Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Bertrand Lemennicier

De Wikiberal
Bertrand Lemennicier
économiste, juriste

Dates né en 1943
Bertrand lemennicier mai 2006.jpg
Tendance anarcho-capitaliste
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles

Citation
inter lib.org sur Bertrand Lemennicier

Bertrand Lemennicier est un économiste français né le 15 octobre 1943. Docteur d’État en Sciences Economiques et Professeur agrégé des facultés de Droit et Sciences Economiques, il enseigne l'économie à l'Université Paris II Panthéon-Assas. Il est membre du Conseil Scientifique de cette Université. Libéral et scientifique, il fait partie du bureau éditorial du Journal of Libertarian Studies.

Chargé de Recherches au CREDOC pendant de nombreuses années, il s'est occupé ensuite de la branche européenne de l'Institute of Humane Studies, institution dont l'objet est de former les élites de demain à la pensée libérale. Il organisait à ce titre des séminaires d'une semaine dans différents pays d'Europe de l'Ouest et de l'Est. Après avoir dirigé le Laboratoire d’Economie Publique de l’Université de Paris II, il dirige actuellement l’Institut de recherches sur la gouvernance et l'économie des institutions (IRGEI) de Paris II.

Il appartient à une école d'économistes - illustrée entre autres par l'un des prix Nobel comme Gary Becker, Ronald Coase, James McGill Buchanan ou Friedrich Hayek - qui s'efforce d'appliquer les outils de l'analyse économique à des comportements ou des relations qui n'apparaissent pas a priori de nature économique comme le mariage, le crime, le droit, la politique etc. Auteurs de nombreuses publications dans des revues scientifiques, il a aussi publié plusieurs livres dont quatre très remarqués : Le Marché du mariage et de la famille (1988 Editions P.U.F), Cinq questions sur les syndicats (ce dernier en collaboration avec Jacques Garello et Henri Lepage, 1990 Editions P.U.F), L'Économie du Droit (1991 Editions Cujas), et La Morale face à l'économie (Editions d'Organisation, 2006). Dans ce dernier ouvrage il aborde différents débats de société pour montrer que l'économie, loin d'être immorale ou amorale, traite effectivement des questions morales, parce qu’elle traite des actions humaines. Il est aussi l’auteur d’un manuel de Microéconomie sous forme d’un CDROM : - Microéconomie : Théorie et Applications CDROM, 2003-2005 édité par bwm-mediasoft, Luxemburg.

Il est membre de la célèbre Mont Pèlerin Society (MPS), de l’ISIL (International Society for Individual Liberty: Libertarian Activism Worldwide) et de the Property and Freedom Society.

