Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Apprentissage organisationnel

De Wikiberal

La plupart des contributions académiques, dans le domaine de l'apprentissage organisationnel, semblent convenir qu'il n'est pas possible de parler de l'apprentissage de l'organisation parce que ce serait une réification méthodologique qui donnerait aux organisations des qualités anthropomorphiques[1]. Par conséquent, il est maintenant communément admis que l'apprentissage organisationnel est le produit de l'apprentissage des individus. Cependant, la réflexion récente a mis l'accent sur les pratiques collectives d'apprentissage des différentes personnes aux savoir hétérogènes au sein des organisations, ce qui place l'apprentissage au niveau du groupe communautaire en tenant compte des actions pratiques d'apprentissage (communauté de pratiques), qui sont liées à la structure spécifique de chaque organisation.

Pour l'organisation, les individus sont censés agir comme des "agents" pour l'apprentissage organisationnel. Cependant, l'apprentissage individuel est limité dans l'organisation, en raison de la vision restreinte de l'apprentissage au niveau organisationnel. L'apprentissage des individus est considérablement affecté par les pratiques d'apprentissage managérial qui reflètent l'orientation stratégique de l'organisation.

L'apprentissage organisationnel est un terme générique qui, en fait, peut se décliner en plusieurs apprentissages portant sur les savoir scientifiques et les savoir-faire techniques, dans la gestion des projets de recherche-développement, sur la gestion de la connaissance au travers de coopérations et de partenariats.

L'intérêt pour l'apprentissage s'explique par plusieurs raisons de la part des organisations :

  • La nécessité d’adaptation[2] dans un environnement complexe et turbulent (relations causales nombreuses et complexes)
  • La volonté de corriger les erreurs[3] internes à l'organisation
  • L'émergence de nouveaux arrangements d'organisation fondés sur la flexibilité, le fonctionnement en réseau ou la qualité totale
  • Un facteur déterminant de la réorientation stratégique et de la compétitivité de l'entreprise (Prahalad et Hamel, 1990). On passe alors de l'apprentissage organisationnel à l'apprentissage managériale[4] et à la cognition entrepreneuriale .

Renforcement de la capacité d’interprétation au sein de l'organisation

L'apprentissage organisationnel génère un cycle de conversion des savoirs au sein de l'organisation, reliées à certaines formes et styles d'apprentissages. Ceci explique que le déclin des organisations peut être le produit d'un apprentissage mal conduit en fonction des styles d'apprentissage choisis durant la croissance des organisations.

Chris Argyris et David Schön sont les inventeurs du terme "apprentissage organisationnel" lorsqu'ils publient leur livre en 1978. En analysant comment les théories en usage décrivent les gens qui agissent dans des situations difficiles, ils montrent que ceux-ci se soumettent à des routines défensives au sein de leurs organisations. Ces routines défensives ont l'inconvénient de bloquer l'émergence ou l'entrée d'informations valides, de discuter de questions controversées ou de faire les bons choix. L'apprentissage organisationnel, dans ce cas là, est un processus reproducteur des contextes dans lesquels ils sont créés. Les membres de l'organisation appliquent des réponses connues et apprises par la répétition des expériences passées. Ils tentent de transférer les compétences (par la formation par exemple) dans le cadre identique des invariants de la situation. Le résultat est une organisation qui ne peut plus savoir quand il s'agit de relever les défis. Les auteurs en concluent que pour accroître la capacité d'apprentissage dans une organisation, il faut modifier les routines défensives. Cela exige que les individus, en particulier ceux présents aux postes clés, apprennent à agir d'une nouvelle façon. Ceci représente tout l'enjeu que soutient la théorie du management par les capacités.

Arie de Geus[5], consultant de la société Shell, décrit l'apprentissage comme le seul avantage concurrentiel durable. Dans un environnement turbulent, imprévisible, caractérisé également par l'hypercompetition, l'organisation apprenante est considérée comme une réponse nécessaire. Dans une gestion de projet, les individus expérimentés sont réunis afin de favoriser les interactions entre eux et qu'ils capitalisent facilement leurs expériences.

