Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Scolastique

De Wikiberal

La Scolastique (du latin schola, du grec skholè, tenir école ou faire des cours) désigne une pratique académique ou mode de formation et d'enseignement remontant à l'époque médiévale. Initialement désignant l'occupation studieuse pendant les temps libres, moment de suspension temporelle, la scolastique devient ensuite un certain type de travail, un temps d'études consacré au savoir.

Entre les environ 1100 et 1500, la scolastique est devenue un modèle intellectuel et institutionnel. Particulièrement active dans les universités, elle s'appuie sur la transmission des connaissances de la philosophie antique (Aristote, Platon) et la théologie chrétienne médiévale (Boèce, Saint Augustin, la Bible). La Scolastique est avant tout un outil et une méthode d'enseignement qui met l'accent sur le raisonnement dialectique.

Dans la période entre environ 1250 et 1350, la Scolastique s'est intéressée, au-delà de la théologie, à la philosophie de la nature, la psychologie, l'épistémologie et la philosophie de la science. Cependant tous les Scolastiques étaient liés par la doctrine de l'Église et certaines questions de foi ne pouvaient être discutées sous peine de procès en hérésie. Dans la période finale et tardive (1400-1500), la Scolastique perd de son influence, considérée comme une méthode rigide, formaliste et dépassée.

En Espagne, les Scolastiques de l'école de Salamanque ont apporté d'importantes contributions à la théorie économique, qui devaient influencer plus tard l'École autrichienne aux XIXe siècle et XXe siècle. Murray Rothbard leur accorda le titre de proto-autrichien. Carl Menger eut le mérite de redécouvrir cette école de pensée originale. Jesus Huerta de Soto retrace[1] l'influence des scolastiques espagnols à Charles V, qui fut le roi d'Espagne et qui a envoyé son frère, Ferdinand Ier, pour devenir le roi d'Autriche.

La scolastique

D'un point de vue historique, l'époque scolastique s'étend tout au long de la période du Moyen Âge classique, avec la naissance des universités médiévales, mais aussi grâce à l'enseignement diffusé dans les écoles monastiques. D'un point de vue philosophique c'est aussi une période prolifère, de conflits dogmatiques, de confrontation constructive entre la foi et la raison. La schola est tout d'abord une discipline, une dialectique ou logique, une conception rigoureuse de la philosophie, une recherche. La scolastique en tant que méthode visait à rendre plus intelligibles les enseignements théologiques, grâce aux lectures commentées (lectio), le raisonnement argumenté (quaestio), la question disputée (disputatio) discussion autour d'une problématique soulevée, questions quodlibétales, discussion sur un sujet non préparé et un résumé (sommes).

Le scolasticus est l'équivalent de l'homme versé dans les lettres, un maître d'école, un savant, un scolasticissimus. En effet, à l'époque du Moyen-Âge, on désignait par « arts libéraux » les disciplines fondamentales, le trivium formant la base de l'enseignement, la grammaire, la dialectique et la rhétorique, mais aussi le quadrivium, l'arithmétique, la géométrie, la musique et l'astronomie, formant le sommet du savoir.

Principaux scolastiques

1ère génération des scolastiques :

2ème génération des scolastiques :

3ème génération :

4ème génération :

Notes et références

  1. Jesus Huerta de Soto, 1999, "Juan de Mariana: the influence of Spanish scholastics", In: Randall Holcombe, dir., "15 Great Austrian Economists", Alabama: Ludwig von Mises Institute, Auburn University, pp1–12
  2. Juan de Mariana a écrit sur la subjectivité de la valeur, sur l'inflation et sur l'impossibilité d'organiser une société par des ordres coercitifs en raison du manque d'information