Œuvres

  • 1980, La Spécialisation des Rôles Conjugaux, les Gains du Mariage et la Perspective du Divorce (Specialization of Conjugal Role, Marital Gains, and Perspective of Divorce), consommation
  • 1981, avec Levy-Garboua, L’Arbitrage Autarcie-marché: une Explication du Travail Féminin (Arbitration Autarchy-Market: An Explanation of Female Work), consommation
  • 1982, Les Déterminants de la Mobilité Matrimoniale (The Determinants of Matrimonial Mobility), consommation
  • 1987,
    • a. Indemnités de Licenciement: Assurances tous Risques, Réparation d’un Préjudice ou Impact sur la Liberté de Contracter (Damages of Licensing: All Risk Insurance, Retrieving a Loss or Taxation on the Freedom of Contract), Revue de la Recherche Juridique Droit Perspectif
    • b. Privatisons les rues : le mythe des " biens publics ", In: Henri Lepage et Serge Schweitzer, dir., De l'ancienne économie à la nouvelle économie, Librairie de l'Université, Aix-en-Provence, pp145-158
  • 1988, Le marché du mariage et de la famille, Collection Libre Echange, Paris PUF
  • 1991,
    • a."Le corps humain: propriété de l'Etat ou propriéé de soi ?" DROITS, revue française de théorie juridique.
    • b.Economie du droit, paris : Cujas
  • 1992, Prohibition de la drogue, Journal des Économistes et des Études Humaines, Vol 3, pp493-522
  • 1994, Tabac, histoire d'une imposture (avec B. Deveaud), Grancher, Paris
  • 1995, "L'Economie de la justice : du monopole d'Etat à la concurrence privée ? in JUSTICES
  • 1996, La Privatisation des rues, Journal Des Economistes Et Des Etudes Humaines, Vol. VII, n°2/3, June-September, pp363-376
  • 1997, L'OMS : bateau ivre de la santé publique(avec B. Deveaud), L'Harmattan, Paris
  • 1999, "Marriage Contracts and the Law-and-Economics of Marriage: an Austrian Perspective" in JOURNAL OF SOCIO ECONOMICS (in collaboration with Shoshana Grossbard-Shechtman )
  • 2001, Collective Belief Formation and the Politically Correct Concerning Information on Risk Behaviour, Journal des économistes et des études huamines, Vol 11, n°4, décembre
  • 2003,
    • a. Microéconomie : théorie et applications, CDROM, bwm-mediasoft, Luxembourg,
    • b. Nuclear Weapons: Proliferation or Monopoly?, In: Hans-Hermann Hoppe, dir., The Myth of National Defense: Essays on the Theory and History of Security Production, Auburn, AL: Mises Institute, pp127-144, [lire en ligne]
  • 2005, La Morale face à l'économie, Editions d'Organisation, Paris
  • 2005, “La privatisation des armées et l’argument des biens collectifs” dans INSECURITES PUBLIQUES ? SECURITE PRIVEE? ESSAI SUR LES NOUVEAUX MERCENAIRES, sous la direction de J.J.Roche, Paris , Economica
  • 2005, L’origine sociologique des parlementaires français, en coll. avec Pierre Edouard Ducray. Contribuables Associés
  • 2005, "Political Polarization of the French and the rejection of the European Constitution" EUROPEAN JOURNAL OF POLITICAL ECONOMY, (December)
  • 2006, "Fallacies in the Theories of the Emergence of the State" JOURNAL OF LIBERTARIAN STUDIES (Fall)
  • 2007, Qui est réellement corrompu : l’électeur ou l’homme politique ?, en coll. Avec Mariya Georgieva Contribuables Associés
  • 2007, « La notion de guerre juste » dans L’HOMME LIBRE, Les Belles Lettres, sous la direction de Mathieu Laine et Guido Hulsman
  • 2008,"When does the Candidate Supported by the Median Voter Win: French Presidential Elections, 1965-2007" (in cooperation with B. Grofman and H. Lescieux-Katir), in FRENCH POLITICS
  • 2009,"Testing the Accuracy of the Downs Spatial Model Voter Model on Forecasting the Winners of the French Parliamentary Election on May-June 2007" (in cooperation with H.Lescieux -Katir) INTERNATIONAL JOURNAL OF FORECASTING
  • 2010,"The existence of a “value” to “non existence” The case of wrongful birth in Tort Law Action” Comments on the paper of Valérie Harrant and Nicolas Vaillant: “compensation and Wrongful Life: a positive Economic Perspective” JOURNAL OF LEGAL ECONOMICS
  • 2010,"The 2007 French Presidential Election" (in cooperation with H.Lescieux Katir and B.Grofman) in CANADIAN JOURNAL OF POLITICAL SCIENCE
  • 2010," "Du mercenariat entrepreneurial au mercenariat en holding" chapitre 4, dans DES GARDES SUISSES A BLACKWATER, Etudes de l'IRSEM sous la direction de J.J.Roche, Paris mai volume 1 N°2

