Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral en vous créant un compte avec une adresse email valide. N'hésitez pas!

Main invisible

De Wikiberal

La main invisible est une expression due à l'économiste écossais Adam Smith, employée dans son ouvrage le plus connu, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations.

Sommaire

Explications de la formule

Il n'y a rien de magique dans cette expression : elle signifie qu'en œuvrant pour son propre intérêt, l'individu œuvre aussi pour celui de la société. Le boulanger ne cuit pas son pain par bonté d'âme pour ses clients, mais en vue d'un profit personnel - ce faisant, il permet à ses clients de se nourrir. La recherche de l'intérêt individuel est le plus sûr moyen d'accroître la richesse des nations.

Philippe Simonnot, dans son ouvrage 39 leçons d'économie contemporaine, souligne que Smith n'emploie l'expression « main invisible », appelée à devenir célèbre, qu'une seule fois dans La Richesse des nations, « au détour d'une phrase, presque par inadvertance » :

«Ce n'est que dans la vue d'un profit qu'un homme emploie son capital. Il tâchera toujours d'employer son capital dans le genre d'activité dont le produit lui permettra d'espérer gagner le plus d'argent. (...) A la vérité, son intention en général n'est pas en cela de servir l'intérêt public, et il ne sait même pas jusqu'à quel point il peut être utile à la société. En préférant le succès de l'industrie nationale à celui de l'industrie étrangère, il ne pense qu'à se donner personnellement une plus grande sûreté ; et en dirigeant cette industrie de manière que son produit ait le plus de valeur possible, il ne pense qu'à son propre gain ; en cela, il est conduit par une main invisible, à remplir une fin qui n'entre nullement dans ses intentions ; et ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus mal pour la société, que cette fin n'entre pour rien dans ses intentions. Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d'une manière bien plus efficace pour l'intérêt de la société, que s'il avait réellement pour but d'y travailler. »
    — Adam Smith, La Richesse des Nations

Philippe Simonnot souligne l'aspect révolutionnaire pour l'époque de cette formule : la métaphore de la main invisible, opposée à la « main trop visible » des princes et des gouvernants, signifie que la société est tout à fait capable de se conduire toute seule au bien commun.

Déjà Bernard Mandeville exprimait une idée semblable dans sa Fable des abeilles (publiée en 1705) : la ruche n'est prospère que tant que les abeilles restent animées par l'amour des biens matériels, plutôt que par la vertu ou la considération d'un prétendu intérêt général. Friedrich Hayek reprendra l'idée de main invisible sous la forme de l'ordre spontané. Frédéric Bastiat parlait d'Harmonies économiques : « tous les intérêts légitimes sont harmoniques ». Tomáš Sedláček‎ rappelle que cette idée remonte à l'Antiquité et cite Aristophane :

«Selon une légende des temps anciens / Nos sottes douleurs et notre vain amour-propre / Sont récupérés au service du bien public. »
    — Aristophane, L’Assemblée des femmes, 392 av. J.-C.

La métaphore de la main invisible[1] exprime simplement le fait évident selon lequel, grâce à la division du travail, chacun dépend du travail des autres, et que le bien général qui en découle n'est pas l'objet conscient mais plutôt le résultat « automatique » des volontés particulières[2]. Il n'y a pas besoin, comme le voudraient les étatistes et les interventionnistes, de restreindre les libertés par une planification autoritaire ou par des ordres venus d'en-haut.

Annexes

Notes et références

  1. Cette métaphore a donné lieu à la création d'autres métaphores qui lui sont liées et contradictoires, celle de la main visible par Alfred Chandler, celle de la "poignée de main invisible" par l'économiste Arthur Okun, et celle du pied invisible par Stephen Magee pour exprimer l'idée que les individus ont souvent recours à la politique et aux lois pour obtenir ce qu'ils veulent. L'action de la recherche de rentes par les groupes de pression auprès de l'Etat est une action de pied invisible.
  2. :« On peut et il faut réellement dire que le système de l’économie marche « tout seul ». Il en est ainsi parce que les agents adaptent leurs actes les uns aux autres, d’un bout à l’autre de l’océan de la grande société, et non pas aux décisions d’un agent planificateur central qui coordonnerait leurs actions. La coordination n’est pas réalisée centralement et par instructions hiérarchiques. Elle ne l’est pas non plus par le « conte de fées » d’une quelconque « harmonie préétablie », tant raillée par Marx et les marxistes. Elle l’est par les libres actions et décisions des agents, dès lors que ces actions sont guidées par le double système de communication du droit et des prix. Le système marche donc bien « tout seul ». Les pièces de l’échiquier se meuvent sans l’action visible d’une main visible, mais par la main invisible d’une information qui, bien que codée, suffit pour que l’acteur sache ce qu’il doit faire et ne pas faire s’il veut rester coordonné avec les autres agents. » (Philippe Nemo)

Bibliographie

  • 1966, O. Davis, A. Whinston, "On externalities, information and the government-assisted invisible hand", Economica, 33, August, pp303–318
  • 1971, Alec Macfie, ‘‘The Invisible Hand of Jupiter.’’ J. Hist. Ideas 32 (October–December): 595–99
  • 1978, E. Ulmann-Margalit, Invisible Hand Explanations, Synthèse, vol 39, pp263-291
  • 1979, Joseph Cropsey, ‘‘The Invisible Hand: Moral and Political Considerations.’’, In: Adam Smith and Modern Political Economy: Bicentennial Essays on the Wealth of Nations, Gerald O'Driscoll, Jr. Dir., Ames: Iowa State Univ. Press
  • 1982, H. Leibenstein, « The prisonner’s dilemna in the invisible hand : an analysis of intra-firm productivity », The American Economic Review, n°2, pp92-97
  • 1987, Bruna Ingrao et Giorgio Israel, La Mano Invisibile, Roma : G. Laterza & Figli
    • Traduction en anglais en 1990 par Ian McGilvray, The Invisible Hand. Economic equilibrium in the history of science, Cambridge : MIT Press
  • 1989,
    • John Eatwell, Murray Milgate et Peter Newman, Dir., The Invisible Hand: The New Palgrave. London: Macmillan
    • Joseph Persky, ‘‘Adam Smith’s Invisible Hands.’’ J. Econ. Perspectives 3 (Fall): 195–201
  • 1993,
    • Jerry Evensky, ‘‘Ethics and the Invisible Hand’’, Journal Economic Perspectives, Vol 7, n°2, Spring, pp197–205
    • Nils Karlson, "The State of State: Invisible Hands in Politics and Civil Society",
      • Nouvelle édition en 2002, New Brunswick, N.J.: Transaction
  • 1994,
    • Leda Cosmides et John Tooby, ‘‘Better than Rational: Evolutionary Psychology and the Invisible Hand.’’ A.E.R. Papers and Proc. 84, May, pp327–332
    • Roger Koppl, “Invisible-Hand Explanations”, In: Peter Boettke, dir., The Elgar Companion to Austrian Economics, Cheltenham, UK: Edward Elgar
  • 1997,
    • a. David L. Hull, What’s Wrong with Invisible-Hand Explanations?, Philosophy of Science, Vol 64, December Supplement, Part II), ppS117-S126
    • b. Timothy Fry et Andrei Schleifer, “The Invisible Hand and the Grabbing Hand”, American Economic Review, 87(2), pp354-358

Liens

Liens internes

Liens externes


1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.
Outils personnels