Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Roger E. Bissell

De Wikiberal

Roger E. Bissell, né en 1949, est un musicien professionnel[1] et un auteur libertarien fortement inspiré par la philosophie objectiviste d'Ayn Rand. Il est diplômé de la California Coast University où il a obtenu ses diplômes en théorie musicale et en composition (BS), et de l'université de l'Iowa en interprétation musicale et en littérature (Master). Il fut également doctorant en psychologie.

Son intérêt intellectuel porta très tôt sur l'esthétique, sur les droits individuels à partir de l'intérêt personnel rationnel et sur la façon de comprendre la relation entre l'esprit et le corps. Il continua à se concentrer sur des questions du développement intellectuel et de la personnalité des enfants, sur l'épistémologie et sur la question de l'avortement. Son travail en psychologie et en philosophie ainsi que ses critiques de livres sont apparus dans un certain nombre de publications comme Reason Papers, Objectivity, Journal of Consciousness Studies, Bulletin of the Association for Psychological Type, Vera Lex et ART Ideas.

Roger Bissell est un intellectuel doté d'une curiosité épistémique très élevée, en effusion intellectuelle perpétuelle sur la recherche d'une muse liée aux idées de liberté. Il cherche son inspiration partout où elle peut le conduire; il est un chasseur à la recherche de découvertes impromptues et un cueilleur de nouvelles idées dès son éveil. Roger Bissell admire farouchement les efforts des pionniers de l'objectivisme comme Ayn Rand et Nathaniel Branden. Mais, son esprit est ouvert et ne connaît pas les limites de l'orthodoxie. Ainsi, il a pu lire et commenter les ouvrages aux horizons divers de Tim Gallwey, David Keirsey, Arthur Koestler, Steven Pinker, Mortimer Adler, Pols Edward, Henry Veatch ou Panayot Butchvarov.

Il fit la rencontre avec les idées libertariennes, comme pour beaucoup, sur le chemin de la sérendipité, lorsque son directeur de groupe musical au lycée lui donna, comme cadeau et diplôme de fin d'année, le succès littéraire d'Ayn Rand, "Atlas Shrugged". Il s'identifia rapidement au personnage de Hank Rearden dans ce roman : "Si vous pensez que quelque chose est juste, même si c'est douloureux de le faire. Et si vous faites une erreur, admettez-le, faites amende honorable et continuez votre vie", a-t-il déclaré à la revue TDO. Une fois qu'il a lu "Atlas Shrugged", il est devenu pleinement conscient du rôle joué par les hommes politiques et certains groupes d'intérêts spéciaux dans la démocratie. Il comprit que toutes les mesures de compromis des candidats sapent la cause de la liberté. Il compléta ses lectures par divers essais d'Ayn Rand, dont "La Vertu de l'égoïsme" et ses articles dans la publication "Le Bulletin Objectiviste" qui lui ont donné beaucoup d'arrière-plans historiques et des détails pour appuyer cette nouvelle vision.

À l'automne 1967, durant sa seconde année de collège, il a aidé à former un groupe YAF (Young Americans for Freedom) au campus appelé « Les conservateurs de l'Iowa pour une action constitutionnelle ». Peu de temps après, il lut "Le capitalisme : l'idéal inconnu" d'Ayn Rand ainsi que plusieurs de ses articles tels que « Le conservatisme: un avis de décès », "Le nouveau fascisme : Dirigez par le consensus" et "La mise à l'épave du consensus". Il réalisa que les idées politiques du conservatisme sont condamnées. Il devient un radical pour la capitalisme et il entame cette conversion salutaire en commençant à écrire des lettres plutôt cinglantes au journal "Daily".

En 1973, le magazine Reason publie son essai, "Sur la bonne définition du gouvernement". Il fait valoir que, malgré ce que Ayn Rand et ses adversaires ont maintenu, l'anarcho-capitalisme n'est pas l'anarchisme, mais plutôt un système de gouvernement qui autorise de plein droit la sécession et l'autodétermination.

Il rejoint le parti libertarien en 1974. Il représente le Parti Libertarien du Tennessee à la Convention nationale de Dallas en Septembre. Mais, sa destinée électorale ne fut pas de mise. En 1980, il fonda une association de contribuables, le NTAC (Nashville Tax Alternatives Committee) qui s'exprime lors de réunions publiques et dans les médias sur la nécessité de réduire les impôts locaux et les dépenses publiques ainsi que de transférer la plupart des services publiques de l’agglomération de Nashville au secteur privé.

"Ne vous laissez pas aller" est sa devise, ce qui signifie de ne pas abandonner tout ce que l'on aime. Il a développé cette philosophie de vie et l'a adaptée à ses passions comme la musique.

Notes et références

  1. Joueur de trombone, Roger Bissell a sorti un CD de jazz en Décembre 2003. Il fut musicien à plein temps durant plus de 30 ans, dont les 15 dernières années au titre de membre de la bande orchestrale de Disneyland

Publications

  • 2007, "‘Ayn Rand and ‘The Objective’: A Closer Look at the Intrinsic-Objective-Subjective Trichotomy", Journal of Ayn Rand Studies, 9 (1), pp53–92

Liens externes

  • "Arthur Koestler and Music Theory", par Roger E. Bissell, Un document présenté en janvier 1971, pour le séminaire: Théorie et recherche sur la musique et présenté également oralement le 7 et 14 décembre 1970 à l'Université de l'Iowa
4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.