Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Évolutionnisme

De Wikiberal

Évolutionnisme anthropologique

L'Évolutionnisme anthropologique est l'étude du progrès de l'humanité depuis la condition la plus primitive. La pensée évolutionniste s'attache à élucider les processus de transformation des organismes vivants, que ce soit au niveau génétique ou morphologique, ou bien dans une perspective plutôt d'ordre culturelle ou sociologique. Il existe plusieurs théories évolutives, la plus connue, la théorie de la sélection naturelle a été initialement décrite par Charles Darwin.

Contexte et origine de l'évolutionnisme

Il convient, en tout premier lieu, de préciser l'origine de l'évolutionnisme. En effet, l'évolutionnisme s'est constitué, au XIXème siècle, en réaction, voire en "opposition" à la conception religieuse du créationnisme. Darwin a dénoncé la notion de "génération spontanée". Déjà, au XVIIIème siècle, Lavoisier, "père" de la chimie actuelle avait, en outre, dit : "Rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme". Cette conception de l'évolution, appliquée en économie, adopte soit la métaphore des gènes soit celle de la théorie des mèmes.

Le terme évolution est généralement utilisé dans deux types de discussions, celles qui concernent les théories évolutionnaires et celles des théories évolutionnistes, sans que la distinction entre les deux soient nettement importantes. La théorie évolutionnaire concerne les mécanismes qui produisent le changement tandis que la théorie évolutionniste s'attache à la direction du changement et à sa destination finale.

L'application de l'évolutionnisme et ses diverses interprétations dans la compréhension des phénomènes économiques

L'économie évolutionniste comprend un grand horizon de différentes approches qui accentuent le caractère dynamique des processus économiques. Joseph Schumpeter est souvent considéré comme l'économiste le plus emblématique de cette conception. Diverses écoles de pensée économique ont ce type d'approche dont l'Institutionnalisme américain de Thorstein Veblen, l'École autrichienne de Friedrich Hayek et de Carl Menger), l'école de la régulation d'inspiration marxiste et marxienne. Parmi les différents courants de la théorie des organisations et de la firme, on trouve notamment la théorie des routines de Richard R. Nelson, Sidney G. Winter et Giovanni Dosi ainsi que la théorie de la convention.

Ces différentes approches partagent la conviction que l'école néoclassique, avec ses principes de base d'optimisation et de modèle d'équilibre statique, n'est pas capable de saisir convenablement la dimension dynamique du développement économique, spécialement les innovations et le progrès technologique comme les déterminants principaux de la croissance économique à long terme.

L'école autrichienne d'économie est reconnue pour son apport sur l'évolution sur les institutions. En particulier, des auteurs comme Friedrich Hayek prolongent les analyses déjà ouvertes par Herbert Spencer à la fin du XIXe siècle et des théoriciens des équilibres ponctués[1].

L'évolutionnisme comme survie des institutions efficaces

Dans les derniers écrits de Friedrich Hayek, l'évolution s'interprète comme la survie des institutions les plus efficaces. En effet, le processus d'évolution est un processus d'essais et d'erreurs représentés par des plans et des actions individuelles. Le processus conduit à des succès ainsi qu'à des plans infructueux, lorsqu'ils sont perçus comme des échecs. Les individus tentent de corriger leurs erreurs par la méthode de nouveaux essais. L'évolution est donc un processus d'apprentissage continuel.

Cependant, l'évolution ne peut pas conduire à une performance optimale, car la capacité de survie comprend également la possibilité de créer des variations plus ou moins aléatoires qui sont expérimentées dans le contexte des acteurs. Ainsi, la variabilité fait partie de la stratégie d'évolution des institutions "survivantes". L'évolution est un processus continu de sélection qui favorise les personnes et les structures sociales qui maintiennent la possibilité d'expérimenter et d'apprendre de nouvelles choses. Le critère de sélection et d'efficacité sont donc deux concepts distincts. L'efficacité des institutions ne se réfère pas à un calcul d'optimisation mais se conçoit comme un processus intégrant la flexibilité, l'adaptabilité et la capacité à expérimenter. L'efficacité des institutions est davantage une capacité à produire de nouvelles variantes et de s'auto-corriger par l'apprentissage plutôt qu'une observation objective et finale d'un résultat optimal.

La théorie évolutionniste de la firme

L'ouvrage de Richard R. Nelson et Sidney G. Winter, An Evolutionary Theory of Economic Change en 1982, est considéré comme la base fondatrice de ce courant de pensée. L'école évolutionniste a pour objet d'expliquer les évolutions affectant les institutions, les entreprises et les mécanismes de l'innovation.

