Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Richard Cantillon

De Wikiberal
Richard Cantillon
Économiste

Dates 16801734
couverture de l'édition originale de l'Essai sur la Nature du Commerce en Général
Tendance minarchiste
Origine Irlande Irlande
Articles internes Liste de tous les articles

Citation « une injection de monnaie dans l'économie exerce un effet progressif et différencié sur les prix au fur et à mesure que la monnaie se propage par les échanges à partir du point où elle a été injectée. »
inter lib.org sur Richard Cantillon

Richard Cantillon (16801734) financier et économiste d'origine irlandaise, a fait fortune en France grâce au système de John Law. Auteur influent de la physiocratie, il passe la plus grande partie de sa vie à Paris, où il exerça la profession de banquier. Il a laissé une œuvre théorique qui le place au rang des grands précurseurs de l'économie politique classique avec l'abbé de Condillac et William Petty. Il est l'un des auteurs les plus importants qui marquent la transition du mercantilisme vers l'économie classique.

Un libéral précurseur

Les écrits de Cantillon circulaient en secret : trop subversifs ! Cantillon jette aux orties tout préjugé moral et religieux pour mettre au jour une loi fondatrice, celle de la subjectivité de la valeur : les biens n'ont nulle valeur intrinsèque. C'est la seule demande qui fixe les prix.

A la manière des samizdats, son principal essai, Essai sur la nature du commerce en général (1755), circule sous le manteau, tant il est sulfureux. Il fonde l’individualisme méthodologique. L’État n’a pas d’existence en soi, il n’est qu’une collection d’individus. Il comprend, le premier, le vrai sens de la valeur : elle provient de l’évaluation subjective qu’en font les consommateurs. Le travail, plus généralement le coût de production, a un rôle, mais ce n’est pas celui de fixer le prix d’une marchandise. C’est celui d’indiquer si l’entrepreneur peut faire des profits ou s’il va encourir des pertes. Cantillon comprend d’ailleurs le premier quel rôle a l’entrepreneur : il équilibre les demandes et les offres dans le futur, si du moins il parvient à prévoir correctement l’avenir, et si on le laisse faire dans cette tâche.

Cantillon est un auteur génial. Il comprend que la croissance de la population est déterminée tout à la fois par les ressources naturelles, les facteurs culturels et le niveau technique. Ce qui signifie que les peuples adaptent leur croissance démographique à leurs ressources économiques. Ce qui est déterminant, c’est la manière dont les riches consomment. Les innovations pénètrent toujours par le haut.

Quelle est pour Cantillon l’origine du droit de propriété ? C’est, dès lors qu’on dépasse le stade nomade, le droit du conquérant de répartir son butin comme il l’entend, terres comprises, entre ses favoris. C’est un argument peu convaincant, mais il permet à Cantillon de pointer du doigt l’essentiel : la loi de la concentration du capital foncier. Dans tous les cas de figure, dit Cantillon, l’inégalité finira par prévaloir, car les propriétaires devront employer des fermiers et des laboureurs. Il faudra leur assurer la subsistance. Et pour le reste ? Le propriétaire le versera au prince ou à l’État, sous forme de revenu foncier.

L'effet Cantillon

Cantillon est le premier à s'intéresser à la progressivité de l'inflation. Il étudie la grande inflation du XVIe siècle due à l'introduction en Europe de l'or des conquêtes espagnoles d'Amérique du Sud (Essai sur la nature du commerce en général, 1755). Cantillon montre que l’inflation apparaît de manière progressive, en démarrant auprès des fournisseurs du roi d'Espagne qui voient leurs prix augmenter. L'inflation se déplace en cercles concentriques, à partir d'un petit noyau de personnes (les riches et les puissants) vers un groupe de plus en plus large d'individus qui en sont affectés. On appelle depuis "effet Cantillon" ce caractère progressif de transmission de l'inflation.

L’École autrichienne a généralisé ce principe pour expliquer la transmission de la création monétaire dans l'économie :

« La quantité de monnaie supplémentaire ne vient pas se mettre initialement dans les poches de tous les individus : ceux qui en bénéficient en premier ne reçoivent pas tous le même montant et tous les individus ne réagissent pas de la même façon face à la même quantité supplémentaire de monnaie. Les premiers à en bénéficier — les propriétaires de mines dans le cas de l'or, le Trésor dans le cas du papier-monnaie gouvernemental — disposent dès lors d'encaisses plus élevées et sont en position d'offrir davantage de monnaie sur le marché pour se procurer les biens et les services qu'ils désirent acheter. Le montant additionnel de monnaie qu'ils offrent sur le marché fait monter les prix et les salaires. Mais tous les prix et salaires n'augmentent pas, et ceux qui augmentent ne le font pas tous dans la même proportion. »
    — Ludwig von Mises, Monnaie, méthode et marché, La non-neutralité de la monnaie

