Uruguay

De Wikiberal

L’Uruguay est un pays du sud-est de l'Amérique du Sud. Le pays est bordé par le Brésil au nord et au nord-est, par l'océan Atlantique à l'est et au sud, par le Río de la Plata au sud, et par l'Argentine à l'ouest.

  • Capitale : Montevideo
  • Frontières : Argentine : 580 km, Brésil : 1068 km
  • Type de gouvernement : République constitutionnelle
  • Population : 3,324,460 (Juillet 2013 estimation) [1]
  • Indice de liberté économique : 36 (2013)[2]
  • Monnaie : Le peso (1 Peso = 0,03628 Euros le 10 juin 2013)[3]

La superficie de l'Uruguay représente 186 215 km², ce qui signifie que le pays est 2,9 fois plus petit que la France.

Histoire

L'Uruguay était l'un des pays d'Amérique latine les plus prospères au début du XXe siècle.

Jusqu'au début du XIXe siècle, l'Uruguay était une colonie espagnole avec un objectif militaire de contrer l'expansion portugaise au-delà du Rio de la Plata.

À la fin des années 1800, le pays a connu un système de banque libre et a adopté l'étalon-or. Le pays a connu un boom économique entre 1852 et 1875 avec l'afflux massif d'immigrants, attirés par la possibilité de faire fortune. La croissance démographique était de 5,2 pour cent en termes annuels. Si ce taux avait continué jusqu'à aujourd'hui, l'Uruguay aurait une population de 200 millions de personnes au lieu de 3,5 millions.

Malheureusement, sous la férule du président José Battle y Ordonez au début du XXe siècle, la croissance de l'État dans l'économie a été de plus en plus forte. Des monopoles publics ont été mis en place pour l'électricité, les services d'assurance et la fourniture de prêts hypothécaires. Le marché du travail s'est rigidifié. La loi de la journée de huit heures de travail fut la première loi du genre appliquée dans le monde. Des taxes élevées ont été imposées au secteur agricole, qui produisait la plupart des exportations du pays.

"Vers le milieu du XXe siècle, la tradition welfairiste était fermement enracinée dans le pays. "L'État bienfaiteur" est devenu de plus en plus inefficace. Emir Rodriguez Monegal, un intellectuel uruguayen de premier plan, a souligné que son paternalisme [celui "L'État bienfaiteur"] a promu la passivité parmi les personnes et il a affaibli l'esprit d'entreprise." Luisa Peirano[4]

En 1966, l'accélération de l'inflation et l'augmentation des tensions sociales ont conduit à l'adoption d'une nouvelle constitution. Sept ans plus tard, au milieu de la tourmente économique croissante, les forces armées fermaient le Congrès et établissaient un régime civilo-militaire, qui a pris fin en 1984.

Uruguayens libéraux

Instituts libéraux

  • CERES : Centre de recherche en politique économique et sociale

Notes et références

  1. CIA - The World Facebook
  2. Heritage Foundation, Plus le score est faible plus il est bon
  3. Baudelet
  4. * 2004, Luisa Peirano, Ramon Diaz and the Spread of Liberal Ideas in Uruguay", The Freeman, Octobre, Vol 54, n°8

Bibliographie

  • 1984, Ramon P. Diaz, "Uruguay’s Erratic Growth", In: Arnold C. Harberger, dir., "World Economic Growth. Case Studies of Developed and Developing Nations", San Francisco: Institute for Contemporary Studies
6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.