. Seules quelques grandes sociétés anonymes, mais peu nombreuses, dans la sidérurgie, les mines, les chemins de fer, la banque, les assurances présentaient un caractère dépersonnalisé. Les entreprises du XIXe siècle étaient essentiellement familiales, quelle que fût leur forme juridique, car les formes de sociétés de capitaux n'excluaient en aucune façon ce caractère. En matière de financement, la forme familiale remplissait une fonction majeure, dans la mesure où le crédit reposait sur la confiance entre les personnes. L'incarnation de l'entreprise dans l'entrepreneur fut favorisée dans les débuts de l'industrialisation par le fait que n'étaient décisives ni l'unité spatiale de la production dans la mesure où le travail pouvait être dispersé, ni l'unité du personnel, car la main-d'œuvre était instable, le personnel d'encadrement très peu nombreux et la direction en général assumée par un membre de la (ou d'une) famille propriétaire. Le réseau familial permettait de résoudre la plupart des problèmes que posait l'entreprise. Il était à la base de la réunion des capitaux qui était indispensable au démarrage d'une entreprise. Par son influence, il déterminait les possibilités de crédit dont elle pouvait disposer, en un temps où, avant la naissance des grands établissements de crédit, ce dernier reposait sur la connaissance personnelle et l'estime que le banquier accordait à son client.

La simple hérédité n'étant pas une garantie de compétence dans les affaires, la continuité de l'entreprise passait par une attentive formation des fils d'entrepreneurs ou, à défaut, de leurs neveux, jusqu'à ce qu'ils soient capables d'assumer des fonctions de responsabilités, puis d'être associés à la gestion. La formation qui leur était donnée reflétait l'idée que leurs pères ou leurs oncles avaient des qualités indispensables à leur métier. Hommes d'affaires pragmatiques, peu portés aux spéculations intellectuelles, ces derniers appréciaient une éducation pratique faite en s'exerçant à connaître tous les travaux effectués dans l'entreprise, plutôt que des études dans des universités ou des grandes écoles, dont elle n'était par ailleurs pas exclusive. Les mariages étaient une stratégie d'acquisition de ressources extérieures. A l'origine de nombreuses entreprises, on trouvait des capitaux apportés par l'épouse. Les mariages des fils, judicieusement arrangés, pouvaient ensuite apporter les fonds nécessaires à l'extension de l'échelle des affaires. La famille, qui donnait des dots, s'appauvrissait. Les transferts financiers étaient souvent compensés par des opérations contraires, c'est-à-dire par des mariages multiples entre deux familles, qui étaient toutes deux bénéficiaires puisqu'elles formaient désormais un groupe plus puissant.

Les historiens britanniques sont ceux qui ont le plus insisté sur la « loi des trois générations » en arguant que les valeurs aristocratiques et terriennes encore dominantes dans la société victorienne incitaient les entrepreneurs qui avaient acquis la fortune à chercher ensuite un statut social. Les industriels britanniques acquéraient en effet des domaines, des châteaux, s'efforçaient d'entrer dans la gentry et d'obtenir des fonctions municipales. Leurs enfants étaient élevés en gentlemen, de préférence à Eton et Oxford, étaient encouragés à un genre de vie plus oisif et mondain, s'orientaient volontiers vers les carrières administratives ou politiques. Mais pour quelques défections d'industriels amateurs célèbres combien y avait-il de familles où la transmission de l'entreprise à la génération suivante était l'essentiel objectif ? Ensuite, l'achat de domaines fonciers n'était pas la preuve d'un désintérêt pour l'activité industrielle. Il représentait, certes surtout dans la première moitié du XIXe siècle, une forme de diversification des revenus, qui évitait de les faire, dépendre exclusivement de la conjoncture d'un seul secteur et il permettait de trouver du crédit en ouvrant la possibilité d'hypothéquer.

