Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Herméneutique

De Wikiberal

Une herméneutique est une méthode d'interprétation des textes. On parle d'herméneutique pour l'interprétation des textes en général, anciens en particulier, voire de toute œuvre, l'art contemporain par exemple, que l'herméneutique est parfois appelée à recouvrir. L'herméneutique trouve des applications dans la critique littéraire ou historique, dans le droit, dans la sociologie, en musique, en informatique, en théologie (domaine d'origine), ou même dans le cadre de la psychanalyse. Don Lavoie écrit qu'il s'agit d'une philosophie qui considère la lecture d'un texte comme paradigmatique de toutes les formes d'interprétation, partout que ce soit dans les arts (une peinture, pas exemple ou une partition de musique), dans les sciences ou que ce soit dans la vie quotidienne (un prix, par exemple)[1].

Un conflit épistémologique interne austro-autrichien qui tend à s'effacer

En sciences sociales, parmi les figures notables de la phénoménologie[2] et de l'herméneutique, Alfred Schutz et Hans-Georg Gadamer furent les apports philosophiques pour une nouvelle génération d'économistes autrichiens. Le premier, à la différence du deuxième, est historiquement plus proche de l'école autrichienne puisqu'il a participé aux séminaires organisés par Ludwig von Mises à Vienne et qu'il a contribué, par ses écrits, au développement de l'épistémologie en sciences sociales.

A la fin des années 1980 et au début des années 1990, un débat interne dans l'école autrichienne s'est engagé, sur l'initiative de Ludwig Lachmann et de Don Lavoie, sur la pertinence d'utiliser l'herméneutique en économie. Les « autrichiens herméneuticiens » (Richard Ebeling, Tom Palmer), comme ils se dénomment, ont proposé un 'retournement d'interprétation' (interpretive turn). Cependant, un mouvement de résistance est venu du côté du Ludwig von Mises Institute avec comme francs-tireurs : David Gordon, Hans-Hermann Hoppe et Murray Rothbard.

L’activité humaine est un « texte », c'est à dire une collection de symboles porteurs de significations que les acteurs et l’analyste interprètent pour leur conférer un sens, c'est à dire une signification. L'hermeneuticien, adossé à une épistémologie réaliste, va à la rencontre du réel. Il cherche à comprendre ce qu'il y a de réel derrière le texte ou les témoignages en les replaçant dans leur contexte. Autour du texte, il existe une structure dans laquelle les individus ont pris place dans l'action.

Les mauvaises applications de l'herméneutique

L’approche phénoménologique présente plusieurs particularités déficientes lorsqu'elle est appliquée dans un cadre strictement analytique. Le principal défaut adressé à l'herméneutique, se situe au niveau de la multiplicité des interprétations possibles d'un phénomène. Certains hermeneuticiens considèrent, tout comme leurs critiques, que tout dépend de la situation dans laquelle l'observateur se situe. Et, qu'il ne peut y avoir une unicité "objective" de l'interprétation d'un phénomène. La difficulté de l'herméneutique est de se retrouver écartelée entre la recherche d’une compréhension pratique du sens d’un texte et la recherche de lois universelles. Tantôt le souhait d'atteindre l'une peut l'emporter sur l'autre au dépend du renforcement des deux. Mais, bien souvent, il s'agit d'un parti pris du chercheur herméneuticien qui refuse la recherche de lois universelles par crainte de ne pas saisir la réalité et l'unicité d'un phénomène à étudier. Le chercheur en vient même à nier l'existence de théorie ou de son existence pour l'aider dans son travail.

