Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Stephen Cox

De Wikiberal

Stephen D. Cox est professeur de littérature à l'Université de Californie, à San Diego et auteur de plusieurs livres de non-fiction avec une attention portée sur Ayn Rand et sur sa philosophie objectiviste.

En Décembre 2005, après la mort de R. W. Bradford, le fondateur, rédacteur en chef et éditeur du magazine "Liberty magazine", une revue américaine mensuelle libertarienne et libérale, Stephen Cox en devient le rédacteur en chef. Avec d'autres chercheurs comme Paul Cantor, Thomas Peyser, Allen Mendenhall, Darío Fernández-Morera ou Chandran Kukathas, il fait partie d'un nouveau mouvement qui relie l'école autrichienne et la littérature.

Mise à profit des enseignements décisifs de l'école autrichienne d'économie sur la pratique de la critique littéraire

En plus de ses fonctions d'éditeur et d'auteur, Stephen Cox écrit des articles dans les colonnes du mensuel "WordWatch", dans lequel il commente la façon dont le langage et la culture influencent la sémantique et le discours politique. En 2010, en compagnie de Paul Cantor, il publie un ouvrage sur la littérature et l'économie de la liberté. S'éloignant de la littérature dominée par les idées économiques issues du marxisme - des idées qui diabolisent le marché comme l'ennemi de tout ce qui est bon, les auteurs combinent leurs spécialisations universitaires avec leur amour de la liberté pour fournir une nouvelle façon de lire les romans sous l'angle du libre marché. Le livre soutient que la littérature est l'un des plus puissants reflets de la liberté, de la spontanéité et de la créativité de l'être humain. Les romans, par exemple, saisissent la complexité et l'imprévisibilité du comportement humain ou le refus de l'être humain de faire ce que dicte la logique classique. Les critiques littéraires, en particulier ceux qui sont influencés par le marxisme, se tournent souvent vers les textes et les personnages qu'ils représentent dans les produits prévisibles de leur environnement. Ils considèrent la littérature comme le produit d'une situation économique et sociale déterminée, et les auteurs sont considérés comme des captifs de la conscience de classe.

S'appuyant sur l'école autrichienne qui place la liberté et la créativité au centre de sa compréhension de l'action humaine, ce livre explore l'idée que l'ordre spontané est le concept qui permet de traiter du même monde. Dans les deux cas, l'économie autrichienne et la littérature révèlent la nature des êtres humains dans les actions concrètes de choix - leur plus profonde expression de leur liberté. Les économistes autrichiens nient que le comportement humain soit prévisible, et pas seulement dans la pratique, mais plus fondamentalement, en théorie. Le domaine de l'économie est radicalement incertain, et l'activité économique est un processus sans fin ce qui est l'image miroir de l'activité artistique.

Publications

  • 1980, “The Stranger Within Thee”: Concepts of the Self in Late-, Eighteenth-Century Literature, University of Pittsburgh Press
  • 1988, "Going Beyond the Gideons", commentaire du livre de Richard Elliott Friedman, "Who Wrote the Bible?" et du livre de Joseph B. Tyson, "The New Testament and Early Christianity", Liberty, Vol 1, n°4, Mars, pp55-56
  • 1993, avec David Kelley, "The Fountainhead: A Fiftieth Anniversary Celebration", Poughkeepsie: Objectivist Center
  • 2006, The New Testament and Literature, Open Court
  • 2009, "The Big House: Image and Reality of the American Prison", Yale University Press

Littérature secondaire

Liens externes