Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Simone Wapler

De Wikiberal
Simone Wapler
Économiste

Dates Née en ?
Simone Wapler.jpg
Tendance École autrichienne
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « L'état-providence à la française est une merveilleuse mécanique qui vous prend en main de la crèche à la tombe, ou presque. Chaque élection voit une surenchère de l'assistanat. Gouvernement après gouvernement, les déficits s'empilent, la dette se creuse. »
inter lib.org sur Simone Wapler

Ingénieur (ESME-Sudria, 1979) et journaliste (IPJ) de formation, Simone Wapler est spécialiste des métaux, des matières premières et du secteur de l’énergie. Son expérience s’est forgée pendant la quinzaine d’années qu’elle a consacrée à la recherche et au développement dans le secteur de l’industrie aéronautique. Elle est rédactrice en chef des Publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers.

Elle a déjà contribué à de nombreuses publications telles que Le Point, Enjeux, Les Echos ou Chart’s avec pour objectif de rendre accessibles tous les aspects financiers et stratégiques des technologies et des enjeux industriels.

Simone Wapler a été aussi rédactrice en chef de L’Investisseur Or et Matières, analyste du secteur aurifère dans Vos Finances, rédactrice en chef de MoneyWeek France.

Ses analyses s'inspirent de l'École autrichienne d'économie. Elle s'intéresse à l'or et prédit sa hausse continue, avec une forte probabilité d'un retour un jour à l'étalon-or. Elle suspecte la Chine d'amasser en continu de grandes quantités d'or pour pouvoir un jour arrimer sa monnaie à l'or, ce qui signerait la fin du dollar.

Pourquoi la France va faire faillite

En 2012, Simone Wapler publie Pourquoi la France va faire faillite - Et ce que vous devez faire pour vous en sortir chez Ixelles éditions. Pour elle, les politiciens ont perdu le contrôle de la situation. Elle donne 4 critères qui permettent de prédire la faillite :

  • le ratio dette sur recette fiscale (plus utile que la ratio dette sur PIB, ce ratio est de 6,7 en 2011, c'est-à-dire qu'il faudrait 6,7 années de recette pour rembourser la dette ; en fait le ratio est proche de 25 si on inclut le "hors bilan" de l’État) ;
  • le creusement du déficit fiscal (la différence entre dépenses et recettes, rapportée aux recettes, soit plus de 29 % pour la France ; le seul remboursement des intérêts absorbe 16,8 % des recettes) ;
  • la pression fiscale déjà existante (la France a un record avec des dépenses publiques qui représentent 56 % du PIB) ;
  • le poids du secteur public dans l'économie (frein majeur à la croissance).

Politiquement, elle envisage trois scénarios pour la France :

  • sortie de l'euro et retour au franc (dévaluation d'au moins 25 %)
  • l'Allemagne sort de l'euro et la France reste dans un "euro du sud" (scénario peu probable, le retour au mark coûterait à l'Allemagne autant que sa réunification)
  • arrimage à l'Allemagne et rigueur "à la schlague" (scénario à la grecque, le plus probable)

Elle préconise un "kit de survie" individuel pour résister aux "deux ennemis" que sont l’État et l'inflation. Ses recommandations sont les suivantes :

  • diminuer sa "mauvaise dette" (les crédits à la consommation)
  • les achats à crédit pour se loger ne devaient être faits qu'à taux fixe (un crédit in fine ou un prêt lombard peuvent être valables)
  • diversifier ses sources de revenu (par exemple : vendre en viager)
  • garder une réserve de cash et/ou d'or
  • fractionner ses dépôts dans plusieurs banques

Bibliographie

  • 2012 : Pourquoi la France va faire faillite... et ce que vous devez faire pour vous en sortir, Ixelles Editions
  • 2013 : Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !, Ixelles Editions
  • 2014 : Pouvez-vous faire confiance à votre banque ?, Ixelles Editions
  • 2015 : La fabrique de pauvres... et comment ne pas vous faire prendre dans l'engrenage, Ixelles Editions

Citations

  • La France est un zombie. Elle est financièrement morte. (...) Comment reconnaît-on immanquablement un zombie financier ? Sa dette grossit tandis que ses ressources diminuent.
  • Gouverner c'est prévoir, mais nos politiques n'ont pas cette ambition : occuper le pouvoir leur suffit.
  • À entendre les journalistes et ce petit monde bien-pensant, une entreprise est une association à but non lucratif dont la noble mission serait de « créer des emplois ». Quelle hypocrisie ! Une entreprise doit gagner de l’argent et quand elle gagne de l’argent, elle embauche. Pour gagner de l’argent, il faut qu’elle fasse le plus possible avec le moins de monde possible. Les impôts vus comme un instrument de « justice sociale » sont une monstruosité. On se trompe de débat, on trompe les électeurs.
  • Croyant éradiquer la misère de ce pays, des êtres bien-pensants et animés d'intentions pures en éradiquent la richesse. En France, les impôts ne sont pas une contribution à la bonne marche de l'Etat. Ils sont un instrument de "justice sociale". Il me paraît extrêmement dangereux que la justice ait besoin d'un adjectif, mais cela ne semble choquer personne.
  • Hélas pour nous, la "monnaie-marchandise" ne convient pas à un système capitaliste dévoyé, un capitalisme de copinage, de connivence, de manipulation ou d’État. La "monnaie-marchandise" pourrait appartenir à tout le monde, serait trop démocratique, pas facilement manipulable pour le plus grand profit des politiques qui promettent la lune, des gouvernements dispendieux et de leurs banquiers affairistes. Le capitalisme de connivence, des lobbyistes ou le capitalisme d'État ne peut fonctionner qu'avec de la "monnaie-dette".
  • Le keynésianisme est simplement une astuce pour enrichir les politiciens et les financiers.
  • Il n'y a rien qu'un coup de fausse monnaie et de planche à billets ne puisse arranger.
  • L'inflation est l'élixir magique de la fée banque centrale qui permet de ronger les dettes d'Etat en taxant de façon invisible épargne et consommation. L'inflation est un petit impôt sournois payé par tous qui permet, selon le mot de Colbert, de "plumer l'oie sans la faire crier".

Liens externes