Une autre point, qui mène à une confusion interprétative, réside dans la diversité, dans l'hétérogénéité et dans la hiérarchie de "l'essence" d'un phénomène. L'interprétation ne transcende pas nécessairement tous les phénomènes, ce qui contraint l'herméneutique à reposer sur des ideal-types classificateurs et hiérarchisés ontologiquement. Autre soucis pour l'herméneuticien lorsqu'il ne travaille pas en mode de communication stimulatrice directement avec des acteurs sociaux et économiques. Lorsqu'il doit œuvrer sur des transcriptions d’interviews ou des données agrégées et condensées, il doit avoir l'obligation de réserve de précaution, de suspicion de vérité et de discernement de limites humaines d’honnête. Dans ce cas, une grilles de lecture normative avec un recours à une codification pré-établie risque d'aboutir à des conclusions désastreuses ou illogiquement comiques[3] Ceci implique que l'herméneuticien se dote d'une boite à outils avec des multiples instances (des lectures de documents divers, multiples et variés). En cas de doute, l'entretien (ou débat) contradictoire permet de capturer épistémiquement la substance profonde (l’essence) d’un phénomène et de saisir une interview dans un flux continu d'analyses appréciatives. La pondération de l'importance des documents entre en jeu aussi pour ne pas biaiser la vue globale. Si la sagacité et la perspicacité de l'enquêteur, bien entraîné et stimulé par la recherche de signes (de traces, d'indices) lui permettant de découvrir une aiguille dans la botte de foin, cela ne doit pas surestimer l'importance du nombre de bottes de paille avec une aiguille enfouie ou de la relativité infinitésimale du phénomène "aiguille dans une botte de foin" avec l'ontologie de la botte de foin, qui par définition, ne comprend pas de corps étranger. Le fait de trouver une aiguille dans une botte de foin n'enlève pas la qualité conceptuelle de la botte de foin d'appartenir à la catégorie conceptuelle (sémantique) de la botte de foin. L'herméneuticien doit "traquer" ce qui est constant dans la vie d’une personne en dépit d’apparentes variations.

Pour une méthodologie herméneutique basée sur une épistémologie réaliste

Les autrichiens herméneuticiens recherchent une base philosophique qui donne aux économistes un programme de recherche orienté vers la compréhension des actions des individus. Virgil Storr soutient les efforts de l'école autrichienne appliquée pour mener de plus amples analyses herméneutiques en se reposant plus encore sur les témoignages oraux (histoire) et l'ethnographie. Face à un texte (écrit ou oral), le chercheur dispose de différents outils d'interprétation dont la réflexion et l’introspection. La réflexion permet de décrire les faits qui restituent un « vécu » brut d’une expérience; l’introspection active les éléments cérébraux de la rationalisation conceptuelle pré-établie. La difficulté repose sur l'interprétation la moins subjective possible. En mode d'entretien, la description qu'un individu fait de son expérience lui donne la conscience de sa capacité à se comprendre lui-même. La légère différence entre la réflexion et l'introspection, c'est que la réflexion agit comme l'effet d'un miroir par des reflets infinis d'une image. L'individu affine sa focalisation, comme par un processus de mise au point photographique, et il perçoit progressivement une image plus précise et compréhensible du sens de ce qui est dit ou de ce qui est écrit. A la compréhension progressive, l'introspection saisit le sens des objets de façon quasi instantanée et de façon évidente. Par exemple, je sais que les individus agissent car je suis moi-même, un être humain capable d'action.

Dans le cadre de l'entretien (de recrutement, par exemple), l'interviewer est en position d'écoute active, c'est à dire de curiosité épistémique. Il n'agit pas comme s'il devait cueillir des données (tombées du ciel) puis d'en faire un tout synthétiquement cohérent. Au contraire, l'interviewer stimule "la conversation" de sorte que le ou les répondants prennent progressivement conscience des relations de causalité entre le contenu sémantique de leurs discours, de leurs comportements décrits dans ce discours et de leurs idées fortes qu'ils manifestent au travers des deux premiers éléments. L'interviewer a une position de curiosité épistémique par une recherche appréciative, par une mise en perspective de discernement, et par une prise de conscience dubitative réciproque. L’objet de l’interview est de détecter les relations de congruence et de contradictions qui existent de façon latente ou manifeste lors de la restitution des expériences (faits, réalisation, comportements et points de vues) de l'interviewé. Les deux protagonistes sont en mode de réflexion coordinatrice. A la différence d'un entretien en profondeur classique, où l'interviewer se positionne comme un spectateur, l’enquêteur hermeneuticien n’est pas en retrait, mais il intervient plus souvent. Généralement, le guide d’entretien est très peu formalisé. Il est axé sur la restitution de ce qui s’est passé et de ce que que le répondant ambitionne de se produire. Le répondant active des processus mnésiques pour décrire la première ou la dernière expérience et pour mettre en valeur les chemins de dépendance et les raisons des prises de décision (Pourquoi est-ce que cela est arrivé à ce moment là ? Pourquoi avez-vous agi de cette façon ?).

