Mario Vargas Llosa

De Wikiberal
Mario Vargas Llosa
Ecrivain

Dates 1936 -
Mario Vargas Llosa
Tendance Libéral classique
Origine Pérou Pérou
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Mario Vargas Llosa
Catallaxia

Mario Vargas Llosa est un écrivain libéral péruvien né à Arequipa le 28 mars 1936. Il est une des figures de proue de la littérature sud-américaine, et a obtenu le Prix Nobel de littérature en 2010.

Biographie

Issu d’une famille de la classe moyenne, il passe une partie de son enfance en Bolivie avant de retourner au Pérou et d’entrer à 14 ans dans une académie militaire de Lima. Cette expérience au Colegio Militar Leoncio Prado lui fournira plus tard l’inspiration de La ciudad y los perros.

En 1953, il entre à l’Université Nationale San Marcos où il étudie la littérature. Pendant ses études, il travaille comme journaliste et s’engage au parti communiste. Grâce à une bourse, il a la possibilité de partir étudier à l’Université Complutense de Madrid. Il y obtiendra un doctorat en 1959.

À la suite de la révolution cubaine, il s’éloigne de la gauche et s’affirme comme libéral. Son œuvre romanesque est traversée par le combat de l’individu pour recouvrer sa liberté et se débarasser de l’oppression. Sa vie privée aussi. Alors qu’il vit en Europe, il dénonce la dictature populiste et militaire qui prend le contrôle du Pérou en 1968. En 1980, après 12 ans de dictature, le président nouvellement élu Frenando Belaunde Terry propose à Vargas Llosa de revenir à Lima pour devenir premier ministre. Il refuse, mais retourne dans son pays de plus en plus fréquemment, et s’intéresse à la politique à un tel point qu’il se lance dans l’arène suite à la nationalisation de plusieurs banques privées péruviennes en 1987. Il fonde le mouvement de droite démocratique et en est le candidat aux élections présidentielles de 1990. Il arrive en tête au premier tour, mais se fait battre par Alberto Fujimori au deuxième.

B0.jpg Discussions sur le forum
Vargas Llosa - Confessions Of A Liberal, Prix Irving Kristol (for)

Admirateur de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan, ami de José Maria Aznar, libre-échangiste dans l’âme, Mario Vargas Llosa s’est vu attribué le Irving Kristol Award 2005 par le think tank conservateur American Enterprise Institute. À cette occasion, il prononce un discours remarqué intitulé Confessions d’un libéral.

Bibliographie

  • 1957, El desafío (le défi)
  • 1959, Los jefes, recueil de nouvelles (Les caïds)
  • 1963, "La ciudad y los perros" (La ville et les chiens), Barcelona: Seix Barral
  • 1966, La casa verde (La maison verte), Barcelona: Seix Barral
  • 1967, Los cachorros (Les chiots)
  • 1969,
    • a. Conversación en La Catedral (Conversation à "la cathédrale"), 2 vols. Barcelona: Seix Barral
    • b. Historia secreta de una novela
  • 1971, García Márquez: historia de un deicidio
  • 1973, Pantaleón y las visitadoras (Pantaléon et les visiteuse), Barcelona: Seix Barral
  • 1975, La orgía perpetua: Flaubert y Madame Bovary (L'orgie perpétuelle : Flaubert et Madame Bovary)
  • 1977, La tía Julia y el escribidor (La tante Julia et le scribouillard), Barcelona: Seix Barral
  • 1978, Social Commitment and the Latin American Writer, World Literature Today, 52, Winter, pp6-14
  • 1981,
    • a. La señorita de Tacna, (La demoiselle de Tacna)
    • b. La guerra del fin del mundo (La guerre de la fin du monde), Barcelona: Seix Barral
      • Traduction en anglais par Helen R. Lane en 1984, "The War of the End of the World", New York: Farrar, Straus and Giroux
    • c. Entre Sartre y Camus
  • 1983, Kathie y el hipopótamo (Katie et l'hippopotame)
  • 1984,
    • a. Historia de Mayta (Histoire de Mayta), Barcelona: Seix Barral
      • Traduction en anglais par Alfred MacAdam en 1986, "The Real Life of Alejandro Mayta", New York: Farrar, Straus and Giroux
    • b. La suntuosa abundancia, essai sur Fernando Botero
  • 1986,
    • a. La Chunga,
    • b. ¿Quién mató a Palomino Molero? (Qui a tué Palomino Molero?)
    • c. Contra viento y marea, I (1962-1972), Barcelona: Seix Barral
    • d. Contra viento y marea, II (1972-1983), Barcelona: Seix Barral
  • 1987, El hablador (L'homme qui parle)
  • 1988, Elogio de la madrastra (L'éloge de la marâtre)
  • 1991,
    • a. "A Writer’s Reality", In: Myron I. Lichtblau, dir., "Syracuse", NY: Syracuse University Press
    • b. "Mexico: The Perfect Dictatorship", New Perspectives Quarterly, Vol 8, n°1, pp23-24
  • 1992,
    • a. "Karl Popper al día", Vuelta, n°184, Marzo, pp24-33
    • b. Un hombre triste y feroz, essai sur George Grosz
  • 1993,
    • a. El pez en el agua, (Le Poisson dans l'eau), Memorias. Barcelona: Seix Barral
      • Traduction en anglais par Helen R. Lane en 1994, "A Fish in the Water: A Memoir", New York: Farrar, Straus and Giroux
    • b. Mi deuda con Karl Popper, In: Pedro Schwartz, dir., "Encuentro con Karl Popper", Madrid: Alianza Editorial, pp224-237
    • c. El loco de los balcones, (Le fou des balcons)
    • d. Lituma en los Andes (Lituma dans les Andes)
  • 1994, Desafíos a la libertad (Les enjeux de la liberté), Madrid: Aguilar
  • 1996, La utopía arcaica, José María Arguedas y las ficciones del indigenismo (L'utopie archaïque)
  • 2000,
    • a. “El hombre que sabía demasiado”, Estudios públicos, n°80, Primavera, pp5-14
    • b. "El lenguaje de la pasión", Madrid: Santillana
    • c. La fiesta del Chivo (La fête au Bouc)
    • d. "The Culture of Liberty", Foreign Policy, vol 122, February, pp66–71
  • 2001, El lenguaje de la pasión (Le langage de la passion: chroniques de la fin du siècle)
  • 2002, La verdad de las mentiras, Madrid: Santillana
  • 2003, El paraiso en la otra esquina (Le paradis: un peu plus loin)
  • 2004, "The Language of Passion: Selected Commentary", New York: Picador
  • 2006, “Rescate liberal de Ortega y Gasset", Letras libres, n°91, Julio, pp18-24
  • 2008, Wellsprings, Cambridge, Mass.: Harvard University Press
  • 2009, Sables y utopías: Visiones de América Latina, Madrid: Aguilar

