Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Jericho

De Wikiberal
Jericho
Jericho.jpg
Réalisé par : Raoul Walsh
Acteurs
Skeet Ulrich, Richard Speight Jr, Gerald McRaney, Pamela Reed, Kenneth Mitchell, Darby Stanchfield, Ashley Scott
Genre
Série télévisée
Année de sortie
2006 - 2008
Synopsis
lien amazon
Index des films d'inspiration libérale
A • B • C • D • E • F • G • H • I • 

J • K • L • M • N • O • P •  Q • R • S • T • U • V • W • X • Y • Z

Jericho est une série télévisée américaine en 29 épisodes de 43 minutes, créée par Stephen Chbosky et Jon Turteltaub.

Synopsis

Les habitants de Jericho (ville de 5000 habitants au Kansas) assistent à l'explosion d'une bombe nucléaire qui semble viser la ville de Denver. C'est alors que toute communication avec l'extérieur semble rompue. Ils ne savent pas ce qu'il se passe dans le reste des États-Unis, si le gouvernement fédéral existe encore, et s'ils sont envahis. Les habitants de Jericho vont donc se débrouiller plusieurs mois sans gouvernement, en totale autarcie. Ils apprennent par la suite que le gouvernement fédéral est tombé et que plusieurs personnes se sont auto-proclamées présidents. Finalement, le match se joue entre le gouvernement auto-proclamé de la ville de Cheyenne dans le Wyoming qui contrôle les États à l'ouest du Mississippi et les restes de l'ancien gouvernement fédéral de Washington qui rallie les États à l'est du Mississippi. Le Texas ayant proclamé son indépendance figure comme État qui pourrait faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre.

Acteurs

  • Acteur: personnage
    • Skeet Ulrich : Jake Green
    • Richard Speight Jr: Bill Kohler
    • Gerald McRaney : Johnston Green
    • Pamela Reed : Gail Green
    • Kenneth Mitchell  : Eric Green
    • Darby Stanchfield : April Green
    • Ashley Scott  : Emily Sullivan
    • Lennie James  : Robert Hawkins
    • Michael Gaston  : Gray Anderson
    • Sprague Grayden  : Heather Lisinski
    • Erik Knudsen : Dale Turner
    • Brad Beyer  : Stanley Richmond
    • Shoshannah Stern : Bonnie Richmond
    • Alicia Coppola  : Mimi Clark
    • James Remar : Jonah Prowse

Interprétation libertarienne

Le premier indice est l'apparition répétée du drapeau Gadsden Flag représentant un serpent noir sur fond jaune et sous lequel il est écrit "Don't tread on me". En français "ne me marche pas dessus!" traduit dans la série par "personne ne me marchera dessus!".

Ce drapeau est depuis longtemps considéré comme le symbole des idées libérales et libertariennes. Cette série est avant tout une série survivaliste. Le survivalisme étant un courant de pensée qui prône le fait de se préparer à survivre à la chute de la civilisation. En cas de chute de la civilisation, les survivants sont confrontés à la solitude et à la survie. On peut aussi dire qu'ils sont confrontés à eux-mêmes et que cela met en évidence leurs plus grandes qualités et leurs plus grands défauts. Les habitants de Jéricho doivent se débrouiller sans gouvernement pendant plusieurs mois. Ce sont des mois difficiles au cours desquels ils se trouvent confrontés à plusieurs conflits avec des groupes malhonnêtes comme l'armée privée de RavenWood et la ville voisine de NewBurn. Mais ces difficultés paraissent finalement minimes face aux problèmes que cause le nouveau gouvernement de Cheyenne. Gouvernement auto-proclamé, en collusion avec l'entreprise privée Jennings et Rall. En réalité la série dénonce clairement la situation actuelle de corruption des États. Il apparait à la toute fin de la série que Jennings et Rall semblent être à l'origine des attaques nucléaires.

