Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Nassau Senior

De Wikiberal
Nassau Senior
Économiste

Dates 1790 - 1864
Nassau-Senior.jpg
Tendance Proto-autrichien
Origine Royaume-Uni Royaume-Uni
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Nassau Senior

Nassau [William] Senior, né le 26 septembre 1790, à Compton Beauchamp, dans le Berkshire, en Angleterre; décédé le 4 juin 1864, à Londres), était un économiste classique britannique qui a influencé l'économie politique de son temps. Il est le père de la théorie de l'abstinence comme source du capital.

Nassau Senior a fait ses études à Eton et à l'Université d'Oxford, dont il est sorti diplômé en 1811. Il fut admis comme avocat en 1819. Il fut professeur à Oxford à partir de 1827. Mais, c'est en tant qu'économiste, toutefois, qu'il a effectué ses plus grandes contributions. Il est devenu l'un des principaux théoriciens de l'économie de la première moitié du 19ème siècle et il a été professeur d'économie politique à Oxford à deux reprises (1825-1830, 1847-1852). Il est devenu un bon ami d'Alexis de Tocqueville, qu'il a rencontré pour la première fois en 1833 avant que ce dernier soit plus populaire lors de la publication de la démocratie en Amérique.

Nassau Senior est un proto-autrichien

Marian Bowley, dans son ouvrage consacré à Nassau Senior, en 1937, suggère qu'il y avait en fait deux volets différents de la théorie de la valeur dans l'économie classique : l'un basé sur la théorie de la valeur-travail propagée par les disciples ricardiens, et une approche subjective de la valeur adoptée par James Lauderdale, Nassau Senior et d'autres brillants économistes influencés par l'école de Salamanque. Nassau Senior a souligné comme aucun autre économiste classique l'importance de la rareté comme base de la valeur.

Nassau Senior fut un élève particulier de Richard Whately[1], avec qui il est resté connecté par des liens d'amitié jusqu'à la fin de sa vie.

Une épistémologie basée sur la déduction et un a priori des prémisses universelles et vraies

Selon Nassau Senior, il ne fait aucun doute que la méthodologie de la science économique dépend plus du raisonnement déductif que de l'observation. Il est ainsi considéré comme "l'Euclide de l'économie", avant-coureur de la praxéologie, chère à Ludwig von Mises et de l'école autrichienne d'économie. En procédant comme Euclide, Nassau Senior affirme que l'économie est une science déductive qui est basée sur quatre principes de base qui ont une validité universelle :

1) Le principe hédoniste (très similaire au principe que l'homme agit pour améliorer sa satisfaction);
2) La loi de la population qui est susceptible de croître sans limite;
3) La loi des rendements croissants dans l'industrie;
4) La loi des rendements décroissants dans l'agriculture.:

Dérivés de l'observation et de l'introspection, ces postulats sont valables pour toute personne réfléchie; par conséquent, les conclusions qui en découlent s'appliquent également de façon universelle et sans équivoque.

Avant Nassau Senior, les économistes classiques tels que John Stuart Mill avaient placé les prémisses fondamentales de l'économie sur le terrain glissant de la méthodologie hypothético-déductive. L'hypothèse principale, que les économistes utilitaristes ont gardé, était que tous les hommes agissent pour obtenir le maximum de richesse matérielle. Puisque ceci n'est pas toujours clairement vrai dans les faits observés, John Stuart Mill et d'autres économistes furent obligés de concéder que l'économie était seulement une science hypothétique et approximative. Nassau Senior a réagi à cette épistémologie économique erronée des autres économistes classiques. Il a élargi le principe fondamental de la recherche de la richesse afin d'inclure les richesses ou les satisfactions immatérielles, pour partir d'une prémisse complète, apodictiquement et universellement vraie selon une intuition sur la nature des objectifs recherchés par l'action humaine. En affirmant que tout homme désire obtenir une richesse supplémentaire en effectuant le plus petit sacrifice possible, Nassau Senior note que cela ne signifie pas que tout le monde souhaite une quantité supplémentaire et indéterminée de tout. Mais, ajoute-t-il, aucune personne ne ressent une satisfaction complète à tous ses besoins. Précurseur du subjectivisme méthodologique, Nassau Senior explique que chaque personne a des désirs insatisfaits qu'elle croit qu'une richesse supplémentaire pourrait satisfaire. Encore plus proto-autrichien, il conclut par un individualisme méthodologique, la nature et l'urgence des besoins de chacun sont aussi diverses que les différences de caractère individuel.