Littérature secondaire

  • 1982, José Miguel Oviedo, "Mario Vargas Llosa: La invención de una realidad", Barcelona: Seix Barral
  • 1987,
    • Gerald Martin, "Mario Vargas Llosa: Errant Knight of the Liberal Imagination", In: John King, dir., "On Modern Latin American Fiction", New York: Farrar, Strauss and Giroux, pp205-233
    • Balmiro Omaña, "Ideología y texto en Vargas Llosa: Sus diferentes etapas", Revista de crítica literaria latinoamericana, 26, pp137-154
    • Raymond L. Williams, "The Boom Twenty Years Later: An Interview with Mario Vargas Llosa", Latin American Literary Review, 15 (Jan-June), pp201-206
  • 1997, Luis Rebaza-Soraluz, "Demons and Lies: Motivation and Form in Mario Vargas Llosa (interview)", Review of Contemporary Fiction, Vol 17, n°1, pp15–24
  • 1998, Efraín Kristal, "Temptation of the Word: The Novels of Mario Vargas Llosa", Nashville: Vanderbilt University Press
  • 2001,
    • Alma Guillermoprieto, "The Bitter Education of Vargas Llosa", In: "Looking for History: Dispatches from Latin America, New York: Pantheon Books, pp155–177
    • Efraín Kristal, "La política y la crítica literaria: El caso Vargas Llosa", Perspectivas, 4, pp339-351
  • 2007, Orhan Pamuk, "Mario Vargas Llosa and Third World Literature", In: "Other Colors: Essays and a Story", New York: Alfred A. Knopf, pp168-173

Voir aussi

Citations

  • « Malheur aux démocraties qui ont besoin de chefs charismatiques pour surmonter les grandes crises »
  • « Ni Kafka, ni Joyce, ni Proust n'ont eu besoin de l'appui de l'État pour écrire ce qu'ils ont écrit, ni l'œuvre d'un Wajda, d'un Tadeusz Kantor ou d'un Grotowski n'a résulté des subventions culturelles du socialisme. Et ces six créateurs, bien qu'ils ne soient pas faciles et qu'ils exigent de leurs lecteurs ou spectateurs un effort intellectuel, ont trouvé un public qui pour les six est allé en s'élargissant, comme les cercles concentriques. Une société doit avoir l'art et la littérature qu'elle mérite : ceux qu'elle est capable de produire et ceux qu'elle est prête à payer. Et il est bon que les citoyens assument aussi dans ce domaine leurs propres responsabilités sans y renoncer devant les fonctionnaires, pour éclairés qu'ils soient.[..] Cela ne signigie évidemment pas que l'État n'ait aucune responsabilité culturelle. Il en a une, l'éducation.[..] Mais en matière d'éducation non plus l'État ne doit pas seul avoir voix au chapitre »
    • Les enjeux de la liberté
  • « Ni la liberté ni la concurrence ne fonctionnent comme les baguettes magiques des contes de fées. Il faut les faire fonctionner, sans baisser la garde et en faisant face résolument contre ceux qui les dénaturalisent ou les violentent. En restant avertis des entraves, menaces et conjurations qui toujours, et de la façon la plus subtile et variée, surgiront en leur sein. »
    • Les enjeux de la liberté

Liens externes


5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.

Kurt.jpg Accédez d'un seul coup d’œil à toute la série des articles de Wikibéral concernant les célébrités libérales, libertariennes et assimilées.