Les entreprises dépérissent lorsque leurs dirigeants ne savent plus les adapter aux changements de l'environnement ou n'en ont plus les moyens, techniques, financiers, commerciaux. L'évolution de l'industrie au XIXe siècle fut dominée par un rapide renouvellement des techniques, qui devinrent de plus en plus complexes et de plus en plus formalisées scientifiquement. Là où du savoir-faire, un esprit méthodique et du bon sens suffirent longtemps, des connaissances plus précises furent peu à peu nécessaires. Certains secteurs en exigeaient davantage, comme la métallurgie et surtout comme les secteurs nouveaux qui se développèrent à partir des années 1880 autour de l'électricité et de la chimie. Une entreprise de ces branches devait désormais employer des ingénieurs. Comme dans les pays européens, à la différence des États-Unis, les circuits commerciaux étaient depuis longtemps rodés et les marchés, du moins les marchés intérieurs, relativement stables, le changement fut surtout ressenti comme un défi technique. La formation technique tendit à l'emporter sur la formation commerciale pour les dirigeants. Bien que ces exigences nouvelles aient favorisé des formes d'entreprises managériales ou d'entreprises fondées par des ingénieurs, puis revendues à des collègues sans être continuées par des descendants, la forme familiale de l'entreprise parvint souvent à leur faire face par la formation des héritiers et par l'inclusion dans la famille de compétences extérieures. Ce qui assurait la longévité des grandes entreprises familiales, c'était aussi leur capacité à s'intégrer par les mariages les hommes qui leur étaient utiles.

La perspective autrichienne de l'entrepreneur

D'un point de vue purement économique, un entrepreneur, est une personne qui engage des capitaux et utilise une main-d'œuvre salariée en vue d'une production déterminée. De ce point de vue, l'entrepreneur est synonyme de chef d'entreprise. Les auteurs autrichiens, et dans un sens large, les pré-autrichiens, se sont longuement penchés sur la théorie de l’entrepreneur[2]. Et, ils refusent cette vision étriquée de l'entrepreneur.

L'entrepreneur chez Ludwig von Mises est nettement distinct de l'entrepreneur de Frank Knight. Chez ce dernier, l'entrepreneur bénéficie d'une aubaine inexpliquée, un rendement de l'incertitude de se retrouver à la bonne place au bon moment (happenstance) tandis que l'entrepreneur de Mises est récompensé d'une prévision correcte du futur bien qu'agissant dans le présent sur une idée du futur.

L'essence de l'entrepreneur est d'acheter et/ou de combiner des ressources hétérogènes dans le présent en anticipation de recettes futures (incertaines). Pour Israel Kirzner, l'entrepreneur a un rôle d'arbitrage, il prend note des opportunités jusqu'alors inaperçues. Son élève, Don Lavoie et ses successeurs (Virgil Storr), employant la métaphore herméneutique, indique que l'entrepreneur "lit" le marché comme il pourrait le faire d'un texte. L'entrepreneur thymo-linguistique[3] relève donc des marqueurs phrastiques et paraphrastiques du marché, grâce à l'apprentissage inter-textuel, pour en synthétiser les opportunités et en anticiper les recettes futures.

Carl Menger décrit l'art d'entreprendre comme le processus de conversion des ressources en biens et services qui ont de la valeur pour des acheteurs. L'entrepreneur n'est donc pas un ingénieur qui utilise une fonction de production avec l'intégration dosée de facteurs de production. La vision ontologique de l'entrepreneur est beaucoup plus large.

Avec Ludwig von Mises, L'entrepreneur est un homo-agens, c'est à dire un être humain qui agit. Aussi, l'entrepreneur peut être un chef d'entreprise, mais aussi un collaborateur interne (intrapreneur) ou externe comme un client (Auke R. Leen, Anders Liljenberg). Des auteurs comme Eric Von Hippel, en dehors, du paradigme autrichien ont effectivement démontré qu'une grande partie de l'innovation provient des utilisateurs et qu'ils agissent donc comme des entrepreneurs. La théorie autrichienne de l'entrepreneur "accorde une place centrale à l’action. Elle peut être rapprochée de la conception de l’enactment proposée par Karl Weick (1979) qui conduit à reconnaître une antériorité de l’action sur la cognition."[4]

