Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Etudier l'école autrichienne d'économie

De Wikiberal

Dans un article paru en 2001, Mark Skousen[1] exprimait la nécessité de ce que Friedrich Hayek souhaitait, à savoir, faire en sorte que de plus en plus de personnes soient formées aux principes de liberté ("Eduquer et former une armée de défenseurs de la liberté"). Beaucoup d'étudiants et de parents s'interrogent sur la possibilité d'étudier dans une université qui développe un enseignement de qualité grâce aux principes de l'école autrichienne d'économie. Pour Mark Skousen, il est important dans sa formation, d'avoir une vision comparative des différents auteurs favorables au marché et défavorables au marché : "D'après mon expérience, si les étudiants ne sont pas exposés très tôt aux principes d'Adam Smith et de Ludwig von Mises, il est souvent difficile pour eux de rejeter plus tard les philosophies de John Maynard Keynes, de Karl Marx, et d'autres interventionnistes"[2].

De façon logique, l'enseignement de l'école autrichienne s'effectue là où se trouvent les enseignants de l'école autrichienne. Et, ce n'est pas un hasard, donc, si les Etats-Unis se trouvent en tête du palmarès des universités offrant une possibilité de se former à l'école autrichienne puisque c'est dans ce pays où nous trouvons quantitativement, à l'heure actuelle, le plus d'enseignants autrichiens dans le monde. Toutefois, sur la planète, il y a de plus en plus d'universités qui offrent des modules ou des formations complètes à l'école autrichienne d'économie.

L'enseignement aux Etats-Unis

Historiquement, la "New York University", offre un programme d'économie autrichienne de qualité. C'est grâce à Ludwig von Mises, lorsqu'il est arrivé aux Etats-Unis, dans les années 1940, que le mouvement de l'école autrichienne a pris son éclosion sur la côte Est des Etats-Unis. Ce programme a obtenu par la suite la tutelle d'Israel Kirzner, de David Harper et de Mario Rizzo. De grands noms de l'école autrichienne y sont venus prodiguer leur savoir comme l'éminent Ludwig Lachmann. Le cursus autrichien attire des étudiants de partout dans le monde[3]. En association avec la Fondation for Economic Education, l'université de New York offre un colloque annuel durant l'été. Comme dans de nombreuses universités, il y a également des enseignants qui sont favorables au libre marché sans être forcément adeptes de l'école autrichienne d'économie. C'est le cas à l'université de New York, où la présence de Chris Matthew Sciabarra, au département de philosophie, apporte un certain intérêt de connecter les apports des idées libertariennes d'Ayn Rand avec celles de l'école autrichienne d'économie.

L'université George Mason (en Virginie du Nord) attire également des étudiants dans le premier cycle et dans les cycles supérieurs de l'université, qui désirent se spécialiser dans l'économie autrichienne. La présence du professeur Peter Boettke, offre un programme particulièrement attrayant dans les disciplines liées au public Choice, à l'histoire de la pensée économique et à l'économie constitutionnelle. Peter Boettke et Christopher Coyne sont les rédacteurs en chef de la revue, "The Review of Austrian Economics". Peter Boettke et Karen Vaughn enseignent la théorie autrichienne du processus de marché, Richard Wagner offre un cours en économie institutionnelle, et Lawrence H. White, spécialiste international de la banque libre, enseigne sur la monnaie et le système bancaire.

L'Université d'Auburn avec le Ludwig von Mises Institute(www.mises.org), en son sein, est sans doute, à ce jour, le passage obligé de tout apprenti en école autrichienne. Chaque année, de nombreux étudiants et chercheurs post-doctoraux talentueux y sont invités en grand nombre. Ils viennent des Etats-Unis mais également de toute la planète terre. Murray Rothbard et Lew Rockwell furent à l'origine de ce fantastique succès. Le travail fut poursuivi par Hans-Hermann Hoppe. Roger Garrison, est, sans aucun doute, l'économiste autrichien en macroéconomie, le plus important sur ​​le campus. Cependant il ne faut pas oublier les "cadres", aujourd'hui à la retraite, comme Leland Yeager ou le philosophe David Gordon. Traditionnellement, le Ludwig von Mises Institute a toujours cherché à relier les influences européennes de l'école autrichienne avec la puissance de développement des Etats-Unis. Ce n'est donc pas un hasard si on retrouve Guido Hüllssman, en position forte de leadership, servant de lien entre les Etats-Unis et l'Europe (L'Allemagne et la France).

L'histoire du développement des idées libérales aux Etats-Unis, passe également par d'autres universités, celle de Hillsdale ou celle du Grove City.

L'université de Hillsdale (www.hillsdale.edu), situé dans l'Etat du Michigan, a connu plusieurs professeurs d'économie favorables au libre marché, dont le plus connu est Richard Ebeling. George C. Roche fut le président de l'université de 1979 jusqu'en 1999. Richard Ebeling dirigeait une série de conférences annuelles sur le thème autrichien, non loin de la bibliothèque portant le nom de Ludwig von Mises. Les étudiants suivant le cours sur l'école autrichienne sont solliciter pédagogiquement pour utiliser tous les documents uniques de l'auteur autrichien décédé en 1973. Le cours, prodigué par Charles N. Steele, présente, analyse et évalue de façon critique l'école autrichienne d'économie depuis son fondateur, Carl Menger jusqu'aux représentants modernes tels que Murray Rothbard et Israel Kirzner. La sensibilité au libre marché est toujours forte grâce à la présence des enseignants motivés par la liberté comme Ivan Pongracic ou Burton W. Folsom. L'université diffuse, depuis 1972, la revue "Imprimis", qui est un condensé mensuel gratuit de la prise de parole de certains membres de l'université. Elle se consacre à l'éducation des citoyens et à la promotion de la liberté civile et religieuse en couvrant des questions culturelles, économiques, politiques et éducatifs. Grâce à internet, il existe plus de 2.6 millions de personnes qui sont abonnés à la revue dans le monde.