Citations

  • « Les Hommes se multiplient comme des Souris dans une grange, s'ils ont le moyen de subsister sans limitation. »

Bibliographie

  • 1755, Essai sur la Nature du Commerce en Général,
    • Traduit en anglais par Henry Higgs, dir., en 1931, In: Essay on the Nature of Trade in General, London: Frank Cass and Company Ltd, Macmillan
    • Nouvelle impression en anglais en 2001, New Brunswick: Transaction Publishers
    • Traduction en espagnol en 1950, "Ensayo sobre la naturaleza del comercio en general", México: Fondo de Cultura Económica,
  • 1775, The Circulation and Exchange of Goods and Merchandise
    • Traduit en anglais par Henry Higgs, dir., en 1931, In: Essay on the Nature of Trade in General, London: Frank Cass and Company Ltd, Macmillan, ch 3

Littérature secondaire

  • 1891, Henry Higgs, "Richard Cantillon", Economic Journal, 1, June, pp262-291
  • 1892, Henry Higgs, "Cantillon’s Place in Economics", Quarterly Journal of Economics, 6, July, pp436-456
  • 1931, Henry Higgs, "Life and Work of Richard Cantillon", In: Henry Higgs, dir., "Essay on the Nature of Trade in General", London: Frank Cass and Company Ltd.
  • 1932, Henry Higgs, "A Note on Cantillon", Economic Journal, 42, June, pp329-331
  • 1933, Luigi Einaudi, “On a Forgotten Quotation about Cantillon’s Life", Economic Journal, Vol 43, Sept, pp534-537
  • 1944, Joseph Hone, "Richard Cantillon, Economist: Biographical Note", Economic Journal, Vol 54, April, pp96-100
  • 1954,
    • Joseph J. Spengler, "Richard Cantillon: First of the Moderns" — Part I, Journal of Political Economy, Vol 62, n°5, octobre, pp281-295
      • Repris en 1960, In: Joseph J. Spengler et William R. Allen, dir., Essays in Economic Thought: Aristotle to Marshall, Chicago: Rand McNally & Co., pp105-140
    • Joseph J. Spengler, "Richard Cantillon: First of the Moderns" — Part II, Journal of Political Economy, Vol 62, n°5, octobre, pp406-424
      • Repris en 1960, In: Joseph J. Spengler et William R. Allen, dir., Essays in Economic Thought: Aristotle to Marshall, Chicago: Rand McNally & Co., pp105-140
  • 1978, Hans Brems, Cantillon versus Marx: The Land Theory and the Labor Theory of Value, History of Political Economy; 10(4), Winter, pp669-78
  • 1980, Edwin G. West, "Richard Cantillon and Adam Smith: A Reappraisal", Carleton University Emrmnics Working Paper, n°8&12, Août
  • 1981,
    • Robert F. Hébert, Richard Cantillon’s Early Contributions to Spatial Economics, Economica, Vol. 48 No. 148 (février) pp71-77
    • Vincent J. Tarascio, Cantillon’s Theory of Population Size and Distribution, Atlantic Economic Journal, Vol. 9 No. 2 (juillet) pp12-18
  • 1983,
    • Michael D. Bordo, Some Aspects of the Monetary Economics of Richard Cantillon, Journal of Monetary Economics, Vol 12 No. 2 (August) pp235-258
    • Hans J. Brems, Richard Cantillon : resources and population, Economie Appliquée, n°2-3
  • 1990, Robert B. Ekelund et Robert F. Hébert, "Alternative Visions of the Entrepreneur: Cantillon, Say, Dupuit”, In: D. Mogridge, dir., "Perspective on the history of economic thought", vol 3, Edward Elgar, Aldershot, pp117-123
  • 1991, Mark Blaug, dir., "Richard Cantillon and Jacques Turgot", Brookfield, VT: Edward Elgar
  • 1992, Anthony Brewer, Richard Cantillon: Pioneer of Economic Theory, New York: Routledge
  • 2007,
    • Mark Thornton, "Richard Cantillon and the Discovery of Opportunity Cost", History of Political Economy, 39(1), pp97-119
    • Mark Thornton, "Cantillon, Hume, and the Rise of Antimercantilism", History of Political Economy, 39(3), pp453-480
    • Mark Thornton, "Was Richard Cantillon a Mercantilist?", Journal of the History of Economic Thought, Vol 29, n°4, pp417-435

Voir également

Liens externes

en français

en anglais

5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.