L'erreur des économistes herméneuticiens, si erreur il y a, est de placer l'intérêt de l'herméneutique sur le plan de l'épistémologie non réaliste. Par contre, l'herméneutique peut apporter un élément supplémentaire de compréhension des phénomènes sociaux en l'intégrant à la méthodologie et à l'épistémique cognitive. L'épistémologie représente les règles de bases pour appliquer des modes d'emplois (méthodologie) d'une boite à outils. Mais rien ne nous est donné sur la localisation de cette boite à outils, sur les instruments qui la composent et sur l'usage qui va en être fait (par le menuisier, par le plombier, par l'électricien, par le zingueur...) avant que l'épistémique (science de l'acquisition, du traitement et de la production des informations par des individus agissants - et imaginatifs rajoute George Shackle) ne nous éclaire. Dans, ce cas, l'herméneutique économique n'a pas fini de donner tout son potentiel aux sciences du management. Le nom qu'on pourrait lui donner en hommage à Ludwig von Mises serait la thymologie praxéologique ou la praxéologie thymologique.

Annexes

Notes et références

  1. Don Lavoie, 1990, "Introduction", In: Don Lavoie, dir., "Economics and hemeneutics", Routledge, Londres et New York, p1
  2. L’origine de la phénoménologie, remonte à Hegel, en 1807, lors de ses réflexions philosophiques de la connaissance. Il définit la phénoménologie comme « la science de l’expérience que fait la conscience, la conscience étant le savoir d’un objet intérieur ou extérieur ».
  3. Le Professeur Gérard Bramoullé amusait ses étudiants en prenant l'exemple de martiens examinant de loin la terre. L'hermeneuticien martien, qui refuserait toute théorie, par conséquent, qui adopterait une méthode strictement empirique, déduirait qu'il existe en effet une vie sur terre. Il décrirait les faits observés par des formes géométriques mobiles et variées, des objets apparemment métalliques, de multiples couleurs qui se déplacent et qui se croisent sur des tracés pré-établis. L'herméneuticien martien, sans épistémologie réaliste, confondrait les véhicules avec les êtres humains terrestres.