En ce qui concerne la théorie évolutionniste de la firme, chaque entreprise renferme un ensemble de règles appelées routines qui déterminent ses performances selon le type d'activité et qui guident sa trajectoire technologique. Pour l'essentiel, ces routines sont propres à chaque entreprise et relativement informelles (tacites) et leurs évolutions expliquent les trajectoires suivies par les entreprises.

Les décisions prises par les dirigeants et les savoirs détenus par les salariés, peuvent être adaptées à l'évolution du marché ou bien au contraire inadaptées. A chaque nouveau cycle d'innovations, certaines entreprises disparaissent et d'autres se créent : il y a une forme de sélection des routines par le marché. Les deux principes routines internes/sélection par le marché permettent d'envisager la dynamique économique d'ensemble.

Les économistes évolutionnistes avancent aussi le concept de "sentier de dépendance" (path dependancy) qui exprime l'idée que les performances et les trajectoires des firmes sont largement fonctions de leur histoire particulière et des routines qu'elles ont accumulées. Ainsi, un choix effectué au temps t (par exemple, l'adoption d'un certain standard technologique) va conditionner le développement futur d'un certain nombre de routines organisationnelles et donc les choix stratégiques futurs de l'entreprise.

Limites de la théorie évolutionniste

Une théorie évolutionniste qui donne l'impression que tout évolue sans que l'acteur ne puisse en modifier le cours est fortement critiquable. On pourrait croire que cette théorie prend une position qui minimise et qui néglige la conscience, la cognition humaine[2] et l’importance du principe de rationalité. Mais, il ne s'agit pas de la position de Friedrich Hayek, dont le maître-mot est d'éviter une attitude constructiviste menant à la destruction des institutions.

L'autre point menant à la critique concerne la notion selon laquelle l’adaptation est optimale lorsque les acteurs s'alignent sur un système dominant. Là, de la même manière, l'analyse de Friedrich Hayek n'est pas comportementaliste. Il ne vise pas à donner des conseils sur les attitudes à avoir en fonction des institutions. Il explique simplement que la survie d'une institution est le résultat de pratiques en quantités suffisamment élevées durant une période. L'argument de certains scientifiques comme Stephen Jay Gould[3] ou de Murray Gell-Mann Murray, [4] expliquant la survie, la disparition ou la prolifération d’une espèce particulière n'ont de valeur que dans le monde biologique ou animal. On ne trouve pas chez Friedrich Hayek, comme chez d'autres auteurs de l'évolutionnisme comme Elinor Ostrom, un "adaptionnisme panglossien", comme le critique Stephen Gould et R. Lewontin (1979)[5] c'est-à-dire un évolutionnisme où chaque élément du système est sélectionné pour concourir au fonctionnement harmonieux de l’ensemble.

Enfin, les théories évolutionnistes expliquent des phénomènes qui se produisent dans la longue durée et de ce fait, elles sont inappropriées pour expliquer des phénomènes particuliers qui se déroulent sur une échelle de quelques vies humaines.

Annexes

Citations

  • L'évolution ne mène pas à un but ultime, elle est elle-même un but. (Moritz Schlick, Le sens de la vie)

Notes et références

  1. A l'inverse de la théorie gradualiste, la théorie des équilibres ponctués défendue par Niles Eldredge et Stephen Jay Gould soutient que l'évolution ne suit pas une dynamique infinitésimale à la marge [graduelle]. De longues phases de stabilité [équilibre] sont régulièrement ponctuées de changements rapides et importants aboutissant à l'apparition d'une nouvelle espèce.
  2. * Barry Schwartz, 1986, The Battle for Human Nature : Science, Morality and Modern Life, W. W. Norton
  3. Stephen Jay Gould, 1989, Wonderful Life : The Burgess Shale and the Nature of History, W. W. Norton
  4. Murray Gell-Mann Murray, 1994, The Quark and the Jaguar : Adventures in the Simple and the Complex, W. H..Freeman
  5. Stephen J. Gould, R. C. Lewontin, 1979, "The sprandels of San Marco and the Panglossian paradigm: a critique of the adaptationist programme" (Les pendentifs de la Basilique Saint-Marc et le paradigme panglossien : une critique du programme adaptionniste), Proceedings of the Royal Society of London. Biological Sciences, n° 205, p. 581-598
    Douglas Glen Whitman, 1998, "Hayek contra Pangloss on Evolutionary Systems", Constitutional Political Economy, vol 9, pp45–66
    Andrew Denis, 2002, "Was Hayek a Panglossian Evolutionary Theorist? A Reply to Whitman", Constitutional Political Economy, Vol 13
    Douglas Glen Whitman, 2003, "Hayek contra Pangloss: A Rejoinder" pdf, Constitutional Political Economy, 14(4)
    Andrew Denis, 2010, "Chap. 5 : Friedrich Hayek: a Panglossian evolutionary theorist" dans Collective and Individual Rationality: Some Episodes in the History of Economic Thought, Thesis submitted in fulfilment of the requirements for PhD in Economics, City University, London (Department of Economics School of Social and Human Sciences)