L'université du Grove City a vu passer Hans Sennholz, un autre économiste de l'école autrichienne qui fut directeur du département d'économie. En 1956, J. Howard Pew l'a embauché alors qu'il était, alors, un jeune protégé du doyen des économistes autrichiens, Ludwig von Mises. Sous sa direction, l'université du Grove City est devenu le premier établissement de premier cycle au monde pour l'étude de l'école autrichienne. Au début, en 1957, l'université a décerné un doctorat honorifique à Ludwig von Mises. En 1978, soit cinq ans après la mort de ce dernier, sa veuve, Margit von Mises, a demandé la permission à Hans Sennholz, de faire un dépôt permanent des papiers et des articles de son mari. Depuis cette date, plus de 20.000 pages sont archivées et furent à l'origine de quatre recueils de manuscrits inédits. Jeffrey M. Herbener y donne encore des cours et il a organisé la conférence des chercheurs de l'école autrichienne du 15 au 16 Février 2013. Cette compétition intellectuelle fut ouverte aux étudiants de premier cycle et aux étudiants diplômés dans toutes les disciplines universitaires. Les compétiteurs y présentaient leurs documents de recherche rédigés dans la tradition des grands intellectuels de l'école autrichienne comme Ludwig von Mises, Friedrich Hayek, Murray Rothbard ou Hans Sennholz. L'ouverture de la conférence fut prononcée par Peter Klein et David Howden. La tradition de la défense de la liberté au sein de l'université de Grove City, y est encore défendue par d'éminents professeurs, comme Tracy C Miller, Shawn Ritenour, Jeffrey M. Herbener ou Mark W. Hendrickson.

L'enseignement de l'école autrichienne est plus lié, dans d'autres endroits, à la présence isolée de professeurs "autrichiens" plutôt qu'à un regroupement ou à un centre structuré sur l'apprentissage de l'école autrichienne. Ceci est le cas par exemple, de l'université Northwood, dans le Michigan, où Richard Ebeling fut nominé en 2009. L'université est une institution privée d'enseignement supérieur dédiée aux principes de liberté individuelle, au libre marché, et à un gouvernement limité. Peter G. Klein enseigne à l'université du Missouri, à St. Louis. Steven Horwitz ravit ses étudiants à l'université St. Lawrence, dans l'Etat de New York en apportant une vision macro-économique autrichienne sur une base micro-économique. Les étudiants de Howard Baetjer ont la joie de l'écouter à l'université Towson, dans l'Etat du Midland. Malgré son apparent isolement au Terry College of Business, dans l'Etat de Géorgie, George Selgin fournit un enseignement de qualité pour ses étudiants sur les thèmes de la monnaie et de la banque libre. Il faut noter également le dynamise de l'école autrichienne à l'université Loyola, dans la Nouvelle Orléans, grâce au travail de recherche époustouflant de Walter Block accompagné d'autres auteurs autrichiens brillants comme William Barnett ou Daniel J. D'Amico. Sur la côte Ouest, et plus particulièrement en Californie, la présence de Henry Demmert et de Fred Foldvary, à l'université Santa Clara[4], donne un certaine vigueur à l'enseignement de l'école autrichienne sur la côte pacifique des Etats-Unis.

Malheureusement, le départ d'enseignants sans l'apport d'assistants nouveaux en école autrichienne, fait disparaître le mouvement de propagation des idées de liberté. C'est particulièrement le cas avec le département "commerce et comptabilité" de l'université Walsh, située à Troy, dans le Michigan (près de Detroit) qui est spécialisé dans la formation en management, en marketing, en finances et en économie générale. Sous l'impulsion de Harry C. Veryser, directeur de la chaire d'Économie et des Finances", l'université a pu proposer un diplôme universitaire de deux ans et d'un master en économie. De nombreux membres du corps professoral étaient favorables au libre marché, avec un accent particulier sur l'école autrichienne d'économie. Le départ de Harry Veryser, vers le Centre universitaire de l'UDM Macomb (Université de Detroit-Mercy), a affaibli la prépondérance de l'école autrichienne à l'université Walsh. Lawrence H. White était à la tête de la chaire "F. A. Hayek" en histoire économique, à l'université du Missouri. depuis son départ, à l'université George Mason, il semble que personne n'ait repris sa "chaire".

L'enseignement en dehors des Etats-Unis

En France : Université Aix-Marseille III.

En Amérique latine : Université Francisco Marroquin

Notes et références

  1. Mark Skousen, 2001, "Where Are the Best Schools in Austrian Economics? Where to Go for Libertarian-Friendly Higher Education", The Freeman, Juillet, Vol 51, n°7
  2. * Mark Skousen, 2001, "Where Are the Best Schools in Austrian Economics? Where to Go for Libertarian-Friendly Higher Education", The Freeman, Juillet, Vol 51, n°7
  3. Pierre Garello, professeur d'économie à l'université d'Aix en Provence, y a soutenu sa thèse doctorale
  4. Daniel B. Klein y a enseigné également avant de se rendre à l'université George Mason