L'apprentissage organisationnel est corolaire au processus du changement organisationnel[6], il explique l'évolution des organisations et il en est la cause. Cette approche s'appuie à la fois sur le processus culturel[7], cognitif, structurel, contextuel, transformateur et sur le processus des réponses de l'organisation à l'environnement (et vice versa). Dans le processus du changement, l'apprentissage organisationnel génère une multiplicité de connaissance : connaissance tacite, connaissance formalisée, connaissance individuelle ou connaissance partagée collectivement.

Dans une approche évolutionnaire de l'organisation, l'apprentissage est vu comme un agent biologique. Par conséquent, l'apprentissage organisationnel n'est pas une réplication d'actions purement identique mais une réplication de mèmes. Ce n'est pas non plus un moment particulier de la vie des organisations. C'est une continuité ponctuée par certaines phases fortes de changement précédées et succédées par des phases de stabilité. Il existe deux éléments clefs qui se retrouvent, sous des appellations différentes, chez les auteurs évolutionnaires. Premièrement, dès qu'un besoin de changement se fait ressentir, dû à un flux d'informations externe qui crée un écart situationnel, il y a un déclenchement d'un apprentissage organisationnel réactif. Deuxièmement, cette information est analysée grâce à ce qui est appelé, en biologie évolutionniste, des invariants. Ces invariants sont les seuls éléments de stabilité dans l'organisation. Ils sont appelés des routines, des règles, des procédures, des structures physiques ou des croyances[8].

Dans l'approche neuro-économique de l'organisation, l'information (externe ou interne) joue un rôle de stimulus déclencheur de l'apprentissage organisationnel. L'information est perçue comme étant en inadéquation entre une situation vécue et une situation désirée dans l'organisation. Quotidiennement, l'ensemble de données sont interprétées par les membres de l'organisation qui leur donnent de la valeur. C'est lorsque l'information "frappe" la connaissance, qu'elle crée une "crise" parce qu'elle nécessite un traitement différent de celui pratiqué auparavant. Elle crée un besoin de changement pour l'affecter dans une nouvelle catégorie de la connaissance de l'organisation ou de l'affecter dans une autre catégorie. L'interprétation de l'information est une phase cruciale de l'apprentissage organisationnel puisque les communautés de pratiques peuvent soit reproduire leur mode d'interprétation ou soit le changer selon le nombre des solutions proposées.

Certains consultants (Nancy Dixon:1994), incitent les entreprises à utiliser l'incroyable capacité mentale de tous leurs employés pour créer un processus qui permette d'améliorer leurs propres capacités d'apprentissage. L'entreprise est donc ce lieu où émerge continuellement la connaissance à partir de la ressource mentale de ses membres, en relation avec les objectifs et les moyens de l'organisation dans un processus de transformation infini. Au lieu que la connaissance soit acquise de façon séparée, l'organisation facilite les convergences où les schémas de pensées sont nourries collectivement par un apprentissage relationnel d'expériences partagées mais dont les ressorts cognitifs restent individualisés. Un contrat psychologique, plus ou moins tacite, existe entre les employés de l'entreprise et la direction dans le renforcement des capacités dynamiques et concurrentielles de la firme par l'intermédiaire des ressources cognitives et créatives que les employés mettent à disposition pour la performance de l'organisation.

