Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Entrepreneur thymo-linguistique

De Wikiberal

Le syntagme entrepreneur thymo-linguistique provient de la contraction des concepts de la thymologie de Ludwig von Mises et de la linguistique, en comparaison de l'approche psycho-linguistique en littérature et utilisée par les informaticiens dans leurs programmes de langage naturel. L'entrepreneur thymo-linguistique agit pour comprendre le contexte général du marché et du contexte (riche ou pauvre) particulier dans lequel il se trouve ou dans celui où il désire se diriger afin de découvrir ou de créer des opportunités.

La différence entre l'approche psycholinguistique et thymo-linguistique de l'entrepreneuriat

Il existe une forte différence entre l'approche psycholinguistique et thymo-linguistique de l'entrepreneuriat. Les chercheurs Stefano Brusoni, Amulya Tata, Daniella Laureiro Martinez, David Garcia, Adrian Oesch (2017)[1] ont comparé les données de 24 624 utilisateurs de Twitter pour examiner les différences entre les entrepreneurs et la population en général. Leurs analyses révèlent que les entrepreneurs manifestent plus d'émotions positives et moins négatives que la population générale. Les entrepreneurs communiquent également davantage sur le travail et moins sur les aspects liés à la vie personnelle. Il est intéressant de noter qu'au cours des premières phases d'une entreprise, les émotions positives et les préoccupations professionnelles augmentent, tandis que les émotions négatives et les préoccupations liées à la vie diminuent. Contre-intuitivement, le travail et les émotions négatives sont associés en sens inverse. Cette approche psycholinguistique cherche à comprendre l'équilibre entre le travail et la vie personnelle dans les contextes entrepreneuriaux. En revanche, l'approche thymo-linguistique permet de saisir l'importance de l'intelligence émotionnelle qui aide à la découverte et à l'exploitation des opportunités entrepreneuriales.

Les opportunités, pour l'entrepreneur thymo-linguistique, sont le fruit d’un processus itératif de prise de sens et de construction du langage dans un contexte socio-cognitif plutôt qu'une apparition spontanée. Certains entrepreneurs s'appuient sur "l’expertise partielle" d’autres individus qui, en retour, bénéficieront des difficultés des premiers. La conceptualisation de l'opportunité nait car l'entrepreneur est obligé d'affiner son point de vue.

L'entrepreneur est un être humain qui articule le langage du marché

Dans ses différentes présentations sur l'entrepreneur, Don Lavoie insiste sur l'articulation du langage. À la différence du français, le mot "articulation", en anglais, a une une grande variété de sens. Dans l'expression, "to articulate one's emotions", il y a en anglais, l'idée de facilité ou non d'exprimer ses émotions. Pour l'entrepreneur, cela veut dire d'être sensible ou non aux ressources émotives qui l'entourent. C'est dans cette acception restrictive que les théoriciens de l'entrepreneur psycho-linguistique confinent ce concept.

Comme en français, l'articulation en anglais exprime l'idée des jointures maxillaires et de la précision labiale afin de bien séparer les syllabes d'un mot. Par exemple, on peut dire d'une personne qu'elle a une mauvaise articulation lorsqu'elle ne s'exprime pas bien car il est difficile de distinguer auditivement ses paroles ou de lire sur ses lèvres. Pris dans ce sens, l'entrepreneur articule son langage lorsqu'il fait un effort de communication auprès de ses partenaires (employés, clients, fournisseurs, etc.).

Pris dans un autre sens, il y a l'idée d'une finesse et d'un détail dans le mot "articulé". Par exemple, on peut dire qu'un outil est délicatement articulé avec une fine et mince bande d'aluminium. Comme dans le domaine physiologique, le genou, la cheville, le poignet ou le coude, parties de jonctions entre os et muscles, du corps humain, l'articulation dispose d'une fonction indispensable, quelquefois fragile, pour l'utilisation des extrémités des membres qui apportent toute la précision et l'efficacité au geste. De la même façon que l'apport de l'ergonomie dans le monde de l'entreprise en recherchant le geste le plus efficace possible, l'articulation du langage offre une neuro-ergonomie de l'esprit qui s'observe dans un cas précis, dans la gestion de l'entreprise ou plus généralement, dans la gestion mentale, tout simplement.

Conjointement à cet aspect, les anglophones utilisent le terme d'articulation pour exprimer l'idée d'un récit argumenté, détaillé, nuancé et dénué d'ambiguïté. Cette qualité d'articulation permet à l'entrepreneur une meilleure tolérance à l'ambiguïté favorable à son jugement entrepreneurial inséré dans un monde d'incertitudes.

