Anarchisme

De Wikiberal

L'anarchisme est une philosophie politique qui prône l'abolition de toutes formes de gouvernement et de domination.

La philosophie anarchiste relève d'un désir d'émancipation individuelle ou collective, dans la mesure où elle est fondée sur la liberté de l'individu dans une société libre.

Anarchy-Molinari.jpg

Anarchisme et libéralisme

Le terme anarchisme est étymologiquement issu du grec an (marque du privatif) et archè (pouvoir, autorité, commandement).

L'anarchisme a des points communs avec le libéralisme, notamment les critiques que ces deux tendances font de l'État convergent souvent, et se rejoignent dans l'anarcho-capitalisme.

On peut distinguer différents points de vue anarchistes concernant l'État :

  • anarchisme "fort" : un État ne peut jamais être légitime ;
  • anarchisme "modéré" : un État ne peut être légitime que si tous ses sujets lui ont donné leur consentement.

Certaines versions du libéralisme permettent de justifier l'existence de l'État : l'État serait légitime uniquement dans son rôle de protection des droits individuels (minarchisme à la Nozick) ; l'État est légitime pourvu qu'il maximise le bien-être total de la société (utilitarisme).

Le libertarisme tend vers l'État minimal, voire la disparition de l'État, préconisée par les anarcho-capitalistes (Murray Rothbard, David Friedman). L'anarchisme peut être considéré comme la "limite idéale" vers laquelle tend le libéralisme.

Une société sans lois ?

L'anarchie que proposent les anarchistes n'est pas l'absence d'ordre, de règles, de structure organisée ; cette réalité-là se définit comme de l'anomie.

La distinction entre anarchisme et anomie est d'ailleurs une des principales différences entre anarcho-capitalistes et anarcho-collectivistes. Cette distinction est fondamentale pour comprendre ce qui oppose les anarcho-capitalistes à la plupart des anarchistes de gauche, qui souvent confondent les deux. Les anarchistes de gauche refusent en effet généralement tout type de pouvoir (auquel ils assimilent indûment toute une série de droits, et principalement le droit de propriété) et "donc" toute loi, ne reconnaissant pas que la loi (au sens général de "norme juridique", et non pas au sens de production d'une instance législative, refusée également par les anarcho-capitalistes) sert précisément à définir et entraver tout pouvoir arbitraire.

Si la plupart des anarcho-capitalistes ne s'amusent pas à renvoyer aux anarchistes de gauche les excommunications dont ces derniers les abreuvent, ils sont par contre fermement convaincus que l'anarchisme de gauche déboucherait nécessairement sur l'application de la loi du plus fort et donc, en ultime analyse, à la réinstauration de l'État.

Dans une optique panarchiste, anarcho-capitalistes et anarcho-collectivistes pourraient très bien coexister, comme des communautés séparées, sur la base de l'axiome de non-agression, ce qui permettrait à chaque personne de faire son choix et d'assurer ainsi la viabilité de l'une ou l'autre option (en "votant avec ses pieds" si elle n'est pas satisfaite). Cependant, une partie des anarcho-collectivistes sont clairement violents, et il est peu probable qu'une société "anarcho-collectiviste" puisse subsister autrement que par la coercition.

Les tendances anarchistes

Les tendances anarchistes

Les tendances sont très nombreuses : anarcho-capitalisme, anarcho-christianisme (tolstoïen), anarcho-communisme (Bakounine, Kropotkine), anarcho-individualisme (Max Stirner, Proudhon, William Godwin, Lysander Spooner, Henry David Thoreau, Benjamin Tucker), anarcho-nationalisme (ou anarchisme identitaire), anarcho-socialisme, anarcho-syndicalisme (collectiviste, avec l'action syndicale comme moyen), anarcho-pacifisme (non-violent à la Gandhi), etc.

On voit que l'anarchisme collectiviste, auquel on a trop souvent tendance à réduire l'anarchisme, n'est qu'une tendance parmi d'autres, sans doute pas la plus représentative.

Critique

Selon le philosophe et historien des idées politiques Philippe Nemo, une société anarchiste est impossible à la fois sur le plan théorique et dans la pratique. Il constate que, tout au plus, on a pu observer uniquement « de brefs exemples historiques » mais aucune réalisation durable. Il estime que cette impossibilité est définitive en se basant sur les questions posées au XIXe siècle par Lord Acton concernant la politique : Qui doit exercer le pouvoir et quelles doivent être ses limites.

Selon lui, la réponse anarchiste, en particulier des anarchistes socialistes, qui réunit un pouvoir sans limitation, exercé par le peuple dans son ensemble, sans que ce pouvoir ne soit confisqué par un individu ou un groupe d'individus, est fondamentalement instable. Pour Nemo, cette solution ne peut pas durer car elle tend à devenir soit un système totalitaire (prise de contrôle du pouvoir par un individu ou un groupe) soit une démocratie libérale (limitation des pouvoirs exercés par tous). À l'inverse de la réponse anarchiste, selon Nemo, ces deux réponses sont stables puisque, dans le premier cas, les pouvoirs de l'État sur tous permettent facilement son maintien au pouvoir, tandis que dans le second, le « libéralisme rend possible l'existence d'opposants politiques, faisant vivre la démocratie »[1].