Un adepte précurseur du dualisme méthodologique

Nassau Senior explique que les prémisses de la méthodologie en sciences humaines se composent de quelques propositions générales, faites à partir de la conscience ou tout au plus d'un résultat de l'observation qui exige peu de preuve, si ce n'est aucune. Adepte précurseur du dualisme méthodologique, Nassau Senior explique les différences épistémologiques entre les sciences physiques et les sciences de l'esprit. Les sciences physiques, ne sont pas directement liées à l'esprit. Elles tirent leurs prémisses presque exclusivement de l'observation ou d'hypothèses. Au contraire, les sciences de l'esprit tirent leurs prémisses principalement de la conscience. Ces prémisses se manifestent non par une déclaration officielle, mais par l'acception évidente, pour tout être humain, dès qu'il les entend, de les admettre, comme familières à ses pensées, ou au moins, qu'elles sont intégrées à sa connaissance précédente. Les sources de notre connaissance sont le fruit de notre conscience de soi qui se révèle par l'observation du monde extérieur. Ces propositions, qui proviennent de l'intérieur de soi, sont soit immédiatement évidentes ou soit elles suivent nécessairement des propositions immédiatement évidentes. Par conséquent, comme le souligne Ludwig von Mises ("Epistemological Problems"), les lois économiques sont la dérivation de vérités a priori et elles ne dépendent pas de l'expérience, à moins que l'on souhaite appeler a priori la cognition de l'expérience intérieure de notre esprit.

Nassau Senior est le premier à établir la différence entre l'économie positive et l'économie normative. Il est sans doute le premier économiste à écrire un livre sur l'économie qui traite des questions méthodologiques. Il publie en 1827, une "Conférence introductive d'économie politique". Près de dix ans plus tard, en 1836, il publie un "Aperçu de la science de l'économie politique", la même année où John Stuart Mill effectue sa première définition de l'économie politique. Une lutte méthodologique s'est alors établie entre lui et John Stuart Mill bien que tous les deux convenaient que les expériences n'étaient pas possibles en économie. Cette impossibilité de mener des expériences rend impossible la découverte des prémisses économiques par le processus d'induction comme le proposait Francis Bacon. De plus, Nassau Senior précisait que la robustesse de l'acuité mentale sur les processus économiques est supérieure à celle de l'observation des faits extérieurs. Autrement dit, notre capacité à mener des expériences mentales est beaucoup plus élevée lorsqu'elle s'opère à l'intérieur de notre esprit par déduction que lorsqu'on recherche les prémisses de l'économie par l'observation externe et par induction.

Quand l'économiste donne des conseils, précise Nassau Senior, il cesse d'agir en tant qu'économiste mais il se comporte comme un moraliste ou comme un homme d'Etat. Le but de l'économiste n'est pas d'être un économiste normatif. Par conséquent, la tâche propre de l'économiste est d'enseigner ce que sont les lois économiques réelles. Il doit s'abstenir de prêcher ce qui devrait être fait. Car, la tâche de l'économiste n'est pas de décourager ou de convaincre, mais d'établir des principes généraux et de dévoiler les conséquences fatales. La répartition des richesses, précise-t-il, est susceptible d'être affectée par les institutions particulières dans certains pays. Il prend l'exemple de l'esclavage, des lois sur le prix du blé ou des lois de lutte contre la pauvreté. L'économiste peut prévoir, en règle générale, l'état naturel des choses. Il en déduit ensuite les anomalies et il prend en compte les écarts produits par des causes perturbatrices.

Annexes

Notes et références

  1. Richard Whately était non seulement un très bon économiste, mais il a aussi écrit un livre de logique qui fut influent durant sa période. Il a inventé le mot "catallaxie", et c'est l'économiste autrichien Ludwig von Mises qui reprit le concept pour le replacer au centre de ses recherches.