Don Lavoie utilise abondamment le terme d'articulation dans son approche de l'entrepreneur en combinant ces différentes notions que lui propose sa culture anglophone. Mais, il ajoute un élément supplémentaire de la psychologie cognitive qui est redevable à la théorie constructionniste et connexionniste de Friedrich Hayek. Pour Don Lavoie, l'entrepreneur est l'interface entre une connaissance articulée et une connaissance inarticulée. L'interface est similaire à la synapse qui unit deux neurones dans notre cerveau, d'où l'influence connexionniste dans l'approche de Don Lavoie. Aussi, nous dit-il, l'entrepreneur ne voit pas des opportunités, dans l'idée que la vision soit un sens passif de notre ordre sensoriel. Il faut que l'entrepreneur construise sa connaissance de son marché à partir de la connaissance détaillée et abondante du monde avec une connaissance qui manque encore d'articulation c'est à dire de nuance et d'application. Pour Don Lavoie, l'entrepreneur lit et écrit le marché en construisant des interfaces d'échange entre ces deux sphères de la connaissance, l'une articulée, et l'autre inarticulée qui, comme pourrait l'exprimer Israel Kirzner, une connaissance qui a, jusqu'alors, échappé à l'attention des autres entrepreneurs.

L'interprétation libre du texte que constitue le marché

Le marché est un texte que l'entrepreneur doit savoir lire librement. Or le contexte dans lequel la réception du texte s'effectue joue sur sa compréhension et donc, par là même, sur son interprétation. L'entrepreneur est en médiation entre un texte qui date déjà du passé avec un texte à construire pour le futur. Il est un acteur fusionnel entre un texte qu'il reçoit et celui qu'il doit interprété. C'est pourquoi, comme l'indiquait Gadamer[2], la compréhension est une attitude non pas seulement reproductive, mais aussi et toujours productive. L’activité thymo-linguistique de l'entrepreneur est donc une activité de réflexion ou de rétro-contrôle sur sa propre production de compréhension. Aussi, il la corrige ou l'ajuste dans une stratégie discursive[3] en fonction de son projet.

L'entrepreneur est un médiateur qui cherche à nommer pour repérer et pour décrire grâce à son activité métacognitive linguistique. Il s'efforce à prendre conscience comment sa connaissance se forme, se mémorise et se récupère dans son cerveau. Un individu peut se créer des ancrages mémoriels en agrégeant, par exemple, un coefficient pondérateur d'affect à une suite de mots ou en évoquant des images mentales en liens dynamiques les unes avec les autres. Il construit ainsi un chemin mémoriel qui lui sert de schémas mentaux ; ce qui l'aide à construire d'autres relations neuronales comme un jeu de briques virtuelles.

Il a deux façons de nommer les choses. Soit, il cherche à partager, au mieux, pour une meilleure intuitivité de la compréhension de son message. Soit, il recherche l'ambiguïté de son message pour impliquer une intervention de ses co-locuteurs qui se positionnent en tant que découvreurs d'opportunités de sens. Ils doivent alors leur succès de décryptage grâce à leur talent de tolérance à l'ambiguïté.

Confronté à la résolution de problèmes, l'action de l'entrepreneur s’apparente souvent à celle de l’inspecteur de police à la recherche d'indices. La grammaire, la conjugaison, le vocabulaire et l'orthographe ne sont plus des gendarmes contraignants mais des boites à outils avec un certain nombre de jeux d'indices de création. Le test sémantique, par exemple, permet de savoir si un mot appartient à un domaine générique ou à des champs particuliers. Quelquefois lorsqu'il sort de ce cadre familial, l'entrepreneur thymo-linguistique peut rechercher des sympathies dans d'autres familles de mots, ce qui lui ouvre des voies pour générer de nouvelles opportunités.

L'entrepreneur thymo-linguistique détecte ou crée une opportunité en la développant de façon incrémentale et de façon non linéaire. L’être humain est intégré dans un contexte inter-linguistique (des langues qui ont plusieurs origines et plusieurs niveaux de compréhension et de rapports sociaux) et intralinguistique (nuance et mobilité à l'intérieur d'une même langue) avec lequel il interagit. Il développe des relations sémantiques grâce à sa qualité de créateur de réseaux lexicaux, sémantiques, grammaticaux ou phonétiques comme s'il se trouvait sur la toile. Toutefois, certaines personnes sont plus enclines[4] que d’autres à favoriser les processus de construction de liens hypertextuels, ce qui en fait leur succès ou leur échec.



Notes et références

  1. * 2017, Stefano Brusoni, Amulya Tata, Daniella Laureiro Martinez, David Garcia, Adrian Oesch, "The psycholinguistics of entrepreneurship", Journal of Business Venturing Insights, Vol 7, June, pp38-44
  2. Hans-Georg Gadamer (né à Marbourg le 11 février 1900 et mort à Heidelberg le 13 mars 2002) était un philosophe allemand, représentant de la philosophie herméneutique.
    • Hans-Georg Gadamer, 1990, "Vérité et méthode", Paris : Seuil
  3. Cette notion de stratégie discursive est à mettre en relation avec les apports de la théorie discursive de l'institutionnalisation.
  4. On peut supposer que les personnes qui ont été sensibilisées dans un milieu formel par une pédagogie à valeur entrepreneuriale, à l'école ou de façon informelle par des modèles entrepreneuriaux dans le cadre familial ou extra-familial soient des personnes qui ont le plus d'appétences pour développer leur talent d'entrepreneur thymo-linguistique.