Bibliographie

  • 1933, Manuel Rocha, Travail et Salaire à travers la Scolastique, Paris, Desclée de Brouwer
  • 1939, T. P. Mac Laughlin, The Teaching of the Canonists on Usury (XIIth, XIIIth and XIVth centuries), Mædieval Studies, Part 1, I,
  • 1940, T. P. Mac Laughlin, The Teaching of the Canonists on Usury (XIIth, XIIIth and XIVth centuries), Mædieval Studies, Part 2, II,
  • 1950, A. Bernard, La Formation de la Doctrine Ecclésiastique sur l'Usure, In: A. Vacant, E. Mangenot et E. Amann, dir., Dictionnaire de Théologie Catholique, tome XV(2), Paris, Letouzey et Ané
  • 1955, Raymond De Roover, Scholastic economics. Survival and lasting influence from the Sixteenth Century to Adam Smith, Quarterly Journal of Economics, LXIX, Mai, pp161-190
  • 1957,
    • John T. Noonan Jr, The Scholastic Analysis of Usury, Cambridge (Mass.), Harvard University Press
    • Raymond de Roover, “Joseph A. Schumpeter and Scholastic Economics”, Kyklos, 2
  • 1958, Raymond De Roover, The Concept of the Just Price : Theory and Economic Policy, Journal of Economic History, 18(4), déc.
  • 1959, John W. Baldwin, The Medieval Theories of the Just Price, Transactions of the American Philosophical Society, 49(4), juillet
  • 1965, Samuel Hollander, On the Interpretation of the Just Price, Kyklos, 18
  • 1967,
    • Jean Ibanès, La Doctrine de l'Eglise et les Réalités Economiques au XIIIème siècle, Paris, Presses Universitaires de France
    • Raymond De Roover, The Scholastics, Usury and Foreign Exchange, Business History Review, 41
    • George O'Brien, An Essay on Mediaeval Economic Teaching, New York, Augustus M. Kelley
  • 1971,
    • Raymond De Roover, La Pensée Economique des Scolastiques, Montréal/Paris, Vrin
    • Jacques Mélitz, Some Further Reassessment of the Scholastic Doctrine of Usury, Kyklos, 24
  • 1976, Raymond De Roover, Business, Banking and Economic Thought in Late Medieval and Early Modern Europe, Chicago, University of Chicago Press
  • 1982, Odd Langholm, Economic Freedom in Scholastic Thought, History of Political Economy, 14(2), été
  • 1986, Alejandro Chafuen, Christians for Freedom: Late Scholastics Economics, Ignatius Press, San Francisco
  • 1988, Marie-France Renoux-Zagamé, Les Origines Théologiques du Droit de Propriété, Genève, Librairie Droz
  • 1990, Justo L. Gonzalez, Faith and Wealth - A History of Early Christian Ideas on the Origin, Significance, and Use of Money, San Francisco, Harper and Row
  • 1991,
    • André Lapidus, Information and Risk in the Medieval Doctrine of Usury During the Thirteenth Century, In: W. Barber, dir., Perspectives on the History of Economic Thought (vol 5), Londres, Edward Elgar Publ.
    • André Lapidus, Le Cœur et les Mains : le Rôle de l'Information dans la Doctrine Médiévale de l'Usure, Œconomia (Économies et Sociétés - série PE), mai
  • 1992,
    • Odd Langholm, Economics in the Medieval Schools, Leiden/New York/Cologne, E.J. Brill
    • André Lapidus, The Limits and Extent of the Retrospective Approach in the History of Economic Thought : the Case of the Middle-Ages, in S. Todd Lowry, dir., Perspectives on the History of Economic Thought (vol.8), Londres, Edward Elgar Publ.
  • 1993, André Lapidus, Introduction à la Pensée Economique Médiévale, In: Nouvelle Histoire de la Pensée Economique, Paris, La Découverte
  • 1994, Philippe Adair, Doctrine de l'Usure et Analyse du Prêt à Intérêt - une Rétrospective des Faits et des Arguments, Cahiers Monnaie et Financement, 22
  • 1997,
    • Albino Barrera, Exchange Value Determination : Scholastiv Just Price, Economic Theory, and Modern Catholic Social Thought, History of Political Economy, 29(1)
    • Annabelle S. Brett, "Liberty, Right and Nature: Individual Rights in Later Scholastic Thought", Cambridge: Cambridge University Press
  • 2002, Alexander Gallardo, Spanish Economics in the Sixteenth Century. Theory, Policy and Practice, iUniverse
  • 2003, Alejandro A. Chafuen, Faith and Liberty: The Economic Thought of the Late Scholastics, Lexington Books, ISBN 0739105418
  • 2007, Wim Decock, Leonardus Lessius on Buying and Selling (1605). Translation and Introduction, Journal of Markets & Morality, 10 (2), 433-516
  • 2008, Wim Decock, L'usure face au marché: Lessius (1554-1623) et l'escompte des lettres obligataires. In: Girollet A. (Eds.), Le droit, les affaires et l’argent. Célébration du bicentenaire du code de commerce (pp. 221-238). Dijon: Université de Bourgogne
  • 2009, Wim Decock, Lessius and the Breakdown of the Scholastic Paradigm, Journal of the History of Economic Thought, 31 (3), 57-78
  • 2014, Nicolas Weill-Parot, Innovation et science scolastique de la nature, Cahiers de recherches médiévales et humanistes, , 27 | 2014, 59-71
  • 2016, Irina Chaplygina and André Lapidus, Economic Thought in Scholasticism, in G. Faccarello et H. Kurz (eds), Handbook on the History of Economic Analysis, Cheltenham (UK) / Northampton (USA): Routledge, 2016, vol. 2, pp. 20-42.

Liens externes

Citations


6784-Tatice-Chronometre.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur l'histoire du libéralisme et de la liberté.

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.

P religion.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de spiritualité et religion.