Bibliographie

  • 1980, Léo Apostel, "Pragmatique praxéologique : communication et action", In: H. Parret, Dir., Le langage en contexte. Etudes philosophiques et linguistiques de pragmatique, Amsterdam, Benjamins, 193-315
  • 1983, F. A. Heelan, "Perception as a hermeneutical act", Review of Metaphysics, vol 37, pp61–75
  • 1987,
    • Jonathan Barnes, Hermeneutical integrity, commentaire du livre de Hans georg Gadamer, Philosophical apprenticeships and the idea of the good in Platonic-Aristotelian philosophy, Ausrian Economic Newsletter, vol 8, n°2, summer, pp5-7 et p12
    • Don Lavoie, The Accounting of Interpretations and the Interpretation of Accounts: The Communicative Function of “The Language of Business”, Accounting, Organizations and Society, Vol 12, pp579-604
    • Tom G. Palmer, Gadamer’s Hermeneutics, Critical Review, Vol. 1, n°3, pp91-108
  • 1988,
    • Hans Albert, "Hermeneutics and Economics: A Criticism of Hermeneutical Thinking in the Social Sciences”, KYKLOS 41, pp573-602
    • George Selgin, Praxeology and Understanding: An Analysis of the Controversy in Austrian Economics’, The Review of Austrian Economics 2
  • 1989,
    • Michael Bacharach, The Role of “Verstehen” in Economic Theory, Ricerche Economiche, 43 (1–2): 129–50
    • Lawrence A. Berger, Economics and Hermeneutics, Economics and Philosophy, 5, pp209-233
    • Richard J. Boland Jr., "Beyond the objectivist and the subjectivist: Learning to read accounting as text", Accounting, Organizations and Society, Vol 14, n°5-6, pp591-604
    • Alan Dyer, Making Semiotic Sense of Money as a Medium of Exchange, Journal of Economic Issues, Vol 23, juin, pp503-510
    • Murray Rothbard, The Hermeneutical Invasion of Philosophy and Economics, The Review of Austrian Economics, Vol 3, pp45-59
  • 1990,
    • Peter J. Boettke, "Interpretive Reasoning and the Study of Social Life", Methodus, Vol 2, n°2
    • Gregory R. Johnson, Hermeneutics: A Protreptic, Critical Review, 4, pp173-211
    • Don Lavoie, Economics and Hermeneutics. London, UK: Routledge
    • Don Lavoie, Hermeneutics, Subjectivity, and the Lester/Machlup Debate: Toward a More Anthropological Approach to Empirical Economics, In: Economics as Discourse, W. Samuels, Dir., Boston: Kluwer Academic Publishing
    • Don Lavoie, Understanding Differently: Hermeneutics and the Spontaneous Order of Communicative Processes, History of Political Economy, Annual Supplement to 22: 359-377
    • Ludwig Lachmann, Austrian economics: a hermeneutic approach, In: Economics and Hermeneutics, Don Lavoie, Dir., London, UK: Routledge
  • 1991,
    • Don Lavoie, The Discovery and Interpretation of Profit Opportunities: Culture and the Kirznerian Entrepreneur, In: The Culture of Entrepreneurship, Brigitte Berger, Dir., San Francisco: CA: ICS Press
    • Tom G. Palmer, The hermeneutical view of freedom: implications of Gadamerian understanding for economic policy, In: Don Lavoie, dir., Economics and Hermeneutics. London: Routledge, p. 299-316.
  • 1992,
    • D. Brent, Reading as rhetorical invention: knowledge, persuasion and the writing of research-based writing. Urbana, Ill.: National Council of Teachers of English
    • Antonio De Gennaro, "Un modello ermeneutico: I contributi di O'Driscoll, Rizzo e Ebeling", Quaderni di storia dell'economia politica, Vol 10, n°3, pp153-163
    • Milowit Kuninski, "Friedrich A. von hayek’s Theory of Spontaneous Order: Between “Verstehen” and “Invisible Hand Explanation”, In: J. Auspitz, J. Lee, et. Al. Eds. Praxiologies and the Philosophy of Economics, The International Annual of Practical Philosophy and Methodology, vol. I., New Brunswick: Transaction, pp347-367
    • Tojo Thatchenkery, "Organizations as "Texts": Hermeneutics as a model for understanding organizational change", Research in Organization Development and Change, Vol 6, pp197-233
  • 1993, J. Brown et Nelson Phillips, "Analyzing Communication in and Around Organizations: A Critical Hermeneutic Approach", Academy of Management Journal, Vol 36, pp1547-1576