Annexes

Citations

  • Un entrepreneur, un vrai entrepreneur, n’est pas une simple machine enregistreuse de coûts qui seraient déterminés par ailleurs à partir de données purement techniques (comme s’il existait une seule manière de produire un bien donné). C’est quelqu’un qui regarde un marché, essaie d’en prévoir l’évolution, détermine la nature et le prix de ce qu’il veut vendre et cherche ensuite les moyens de produire de la manière la plus économique, c’est-à-dire évitant de gaspiller des ressources qui sont nécessairement rares, afin d’obtenir une probabilité de profit aussi élevée que possible. (Pascal Salin)
  • L'entreprise, c'est l'organisme économique ; l'entrepreneur, c'est le centre nerveux qui lui donne la vie, la conscience, la direction, c'est le point capital, la force motrice de la structure sociale. (Paul Leroy-Beaulieu)
  • On considère le chef d'entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le char. (Winston Churchill)
  • Ceux qui œuvrent à transformer leurs rêves en réalité sont des entrepreneurs. Ceux qui veulent à tout prix prendre le chemin inverse sont des politiciens. (Vincent Bénard)
  • La question n’est pas « comment créer des emplois ? » mais QUI crée ces fameux emplois et comment peut-on l’aider ? A cette question, une réponse et une seule : un type curieux que nos fonctionnaires n’ont jamais croisé sur leur route et dont on ne parle jamais à l’ENA et qui s’appelle un ENTREPRENEUR. (Charles Gave)
  • Contrairement aux anciens rois et seigneurs féodaux, aux modernes dictateurs, et même aux représentants de nos gouvernements, le chef d'entreprise n'obtient rien par la force : il sert autrui. Il doit satisfaire ses clients, et il perd tout pouvoir dès qu'il n'est plus en mesure d'assurer de meilleurs services que ses concurrents. La plus grosse entreprise perd sa puissance et son influence dès qu'elle perd ses clients. Le profit va seulement à celui qui a compris ce que veulent les autres. Il n'en est pas de même pour les activités de l'État, qui ne connaissent aucune sanction. (Jacques de Guénin)
  • Mais encore faut-il préciser ce que l'on entend par la propriété de l'entreprise. Cette expression courante est en fait erronée puisque personne ne peut être propriétaire d'un ensemble de contrats, mais, bien au contraire, on contracte à propos de ce que l'on possède. Quelle est alors la nature exacte du droit de propriété de celui qu'on appelle le propriétaire de l'entreprise ? Il est en fait propriétaire non pas d'un ensemble de biens existants, mais de l'ensemble des revenus futurs qui lui reviendront en propre du fait de l'activité de l'entreprise. (Pascal Salin)
  • Un entrepreneur n’est pas un riche comme les autres puisque toute sa richesse est à risque concurrentiel, qu’elle est liquide et qu’elle procure du travail à nos compatriotes. (Xavier Fontanet)
  • Il n'y a qu'un seul patron dans l'entreprise : c'est le client. Il est capable de mettre à la porte tout le monde, depuis le président et jusqu'en bas, simplement en allant dépenser son argent ailleurs. (Sam Walton, créateur de Wal-Mart Stores)
  • Il est du devoir du chef d’entreprise d’être objectif et impartial. Il doit absolument être tolérant et ne pas prêter attention à la manière dont un homme fait son travail une fois qu’il se retrouve seul, qu’il apprécie l’homme ou qu’il ne l’apprécie pas. Il doit se préoccuper seulement des performances et du caractère. Cela est incompatible avec l’amitié et les relations sociales. La solitude, la distance et la formalité sont les devoirs du chef d’entreprise. (Alfred P. Sloan)
  • Je vois l'entrepreneur non pas comme une source d'idées innovantes ex nihilo, mais comme quelqu'un d'alerte aux opportunités qui existent déjà et qui attendent d'être remarquées. (Israel Kirzner)
  • Un entrepreneur c’est quelqu’un qui se jette d’une falaise et construit un avion sur le chemin de la descente. (Reid Hoffman, co-fondateur de LinkedIn)

Notes et références

  1. A un certain niveau, le stress sape la capacité d'un entrepreneur à prendre ses responsabilités et de faire face à l'échec. Pour y remédier, l'entrepreneur doit disposer de capacités de leadership eustressant.
    • 1992,
      • A. Akande, "Coping with entrepreneurial stress”, Leadership and Organisational Development Journal, 13(2), pp27-32
      • E. H. Buttner, “Entrepreneurial Stress: Is it hazardous to your health?”, Journal of Managerial Issues, 4(2), pp223-240
  2. Richard Cantillon, Joseph Schumpeter, Carl Menger, Ludwig von Mises, Friedrich Hayek et Israel Kirzner donnent une portée particulière au jugement de l'entrepreneur
  3. Contraction des concepts de la thymologie de Ludwig von Mises et de la linguistique, en comparaison de l'approche psycho-linguistique en littérature et utilisée par les informaticiens dans leurs programmes de langage naturel. L'entrepreneur thymo-linguistique agit pour comprendre le contexte générale du marché et du contexte (riche ou pauvre) particulier dans lequel il se trouve ou dans celui où il désire se diriger
  4. Karim Messeghem, L’entrepreneuriat en quête de paradigme : apport de l’école autrichienne, L’internationalisation des PME et ses conséquences sur les stratégies entrepreneuriales, 25, 26, 27 octobre 2006, Haute école de gestion (HEG) Fribourg, Suisse, p5

