Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Suicide

De Wikiberal
Copyright popmart.org

Introduction

Le suicide (du latin sui cadere, se tuer soi-même) est l'acte délibéré d'en finir avec sa propre vie, en se donnant la mort.

Du point de vue du libéralisme, qui ne porte aucun jugement éthique sur un tel acte, le suicide est un droit individuel, une manifestation de la liberté de l'individu (tout du moins la liberté extérieure, sociale, la seule dont se préoccupe le libéralisme).

Le suicide peut être étudié d'un point de vue philosophique et moral, voire métaphysique (Schopenhauer) mais aussi d'un point de vue sociologique : Émile Durkheim souligne ainsi le paradoxe du suicide, acte individuel par excellence qui est motivé par des raisons sociales :

Les courants suicidogènes ont pour origine non pas l'individu, mais la collectivité. (Le suicide, 1897)

Durkheim distingue :

  • le suicide égoïste (insuffisante intégration dans les sociétés individualistes);
  • le suicide altruiste (subordination excessive au groupe dans les sociétés collectivistes, archaïques, ou de type militaire);
  • le suicide anomique (lié à une perte de valeurs et de points de repères, dans les sociétés de type industriel subissant des dépressions économiques).

Aide au suicide

Certains estiment compréhensible que des personnes âgées ou gravement malades puissent avoir des pensées de suicide. Le droit de mettre fin à une souffrance intolérable et sans espoir de soulagement fait partie des droits individuels.

L'aide au suicide (à ne pas confondre avec l'incitation au suicide) désigne le fait de fournir un environnement et des moyens nécessaires à une personne pour qu'elle se suicide, quelles qu'en soient les motivations.

Un petit nombre de pays (notamment la Suisse avec les associations Exit et Dignitas, ainsi que les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et les États américains du Vermont, de l'Oregon et de Washington) ont légalisé certaines formes d'aide au suicide, dans un cadre réglementé. Le suicide médicalement assisté a pour but d'aider les patients à mettre eux-mêmes un terme à leur vie pour en finir avec des souffrances morales ou physiques intolérables causées par une maladie incurable. Il s'agit donc d'euthanasie volontaire. En Suisse, les deux associations Exit et Dignitas prévoient en 2014 d'étendre leur aide au suicide à des personnes qui ne sont pas atteintes d'une maladie incurable.

En France, l'euthanasie "active" est assimilée à un homicide volontaire, tandis que l'euthanasie "passive" est admise sous certaines conditions depuis la loi Leonetti (2005).

Suicide performatif

On appelle parfois "suicide performatif" un suicide accompli pour des raisons idéologiques ou religieuses, ou comme signe de protestation envers une oppression extérieure, par exemple l'immolation par le feu de l'étudiant tchèque Jan Palach lors de l'invasion de son pays par l'Union soviétique en 1968, ou l'immolation de moines tibétains protestant contre l'invasion chinoise du Tibet. On peut étendre le concept jusqu'à inclure la mort de Socrate ou celle d'Antigone, par fidélité à leurs convictions. Un tel type de suicide peut être accompli également par terrorisme fanatique (opérations suicides islamistes).

Points de vue religieux

Le suicide étant une affaire personnelle, le libéralisme n'a rien à en dire, si ce n'est qu'il n'y a pas lieu de s'y opposer de façon coercitive. Cet acte relève de l'éthique personnelle, et peuvent alors entrer en jeu des conceptions philosophiques ou religieuses.

On peut noter que les différentes religions ont des points de vue assez opposés sur le sujet. Les religions monothéistes condamnent le suicide (la destinée de l'homme appartient à Dieu, la vie humaine est un privilège divin, le suicide est un péché), alors que dans l'Antiquité ou dans les cultures dites « primitives » le suicide pouvait être une voie honorable, et que les religions orientales ont un point de vue plus nuancé (pratique du suicide rituel par inanition dans l'hindouisme, acceptation dans certaines conditions pour le bouddhisme).

Bibliographie

  • Le suicide chez les romains, Gabriel Matzneff
  • Du suicide, Émile Durkheim
  • Suicide, Mode d'emploi, Claude Guillon et Yves le Bonniec, éditions Alain Moreau, 1982 (ISBN 2-85209-000-7), livre censuré en France
  • La France du suicide, Pr Michel Debout, éditions Stock
  • 2003, Philippe Labro, Tomber sept fois, se relever huit, éditions Albin Michel,

Voir aussi

Citations

  • Celui qui se donne la mort voudrait vivre ; il n'est mécontent que des conditions dans lesquelles la vie lui est échue. Par suite, en détruisant son corps, ce n'est pas au vouloir-vivre, c'est simplement à la vie qu'il renonce. Il voudrait la vie, il voudrait que sa volonté existât et s'affirmât sans obstacle ; mais les conjonctures présentes ne le lui permettent point et il en ressent une grande douleur. (Schopenhauer)
  • Je ne vis que parce qu'il est en mon pouvoir de mourir quand bon me semblera ; sans l'idée du suicide, je me serais tué depuis toujours. (Cioran)
  • Ne se suicident que les optimistes, les optimistes qui ne peuvent plus l'être. Les autres, n'ayant aucune raison de vivre, pourquoi en auraient-ils de mourir ? (Cioran, Syllogismes de l'amertume)
  • Ce que la vie a de meilleur, c'est qu'elle ne force personne à la subir. (Sénèque)
  • Le suicide est un droit fondamental de l'être humain. Ce qui ne signifie nullement qu'il soit moralement souhaitable ; cela veut dire, par contre, que la société n'a aucun droit de s'interposer, et de s'opposer par la force, au désir de quelqu'un de mettre fin à ses jours. (Thomas Szasz)
  • Mourir dans cette vie n'est pas difficile. Il est bien plus difficile de construire sa vie. (Vladimir Maïakovski[1])
  • Beaucoup de suicides ne sont dus qu'à un bref instant de lucidité. (Roland Jaccard)(humour)
  • Le suicide est la religion de ceux qui n’en ont pas. Choisir Dieu ou choisir le suicide, c’est un même acte de violence, un même refus du monde, un même dégoût de soi, un même sentiment de l’inanité de tout. (Roland Jaccard, Causeur, mai 2016)
  • La première partie de ma vie a consisté à préparer ma sortie, la seconde à la retarder. À l’image de mon père qui reculait son suicide en proclamant : « Attendons l’an prochain. Ça ira encore plus mal et ça se justifiera davantage. » (Roland Jaccard, Sexe et sarcasmes)
  • Le suicide en tant que genre de mort habituel : nouvelle fierté de l'homme qui fixe lui-même le terme de sa vie. (Friedrich Nietzsche)
  • Toutes les religions sacerdotales condamnent le suicide, et cette réprobation est assez remarquable ; car ces religions inculquent, beaucoup plus expressément que le polythéisme libre de la direction des prêtres, le détachement de ce monde et l'indifférence pour tous les intérêts de la vie. Mais le suicide est un moyen d'indépendance, et en cette qualité tous les pouvoirs le haïssent. (Benjamin Constant, De la Religion considérée dans sa source, ses formes et son développement)
  • Quand on se réfugie dans le désespoir, ce qui paralyse n'est pas l'indifférence absolue à son sort, mais au contraire un grand souci de soi qui, faute de pouvoir s'exprimer, trouve dans le désir de mort un accomplissement de sa volonté de puissance. (Linda Lê)

Notes et références

  1. « В этой жизни умереть не трудно. Сделать жизнь значительно трудней. » (Владимир Маяковский)

Liens externes

7684-efdur-Justice.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail concernant le droit et la justice.

7640-efdur-Babelwiki.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de société.