Notes et références

  1. A l'opposé, pour les tenants de la métaphore biologique de l'organisation, l'acquisition des compétences, l'expérimentation, les limites et les améliorations continues de la connaissance sont intégrées à l'organisation.
    • 1997, A. DeGeus, 1997, "The Living Company: Growth, Learning and Longevity in Business". London: Nicolas Brealey
  2. La conception de l'apprentissage comme adaptation de l’organisation à son environnement est celle qui est adoptée par la théorie comportementaliste de James March et Richard Cyert
  3. Pour Chris Argyris et Donald Schön (1978), l'apprentissage est un processus par lequel les membres d’une organisation détectent des erreurs et les corrigent en modifiant leur théorie d’action
  4. T. K. Lant, F. J. Milliken, B. Batra, 1992, "Managerial learning and strategic reorientation", Strategic Management Journal, Vol 13, pp609-624
  5. Dans un article intitulé Planning as Learning, Arie de Geus écrit en 1988 : " We understand that the only competitive advantage the company of the future will have is its manager's ability to learn faster than their competitors".
  6. Le thème du changement organisationnel a engendré de multiples articles et livres qui ont alimenté une opposition entre une conception "déterministe" du changement et une approche "volontariste" des mécanismes de transformation des organisations. La conception déterministe du changement organisationnel insiste sur le caractère inflexible de l'organisation et voit dans la structure et la culture organisationnelles des facteurs de rigidité et d'inertie qui tendent à préserver l'organisation des changements. Cette conception déterministe met l'accent sur les facteurs de permanence de l'organisation et voit dans les pressions de l'environnement (les facteurs externes) le principal moteur des transformations organisationnelles. Ainsi l'entreprise est essentiellement considérée comme une entité passive, ou tout au mieux elle est plutôt réactive aux stimuli de l'environnement car les réactions sont fortement structurées par le contexte environnemental. Les tenants de cette position sont :
    • Howard E. Aldrich, 1979, "Organizations and Environments", Englewood Cliffs, NJ: Prentice-Hall
    • Michael T. Hannan, John Freeman, 1984, "Structural Inertia and Organizational Change", American Sociological Review, Vol 49, n°2, Apr., pp149-164
    • Paul S. Goodman, Lee S. Sproull, 1990, "Technology And Organizations", San Francisco: Jossey-Bass
    • Henry Mintzberg (1983); W. R. Scott (1995).
    A l'opposé de cette conception. l'approche volontariste met en évidence le rôle prépondérant des choix stratégiques de l'acteur comme facteur de transformation de l'organisation. L'action intentionnelle acquiert un rôle central dans les capacités de l'organisation à répondre à son environnement externe et les facteurs internes deviennent les réels moteurs de la dynamique organisationnelle. Cette approche trouve les fondements dans les travaux de
    • K. Andrews (1971)
    • la théorie du choix stratégique: J. Child (1972; 1997) (J. Child, 1972, "Organizational structure, environment and performance : the role of strategic choice", Sociology, vol 6, n°1; J. Child, 1997, "Strategic choice in the analysis of action, structure, organizations and environment : retrospect and prospect", Organization Studies, Vol 18, n°1)
    • la théorie du développement des organisations : travaux de R. Beckard (1975) et M. Beer 11976).
    Les tenants de l'approche volontariste du changement confirment que l'organisation produit ses propres règles, ses propres contraintes. et minimisent les déterminants extérieurs du changement ou tout au moins ils en relativisent le poids.
  7. L'apprentissage organisationnel est un processus culturel car ce sont les significations intersubjectives qui informent les individus des actions à entreprendre.
    • S. D. Cook, D. Yanow, 1993, "Culture and Organisational Learning", Journal of Management Inquiry, 2(4), pp373–390
    • D. Yanow, 2000, "Seeing Organizational Learning: A Cultural View", Organization, 7(2), pp247–268
  8. Pour Chris Argyris (1995), les routines défensives inhibent l'apprentissage