Bibliographie

  • 1859, Charles Darwin, On the origin of the species by means of natural selection : Or, the preservation of favoured races in the struggle for life, London: J. Murray
  • 1966, Warren Avis, Robert R. Blake, Jane S. Mouton, "Corporate Darwinism: An Evolutionary Perspective on Organizing Work in the Dynamic Corporation", Houston: Gulf Publishing Company
  • 1967, Friedrich Hayek, 'Notes on the Evolution of Systems of Rules of Conduct', In: Friedrich Hayek, dir., Studies in Philosophy, Politics and Economics, London: Routledge and Kegan Paul, pp66-81
  • 1969, Donald T. Campbell, 'Variation and Selective Retention in Socio-Cultural Evolution', General Systems, XIV, pp69-85
  • 1972, N. Eldredge et S. J. Gould, Punctuated equilibria: An alternative to phyletic gradualism, In: T. Schopf, dir., Models in paleobiology, San Francisco: Freeman, Cooper and Co., pp82-115
  • 1978, [Business Week], « A genetic defense of free market », Business Week, avril, 10, pp100-104
  • 1982,
    • S. J. Gould, The panda's thumb : More reflections in natural history, New York ; London: Norton
    • E. mair, The growth of biological thought : Diversity, evolution, and inheritance. Cambridge, Mass.: Belknap Press
    • Richard R. Nelson et Sidney G. Winter, An evolutionary theory of economic change. Cambridge, Mass.: Belknap Press of Harvard University Press
  • 1985, J. M. Gowdy, Evolutionary Theory and Economic Theory: Some Methodological Issues, Review of Social Economy, 43:3 décembre, pp316-324
  • 1986, Viktor Vanberg, "Spontaneous market order and social rules: a critical examination of F. A. Hayek's theory of cultural evolution", Economics and Philosophy, vol 2, pp75-100
    • Repris en 1991, In: J. C. Wood et R. N. Woods, Dir., Friedrich A. Hayek: Critical Assessments, Vol. 4, pp177-201
    • Repris en 1993, In: Ulrich Witt, dir., Evolutionary Economics, Aldershot: Edward Elgar, pp482-507
    • Repris en 1999, In: Peter J. Boettke, dir., The Legacy of Friedrich von Hayek, Aldershot, UK: Edward Elgar Publishing, pp130-155
  • 1988,
    • Peter M. Allen, "Evolution, Innovation and Economics", In: G. Dosi, C. Freeman, Richard R. Nelson, G. Silverberg et L. Soetke, dir., Technical Change and Economic Theory, Pinter Publishers Ltd: London, pp95-119
    • M. J. Ringlstetter, Auf dem Weg zu einem evolutionären Management [Sur la voie d'un management évolutionniste], Munich: Kirsch
    • Mark R. Tool, Evolutionary Economics, Armonk : M.E. Sharpe, Vol.I-II
  • 1989,
    • R. Dawkins, The selfish gene, Oxford ; New York: Oxford University Press
    • S. Metcalfe, Evolution and Economic Change, In: A. Silberston, dir., Technology and Economic Progress, London: Macmillan Press, pp54-85
    • M. Prisching, Evolution and Design of Social Institutions in Austrian Theory, Journal of Economic Studies, Vol 16, n°2
  • 1990,
    • A. Bosch, "Market process as an evolutionary process", In: A. Bosch, P. Koslowski, R. Veit, dir., "General Equilibrium or Market Process". Tübingen: Mohr, pp77-98
    • Michael L. Rothschild, "Bionomics: Economy As Ecosystem",
      • Nouvelle édition en 1995, Owl Books, ISBN 0805019790
  • 1991, C. J. G. Gersick, "Revolutionary Change Theories: A Multilevel Exploration of the Punctuated Equilibrium Paradigm", Academy of Management Review, 16, pp10-36
  • 1993, Stuart A. Kauffman, The Origins of Order: Self-Organization and Selection in Evolution, New York and Oxford: Oxford University Press.
  • 1994,
    • Giovanni Dosi et Richard R. Nelson, "An Introduction to Evolutionary Theories in Economics", Journal of Evolutionary Economics, 4, pp153-172
    • C. E. Helfat, Evolutionary Trajectories in Petroleum Firm R&D, Management Science., 40, pp1720-1747
    • Michael Hutter, 'Organism as a Metaphor in German Economic Thought', In: Philip Mirowski, dir., Natural Images in Economic Thought: 'Markets Read in Tooth and Claw', Chapter 11, Cambridge and New York: Cambridge University Press, pp289-321