On assiste alors dans la deuxième saison à une véritable apologie de l'insurrection, de la sécession et de l'anarchie. Tout d'abord il est intéressant de constater que la survie de Jéricho et de ses habitants est à maintes reprises assurée par des hors la loi, qui passent outre les contrôles et la surveillance du nouvel État. Par exemple lorsqu'un virus mortel menace Jéricho, l'État de Cheyenne empêche l'approvisionnement de la ville en vaccin, et c'est illégalement que les habitants se font vacciner et sauver. Un agent infiltré dans l'organisation terroriste qui a fait exploser les bombes s'est réfugié à Jéricho. Il devient l'ami de Jake Green à qui il révèle tout. Leur seul espoir est d'arriver à contacter le gouvernement indépendant du Texas. L'espoir est rattaché à l'indépendance, un symbole primordial dans la culture américaine qui signifie beaucoup aux yeux des libéraux. La deuxième saison se termine par la proclamation de l'insurrection de la ville de Jéricho. Encore un symbole fort pour les libéraux. Mais le plus important reste comment les habitants de Jéricho se débrouillent dans leur vie quotidienne. On voit que pour eux la survie pose moins de problèmes sans gouvernement qu'avec. Par exemple les commerçants sont obligés de contourner les barrages routiers à leurs risques et périls. Le maintien de l'ordre est assuré par RavenWood qui, soutenu par l'État, n'hésite pas à faire des arrestations sommaires, du détournement de fonds et commettre des meurtres. L'un des moments les plus dramatiques de la série survient lorsque qu'une sourde et muette se fait tuer en tentant de protéger sa propriété contre les "forces de l'ordre".

Une chose aussi intéressante est de constater que les habitants n'ont pas profité de l'absence de gouvernement pour établir une société égalitaire ou anarcho-communiste. La propriété privée est défendue autant que le libre-échange et l'auto-défense. En fait la propriété privée, le libre-échange et l'auto-défense sont remis en cause justement par les représentants du nouveau gouvernement. Par exemple, RavenWood, au nom du gouvernement, tente de piller la ville de Jéricho. Symbole du gouvernement qui porte atteinte à la propriété privée. Le gouvernement de Cheyenne interdit le commerce avec les villes voisines. Symbole de l'État qui s'oppose au libre-échange. Et lorsque l'armée de Cheyenne interdit à Jake Green de rendre la justice contre les agresseurs de Newburn et contre le chef de RavenWood : symbole de l'État qui interdit aux citoyens d'assurer leur propre défense. Évidemment le fait que la série se termine par l'insurrection de Jéricho constitue un symbole particulièrement puissant puisqu'il présente l'insurrection comme solution ultime pour lutter contre les abus de pouvoir d'un gouvernement illégitime.

Revenons sur le fait que ce n'est pas l'anarcho-communisme mais l'anarcho-capitalisme qui s'applique dans la série Jéricho. Bien sûr il s'agit d'une fiction, ce n'est pas la réalité, mais on peut imaginer que ce scénario est assez réaliste, et il parait alors évident que l'organisation naturelle de la société est le capitalisme mutualiste. C'est-à-dire une société où les individus restent libres mais s'associent volontairement pour s'aider les uns les autres. Cette série démontre que l'association volontaire est l'aboutissement de l'anarchie. Et que l'anarchie ne peut en aucun cas aboutir au collectivisme car le collectivisme a besoin de la force d'une armée et d'un État pour exister.

On peut aussi voir en Jericho une critique de l'anarcho-capitalisme tel que préconisé par Rothbard ou David Friedman. En effet, les habitants de Jericho ne sont pas contre tout État. Ils ont organisé des élections locales pour choisir leur maire. Ainsi, un maire a été élu et a dirigé la communauté. Toutefois, les attributions du maire étaient minimes et se limitaient à assurer la sécurité des habitants. Jericho plaide donc pour la démocratie locale et un minarchisme "de proximité", tout en critiquant fortement l'État oppresseur en tant que superstructure tentaculaire. Jericho met aussi l'accent sur le fait que ce qu'il faut craindre, ce n'est pas l'État (au contraire, un État minimal et local est accepté par les habitants, tant qu'ils ont un contrôle direct sur cette structure), mais bien le pouvoir excessif. On voit dans la série que l'excès de pouvoir peut émaner tant de l’État fédéral que de sociétés privées qui ont développé tant de puissance qu'elles se sont arrogé des prérogatives de puissance publique : une société de sécurité privée qui concentre les pouvoirs de police obtient un pouvoir de coercition apte à violer les libertés individuelles.

Lien externe

4451-20300.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail culture de wikibéral.