Bibliographie

  • 1964, O. F. Collins, D. G. Moore, D. B. Unwalla, "The Enterprising Man", East Lansing, M.I., Michigan State University Business Studies
  • 1967, N. Smith, "The Entrepreneur and His Firm : The Relationship between Type of Man and Type of Company", East Lansing, Michigan State University Press
  • 1974, J. C. Laufer, "Comment on devient entrepreneur", Revue française de gestion, vol 2, pp18-29
  • 1978, W. G. Broehl, "The Village Entrepreneur : Change Agents in India's Rural Development", Cambridge, Harvard University Press
  • 1979, J. Kocka, "Les entrepreneurs salariés dans l'industrie allemande à la fin du XIXème et au début XXème siècle", In: M. Levy-Leboyer, dir., "Le patronat de la seconde industrialisation", Les Editions Ouvrières, Paris, pp85-100
  • 1980, R. H. Brockhaus, "Risk taking propensity of entrepreneurs", Academy of Management Journal, Vol 23, pp509-520
  • 1981, Christopher S. W. Torr, "The Role of the Entrepreneur (Review Note)", South African Journal of Economics, 49(3), pp283–2888.
  • 1982,
    • R. H. Brockhaus, "The Psychology of the Entrepreneur", In: C. A. Kent et al., dir., "Encyclopedia of Entrepreneurship", Englewood Cliffs, N.J. : Prentice Hall, pp39-57
    • H. Verin, "Entrepreneurs, entreprises : histoire d’une idée", PUF, Paris
  • 1984, W. R. Boulton, J. C. Carland, J. W. Carland, F. Hoy, "Differentiating Entrepreneurs from Small Business Owners : A Conceptualization", Academy of Management Review, Vol 9, n°2, pp354-359
  • 1987, Patrick Verley, Entreprises et entrepreneurs du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, Editions Hachette
  • 1988, J. C. Carland, J. W. Carland, F. Hoy, "Who is an Entrepreneur? is a Question Worth/Asking", American Journal of Small Business, Vol 12, n°4, pp33-39
  • 1989,
    • Humberto Barreto, "The Entrepreneur in Microeconomic Theory: Disappearance and Explanation", London and New York, Routledge
    • Gerald Gunderson, "The Wealth Creators: An Entrepreneurial History of the United States", E.P. Dutton
    • R. Hebert et A. Link, In search of the meaning of entrepreneurship, Small Business Economics, Vol.1, pp39-49
    • P. Laurent, "L'entrepreneur dans la pensée économique", Revue Internationale PME, vol 2, n°1, pp57-70
  • 1991,
    • Wiliam D. Bygrave, C. Hofer, "Theorizing about entrepreneurship", Entrepreneurship Theory and Practice, 16(2), pp13‐22
    • Joergen R. Elkjaer, The Entrepreneur in Economic Theory: An Example of the Development and Influence of a Concept, History of European Ideas, 13 (6), pp805–815
    • L. J. Fillion, "Visions et relations : clés du succès de l’entrepreneur", Les éditions de l’entrepreneur, Montréal
  • 1993, D. M. Ray, "Understanding the Entrepreneur : Entrepreneurial Attributes, Experience and Skills", Entrepreneurship and Regional Development, vol 5, pp345-357
  • 1994,
    • H. Bouchiki, J. Kimberly, "Entrepreneurs et gestionnaires", Paris, Éditions d’organisation
    • D. V. Brazeal, N. F. Krueger, "Entrepreneurial potential and potential entrepreneurs", Entrepreneurship Theory and Practice, Spring, pp91-104
    • L. E. Shefsky, "Entrepreneurs Are Made not Born", McGraw Hill, New York, NY
  • 1996,
    • G. G. Dess, G. T. Lumpkin, "Clarifying the entrepreneurial orientation construct and linking it to performance", Academy of Management Review, Vol 21, pp135-172
    • H. Jo, J. Lee, "The relationship between an entrepreneur's background and performance in a new venture", Technovation, 16(4), pp161-211
    • H. Landier, "Le retour des entrepreneurs", Management et Conjoncture Sociale, Vol 22, juillet, n°489, pp3-17
    • Felix Livingston, "The Entrepreneur as a Defender of Liberty", The Freeman, septembre, Vol 46, n°9
  • 1998,
    • C. C. Chen, P.G. Greene, A. Crick, "Does entrepreneurial self-efficacy distinguish entrepreneurs from managers?", J. Bus. Venturing, 13, pp295-316
    • Christian Bruyat, Pierre-André Julien, "L’entrepreneur, un gars bien ordinaire! Réflexions sur le besoins de repenser la fonction entrepreneuriale dans nos économies", Revue Organisation Territoires, Vol 7, n°1, pp43-55
    • Thierry Verstraete, Les dimensions cognitive, praxéologique et structurale de l'organisation de type entrepreneurial, Revue Internationale de Systémique, vol 12, n°4-5
  • 1999,
    • G. Dess, G. T. Lumpkin, J. E. McGee, "Linking corporate entrepreneurship to strategic, structure and process: suggested research directions”, Entrepreneurship: Theory and Practice, 23(3), pp11-28
    • Calvin A. Kent et Francis W. Rushing, Coverage of Entrepreneurship in Principles of Economics Textbooks: An Update, Journal of Economic Education 30, n°2, Spring, pp184-88
    • C. M. van Praag, Some Classic Views on Entrepreneurship, De Economist, Vol 147, n°3, September, pp311-335
  • 2000,
    • David B. Audretsch et A. R. Thurik, "Capitalims and democracy in the 21 st Century: from the managed to the entrepreneurial economy", Journal of Evolutionary Economics, vol 10, pp17-30
    • Michel Marchesnay, "L'entrepreneuriat : une vue kaléidoscopique", Revue Internationale PME, Vol 13, n° 1, pp105-116
    • Larry Schweikart, "Entrepreneurial Adventure: A History of Business in the United States", Ft. Worth, Tex.: Harcourt
    • Scott Shane, Prior Knowledge and the Discovery of Entrepreneurial Opportunities, Organization Science, Vol 11 (4): 448-469
  • 2010, Jeffrey S. McMullen, "Perspective taking and the heterogeneity of the entrepreneurial imagination", In: Roger Koppl, Steven Horwitz, Pierre Desrochers, dir., "Advances in Austrian Economics" - Volume 14 - "What is so Austrian about Austrian Economics?", ISBN: 978-0-85724-261-7, pp113-143