Bibliographie

  • 1965, V. Cangelosi, W. Dill, "Organizational learning: observations toward a theory", Administrative Science Quarterly, Vol 10, pp175-203
  • 1974, R. B. Duncan, "Modifications in decision structure in adapting to the environment: some implications for organizational learning", Decision Sciences, pp705-725
  • 1978, Chris Argyris, Donald Schön, "Organizational Learning : A Theorie of Action Perspective", Jossey Bass Publisher, San Francisco
  • 1979, Duncan R. Weiss, "Organizational Learning : Implication for organizational Design", Research in Organizational Behavior, Vol 1, pp75-123
  • 1981, B. Hedberg, "How organizations learn and unlearn", In: P. C. Nystrom & W. H. Starbuck, dir., "The handbook of organizational design", Vol 1, New York: Oxford University Press
  • 1983, F. Friedlander, "Patterns of Individual and Organisational Learning", In: S. Srivastva, dir., "The Executive Mind", San Francisco, CA: Jossey-Bass, pp192–220
  • 1985, M. C. Fiol, M. A. Lyles, "Organisational learning", Academy of Management Review, 10(4), pp803–813
  • 1987, R. Daft, G. Huber, "How organizations learn", In: N. DiTomaso, S. Bacharach, dir., "Research in sociology of organizations", Vol 5, Greenwich, CT: JAI
  • 1988,
    • B. Levitt, James G. March, "Organizational learning", Annual Review of Sociology, Vol 14, pp319–340
    • Curtiss Ventriss, Jeff Luke, "Organizational Learning and Public Policy: Towards a Substantive Perspective", American Review of Public Administration, Vol 18, n°4, décembre, pp337-357
  • 1990,
    • Chris Argyris, "Overcoming Organizational Defences – Facilitating Organizational Learning", Allyn and Bacon, Needham Heights, MA
    • D. H. Kim, "Toward Learning Organizations: Integrating Total Quality Control and Systems Thinking, Cambridge, Ma: Pegasus Communications
    • T. Lant, S. Mezias, "Managing discontinuous change : a simulation study of organizational learning and entrepreneurschip", Strategic Management Journal, vol 11, pp147-179
  • 1991,
    • J. S. Brown, P. Duguid, "Organizational learning and communities of practice: Toward a unified view of working, Learning, and innovation", Organization Science, Vol 2, n°1, pp40–57
    • G. P. Huber, "Organizational Learning: The Contributing Processes and the Literatures", Organizational Science, Vol 2, n°1, pp88-115
    • James G. March, "Exploration and exploitation in organizational learning", Organization Science, Vol 2, pp71-87
    • Herbert Simon, "Bounded Rationality and Organizational Learning", Organization Science, 2(1), pp125–134
    • Karl Weick, "The nontraditional quality of organizational learning", Organization Science, Vol 2, n°1, pp116-124
  • 1992,
    • Massimo Egidi, Robin Marris, Riccardo Viale, "Organizational Learning, Problem Solving and the Division of Labour", In: Massimo Egidi et Robin Marris, dir., "Simon, Herbert. Economics, bounded rationality and the cognitive revolution", Aldershot, U.K.: Elgar, pp148-173
    • T. K. Lant, S. J. Mezias, "An organizational learning model of convergence and reorientation", Organization Science, Vol 3, pp47-71
  • 1993,
    • Chris Argyris, "Knowledge for Action. A Guide to Overcoming Barriers to Organizational Change", San Francisco, Jossey-Bass Wiley, ISBN 1-55542-519-4
      • Traduction en français en 1995, "Savoir pour Agir, Surmonter les Obstacles de l’Apprentissage Organisationnel", InterEditions, Paris
    • S. D. N. Cook, D. Yanow, "Culture and organizational learning", Journal of Management Inquiry, 2(4), pp373–390
      • Repris en 1993, In: M. D. Cohen, L. S. Sproull, dir., "Organizational learning", Newbury Park, CA: Sage, pp430-459
    • M. Dodgson, "Organizational learning: A review of some literatures", Organization Studies, 14(3), pp375-394