Citations

  • « La question de la privatisation de la protection militaire peut se faire en réalité au sein de la copropriété. Chaque copropriétaire est tenu de payer les charges afférentes à l'entretien et à la protection des parties communes comme des propriétés elles-mêmes ; même le locataire et le nomade, via des droits de passage, paieront la protection militaire et donc son financement. La protection militaire peut elle-même être offerte par des compagnies d'assurance ou de grandes entreprises spécialisées déjà dans la fourniture de services territoriaux. »
  • « Il est toujours tentant pour n'importe quel groupe de pression d'user de la contrainte publique pour imposer aux autres ses propres goûts ou ses propres intérêts privés. Mais l'usage de la violence politique par un groupe de pression pour promouvoir sa propre morale montre on ne peut plus clairement que la morale qu'on cherche à imposer n'est pas aussi bonne qu'on le dit puisqu'il faut user de la violence pour que les gens l'adoptent. On ne conçoit pas qu'une morale puisse s'imposer par une procédure majoritaire. »
  • « Le but d'un homme d'État n'est pas de supprimer les sources de son pouvoir, mais bien au contraire de les augmenter et de les concentrer dans les mains de quelques-uns. »
  • « Comme on interdit à un employeur d'embaucher un enfant de moins de 16 ans, les élèves n'ont d'autre solution que de fuir l'école ou, s'ils sont contraints d'y aller par la force, de résister par la violence à un système scolaire qui les agresse. S'ils n'ont pas envie d'aller à l'école et que les employeurs légaux n'aient pas le droit de les embaucher, ils se tournent vers le marché noir et la délinquance. Que l'on supprime la scolarité obligatoire, que l'on autorise le travail des enfants en deçà de 16 ans, et ces maux disparaîtront comme par enchantement. […] Nous avons le problème classique d'un législateur qui se substitue aux individus et aux familles en croyant savoir mieux qu'eux-mêmes ce qui est bon pour eux. Ils sont alors surpris de voir la réaction de ces jeunes. Quand on utilise la violence pour forcer quelqu'un à faire quelque chose qu'il n'a pas envie de faire, il ne faut pas s'étonner des conséquences que cela engendre. »
  • « Le contrat social n'existe pas parce qu'il n'y a pas de droit de sécession individuel, ni territorial […]. La notion de consentement veut dire que l'on peut vendre ses droits de vote, que l'on peut créer un État, que l'on peut objecter, que l'on peut choisir un statut de métèque ou le droit d'ignorer l'État. En absence de ces règles assurant le consentement, il n'existe ni consentement ni contrat social. »
  • « Le chômage contemporain est un chômage de file d'attente résultat d'une intervention ou d'un ensemble d'interventions publiques antérieures cherchant à protéger un secteur de la compétition sur le marché du travail. Ce secteur protégé engendre un effet pervers : un chômage qui entraîne la montée de l'exclusion et de la pauvreté. Pour corriger cet effet pervers, des règlementations spécifiques destinées à réduire la pauvreté sont prises. Ces règlementations spécifiques non seulement sont souvent inefficaces mais dans certains cas, contribuent à accentuer le phénomène combattu. À nouveau pour corriger cet effet pervers non anticipé, de nouvelles mesures d'aides et de règlementations sont introduites qui elles mêmes engendrent des effets pervers ainsi de suite. »
  • « Paradoxalement, la baisse des adhésions syndicales peut également s'interpréter comme une rançon du succès des syndicats sur le "marché politique". Dans la mesure où aujourd'hui la législation contraignante de l'État se substitue de plus en plus à la protection du syndicat, il est inévitable que moins de gens se sentent motivés pour mettre leur écot et leur temps à la disposition des centrales ouvrières. Pourquoi payer des cotisations, ou sacrifier du temps à l'activité syndicale si la plupart des objectifs qui guidaient l'action des syndicats sont désormais inscrits dans la loi ? »
  • « Les anarchistes de « gauche » sont pris dans un paradoxe, car ils désirent lutter simultanément contre le capitalisme (ce qu'ils font habituellement) et contre l’État. Mais dans un monde sans État, ils ne peuvent empêcher le développement des droits de propriété privés ni la liberté contractuelle de fonder l’ordre social. »
  • « Ce qui gouverne une nation (en démocratie), c'est la distribution des votes. Il y a un fort consensus autour de l'électeur médian. C'est une loi d'airain, pour l'homme politique, de saisir le vote de l'électeur médian. C'est l'électeur médian qui impose la redistribution. Pour cette classe moyenne, il faut qu'il y ait davantage de subventions que de taxation. Le seul moyen pour l’État d'y parvenir est de faire du déficit, financé par la dette publique. »

Liens externes


5179-pittux-Stylo.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail des grands auteurs et penseurs du libéralisme.