Publications

  • 1827, "An Introductory Lecture on Political Economy"
    • Nouvelle impression en 1966, In: "Selected Writings on Economics", New York: Augustus M. Kelley
  • 1828, "Three Lectures on the Transmission of the Precious Metals from Country to Country, and the Mercantile Theory of Wealth"
  • 1831, "Letter to Lord Howick on a Legal Provision for the Irish Poor", London: John Murray
  • 1832,
    • a. "Report on Combinations", Nassau Senior Collection, the National Library of Wales, Aberystwyth
    • b. "Letter to Lord Chancellor Brougham", 14 September 1832, Nassau Senior Collection, the National Library of Wales, Aberystwyth
  • 1834 "First Report of the Commission for Inquiring into the Administration and operation of the Poor Laws", London
  • 1836, "An Outline of the Science of Political Economy", London: W. Clowes and Sons
    • Nouvelle impression en 1938, London: Allen & Unwin
    • Traduction en français en 1836, par le Comte Jean Arrivabene, "Principes fondamentaux de l'économie publique", Paris
  • 1840, "Three Lectures on the Value of Money", London
    • Nouvelle impression en 1931
  • 1841, "Grounds and objects of the budget", Hume Tracts
  • 1848, "J. S. Mill on Political Economy", The Edinburgh Review, Octobre, pp293-339
  • 1850, "Political Economy"
    • 3ème édition en 1851, London: Richard Griffin and Co.
    • Nouvelle édition en 1854, Londres : Richard Griffin & Co.
    • 6ème édition en 1872
  • 1852, "Four Introductory Lectures on Political Economy, Delivered Before the University of Oxford", London: Longman, Brown, Green, and Longmans
    • Nouvelle impression en 1966, In: "Selected Writings on Economics", New York: Augustus M. Kelley
  • 1863, "Biographical Sketches", London: Longman, Green
  • 1864, "Essays on Fiction", London

