Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Parasitisme

De Wikiberal

Dans l'Antiquité, le parasite (παράσιτος) était la personne qui s'invitait à la table d'autrui en jouant de flatterie (un écornifleur, un pique-assiette).

En sciences naturelles, le parasitisme est une relation symbiotique dont le parasite (symbiote) tire profit aux dépens de l'hôte. On peut considérer le parasitisme comme un cas particulier de la prédation, puisque le parasite se nourrit aux dépens de son hôte. Cependant, le parasite n'est pas vraiment un prédateur car il n'a pas nécessairement pour rôle de tuer l'hôte.

Assistanat.jpg

Les libertariens parlent de parasitisme social pour désigner toute relation sociale par laquelle une personne vit aux dépens d'une autre sans son consentement, par le vol, l'exploitation, l'esclavage, la délinquance, le chantage, l'impôt, la redistribution étatique, etc. En revanche, la prostitution, la mendicité, la corruption, ne sont pas du parasitisme, puisqu'il y a consentement des acteurs, tant de ceux qui offrent que de ceux qui demandent. Le terme de "parasitisme" a donc un sens plus restreint qu'en biologie : il ne s'agit pas seulement de "profiter" de quelqu'un (ce qui n'a pas de sens précis, car avec la division du travail tout le monde profite de tout le monde) mais de tirer un avantage illégitime d'une personne non consentante.

Pour les libéraux, la lutte des classes sur laquelle l'étatisme prospère est une institutionnalisation du parasitisme social par laquelle les classes prédatrices qui détiennent le pouvoir vivent aux dépens des classes productives opprimées.

A noter que le parasitisme a un coût, à la fois pour celui qui le subit et pour celui qui l'exerce (voir loi de Bitur-camember).

Voir aussi

Citations

  • L'État fournit un canal légal, ordonné et systématique, pour la prédation de la propriété privée ; il rend certain, sécurisé et relativement « paisible » la vie de la caste parasitaire de la société. (Murray Rothbard)
  • Ce ne sont pas les électeurs qui choisissent leur Etat, mais l'Etat qui choisit ses électeurs; la démocratie, fondée sur le principe de l'égalité entre les électeurs, est une machine à fabriquer des inégalités ; contrairement à la justification traditionnelle de l'Etat comme producteur de « biens publics » permettant de faire disparaître les comportements parasitaires, c'est l'Etat qui suscite des comportements parasitaires. (Pascal Salin, préface à L’État, la logique du pouvoir politique d'Anthony de Jasay)
  • Voilà le coeur secret de votre foi, l’autre facette de votre morale à double tranchant: il est immoral de vivre par vos propres efforts, mais très moral de vivre des efforts d’autrui; il est immoral de consommer votre propre production, mais très moral de consommer celle des autres. Il est immoral de mériter, il est moral de voler. Ce sont les parasites qui sont la justification morale de l’existence des producteurs, seule l’existence des parasites est une fin en soi. Il est condamnable de tirer profit de la réussite, mais très louable de tirer profit du sacrifice. Il est mauvais de construire votre propre bonheur, mais admirable de l’obtenir au prix du sang d’autrui. (Ayn Rand, Atlas Shrugged, Discours de John Galt)
  • Eux le savent, mais pas vous – et ils comptent là-dessus. Ils espèrent que vous allez continuer à travailler jusqu’aux limites de la résistance humaine, à les nourrir tant que vous vivrez. Et quand vous vous écroulerez, une autre victime prendra votre place et s’occupera de les nourrir, tout en luttant pour sa propre survie. Et les victimes se succéderont à un rythme de plus en plus rapide. (Ayn Rand, Atlas Shrugged)
  • Rien n'est plus dangereux que l'Avant-gardiste acculé dans ses retranchements dorés. Ce ne sont pas des valeurs qu'il défend, ce sont des intérêts. Pour un peu, il en oublierait d'être poli. Attaqué, on le voit se raidir en accusant ses adversaires de raideur. Notable comme il y en eut rarement parmi les artistes, il traite les autres de notables. Créateur officiel, protégé, survivant dans une tiède sécurité, il continue à revendiquer pour lui-même la flamme, la nouveauté, la hardiesse de la recherche, la fraîcheur de l'inexpérience fracassante, I'audace, le charme, la spontanéité pimpante et fringante. Nanti, il tient absolument à passer pour maudit. Sa force inusable, c'est son insolence. (Philippe Muray, Portrait de l'avant gardiste, 1996)
  • Le but du créateur est la conquête des éléments, le but du parasite est la conquête des autres hommes. Le créateur vit pour son oeuvre. Il n'a pas besoin des autres. Son véritable but est lui-même. Le parasite vit par dépendance. Il a besoin des autres. Les autres hommes sont pour lui le principal moteur. (Ayn Rand, 1947)
  • Le parasitocrate, lui [à la différence du cleptocrate], n'a pas besoin de voler. Il vit aux dépens des autres, des contribuables, dans la légalité. Il contribue à forger les lois. Homme politique, dirigeant d'une entreprise publique ou d'une multinationale employant une équipe de lobbying, syndicaliste, président d'une association, il sait détourner le système à son profit pour se créer une rente de situation. (Simone Wapler, 01/11/2016)

Liens externes

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.