  • 2015,
    • Melissa S. Cardon, "Passion and entrepreneurs", In: Ted Baker, Friederike Welter, dir., "The Routledge Companion to Entrepreneurship", London and New York: Routledge, pp77-88
    • W. Forster, A. Ramesh, Saras Sarasvathy, "The ordinary entrepreneur", In: Ted Baker, Friederike Welter, dir., "The Routledge Companion to Entrepreneurship, London and New York: Routledge, pp227-244
  • 2016,
    • Frank Janssen, Bernard Surlemont, Roxane De Hoe et Christophe Schmitt, "L’entrepreneur", In: Pierre-André Julien, dir., "Entreprendre: Une introduction à l’entrepreneuriat", De Boeck Supérieur: Louvain-la-Neuve, 2ème édition, pp39-58
    • Matthew McCaffrey, commentaire du livre de Mark Casson, "The entrepreneur in history: from medieval merchant to modern business leader", Business History, Vol 58, n°4, May, pp604-606

Liens externes

  • Richard CB Johnson, Acrobat-7 acidtux software.png [pdf]Entrepreneurship and Self-Finance — theoretical explanations for the empirical importance of the capitalist entrepreneur, document de travail en anglais au Ludwig von Mises Institute et sur le site suédois, The Ratio Institute. l'article montre le bien fondé de la séparation théorique entre l'entrepreneur et le capitaliste. Cependant, il faut prendre en compte que tout entrepreneur a besoin de capital (seed capital) pour commencer son affaire, et que bien souvent il s'agit de son propre capital comme pour des avances en documentation ou pour la réalisation d'un business plan.

Articles connexes


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.