    • Witold Kwaśnicki, Knowledge, Innovation, and Economy. An Evolutionary Exploration, Wrocław: Oficyna Wydawnicza Politechniki Wrocławskiej
      • Nouvelle édition en 1996, Edward Elgar Publishing Limited; Cheltenham, UK, Brookfield, US.
    • Alexander Rosenberg, Does Evolutionary Theory Give Comfort or Inspiration to Economics?, In: P. Mirowski, dir., Natural Images in Economic Thought, pp384-407
  • 1995,
    • Richard W. Scott, Institutions and organizations, Thousand Oaks, CA: Sage Publications
    • J. J. Vromen , "Economic Evolution: An Enquiry into the Foundations of New Institutional Economics", London and New York: Routledge
    • Ulrich Witt, "Schumpeter vs. Hayek: Two Approaches to Evolutionary Economics", In: Gerrit Meijer, dir., New Perspectives on Austrian Economics. London New York: Routledge
  • 1997,
    • J. Brown, A. Ojha et Nelson Phillips, "Change and Revolutionary Change: Formalizing and Extending the Punctuated Equilibrium Paradigm", Computational and Mathematical Organizational Theory, Vol 3, pp91-111
    • S. Brown et Kathleen Eisenhardt, The Art of Continuous Change: Linking Complexity Theory and Time-Paced Evolution in Relentlessly Shifting Organizations, Academy of Management Journal, Vol 42, n°1, pp1-34
    • Patrick Cohendet, Information, connaissance et théorie de la firme évolutionniste, In: Guilhon et al., Economie de la connaissance et organisations: entreprises, territoires, réseaux, L'harmattan, pp98-110
    • E. D. Elliot, "Law and biology: the new synthesis?", Saint Louis Law Journal, 41, pp595-624
    • J. Foster, The analytical foundations of evolutionary economics: From biological analogy to economic self-organization, Structural Change and Economic Dynamics, 8, pp427-451
    • Elias L. Khalil, “Evolutionary Biology and Evolutionary Economics”, Journal of Interdisciplinary Economics, 8:4, pp221-244
    • Alain Leroux, L'évolutionnisme de Friedrich Hayek. Une double controverse révélatrice d'une double illusion, Revue économique, Vol 48, n°3, pp751-760
    • Spencer H. MacCallum, The Quickening of Social Evolution: Perspectives on Proprietary (Entrepreneurial) Communities, Independent Review, Vol 2, pp287-302
  • 1999,
    • H. Aldrich, Organizations Evolving, Sage Publications.
    • Éric Brousseau, “Néo-institutionnalisme et Évolutionnisme: Quelles Convergences ?”, Economies et Sociétés, HS 35, n°1, 1, pp191-217
    • B. Coriat, Olivier Weinstein, "Sur la théorie évolutionniste de la firme", In: R. Delorme, J.-L. Lemoigne, M. Basle, B. Paulré, dir., "Approches évolutionnistes de la firme et de l'industrie - théories et analyses empiriques", L’Harmattan
    • A. Cot, Introduction. Évolutionnisme et théorie économique : les leçons de l'histoire, Economies et sociétés - Cahiers ISMEA, Tome 33, n°1, janvier, pp9-12
    • P. Dieuaide, "Régulation" et "évolution" du capitalisme : une mise en perspective théorique, Economies et sociétés - Cahiers ISMEA, Tome 33, n°1, janvier, pp167-88
    • R. Di Ruzza, "Introduction. Évolutionnisme et histoire", Economies et sociétés - Cahiers ISMEA, Tome 33, n°1, janvier, pp129-132
    • G. Dumenil et D. Levy, "Smith, Ricardo, Marx : Aux racines de l'évolutionnisme ?", Economies et sociétés - Cahiers ISMEA, Tome 33, n°1, janvier, pp13-30
    • François Facchini, "Temps, évolution et équilibre : un point de vue autrichien", Economies et sociétés - Cahiers ISMEA, Tome 33, n°1, janvier, pp133-150
    • Pierre Garrouste, "Le problème de la cohérence de l'évolutionnisme hayékien", Economies et sociétés - Cahiers ISMEA, Tome 33, n°1, janvier, pp91-106
    • J. Gayon, "Sélection naturelle biologique et sélection naturelle économique : examen philosophique d'une analogie", pp107-128