    • W. Isaacs, "Taking flight: dialogue, collective thinking and organizational learning", Organizational Dynamics, Fall
    • Daniel Kim, "The link between individual and organisational learning", Sloan Management Review, 35(1), pp37–50
    • M. E. McGill, J. W. Slocum, "Unlearning the organization", Organizational Dynamics, Vol 22, n°2, pp67-79
    • Andrew Vowles, "Gaining competitive advantage through organizational learning", CMA Magazine, Vol 67, n°3, Avril, pp12-14
  • 1994,
    • Nancy M. Dixon, "The Organizational Learning Cycle : How We Can Learn Collectively", Gower
    • C. M. Fiol, "Consensus, Diversity, and Learning in Organizations", Organization Science, 5(2), pp 403–420
    • M. A. Glynn, T. K. Lant, F. J. Milliken, "Mapping learning processes in organizations", In: C. Stubbart, J. Meindl, J. F. Porac, dir., "Advances in Managerial Cognition and Organizational Information Processing", vol 5, JAI Press Inc.
    • P. Hawkins, "Organizational learning: taking stock and facing the challenge", Management Learning, Vol 25, n°1, pp71-82
    • Marc Ingham, "L’apprentissage Organisationnel dans les Coopérations", Revue Française de Gestion, Janvier – Février, Vol 8, n°253, pp55-81
    • G. Koenig, "L'apprentissage organisationnel : repérage des lieux", Revue Française de Gestion, Janvier-février, pp76-83
    • J. M. Sinkula, "Market Information Processing and Organizational Learning", Journal of Marketing, Vol 58, January, pp35-45
  • 1995,
    • W. Baker, T. Noordewier, J. M. Sinkula, "A Framework for Market-Based Organizational Learning: Linking Values, Knowledge and Behavior", Journal of the Academy of Marketing Science, vol 25, n°4, pp305-318
    • M. Crossan, L. Djurfeldt, H. Lane, R. White, "Organisational Learning: Dimensions for a Theory", International Journal of Organizational Analysis, 3(4), pp337–360
    • M. Crossan, N. M. Inkpen, "Believing is seeing: organizational learning in joint ventures", Journal of Management Studies, Vol 32, n°5, pp595-618
    • G. Lakomski, "Leading and learning: From transformational leadership to organizational learning", Leading and Managing, Vol 1, pp211-225
    • M. B. Meznar, D. Nicolini, "The Social Construction of Organizational Learning : Concepts and Practical Issues in the Field", Human Relations, Vol 48, n°7, pp727-746
  • 1996,
    • Chris Argyris, D. Schön, "Organizational learning II: Theory, method, and practice", Addison-Wesley, Reading, MA. MA: Addison-Wesley
    • Michael D. Cohen, Lee S. Sproul, dir., "Organizational Learning", Thousand Oaks, CA: Sage Publications
    • Alice Guilhon, "Apprentissage organisationnel et PME", Economie et Société, Série Sciences de Gestion, n°22
    • S. Mezias, D. Miner, "Ugly duckling no more : past and future of organizational learning research", Organization Science, vol 7, n°1
    • Danny Miller, "A preliminary typology of organizational learning: Synthesizing the literature", Journal of Management, Vol 22, pp485-505
    • K. A. Smith, S. P. Vasudevan, M. R. Tanniru, "Organisational learning and resource-based theory: an integrative model", Journal of Organisational Change Management, 9(6), pp41–53
    • K. Sonntag, "Lernen im Unternehmen. Effiziente Organisation durch Lernkultur" («Apprendre dans l'entreprise: une organisation efficace grâce à l'apprentissage de la culture»), München: Beck‘sche Verlagsbuchhandlung
    • Karl Weick, F. Westley, "Organizational learning: Affirming an Oxymoron", In: S. R. Clegg, C. Hardy, W. R. Nord, dir., "Handbook of Organization Studies", London: Sage, pp440-458
  • 1997,
    • T. Al-Maskati, A. B. Huda, "Contextual influences on thinking in organizations: learner and tutor orientations to organizational learning", Journal of Management Studies, Vol 34, pp851–870