Pour la plupart des libertariens, l'anarchisme est un modèle qui relève probablement de l'utopie, mais qui correspond à un horizon, un état-limite envisageable dès que l'emprise de l'État diminue, en passant par des gradations intermédiaires telles que le gouvernement limité, l'État minimal puis l'État ultra-minimal.

Citations

  • Le libéral est un anarchiste qui défend la propriété. (Pascal Salin)
  • Seul un monde sans maître, un monde purement libertarien, peut correspondre aux exigences du droit naturel et de la loi naturelle et surtout, ce qui est plus important, aux conditions d’une éthique universelle pour tous les hommes. (Murray Rothbard)
  • Le citoyen démocratique n’a pas dépassé la mentalité d’esclave et il n’a chassé son maître royal que pour faire du peuple un maître collectif. Pour nous, libertariens, au contraire, le refus de tout pouvoir est la voie vers l’émancipation. (Christian Michel)
  • Les anarchistes de « gauche » sont pris dans un paradoxe, car ils désirent lutter simultanément contre le capitalisme (ce qu'ils font habituellement) et contre l’État. Mais dans un monde sans État, ils ne peuvent empêcher le développement des droits de propriété privés ni la liberté contractuelle de fonder l’ordre social. (Bertrand Lemennicier)
  • L'œuvre de l'anarchiste est avant tout une œuvre de critique. L'anarchiste va, semant la révolte contre ce qui opprime, entrave, s'oppose à la libre expansion de l'être individuel. Il convient d'abord de débarrasser les cerveaux des idées préconçues, de mettre en liberté les tempéraments enchaînés par la crainte, de susciter des mentalités affranchies du qu'en dira-t-on et des conventions sociales ; c'est ensuite que l'anarchiste poussera qui veut faire route avec lui à se rebeller pratiquement contre le déterminisme du milieu social, à s'affirmer individuellement, à sculpter sa statue intérieure, à se rendre, autant que possible indépendant de l'environnement moral, intellectuel, économique. Il pressera l'ignorant de s'instruire, le nonchalant de réagir, le faible de devenir fort, le courbé de se redresser. Il poussera les mals doués et les moins aptes à tirer d'eux-mêmes toutes les ressources possibles et non à se reposer sur autrui. (Émile Armand)
  • L'anarchisme est fondé sur l'observation que puisque peu d'hommes sont assez sages pour se gouverner eux-mêmes, bien plus rares encore sont ceux assez sages pour en gouverner d'autres. (Edward Abbey)
  • Si le libéral s'oppose à l'État ce n'est certainement pas pour les mêmes raisons [que l'anarchiste], mais parce qu'il considère qu'il est erroné et dangereux de faire de l'État la source du Droit. Le libéral est donc un anarchiste dans la mesure où il s'oppose à l'État, mais pas dans la mesure où il est, au contraire, profondément respectueux du Droit, tout au moins si celui-ci est légitime. (Pascal Salin)
  • Le libéralisme est l'anarchisme véritable, réalisable et réalisé, et non resté à l'état de déclaration sentimentale. (Raymond Ruyer, Éloge de la société de consommation, 1969)
  • L'anarchisme désigne le point de vue selon lequel toutes les formes d'associations humaines devraient être volontaires. (Crispin Sartwell)
  • Messieurs, le jour s’approche où il y aura deux grandes classes, les socialistes et les anarchistes. Les anarchistes veulent que le gouvernement ne soit rien, et les socialistes veulent que le gouvernement soit tout. Il ne peut pas y avoir de plus grand contraste. Eh bien, le temps viendra où seuls subsisteront ces deux grands partis, les anarchistes représentant la doctrine du laissez-faire et les socialistes représentant l’extrême inverse, et quand ce temps viendra je serai un anarchiste. (William Graham Sumner)
  • Le moment est proche, où le monde comprendra enfin que les gouvernements sont des institutions inutiles, funestes et au plus haut point immorales, qu'un homme qui se respecte ne doit pas soutenir et qu'il ne doit pas exploiter à son profit. Et quand ces hommes auront compris cela, ils cesseront de collaborer à l'œuvre des gouvernements en leur fournissant des soldats et de l'argent. Alors tombera de lui-même le mensonge qui tient les hommes en esclavage. (Léon Tolstoï)

Notes et références

  1. Philippe Nemo, Histoire des Idées Politiques, PUF, 2003, p.23-24.

Bibliographie

  • 1970,
    • James J. Martin, Men Against the State: The Expositors of Individualist Anarchism in America, 1827-1908, Colorado Springs: Ralph Myles, Publisher, Inc.
    • Robert Paul Wolff, "In Defense of Anarchism", New York: Harper Torchbooks
  • 1992,
    • Tyler Cowen, “Law as a Public Good: The Economics of Anarchy”, Economics and Philosophy, 10, pp249–267
    • Jean-Guy Prévost, La théorie anarcho-capitaliste de l'État: une critique méthodologique, Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique, Vol. 25, No. 4 (Dec.), pp737-756
  • 2005, Robert Graham, Dir., Anarchism: A Documentary History of Libertarian Ideas, Volume One: From Anarchy to Anarchism (300 CE to 1939), Montreal: Black Rose Books

Voir aussi

B0.jpg Discussions sur le forum
L'anarchie N'existe Pas, sur l'anarchie et le libéralisme (for)

Liens externes

En français

En anglais



Interro jer suite.png Accédez d'un seul coup d’œil au lexique des principaux termes du libéralisme.

3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.