    • J-J. Gislain, "Les conceptions évolutionnaires de T. Veblen et J-R. Commons", Economies et sociétés - Cahiers ISMEA, Tome 33, n°1, janvier, pp49-68
    • P. Ughetto, "Institutions et histoire : fondements communs des hétérodoxies ?", Economies et sociétés - Cahiers ISMEA, Tome 33, n°1, janvier, pp151-166
  • 2000,
    • Éric Brousseau, Processus Evolutionnaires et Institutions: Quelles alternatives à la rationalité parfaite ?, Revue Economique, numéro spécial "Cinquantenaire – An 2000 : une mise en perspective", Vol 51, n°5, Septembre
    • Oliver Budzinski, Wirtschaftspolitische Implikationen evolutorischer Ordnungsökonomik – Das Beispiel ordnungskonformer ökologischer Wirtschaftspolitik [Les implications de la politique économique sur l'ordre économique évolutionniste - L'exemple de la bonne conformité de la politique économique de l'environnement], Marburg : Metropolis
    • P. Cohendet, P. Llerna et L. Marengo, Is there a pilot in the evolutionary firm?, In: Nicolai J. Foss et V. Mahnke, dir., Competence, Governance, and Entrepreneurship, Oxford University Press
  • 2002,
    • Paul Dumouchel, Règles négatives et évolution, Cahiers d’économie politique, 2002/2, n°43, pp33-46
    • S. J. Gould, The structure of evolutionary theory, Cambridge, Mass.: Belknap Press of Harvard University Press
  • 2003,
    • Oliver Budzinski, Cognitive Rules, Institutions, and Competition, Constitutional Political Economy 14 (3), pp213-233
    • Oliver Budzinski, Pluralism of Competition Policy Paradigms and the Call for Regulatory Diversity, Philipps-University of Marburg Volkswirtschaftliche Beiträge, N°14
    • M. R. Darby et L. G. Zucker, Growing by leaps and inches: Creative destruction, real cost reduction, and inching up, Economic Inquiry, 41, pp1–19
    • Morad Diani, Économie Évolutionniste et Culture d’Entreprise, Thèse de Doctorat, Université de Strasbourg
    • T. Knudsen, General Selection Theory and Economic Evolution. The Price Equation and the Genotype/Phenotype Distinction, Journal of Economic Methodology
    • Carlo Salvato, The Role of Micro-Strategies in the Engineering of Firm Evolution, Journal of Management Studies, vol. 40, n°1, pp83-108
    • J. Van den Bergh et S Stagl, "Coevolution of economic behaviour and institutions: towards a theory of institutional change", Journal of volutionary Economics, 13, pp289-318
  • 2004,
    • K. Dopfer et Jason Potts, "Evolutionary Foundations of Economics", In: S. Metcalfe et J. Foster, dir., "Evolution and Economic Complexity", Cheltenham: Edward Elgar
    • K. Dopfer et Jason Potts, "The General Theory of Economic Evolution", London and New York: Routledge
    • Ángel Rodríguez García-Brazales, Jorge Turmo Arnal et Oscar Vara, “Las raíces intelectuales de la Economía Evolutiva”, Revista de Historia Económica
  • 2005,
    • a. Jean Magnan de Bornier, Mèmes et évolution culturelle, GREQAM, Document de travail, juillet
    • b. Kurt Dopfer, "Evolutionary Economics: A Theoretical Framework", In: Kurt Dopfer, dir., "The Evolutionary Foundations of Economics", Cambridge, MA: Cambridge University Press, pp3–59
  • 2006, R. A. Boschma et K. Frenken, Why is economic geography not an evolutionary science? Towards an evolutionary economic geography, J. Econ. Geogr., June 1,6(3): pp273-302
  • 2009, Cesar M. Meseguer, "La teoría Evolutiva de las Instituciones. La perspectiva austriaca" ("La théorie évolutive des institutions. La perspective austrichienne"), Unión Editorial. Madrid
  • 2010, G. J. Vermeij, "The Evolutionary World: How Adaptation Explains Everything from Seashells to Civilization", New York: St. Martin’s Press
  • 2012, J. Foster et J. S. Metcalfe, "Economic emergence: An evolutionary economic perspective", Journal of Economic Behavior & Organization, Vol 82, pp420-432

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

En français :

En anglais :

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.