    • M. Easterby-Smith, "Disciplines of organizational learning: contributions and critiques", Human Relations, Vol 50, n°9, pp1085-1113
    • S. Henderson, "Black Swans Don’t Fly Double Loops: The Limits of Organizational Learning?", The Learning Organization, 4(3), pp99–105
    • Gérard Koenig, "Apprentissage Organisationnel", In: "Encyclopédie de Gestion", Economica, Paris
    • D. Lei, “Competence building, technology fusion and competitive advantage: the key roles of organisational learning and strategic alliances”, International Journal of Technology Management, Vol 14, n°2/3/4, pp208–237
  • 1998,
    • L. Araujo, J. Burgoyne, M. Easterby-Smith, dir., "Organisational Learning and the Learning Organisation: Developments in Theory and Practice", London: Sage
    • F. J. Barrett, "Creativity and improvisation in jazz and organizations: Implications for organizational learning", Organization Science, 9(5), pp605–622
    • B. Büchel, G. Probst, "Organisationales Lernen. Wettbewerbsvorteil der Zukunft" («L'apprentissage organisationnel - l'avantage concurrentiel du futur»), Wiesbaden: Gabler
    • J. Carroll, "Organizational learning activities in high-hazard industries: The logics underlying self-analysis", Journal of Management Studies, Vol 35, pp699–717
    • A. Edmondson, B. Moingeon, "From organizational learning to the learning organization", Management Learning, Vol 29, n°1, pp5-20
    • P. Lane, M. Lubatkin, "Relative absorptive capacity and interorganizational learning", Strategic Management Journal, 19(5), pp461–477
    • I. Richter, "Individual and Organizational Learning at the Executive Level: Towards a Research Agenda", Management Learning, 29(3), pp299–316
  • 1999,
    • L. Araujo, M. Easterby-Smith et J. Burgoyne, dir., "Organizational Learning and the Learning Organization", London: Sage
    • L. Argote, "Organizational learning: Creating, retaining, and transferring knowledge", Boston, MA: Kluwer Academic
    • D. S. Cho, John A. Mathews, "Combinative capabilities and organizational learning in latecomer firms: the case of the Korean semiconductor industry", Journal of World Business, vol 34, pp139-156
    • M. M. Crossan, H. W. Lane, R. E. White, "An organizational learning framework: From intuition to institution", Academy of Management Review, Vol 24, pp522–537
    • K. A. Leithwood, K. S. Louis, dir., "Organizational learning and school improvement: Linkages and strategies", Lisse, the Netherlands: Swets and Zeitlinger
    • Helen M. Marks, Karen Seashore Louis, "Teacher Empowerment and the Capacity for Organizational Learning", Educational Administration Quarterly, Vol 35, n°5, pp
  • 2000,
    • J-L. Arregle, A. Borza, M. Hitt, M. T. Dacin, E. Levitas, "Partner selection in emerging and developed market contexts: Resource-based and organizational learning perspectives", Academy of Management Journal, Vol 43, pp449-467
    • Steven H. Appelbaum, J. Gallagher, “The Competitive Advantage of Organizational Learning”, The Journal of Workplace Learning, Vol 12, n°2, pp40-56
    • Alice Guilhon, "Dynamique des alliances et apprentissage organisationnel dans les PME", Revue Gestion, n°4
    • D. Yanow, "Seeing Organizational Learning: A Cultural View", Organization, 7(2), pp247–268
  • 2001,
    • L. Bourgeon, "Nouveaux produits, temps et apprentissage organisationnel", Revue française de gestion, n°132, janvier-février, pp103-111
    • V. J. Friedman, "The Individual as Agent of Organizational Learning", In: M. Dierkes, A. B. Antal, J. Child, Ikujiro Nonaka, dir., "Handbook of Organizational Learning and Knowledge", Oxford: Oxford University Press, pp398–414