Littérature secondaire

  • 1864, anonyme, commentaire du livre de Nassau Senior, "Essays on Fiction", The North American Review, Vol 99, n°205, Oct., pp580-587
  • 1865, M. C. M. Simpson, dir., "Nassau Senior: Historical and Philosophical Essays", 2 vols, London
  • 1918,
    • S. Leon Levy, "Nassau W. Senior, British Economist, in the Light of Recent Researches (I)", Journal of Political Economy, Vol 26, n°4, avril, pp347-365
    • S. Leon Levy, "Nassau W. Senior, British Economist, in the Light of Recent Researches (II)", Journal of Political Economy, Vol 26, n°5, mai, pp509-535
  • 1929,
    • S. Howard Patterson, commentaire du livre édité par S. Leon Levy, "Industrial Efficiency and Social Economy" de Nassau W. Senior, Annals of the American Academy of Political and Social Science, Vol 141, Tariff Problems of the United States, Jan., pp275-276
    • Horace Taylor, "Senior's 'Social Economics'", Political Science Quarterly, Vol 44, n°1, Mar., pp96-107
  • 1930, Lionel Robbins, commentaire du livre édité par S. Leon Levy, "Industrial Efficiency and Social Economy" de Nassau W. Senior, The Economic Journal, Vol 40, n°158, Jun., pp272-275
  • 1932,
    • P. Barrett Whale, "Senior on Money", commentaire des livres de Nassau Senior, "The Transmission of the Precious Metals from Country to Country and The Mercantile Theory of Wealth. The Value of Money" et "The Cost of Obtaining Money and Some Effects of Private and Government Paper Money", Economica, n°38, Nov., pp472-476
    • Friedrich Hayek, commentaire des livres de Nassau W. Senior, "Three Lectures on the Transmission of the Precious Metals from Country to Country and the Mercantile Theory of Wealth"; "Three Lectures on the Value of Money" et "Three Lectures on the Costs of Obtaining Money and on some Effects of Private and Government Paper Money", Zeitschrift für Nationalökonomie / Journal of Economics, Vol 4, n°1, pp138-139
  • 1933, Ludwig von Mises, "Senior's Lectures on Monetary Problems", The Economic Journal, Vol 43, n°171, septembre, pp525-530
  • 1936, Marian Bowley, "Nassau Senior's Contribution to the Methodology of Economics", Economica, NS., Vol 3, n°11, août, pp281-305
  • 1937, Marian Bowley, "Nassau Senior and Classical Economics", G. Allen & Unwin, Limited
    • Nouvelle édition en 1949, New York: Augustus M. Kelley
  • 1938,
    • Frank H. Knight, commentaire du livre de Marian Bowley, "Nassau Senior and Classical Economics", Journal of the American Statistical Association, Vol 33, n°204, Dec., pp759-760
    • W. Russell Maxwell, commentaire du livre de Marian Bowley, "Nassau Senior and Classical Economics", The Canadian Journal of Economics and Political Science / Revue canadienne d'Economique et de Science politique, Vol 4, n°1, février, pp133-134
    • H. A. Shannon, commentaire du livre de Marian Bowley, "Nassau Senior and Classical Economics", The Economic History Review, Vol 8, n°2, May, pp211-212
    • G. F. Shove, "Senior's Letters on the Corn Laws", The Economic Journal, Vol 48, n°191, Sep., pp556-558
    • Jacob Viner, commentaire du livre de Marian Bowley, "Nassau Senior and Classical Economics", The Economic Journal, Vol 48, n°190 (Jun.), pp283-285
  • 1939,
    • Marian Bowley, commentaire du livre de Nassau W. Senior, "An Outline of the Science of Political Economy", Economica, New Series, Vol 6, n°23, Aug., pp368-369
    • R. F. Harrod, commentaire du livre de Nassau W. Senior, "An Outline of the Science of Political Economy", The Economic Journal, Vol 49, n°193, Mar., pp148-149
    • E. A. J. Johnson, commentaire du livre de Marian Bowley, "Nassau Senior and Classical Economics", Annals of the American Academy of Political and Social Science, Vol 203, Refugees, May, pp233-234
    • Frank H. Knight, commentaire du livre de Marian Bowley, "Nassau Senior and Classical Economics", Journal of Political Economy, Vol 47, n°1, Feb., pp131-135
  • 1940,
    • V. W. Bladen, commentaire du livre de Nassau W. Senior, "An Outline of the Science of Political Economy", Journal of Political Economy, Vol 48, n°3, Jun., pp446-447
    • N. S. B. Gras, commentaire du livre de Nassau W. Senior, "An Outline of the Science of Political Economy", The Economic History Review, Vol 10, n°1, Feb., p79
    • Javier Márquez, "La obra de Nassau Senior" ("L’œuvre de Nassau Senior"), El Trimestre Económico, Vol 6, n°24(4), janvier-mars, pp625-661
  • 1943, S. Leon Levy, "Nassau W. Senior, The Prophet of Modern Capitalism", Boston, Massachusetts: Bruce Humphries
  • 1944,
    • E. A., commentaire du livre de S. Leon Levy, "Nassau W. Senior, The Prophet of Modern Capitalism", Social Service Review, Vol 18, n°1, Mar., p129
    • Milton S. Heath, commentaire du livre de S. Leon Levy, "Nassau W. Senior, The Prophet of Modern Capitalism", Southern Economic Journal, Vol 11, n°1, Jul., pp70-71
    • Ludwig von Mises, commentaire du livre de S. Leon Levy, "Nassau W. Senior, The Prophet of Modern Capitalism", The American Economic Review, Vol 34, n°2, Part 1, juin, pp359-361
  • 1945, Louis M. Hacker, commentaire du livre de S. Leon Levy, "Nassau W. Senior, The Prophet of Modern Capitalism", The American Historical Review, Vol 50, n°2, Jan., pp329-330
  • 1968, Ronald L. Meek, commentaire du livre de Marian Bowley, "Nassau Senior and Classical Economics", The Economic History Review, New Series, Vol 21, n°2, Aug., p407
  • 1970, S. Leon Levy, "Nassau W. Senior 1790–1864", Newton Abbot : David & Charles
  • 1986, H. K. Manmohan Singh, "Nassau William Senior", Economic and Political Weekly, Vol 21, n°40 (Oct. 4), p1724
  • 1992,
    • Michael J. Gootzeit, "Senior's abstinence theory of the supply of business savings", Journal of the History of Economic Thought, Vol 14, n°2, pp244-256
    • M. White, "Diamonds are Forever (?): Nassau Senior and Utility Theory", The Manchester School, Vol LX, n°1, pp64-78
  • 1996, Hugh Brogan, "Pauperism and Democracy. Alexis de Tocqueville and Nassau Senior", In: Eduardo Nolla, dir., "Liberty, Equality, Democracy", NYU Press, pp129-142
  • 1998, Terence W. Hutchison, "Ultra-Deductivism from Nassau Senior to Lionel Robbins and Daniel Hausman", Journal of Economic Methodology, Vol 5, n°1, pp43-91
    • Repris en 2000, In: "On the methodology of economics and the formalist revolution", Cheltenham, UK: Edward Elgar, ch 8, pp148-175
  • 2001,
    • Anastassios D. Karayiannis, "Behavioural Assumptions in Nassau Senior’s Economics", Contributions to Political Economy, Vol 20, pp17-29
    • Paul Oslington, "John Henry Newman, Nassau Senior, and the Separation of Political Economy from Theology in the Nineteenth Century", History of Political Economy, Vol 33, n°4, Hiver, pp825-842
  • 2003, Peter Groenewegen, Gianni Vaggi, "Torrens, Senior and the Aftermath of Ricardo", In: Peter Groenewegen, Gianni Vaggi, dir., "A Concise History of Economic Thought. From Mercantilism to Monetarism", Palgrave, pp149-158
  • 2013, CHRISTOPHE DEPOORTÈRE, "WILLIAM NASSAU SENIOR AND DAVID RICARDO ON THE METHOD OF POLITICAL ECONOMY", Journal of the History of Economic Thought, Vol 35, n°1, mars, pp19-42

Voir aussi

Liens externes