Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à admin@liberaux.org. N'hésitez pas!



Économie de l'offre

De Wikiberal

L'économie de l'offre (ou supply side economics) est un courant économique qui se développe depuis une vingtaine d'années, aux États-Unis d'abord, en Europe ensuite.

Reprenant la tradition héritée de Jean-Baptiste Say (loi des débouchés), ces économistes mettent l'accent, au niveau de l'analyse, comme dans la politique économique, sur ce qui se passe « du côté de l'offre », c'est-à-dire du côté des entreprises, de la production, de l'effort productif. Ils rompent ainsi avec près d'un demi-siècle de pensée keynésienne, qui mettait l'accent exclusif sur la demande, et pour qui toute politique économique passait par la relance ou le freinage de cette même demande globale (consommation + investissement).

Les économistes de l'offre dénoncent en priorité tous les obstacles qui se dressent sur la route des entreprises et des ménages et qui limitent leurs efforts productifs : c'est le cas des règlementations étatiques abusives et étouffantes (comme le blocage des prix ou des revenus) et surtout de la pression fiscale. C'est Arthur Laffer qui, dans sa célèbre courbe, a montré qu'une forte pression fiscale ou parafiscale paralysait toute l'activité, décourageait la production, l'investissement, l'épargne, la créativité, etc.

Martin Feldstein, Norman Turé, Paul Craig Roberts et Victor Canto ont suivi le mouvement. Jude Wanniski et Nathan Lewis analysent rétrospectivement l'origine de la crise de 1929, sous l'angle de l'analyse de l'économie de l'offre. En France, Pascal Salin associe une vision autrichienne avec une analyse de l'économie de l'offre.

Les gouvernants ont été très longtemps sensibles aux sirènes keynésiennes, car elles leur donnaient l'illusion de manipuler facilement l'activité, en touchant à quelques grandeurs globales et en leur permettant, grâce aux déficits budgétaires, de dépenser plus qu'ils ne prélevaient. Depuis les années 80, de plus en plus d'hommes politiques (Ronald Reagan aux U.S.A., Margaret Thatcher en Grande-Bretagne, …) ont compris les ravages causés par une pression fiscale excessive, l'intérêt qu'il y avait pour l'économie dans son ensemble à libérer l'offre et à lui permettre de se développer sans contraintes.

Les économistes de l'École autrichienne sont très sceptiques sur les manipulations fiscales que peut créer le gouvernement pour soutenir l'économie. L'État risque de produire les mêmes effets néfastes en soutenant l'offre qu'il ne le fait en soutenant la demande car il modifie les signaux du marché (prix relatifs, profit, taux d'intérêt). Comme le signale Richard Fink, l'économie de l'offre risque par sa politique fiscale de désorienter les entrepreneurs et de les faire investir dans des pans inappropriés de l'économie. C'est ce que les auteurs autrichiens, comme Friedrich Hayek, appellent le mal-investissement. Cette politique fiscale mal assurée mène à une crise économique inéluctable. Michael W. Spicer (1995) reprend l'argument de Friedrich Hayek et indique qu'il est trop difficile d'utiliser la politique fiscale afin d'encourager de façon intentionnelle des types particuliers de comportement économique.

Bibliographie

  • 1979, Robert E. Keleher, Supply-Side Effects of Fiscal Policy: Some Preliminary Hypotheses, Research Paper No. 9, Atlanta: Federal Reserve Bank of Atlanta
  • 1980, Robert E. Keleher et William P. Orzechowski, Supply-Side Effects of Fiscal Policy: Some Historical Perspectives, Working Paper Series, Atlanta: Federal Reserve Bank of Atlanta
  • 1981,
    • Bruce Bartlett, Reaganomics: Supply Side Economics in Action, Connecticut: Arlington House Pub
    • Alan S. Blinder, Thoughts on the Laffer Curve, In: L. H. Meyer, dir., The Supply-side Effects of Economic Policy, Kluwer Nijhoff Publ. Boston: pp81-101
    • William Greider, The Education of David Stockman, The Atlantic, Vol. 248, n°12, December
  • 1982,
    • Tom Bethell, Would Von Mises Have Been a Supply-Sider?, In: Champions of Freedom, Vol 9, Hillsdale, MI: Hillsdale College Press
    • Don Fullerton, On the Possibility of An Inverse Relationship Between Tax Rates and Government Revenues, Journal of Public Economics, Vol 19, No 1, (octobre)
    • Thomas Hailstones, dir., Analyzing Supply Side Economics: A Symposium, Viewpoints on Supply Side Economics, Virginia: Reston Publishing Comp. Inc. A Prentice-Hall Comp* 1983, Michael K. Evans, The Truth About Supply-Side Economics, New York: Basic Books Inc
    • Robert E. Keleher, Supply-Side Tax Policy: Reviewing the Evidence, In: Thomas Hailstones, dir., Viewpoints on Supply-Side Economics, Reston: Reston Publ. Comp
    • Robert E. Keleher et William P. Orzechowski, Supply-Side Fiscal Policy: An Historical Analysis of A Reinvented Idea, In: Richard Fink, dir., Supply-Side Economics and Critical Appraisal, Maryland: Alethia Books
    • Preston Miller et Allan Struthers, "The Uncertainties of the Laffer Effect", In: Thomas Hailstones (Ed.) Viewpoint on Supply Side Economics, Virginia: Reston Publishing Company Inc., pp15-117
  • 1984, Paul Craig Roberts, "The Supply-Side Revolution - An Insider's Account of Policy Making in Washington" Cambridge: Massachusetts, Harvard University Press
  • 1986, Murray L. Weidenbaum, ‘Reaganomics: How Can Resources Be Shifted to the Private Sector?’, In: Craig. E. Aronoff, The Future of Private Enterprise, Atlanta, pp109-110
  • 2004, George Gilder, "Ronald Reagan and the supply-side myth", In: Richard M. Ebeling, dir., "Economic Theories and Controversies", Hillsdale: Hillsdale College Press, Champions of freedom Vol 31, ISBN 0916308529, pp113-128


Citations

  • La sempiternelle chanson du pouvoir d'achat : distribuer de l’argent développerait la demande et créerait des emplois. L’argument est erroné car le développement de la richesse pour tous ne repose pas sur la consommation mais sur l’action des entrepreneurs, seuls créateurs de richesse. De plus, avec la mondialisation, une grande partie du pouvoir d’achat distribué va enrichir les travailleurs chinois ou autres travailleurs lointains. (Michel de Poncins)

Lien externe

Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.