Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Vénézuela

De Wikiberal
(Redirigé depuis Venezuela)
Aller à la navigation Aller à la recherche

Le Venezuela ou Vénézuéla, en forme longue la République bolivarienne du Venezuela, en espagnol República Bolivariana de Venezuela, est une république fédérale d'Amérique du Sud, bordée par le Guyana à l'est, le Brésil au sud, la Colombie à l'ouest.

B0.jpg Discussions sur le forum
Venezuela : l'autre grande réussite du socialisme (for)

Le pays est parmi les derniers dans le classement de l'indice de liberté économique de la Heritage Foundation, avec un score très bas de 34,3 sur 100 en 2016, devant Cuba (29,6) et la Corée du Nord (1,3).

Personnalités libérales vénézuéliennes

  • Oscar García Mendoza, président du CEDICE Libertad
  • Rocío Guijarro, entrepreneure intellectuelle qui dirige le "Think tank" CEDICE Libertad

Instituts libéraux

  • CEDICE (Venezuela)

Publications

  • 1992, Carlos Ball M., "Venezuela: el triste caso de un gobierno rico y un país paupérrimo" ("Le Venezuela : le triste cas d'un gouvernement riche et d'un pays très pauvre"), In: Barry B. Levine, dir., "El Desafío Neoliberal, El Fin del Tercermundismo en América Latina" ("Le défi néolibéral, la fin du tiers-monde en Amérique latine"), Ed. Norma, Bogotá, pp283-306
  • 2018,
    • R. A. Acevedo, L. H. Cirocco, F. D'Andrea, "Multipoverty in Venezuela", MISES: Interdisciplinary Journal of Philosophy, Law and Economics, v. 6 (Special Issue)
    • Tomás Straka, "EL ANHELO DE LA MODERNIDAD, O VENEZUELA EN LA HISTORIA DEL CAPITALISMO", In: Fernando Spiritto, Tomás Straka, dir., "LA ECONOMÍA VENEZOLANA EN EL SIGLO XX. Perspectiva sectorial", Montalbán, Caracas: Instituto de Estudios Parlamentarios Fermín Toro, Universidad Católica Andrés Bello, pp17-48

Voir aussi

Citations

  • La tragédie vénézuélienne renvoie moins à la malédiction des matières premières qu’à une idéologie dévastatrice pour l’économie, les libertés et l’humanité, idéologie qui est partagée par les populismes d’extrême gauche en Amérique latine et en Europe. (Nicolas Baverez, L'Express, 16/08/2017)
  • Le problème au Venezuela n’est pas que le socialisme ait été mal mis en œuvre, mais que le socialisme a été mis en œuvre avec fidélité. (Donald Trump, discours à l'ONU du 19/09/2017)
  • Mais attendez. Un gouvernement ne peut pas faire faillite. Il peut toujours imprimer l'argent pour payer ses dettes. Il peut faire en sorte que la dette s'auto-détruise, non ? Oui, mais pour avoir un petit aperçu de ce que ça donne, rendez-vous au Venezuela. (Bill Bonner, 26/02/2018)

Liens externes


6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.


3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.
  1. Hugo J. Faria est maître de conférences en économie à l'Université de Miami (Herbert Business School) en Floride depuis 2014 et professeur d'économie et de finance à l'IESA au Venezuela. Il a obtenu un diplôme en économie de l'Universidad Catolica Andres Bello en 1973 (B.A. à Caracas au Venezuela), un Master en politique publique de l'Université de Chicago (2002) et un doctorat en finance (1989) de l'Université de Caroline du Sud. Il est directeur de collection et co-auteur de plusieurs livres sur l'économie vénézuélienne
    • 1998, "Para Rehacer a Venezuela"
    • 2006, "El Encarecimiento Injusto"
    • 2007, "Misión Riqueza"
    • 2009, avec Hugo Montesinos, "Does economic freedom cause prosperity? An IV approach", Public Choice, Vol 141, n°1, pp103-127
  2. Carlos Ball était un journaliste venezuelien. Il était le directeur de l'agence de presse AIPE et chercheur associé avec l'Institut Cato.
  3. Jesús Eduardo Rodriguez Armas (1940-2015) a exprimé son talent dans le monde des affaires comme sur le marché des idées libérales. Après avoir obtenu un diplôme d'ingénieur à l'Université catholique Andrés Bello, à Caracas, au Venezuela, il a poursuivi ses études à l'Université du Michigan et à l'Université de Stanford, en Californie. Peu de temps après son arrivée, il obtient un entretien avec Antony Fisher, le fondateur de l'organisation Atlas. Il lui a demandé des conseils pour démarrer un groupe de réflexion au Venezuela. Antony Fisher l'a alors présenté à des soutiens potentiels aux États-Unis. Quelques années plus tard, en 1984, il fut l'un des cofondateurs du CEDICE, un groupe de réflexion, qui mène encore actuellement au Venezuela, une bataille héroïque contre le totalitarisme. En 1987, il a participé, à la Jamaïque, au premier atelier organisé par l'Atlas foundation pour les alliés du marché libre en Amérique latine et dans les Caraïbes. Cet évènement a attiré plus de deux douzaines de dirigeants de sociétés libres qui ont ensuite aidé à créer des programmes de recherche sur l'éducation et les politiques publiques à travers le continent. Il s'est impliqué dans le leadership intellectuel en écrivant, en 1992, avec Carlos Sabino, "La sécurité sociale au Venezuela". Dans ce document, les auteurs ont analysé les défaillances du système de retraite de l'État vénézuélien ainsi que celles du « programme de subventions nutritionnelles ». Le livre a reçu le prix Anthony Fisher de la fondation Atlas pour récompenser ses recommandations judicieuses de réformer leurs systèmes de sécurité sociale d'une manière qui soit compatible avec l'individualisme, la liberté et la croissance économique. il était convaincu qu'une population bien préparée, consciente de ses droits et devoirs, était essentielle pour parvenir à une société de citoyens libres et responsables. Son souhait était de diffuser les idées de liberté au plus près des populations les moins éduquées.