    • Alice Guilhon, G. Trepo, "Réussir les changements par le développement de l'apprentissage organisationnel : les leçons du cas du complexe Shell de Berre", Gérer et Comprendre, n°65, septembre
    • P. Pawlowsky, "The Treatment of Organizational Learning in Management Science", In: M. Dierkes, A. B. Antal, J. Child, Ikujiro Nonaka, dir., "Handbook of Organizational Learning and Knowledge", Oxford: Oxford University Press, pp61–88
    • M. Schulz, "The Uncertain Relevance of Newness: Organisational Learning and Knowledge Flows", Academy of Management Journal, 44(4), pp661–682
    • Fons Wijnhoven, "Acquiring Organizational Learning Norms. A Contingency Approach for Understanding Deutero Learning", Management Learning, Vol 32, n°2, pp181-200
  • 2002, A. Kieser, U. Koch, "Organizational Learning through Rule Adaptation: From the Behavioral Theory to Transactive Organizational Learning", In: Mie Augier et James G. March, dir., "The Economics of Change, Choice and Structure: Essays in the Memory of Richard M. Cyert", Cheltenham, UK: Edward Elgar Publishing, Ltd
  • 2003,
    • Benyamin Bergmann Lichtenstein, G.T Lumpkin, Rodney C Shrader, "Organizational learning by new ventures: concepts, strategies, and applications", In: Jerome A. Katz, Dean A. Shepherd, dir., "Advances in Entrepreneurship, Firm Emergence and Growth" (vol 6: Cognitive Approaches to Entrepreneurship Research), pp11-36
    • M. M. Crossan, I. Berdrow, "Organizational learning and strategic renewal", Strategic Management Journal, Vol 24, pp1087-1105
    • M. Holmqvist, "Interorganisational Learning", In: B. Hedberg, A. Yakhlef, P. Baumard, dir., "Imaginary Organizing, Creative Management of Economic Realities", New York: Elsevier
    • Karim Machat, "Orientation marché et apprentissage organisationnel : de l’émergence d’un nouveau courant de recherche en marketing", Cahiers du CEREN, n°5, pp28-37
    • R. M. Mulford, H. C. Silins, S. Zarins, "Organizational learning and school change", Educational Administration Quarterly, 38(5), pp613-642
  • 2004, Jennifer Kunz, "Organisational learning: lost and found?", International Journal of Learning and Intellectual Capital, Vol 1, n°4, pp416-430
  • 2005,
    • J. Alegre, R. Chiva, "Organizational Learning and Organizational Knowledge: Towards the Integration of Two Approaches", Management Learning, 36(1), pp49-68
    • M. Beer, M. Leibold, S. C. Voelpel, E. B. Tekie, "Strategic management as organizational learning: Developing fit and alignment through a disciplined process", Long Range Planning, 38(5), pp445-465
  • 2007, J. A. Aragón-Correa, V. García-Morales, E. Cordón-Pozo, "Leadership and organizational learning′s role on innovation and performance: Lessons from Spain", Industrial Marketing Management, 36(3), pp349-359
  • 2008,
    • J. Alegre, R. Chiva, "Assessing the impact of organizational learning capability on product innovation performance: An empirical test", Technovation, 28(6), pp315-326
    • A. Kieser, U. Koch, "Bounded Rationality and Organizational Learning Based on Rule Changes", Management Learning, Vol 39(3): pp329-347
  • 2009, J. Y. Kim, J. Y. Kim, A. S. Miner, "Organizational learning from extreme performance experience: The impact of success and recovery experience", Organization Science, 20(6), pp958–978
  • 2010, V. Desai, P. Madsen, "Failing to learn? The effects of failure and success on organizational learning in the global orbital launch vehicle industry", Academy of Management Journal, 53(3), p451
  • 2012, C. Bingham, J. Haleblian, "How firms learn heuristics: Uncovering missing components of organizational learning", Strategic Entrepreneurship Journal, 6(2), pp152-177

Liens internes



Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.