  • 1994,
    • V. Brown, "The economy as text", In: R. E. Backhouse, dir., "New Directions in Economic Methodology", London: Routledge, pp368–382
    • Theodore Burczak, "Reply to Bruce Caldwell: Can Subjectivism be Non-Hermeneutic?", Economics and Philosophy, 10:2, pp315-317
      • Repris en 2000, In: Peter Boettke, dir., The Legacy of Friedrich von Hayek, Edward Elgar
    • Don Lavoie, The interpretive turn, In: The Elgar Companion to Austrian Economics, Peter J. Boettke, dir., Northampton, MA: Edward Elgar
    • Gary B. Madison, "The primacy of action and its scientific consequences for the hermeneutics of the human sciences", In: S. Vincent, R. Knowles & T. van Doan, dir., "Psychology, phenomenology and Chinese philosophy, Chinese philosophical studies (Vol VI). Council for Research in Values and Philosophy
    • M. Rosenblatt, The reader, the text, the poem. The transactional theory of the literary work. Carbondale & Edwardsville: Southern Illinois University Press
    • F. Smith, Understanding reading. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum
  • 1995, David L. Prychitko, Individuals, Institutions, Interpretations: Hermeneutics Applied to Economics. Burlington: Ashgate Publishing Company
  • 1998,
    • William Outhwaite, L'actualité du paradigme herméneutique, Intellectica, n°1-2, Vol 26-27, pp135-148
    • M. Rosenblatt, ‘Readers, texts, authors’, Transactions of the Charles S. Peirce Society, Vol XXXIV, n°4, pp885-921
  • 2000, D. Yanow, "Conducting Interpretative Policy Analysis", Thousand Oaks, CA: Sage
  • 2001, S. A. Wagner-Tsukamoto, "Economics of Genesis: On the institutional economic deciphering and reconstruction of the legends of the Bible", Journal of Interdisciplinary Economics, 12, pp249–287
  • 2002, Tojo Thatchenkery, "Mining for meaning: Reading organizations using hermeneutic philosophy", In: R. I. Westwood et S. A. Linstead, dir., The Language of Organization. London: Sage, pp112-131
  • 2004,
    • Roger Koppl et Douglas Glen Whitman, "Rational-Choice Hermeneutics", Journal of Economic Behavior and Organization, 55 (3)
    • Olav Velthuis, An Interpretive Approach to Meanings of Prices, The Review of Austrian Economics, 17 (4)
  • 2006,
    • Wayne J. Froman, "Hermeneutics in economics: on the status of ‘as-if’ functions", In: Jack High, dir., Humane Economics: Essays in Honor of Don Lavoie, New Thinking in Political Economy, Edward Elgar Publishing, pp164-172
    • Robert F. Mulligan, Transactional Economics: John Dewey's Ways of Knowing and the Radical Subjectivism of the Austrian School, Education and Culture - Volume 22, Number 2, pp61-82
  • 2012,
    • Mario Castellana, "Strumento della ragione epistemologica : il tetraedro epistemologico-ermeneutico" ("Instrument de raison épistémologique : le tétraèdre épistémologique-herméneutique"), In: Raffaele De Mucci, Kurt R. Leube, "Un austriaco in Italia - An Austrian in Italy : festschrift in honour of professor Dario Antiseri", Soveria Mannelli: Rubbettino, pp585-602
    • Enzo Di Nuoscio, "Prasseologia ed ermeneutica : dal 'mito della cornice' alla 'fusione di orizzonti'" ("Praxéologie et herméneutique : du 'mythe du cadre' à la 'fusion des horizons'"), In: Raffaele De Mucci, Kurt R. Leube, "Un austriaco in Italia - An Austrian in Italy : festschrift in honour of professor Dario Antiseri", Soveria Mannelli: Rubbettino, pp627-644
    • Nicola De Sanctis, "Jürgen Habermas e la filosofia della storia come coscienza ermeneutica" ("Jürgen Habermas et la philosophie de l'histoire comme conscience herméneutique"), In: Raffaele De Mucci, Kurt R. Leube, "Un austriaco in Italia - An Austrian in Italy : festschrift in honour of professor Dario Antiseri", Soveria Mannelli: Rubbettino, pp615-626
  • 2014, Enzo Di Nuoscio, "Ermeneutica ed economia: Spiegazione ed interpretazione dei fatti economici" ("Herménéutique et économie: explication et interprétation des faits économiques"), Soveria Mannelli, Rubbettino, it.

Liens externes

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.